Réaction à l’article de J.P. Pagès-Schweitzer

Réaction à l’article de J.P. Pagès-Schweitzer

J’ai lu avec intérêt l’article « La psychanalyse et les psychopathes » dans les 4 Vérités hebdo n° 741.

Je serais certes d’accord sur la conclusion si les psychiatres étaient capables de diagnostiquer les psychopathes irrécupérables. Les psychopathes, dit-il, sont des personnes « à l’état naturel » car ils sont retournés ou restés à l’état de primates féroces incapables de d’accepter les comportements humains. (Encore faudrait-il définir ce qu’est un comportement humain)

Mais je ne suis plus d’accord du tout lorsqu’il affirme : «  l’éthologie humaine est donc l’antithèse de la psychologie freudienne, puisqu’elle recherche l’explication de certains comportements humains, non pas dans des théories fumeuses… Mais dans l’héritage phylogénique de nos ancêtres les primate ». Pourtant, je n’approuve pas du tout, non plus, pour des raisons différentes, les théories de Freud.

Les abaques de l’éthologie des primates ne sont pas transposables dans l’éthologie humaine. La finitude des uns, aux réponses prévisibles, s’oppose à la liberté des autres aux réponses multiples et imprévisibles.

L’auteur ne tient pas compte du fait que ce qui différencie les primates des hommes vient du fait que les animaux sont formatés ( par l’évolution de leur espèce, par les réflexes innés ou acquis et les actions hormonales qui les régissent). Et que les hommes sont des animaux, certes, fruits de l’évolution jusqu’au moment où, devenus « matures », ils ont acquis une âme, une conscience de leur existence et un discernement. Ce qui implique une intelligence capable de décisions raisonnées donc responsables. C’est le fondement de la liberté et de la dignité humaine,.que n’ont pas les animaux.

Un animal doué de raison

Un homme ayant perdu sa liberté, pour une raison pathologique quelconque, n’est plus responsable de ses actes. Irresponsable, il est devenu une bête à la merci de réactions primaires et/ou violentes dictées par sa physiologie au moment T. Si son état est définitif et irrémédiable, il convient de le considérer comme une bête. C’est là, et là seulement que je rejoins la conclusion de l’auteur.

Si Freud, Gamaliel et Shaül de Tarse raisonnent comme des créationnistes inspirés par la Bible, M. Pagès-Schweitzer, lui, raisonne comme un agnostique dont je verrais volontiers l’inspiration philosophique plus récente (mais pas, de ce fait, plus valable !) venant du Grand Architecte. Mais, que l’âme ait été insufflée par le Créateur, ou qu’elle se soit développée à partir d’un « germe » activé par le stade phylogénique, ou par autre chose, n’a pas d’importance quant à notre propos.

L’important c’est l’avènement de l’homme qui correspond à l’apparition, dans certaines cellules nerveuses du cortex cérébral des primates, de zones d’intégration de la pensée, cette abstraction si difficile à cerner ! Or, la pensée est capable de commander à la matière par l’intermédiaire du cerveau pour des actions raisonnées et non préétablies car la pensée n’obéit pas aux lois de la matière. A partir de ce moment là, l’homme n’est plus « un fauve sanguinaire, constamment à la recherche d’une proie ».

Je dirai, moi que l’homme est un animal doué de raison, donc responsable capable de maîtriser les tendances animales de sa nature au profit de bénéfices supérieurs pour lui et pour la société.─ C’est, d’ailleurs, pour ces valeurs supérieures que le Décalogue prêche. L’esprit de l’homme peut donc «  gouverner » son animalité, avec tout ce que cela implique de tensions, d’échecs, de regrets et aussi de victoires et de fierté, car l’animalité est une force difficile à mater !

L’essentiel c’est que l’animal ne mange pas l’homme.!

Philippe Moniod

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • IOSA Répondre

    Ahurissant cet article qui deviendra un best seller parmis les croyants ( eux par contre sont formatés depuis la naissance et c’est fait vérifiable & constaté…..le baptême sans le consentement +apprentissage par les parents si ce n’est par le cathéchisme+ le baptême obligatoire si l’un des futurs époux veut passer à l’ église).

    Et puis finir par cet article par une tirade qui se voudrait humoristique "l’essentiel est que l’animal ne mange pas l’homme", est tout simplement incongrue et dénote que l’auteur était pressé d’en finir, sans doute en mal d’arguments imposant la supériorité de l’Homme avec une âme, sur le reste des êtres vivants sur terre.

    Avoir une intelligence supérieure aux animaux ne prouve absolument pas, que l’ hominidé possède une âme, mais simplement la capacité de se souvenir à long terme ce qu’il apprends et donc de concevoir et d’extrapoler.

    On peut dire dès lors, que chaque croyant est sujet à une névrose.

    IOSA

     

     

    30/05/2010 à 13 h 27 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: