Pourquoi je ne célèbre pas le 14 juillet

Pourquoi je ne célèbre pas le 14 juillet

Les célébrations du 14 juillet ont lieu, une fois de plus.

Et, une fois de plus, je les regarde avec distance.

Je vis désormais très loin de la France, mais je les regardais de la même façon quand je vivais encore en France.

Certaines fêtes nationales ont un sens précis: le 4juillet aux États-Unis, par exemple, car c’est ce jour-là qu’a été proclamée la Déclaration d’indépendance et que s’est enclenché le processus révolutionnaire qui allait conduire à la fondation des États-Unis, à la république américaine, à sa Constitution et à sa Déclaration des droits, toujours en vigueur aujourd’hui.

Mais le 14juillet en France?

Certains considèrent que la date renvoie à la prise de la Bastille et font de celle-ci un acte symbolique de refus de la tyrannie censé être associée à la monarchie absolue.

Il s’agit là d’une reconstruction de l’histoire: la Bastille était une prison où se trouvaient enfermés, non pas des gens du peuple, mais des gens appartenant aux hautes sphères de la société française, essentiellement des nobles, et, sous Louis XVI, surtout des auteurs de textes pornographiques.

Le marquis de Sade aurait pu faire partie des prisonniers libérés le 14 juillet 1789.

Il avait été transféré dans un asile d’aliénés quelques jours plus tôt.

Le 14 juillet 1789, il y avait exactement sept prisonniers à la Bastille.

Le gouverneur de la forteresse n’a opposé aucune résistance et n’en a pas moins été assassiné. Le principal instigateur de l’attaque contre la Bastille était Louis Philippe-Joseph, duc d’Orléans, rival de Louis XVI, qui deviendra plus tard Philippe Égalité et votera la mort du roi, avant d’être lui-même guillotiné.

Son but à l’époque n’était pas de mettre fin à la monarchie absolue.

Un an après la prise de la Bastille a été organisée la Fête de la Fédération, censée célébrer l’unité de la France et, ce jour-là, Louis XVI prête serment et accepte le passage de la monarchie absolue à la monarchie constitutionnelle.

L’unité sera éphémère, et le glissement de la Révolution française vers la barbarie et le totalitarisme va rapidement s’enclencher.

Les massacres de septembre 1792 vont conduire aux abominations de la Terreur, aux actes génocidaires menés en Vendée, à la transformation de ce qui est aujourd’hui la place de la Concorde en un lieu où la guillotine coupait les têtes à un rythme soutenu.

Ce qui a commencé en 1789 a été non pas le passage d’un régime politique à un autre régime politique, mais une instabilité qui n’a pas cessé jusqu’à ce jour.

Dix ans après 1789, Napoléon Bonaparte fait un coup d’État et devient dictateur, puis s’autoproclame empereur.

Il sera à l’origine du Code civil, mais il sèmera la guerre dans toute l’Europe et finira vaincu dans un pays ruiné, après avoir fait tuer sur les champs de bataille des milliers de jeunes hommes et enclenché ainsi le déclin démographique français.

Ensuite a eu lieu un retour à la monarchie absolue.

Ont suivi une monarchie constitutionnelle mise en place après des émeutes révolutionnaires, une république elle-même mise en place après des émeutes révolutionnaires, un coup d’État, et une autre dictature nommée Second empire, une république installée après une défaite militaire et un soulèvement révolutionnaire à Paris, un régime autoritaire installé après une défaite militaire encore, une république, la quatrième du nom, le vote des pleins pouvoirs à un Général qui instaurera une République : la cinquième du nom.

Tout au long de cette instabilité, où les régimes démocratiques ont alterné avec des régimes pas du tout démocratiques, la France n’a jamais été un état de droit au sens précis du terme : un pays où les droits des Français auraient été placés une fois pour toutes en position suprême et déclarés sacrés.

Le principe a été que ce qu’une loi fait une autre loi peut le défaire, et ce principe, source d’arbitraire potentiel et souvent effectif, est présent dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Si des institutions sont établies faisant de la France un état de droit et une république stable où les pouvoirs surveillent et équilibrent le pouvoir, et si une date est associée à l’établissement de ces institutions, j’aurai une date à célébrer. Pour le moment, je n’en ai aucune.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • vozuti Répondre

    ce qui est assez frappant lorsqu’on regarde les chiffres du covid en Angleterre, ou le pic de l’épidémie est atteint, c’est que
    1) ce variant delta est très peu mortel.
    2) le vaccin a très peu d’efficacité sur ce variant puisque le nombre de cas et la mortalité des vaccinés ne sont pas inférieurs à ceux des non vaccinés.
    3) dans l’ensemble de l’europe, les signalements de morts suspectes suite à la vaccination covid sont en proportion 30 fois plus nombreux que pour les autres vaccins.

