Ouvrage : Qui suis-je? Genevoix de Jacques Tassin

Posté le 01 août , 2017, 1:09
8 secs

La plupart d’entre nous connaissons Maurice Genevoix comme le chantre de sa chère Sologne (notamment dans son chef-d’œuvre « Raboliot »).
Mais le futur secrétaire perpétuel de l’Académie française, à la plume si sûre et si joliment enrichie d’expressions du terroir, fut aussi un héros de la Grande Guerre, grièvement blessé aux Éparges.
C’est d’ailleurs la guerre qui l’avait détourné du professorat vers lequel l’avait conduit son entrée (premier !) à Normale Sup.
Cette belle biographie nous fait découvrir toutes les facettes d’une vie bien remplie. Très utile pour redécouvrir un grand écrivain… et nos terroirs français si méprisés des « élites » !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Acheter le livre ici :

Un commentaire sur : Ouvrage : Qui suis-je? Genevoix de Jacques Tassin

  1. Gérard Pierre

    3 août 2017

    Outre Raboliot, qu’en tant que petit campagnard à l’époque j’ai pu lire avec un intérêt certain, ce sont surtout les cinq tomes de ‘’Ceux de 14‘’ que j’ai dévorés lorsque j’étais adolescent

    Résidant à Verdun durant mes jeunes années, et parcourant en vélocipède ses environs historiques dès que l’occasion s’en présentait, les lieux décrits m’étaient familiers, et Les Éparges en faisaient partie.

    Maurice Genevoix appartient à cette génération d’écrivains et de poètes que j’ai lus avec avidité : Roland Dorgelès, Ernest Psichari, Henri Bordeau, Pierre Benoît, André Maurois, François Mauriac, Maurice Barrès, Marcel Proust, Guillaume Apollinaire, … mais également Erich Maria Remarque et Ernst Jünger !

    Ils ont été les témoins d’une époque qu’ils ont magnifiquement restituée à travers leurs plumes, et dont j’ai la nostalgie.

    Après cela, c’est dire à quel point je peux parfois être pris de vertiges devant le vide abyssal de l’époque actuelle, celle du réalisme virtuel censé faire table rase d’un passé condamné au nom du concept indéfini de la modernité, … voire de la post modernité ! …… comme si l’apesanteur et les mondes artificiels constituaient irréversiblement le seul avenir possible pour l’humanité !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)