Ouvrage : « Et Rome s’enfonça dans la nuit » de Gilles Cosson

Posté le 13 février , 2018, 11:48
9 secs

La situation de l’Europe qui se suicide collectivement, en haïssant sa propre culture, en refusant d’avoir des enfants, et en faisant venir des dizaines de millions d’étrangers inassimilables, est sans doute plus grave encore que celle de Rome au Ve siècle. Mais se pencher sur cette dernière période est riche en informations et en suggestions sur les dangers de submersion d’une grande civilisation. En se penchant sur le sac de Rome de 410, avec les yeux d’un sénateur imaginaire, mais surtout avec une abondante information historique, Gilles Cosson nous avertit sur notre sort à nous. Et nous rappelle que, sans les monastères, il ne resterait aujourd’hui plus rien de la grandeur de Rome.

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

ARTICLE PRÉCÉDENT

Antisémitisme

4 Commentaires sur : Ouvrage : « Et Rome s’enfonça dans la nuit » de Gilles Cosson

  1. quinctius cincinnatus

    16 février 2018

    on voit très bien où l’ auteur de ce début de préface veut en arriver : davantage de monastères ***

    la question est : est ce la bonne solution et d’ abord est elle ” contemporaine ”

    *** ce qui est d’ ailleurs historiquement faux , les monastères ” occidentaux ” n’ étant apparus qu’ à la période … franque

    Répondre
  2. AMA

    15 février 2018

    Il a fallu des siècles pour que Rome s’enfonce dans la nuit, sans pour autant disparaître. Sa nature robuste lui a permis d’être rayonnante encore aujourd’hui. L’Europe, vieille de quelques décennies, peut t’elle espérée pareille longévité. Certainement pas. Et d’ailleurs elle craque de partout. Elle n’est pas de la même substance que Rome. Celle-ci a conquis son rayonnement par la force de caractère et la grandeur d’âme. L’Europe, à son origine, n’est que la composition exploitable d’un ensemble de pays battus, démoralisés ou ruinés que ce sont partagés les deux grands vainqueurs de la Deuxième Guerre Mondiale pour en tirer profit tout en neutraliser la concurrence que son redressement pourrait leur apporter. Sa survivance a été conditionnée par la Guerre Froide. Elle a vu le début de son extinction en 1990 avec la destruction du Mur de Berlin, qui fut le début réel de la fin de la II°Guerre Mondiale. Rome qui s’est faite par elle-même, malgré son déclin, a résisté longtemps aux barbares qu’elle a civilisé et intégré, en laissant derrière elle un civilisation européenne qui s’est suicidé avec les guerres mondiales, et qui, vidée de toute ambition de grandeur, s’est laissé aller aux mercantilisme des banquiers, au nihilisme des intellectuels et a ouvert en grand ses portes à toutes sortes de barbares auxquelles elle soumet cyniquement sa population. La vraie question est de savoir combien de temps encore cette utopie décadente va durer, mais aussi d’imaginer le cataclysme tragique qui signera l’extinction de ce continent de papier …..(monnaie), sans force ni âme, et finalement la disparition dans la nuit de la civilisation romaine.

    Répondre
    • HOMERE

      17 février 2018

      En réalité,notre civilisation a générée ses propres turpitudes et s’est donnée à corps perdus au mercantilisme dont les effets ont abrasés les vertus nécessaires à sa vie.Le déclin et la pauvreté de nos intellectuels,l’ont précipitée dans les savoirs douteux et les idéologies vaseuses.Les valeurs indispensables à une vie convenable ne sont plus enseignées et les concepts moraux sont jetés aux orties.Nous devenons,nous aussi,un peuple barbarisé dans nos tenues,notre musique,nos arts,nos expressions,notre comportement…nous ressemblons de mieux en mieux à ceux qui viennent nous montrer les nouveaux concepts coutumiers de leurs pays,à charge pour nous de les imiter afin de paraître normaux au sens “moutonnier” dont nous constatons tous les jours les effets.
      Nous serions normalement en droit d’attendre que des esprits supérieurs nous indiquent les philosophies porteuses d’espoirs et les actions nous menant à la pérennité et à la poursuite de notre civilisation de progrès et d’humanité.
      AMA,c’est la population qui se soumet lâchement et sans courage ni révolte…elle ne parvient pas à se sortir de cette gangue médiatico politico intello qui l’entraîne dans son déclin et sa fin proche…comme anesthésiée,elle est le véritable zombie décérébrée et victime des prédateurs qui la dépècent.
      Notre pays à le cancer…en phase terminale !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        17 février 2018

        qui ,de la ” population ” ou de ” l’ élite ” est la plus veule @ Homère ?

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)