    macron a donc pris la décision folle de rendre obligatoire un vaccin dangereux, pour protéger très faiblement contre un virus bénin. et de transformer en parias la moitié de la population qui ne croit pas aux arguments des bonimenteurs vendeurs de vaccins qu’on nomme pudiquement « journalistes ».

    beaucoup pensent désormais que macron est un dictateur fou qui s’est laissé griser par le pouvoir tyrannique, mais plus probablement macron est juste un naif qui s’est laissé piéger par ses amis (ou ennemis) influents qui l’ont incité à prendre une décision absurde parce qu’ils ont l’intention de le débarquer dans quelques mois, pour le remplacer par un autre avant la présidentielle.

    16/07/2021 à 4 h 16 min
  • ELEVENTH Répondre

    Jupiter aurait voulu bien nous faire comprendre qu’il nous prend pour des cons achevés qu’il n’aurait pu trouver mieux que cette clownerie représentative de son règne. Et dire que certains croient en lui.

    14/07/2021 à 15 h 28 min
  • ELEVENTH Répondre

    Je n’ai visualisé à la TV que la fin du « défilé » de ce 14 juillet. J’ai trouvé cela lamentable et, avec le passage des véhicules de tous services dits publics, il ne manquait plus que les camions-poubelles , les corbillards et les vidangeurs. Quelle classe.
    La lèche effrènée de jupiter à ce qu’il croit être la « jeunesse », avec la bande de glandos de circonstance mise en avant, avait quelque chose de pathétique. Ce n »est plus une chute, c’est l’abime.
    Honneur par contre à nos vrais défenseurs. Pas aux bouffons du roi, ridicules à souhaits.

    14/07/2021 à 15 h 23 min
  • vozuti Répondre

    la plupart des dirigeants de la planète ont été particulièrement zélés pour décréter des confinements en série qui amèneront bientôt une énorme crise monétaire, mais ils ont tous reculé pour l’obligation vaccinale.
    la raison est simple. lors de la crise monétaire qui approche, seul les épargnants seront ruinés, c à dire majoritairement les retraités qui ne risquent pas de se révolter.
    par contre, si une épidémie de maladies cardiaques survient dans les mois ou les années suivant la vaccination obligatoire, le président fera partie des victimes car il sera jugé pour empoisonnement. et c’est la totalité de la population valide qui demandera vengeance.
    cette éventualité n’est pas du tout hypothétique car, meme si les autorités sont dans le déni pour l’instant, les signalements d’effets secondaires graves suite à cette vaccination sont 30 fois plus nombreux en proportion que pour les autres vaccins.
    on peut se demander pourquoi macron a accepté de prendre une décision aussi dangereuse pour lui, presque suicidaire.

    14/07/2021 à 15 h 09 min
  • vozuti Répondre

    on retiendra peut-etre le 12 juillet comme le vrai basculement, puisque ce 12 juillet 2021 macron a décrété le pass nazitaire.
    tous les français de plus de 12 ans qui refusent de servir de cobayes pour l’industrie pharmaceutique sont immédiatement déchus de leurs droits fondamentaux, y compris le droit de prendre le bus ou de faire des achats dans les centre commerciaux.
    le pretexte de cette décision est un vulgaire couillona-virus qui a un taux de mortalité de 0,05% et qui peut etre soigné facilement avec des traitements sans danger, qui ont tous été interdits. en effet le principe de précaution s’applique désormais uniquement pour les médicaments utilisés depuis plus de 70 ans et il cesse de s’appliquer sur les médicaments expérimentaux.
    ce 12 juillet n’est qu’un début puisque le président a prévenu qu’il prendrait d’autres mesures coercitives dans les prochaines semaines… peut-etre pourquoi pas, comme en chine,le droit de prélever des organes sur les français en bonne santé?

    14/07/2021 à 4 h 42 min
  • Tilburce Répondre

    Cher Guy, tout comme vous je n’habite plus en France depuis des décennies, dans un pays qui n’est pas une république. Et j’en suis arrivé à une conclusion assez similaire: la république, je m’en fous complètement. Elle n’est pas le summum de la vertu. Le 14 juillet aussi, je m’en balance complètement depuis quelques années. Cela m’est venu progressivement. Je suis devenu totalement immunisé aux discours s’appuyant sur les “valeurs” de la république ou la glorifiant sans aucun discernement. Et c’est tant mieux.

    13/07/2021 à 18 h 20 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Avec Mcfly et Carlito survolant les Champs Elysées lors du défilé demain mercredi, ce sera l’apothéose de tous les 14 juillet passés et à venir.
    Vive la République et vive le Grand Timonier.

    13/07/2021 à 16 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: