Ouvrage : Journal intime de Nicolas II de Jean-Christophe Buisson

Posté le mai 07, 2019, 11:19
6 secs

Jean-Christophe Buisson, journaliste au «Figaro Magazine» et grand connaisseur du monde slave, vient de rééditer – pour la première fois en France depuis 80 ans – le journal tenu par le dernier tsar durant les derniers mois de sa vie.

Presque chaque jour, entre l’assassinat de Raspoutine et son propre assassinat, l’infortuné Nicolas tint une chronique personnelle de la situation.

Un document unique pour suivre la lente agonie de l’empire des Romanoff et les progrès de la rage révolutionnaire qui ne devait pas seulement emporter le tsar et sa famille, mais aussi toute la Russie et bientôt la moitié du globe. Et un document remarquablement bien édité et mis en valeur par l’appareil critique.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffuson ici

Une réponse à l'article : Ouvrage : Journal intime de Nicolas II de Jean-Christophe Buisson

  1. Gérard Pierre

    08/05/2019

    Je suis un ‘’spectateur‘’ de l’âme slave.

    Cette âme m’interpelle.

    Tolstoï, Dostoïevski, Pouchkine, …… sans oublier Soljenitsyne, …… qu’il faudrait pouvoir lire dans la langue russe pour être certains d’en tirer tout le suc, …… par leur profondeur insondable, nous invitent au voyage dans les méandres de l’humanité.

    La famille Roumanoff, de la même façon, nous interroge car elle participait, elle aussi, de cette âme.

    Souvenons nous, par exemple, des décembristes de 1825, si bien dépeints par Henri Troyat, cet écrivain d’origine russe ! …… Ils constituaient l’antonymie de l’Esprit Français dont leurs ‘’libérateurs‘’, des gens de bonne famille, s’étaient pourtant inspirés et qui, rappelant aux moujiks qu’ils voulaient affranchir de leurs chaînes s’entendaient par eux répondre ; « On ne vous a rien demandé ! »

    Nicolas II, …… petit fils de la reine Victoria, (dite la grand-mère de l’Europe) …… tout comme Guillaume II, et son cousin Georges V, est l’un des derniers héros d’une sorte de tragédie grecque dont nous connaissons l’ampleur.

    J’ai, pour lui, une tendresse particulière !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)