Ouvrage : La France et l’islam au fil de l’histoire de Gerbert Rambaud

Posté le 24 octobre , 2017, 2:11
10 secs

Il est banal de considérer que l’islam est l’une des questions les plus graves qui se posent à la France actuelle. Et l’une des plus graves faiblesses de cette dernière est l’ignorance de ses « élites » sur la religion musulmane, ses croyances, ses pratiques et son histoire (songeons à Alain Juppé soutenant avec hauteur que l’islam était parfaitement compatible avec la République… avant d’avouer ne jamais avoir lu le coran !). C’est pourquoi il faut saluer le travail de qualité de Gerbert Rambaud, qui nous propose une synthèse aussi vaste qu’agréable à lire sur l’histoire des relations entre la France et l’islam. Un livre nécessaire pour mettre nos questions politiques actuelles en perspective.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Acheter le livre ici :

2 Commentaires sur : Ouvrage : La France et l’islam au fil de l’histoire de Gerbert Rambaud

  1. Gérard Pierre

    30 octobre 2017

    Voici ce qu’écrivait le Père Henri Boulad le 14 novembre 2015, …… [donc le lendemain même des attentats de Paris] …… dans une « Lettre sereine aux musulmans ouverts, modérés et libéraux », …… depuis Le Caire où il réside :

    [J’imagine votre embarras et votre confusion face à cette horreur, que vous condamnez sans doute du plus profond de vous-mêmes. Vous sentez bien cependant que c’est l’islam lui-même qui est incriminé, car c’est bien aux cris d’« Allahou akbar » que s’est perpétuée cette tragique agression.
    N’essayez surtout pas d’exonérer l’islam de ce qui s’est passé. Ne continuez pas à répéter ce refrain bien connu, suite à toutes les horreurs commises par les islamistes dans le monde : « Tout ça n’a rien à voir avec l’islam ». Ne criez surtout pas à l’« amalgame », manière élégante de dédouaner l’islam des violences récurrentes perpétrées en son nom.
    C’est incongru d’affirmer que tout ce qui se passe comme atrocités au nom de l’islam n’a rien à voir avec l’islam. Un certain occident « libéral » et une certaine Eglise catholique, tous deux partisans de l’ouverture et du dialogue, ne cessent de ressasser de tels slogans, sans chercher à aborder les vrais problèmes, dans un dialogue franc et ouvert.
    L’ « heure de vérité » a sonné, et il est grand temps de reconnaître que l’islam a un problème. Un problème qu’il doit avoir le courage de regarder en face et de tenter de résoudre en toute objectivité et lucidité. Ce n’est pas en enfouissant sa tête dans le sable qu’on peut espérer trouver une solution.
    Je ne doute nullement de la sincérité et la bonne volonté des musulmans ouverts et modérés. Mais là n’est pas la question. On peut être pleinement sincère tout en étant dans l’erreur.
    Il est trop facile pour les musulmans d’incriminer l’occident « corrompu » et « impérialiste » comme étant la source de tous leurs maux. Il est trop facile d’accuser ceux qui instrumentalisent l’islam pour leurs propres intérêts. C’est dans l’islam même que gît le problème. Les musulmans ont toujours eu tendance à chercher des boucs émissaires partout, sauf en eux-mêmes. Il est grand temps qu’ils se posent certaines questions cruciales et se rendent compte que « lever est dans le fruit. » S’ils condamnent et rejettent ce radicalisme barbare qui les embarrasse, qu’ils fassent un petit effort pour en chercher la cause.
    Ils découvriront alors que la cause se trouve dans les textes fondateurs de leur religion – Coran, Sunna, Hadiths – qui regorgent d’appels à l’intolérance, au meurtre et à la violence. Ces textes sont encore enseignés aujourd’hui à l’Azhar, la plus haute instance de l’islam sunnite, chargé de la formation des prédicateurs et ulémas à travers le monde. Cette doctrine atteint le petit peuple à travers les prêches du vendredi – souvent incendiaires – et rejoint les élèves via les manuels scolaires.
    Vers le dixième siècle, l’islam a eu le choix entre la voie mystique, modérée et ouverte, celle de La Mecque, et la voie violente, radicale et conquérante, celle de Médine. Il a malheureusement opté pour la seconde, en privilégiant les versets médinois aux mekkois, dans la fameuse doctrine de « l’abrogeant et de l’abrogé » (An nâsékh wal mansoukh).
    Pour éviter alors que quiconque ne revienne sur cette décision, les ulémas de l’époque ont décrété que « la porte de l’ijtihad » était désormais close. Ce qui signifie que tout effort de réflexion critique susceptible de remettre en question une telle décision était pour toujours interdit.
    Les nombreuses tentatives de réforme de l’islam, tout au long de son histoire, se sont heurtées à ce décret considéré comme immuable et irréversible. Le grand cheikh soudanais, Mahmoud Taha, pour avoir proposé d’inverser la doctrine de l’abrogeant et de l’abrogé, en privilégiant les versets mekkois aux médinois, a été pendu sur la grande place de Khartoum, le 18 janvier 1985.
    L’islam est dans la souricière, une souricière dans laquelle il s’est lui-même mis. Une souricière dont il ne parvient pas à sortir. Tel est le drame qui met les musulmans dans une angoissante situation.
    « Les nouveaux penseurs de l’islam » – comme on les appelle aujourd’hui – rêvent d’une réforme et d’un islam compatible avec la modernité. Les émouvantes tentatives d’un homme aussi brillant qu’Abdennour Bidar n’en sont qu’un exemple. Malheureusement, la pensée de ces hommes courageux ne fait pas le poids face à l’islam rigoureux et borné qui domine depuis quatorze siècles.
    J’imagine à quel point cela doit être douloureux pour ces penseurs, qui aimeraient tant trouver une issue à l’impasse dans laquelle ils se trouvent.
    L’Église est passée par la même crise. Mais elle est parvenue à la dépasser grâce au Concile Vatican II. Il est grand temps que l’islam en fasse autant et procède au même aggiornamento. Vœu pieux ? Utopie, wishful thinking ?… L’islam peut-il se réformer sans se dénaturer ?
    Je ne le pense pas. Mais c’est aux musulmans eux-mêmes de répondre.]

    Le Père Henri Boulad est connu à la fois pour la franchise avec laquelle il s’exprime, ainsi que pour son érudition en ce qui concerne l’islam et ses « textes sacrés » !

    Mais qui l’écoute ? …… certainement pas messieurs Juppé, Macron, … et encore moins Lang !

    Quant à nos pondeurs d’articulets et aux psittacidés qui pullulent sur les antennes de radio et de télévision, savent-ils seulement qu’il existe ?

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    26 octobre 2017

    « … Alain Juppé soutenant avec hauteur que l’islam était parfaitement compatible avec la République… avant d’avouer ne jamais avoir lu le coran. »

    Cette phrase sonne comme un rappel de la poignée de main de Montoire et la révélation, par la suite, de l’aveu du maréchal Pétain : il n’a jamais lu Mein Kampf !

    …… et combien de cas comme ça ? …… de ‘’décideurs‘’, …… [profonds, mais au sens de creux] …… se croyant obligés de nous enseigner ce qu’ils ont omis d’apprendre !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)