Ouvrage : « La France peut disparaître » de Jean-Luc Tari

Posté le octobre 23, 2018, 11:42
7 secs

Après 50 ans de domination, presque sans partage, de l’idéologie soixante-huitarde sur la France, la situation est catastrophique.

La haine de la civilisation occidentale s’étale dans tous les médias. Les politiciens dans leur écrasante majorité sont devenus, objectivement, le parti de l’étranger, tant ils travaillent contre les intérêts du peuple français. L’immigration, bien loin de ralentir, s’accélère encore. Et, pour couronner le tout, des lois liberticides interdisent aux Français de critiquer ces décisions politiques criminelles.

C’est cette situation – et notamment l’espèce de moralisme du nouveau « clergé » gauchiste – qu’étudie cet essai de Jean-Luc Tari, nous invitant à un réveil salutaire et urgent.

 

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

3 réponses à l'article : Ouvrage : « La France peut disparaître » de Jean-Luc Tari

  1. Claude Courty

    29 octobre 2018

    Pas si simple :
    – La France comptait au 1er janvier de cette année, 67,2 millions d’habitants – dont 12 millions d’immigrés et descendants directs d’immigrés de toutes nationalités –, soit 1,13 % d’une population mondiale se chiffrant à 7,6 milliards d’individus, et 0,73 % sans l’immigration.
    – En 2100, alors que la population de la planète est estimée devoir atteindre les 11,2 milliards d’êtres humains, la population de la France est estimée devoir se situer à 76 millions d’habitants (y compris un nombre d’immigrés qui aura probablement augmenté), soit 0,68 % de la population mondiale, et 0,57 % hors population immigrée supposée inchangée.
    – Et il est évident que la fécondité de 50 millions de “Français de souche”, proliféreraient-ils à outrance, ne changerait rien, à une croissance démographique mondiale de l’ordre de près de 100 millions par an (250 à 280 0000 êtres humains supplémentaires déferlent quotidiennement sur Terre).
    Lire à ce sujet
    “Surpopulation humaine – La cause de tous nos maux” https://www.amazon.fr/dp/B07HQ1CQ8M et/ou “Précis de pyramidologie sociale” https://www.amazon.fr/dp/B07J3G3VMH – 3es Éditions corrigées et augmentées. Version Ebook en lecture gratuite.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    24 octobre 2018

    Des pays disparaissent et laissent la place à d’autres.
    Par exemple l’ex Yougoslavie, l’ex Tchécoslovaquie, l’ex URSS ou l’ex RDA pour en citer quelques uns tout proches.
    La France n’est pas vaccinée contre une partition ou sécession surtout avec les vedettes qui la dirigent en ce moment.

    Répondre
    • KAVULOMKAVULOS

      26 octobre 2018

      Dans l’état actuel du pays, la partition serait un moindre mal. Mais il faudrait veiller jalousement sur la stricte séparation : pas question que certains puissent avoir un pied dedans un pied dehors comme c’est le cas actuellement. Par exemple, dans la partie “européenne”, pas de soit disant “indigènes de la république” avec leurs réunions dites racisées et en fait anti-blanches. Chacun chez soit et pas de transfert d’argent non plus. En fait, refabriquer deux pays distincts à partir d’un seul. Pour l’autre partie, nul doute que les candidats dictateurs se bousculeront mais ce sera leur affaire. Je leur suggère d’ailleurs un personnage qui “floode” à fond ici avec un pseudo ridicule d’élite de la Rome antique et qui aurait du choisir plutot Brutus (l’idiot en latin ancien). Ainsi nous pourrions peut être ne pas avoir à reprendre les mots de la mère du dernier chef sarrazin de Grenade à son fils pleurant après sa défaite face à la Croix et devant dégager des lieux : “pleure comme une femme la ville que tu n’as pas su garder comme un homme”.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)