Ouvrage : « Qui suis-je? » Salan – de Jean-Paul Angelelli et Bernard Zeller

Ouvrage : « Qui suis-je? » Salan – de Jean-Paul Angelelli et Bernard Zeller


Jean-Paul Angelelli
Bernard Zeller

Salan

Pardès

La collection « Qui suis-je ? » des éditions Pardès s’est enrichie d’un passionnant volume sur le général Salan. Chacun connaît le général du putsch d’Alger et le chef de l’OAS, mais combien connaissent la prestigieuse carrière de l’un de nos plus grands chefs militaires ? Admis à Saint-Cyr en 1917 et immédiatement incorporé dans l’infanterie coloniale, il fut, toute sa vie, un soldat de nos troupes coloniales – à la fois administrateur et militaire. Très actif en Indochine, il arriva en Algérie en 1957 pour y rétablir une situation militaire compromise. Sa bravoure et son génie militaire en feront l’un des hommes les plus décorés de l’armée français… avant de devenir un paria !

Acheter le livre ici

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion.fr ici

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Gérard Pierre Répondre

    Il me plait, qu’enfin, des personnalités fort estimables, mues par le seul souci de l’engagement mené à son terme, …… conspuées par la ‘’racaille anticolonialiste‘’, …… voient poindre l’aube d’une Reconnaissance.

    L’Histoire leur restituera leur place ! …… une place de Chevalier, digne des traditions de notre chère France, …… non pas celle de ceux qui, numériquement minoritaires mais bruyamment majoritaires, …… la squattent moralement et intellectuellement, …… celle de ceux qui se vautrent dans la vachardise socialo-islamo-marxiste, ……. mais au contraire celle de ceux, MAJORITAIREMENT SILENCIEUX qui l’habitent depuis plus d’un millénaire !

    Je pense, bien sûr, au général Raoul Salan, au général André Zeller, au général Maurice Challe, au général Edmond Jouhaud, mais aussi au colonel Antoine Argoud, au capitaine Pierre Sergent, au lieutenant Roger Degueldre, au sergent Albert Dovecar, …… et également au commandant Hélie Denoix de Saint Marc, ainsi qu’au lieutenant-colonel Jean-Marie Bastien-Thiry, et à bien d’autres qu’il serait trop long de citer ici, … qu’ils veuillent bien m’en excuser.

    S’ils avaient été écoutés par le liquidateur de nos trois départements algériens, …… si le rancunier envers les Pieds Noirs d’Algérie avait un seul instant daigné mettre ses petits sentiments sous le boisseau, …… si la parole de nos officiers qui préparaient en Algérie la voie à une autonomie sans violence, …… avait été prise en compte par celui-là même qui avait été appelé aux affaires pour régler la question algérienne dans l’Honneur, …… alors nous n’aurions pas connu la déchirure de 1962 !

    Celui que la doxa nous présente comme l’homme de l’appel du 18 juin 1940, fut d’abord celui des ‘’attentes‘’ du 17 juin ! …… que l’on ne l’oublie pas ! …… et que l’on approfondisse ce point systématiquement occulté de son ‘’épopée‘’ !

    Celui que la ‘’légende‘’ nous présente comme le ‘’héros‘’ blessé devant Douaumont en 1916, recouvrant ses esprits dans un hôpital militaire allemand, reste très discret devant les circonstances historiques de cette ‘’capture‘’, et ce en dépit de témoignages qu’il s’est toujours gardé de contredire !

    Celui qui, à la tête (sur le papier) d’une division blindée, aurait arrêté l’avancée allemande en mai 1940 à Montcornet, …… alors même qu’on ne trouve aucune trace de ses directives dans les archives militaires, …… alors même qu’il est à présent avéré que chaque commandant d’unité opérait à sa propre initiative, …… en a tiré profit pour se faire nommer général de brigade À TITRE TEMPORAIRE, … [et accessoirement sous-secrétaire d’État] … par son ami Paul Reynaud, …… a ensuite DÉSERTÉ,

    Celui qui, en dépit de l’inexistence d’un FLN militairement vaincu, a décidé de considérer persona grata les égorgeurs et les assassins d’une population MAJORITAIREMENT pro française, …… [les harkis, les tirailleurs, les Moghaznis et autres supplétifs servant sous nos trois couleurs étaient maintes fois plus nombreux que les maquisards et les ‘’combattants‘’ de l’ALN attendant le défilé de la victoire derrière la frontière tunisienne] …… a méprisé 132 ans d’une riche Histoire,

    …… MÉRITE L’OPPROBRE QU’IL RÉSERVA AUX HOMMES DE PAROLE !

    26/10/2016 à 15 h 34 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: