Religions : Entre l’Islam et l’Opus Dei (suite)

Posté le mai 24, 2006, 12:00
6 mins

Je vous ai exposé dans notre numéro précédent (“Les 4 Vérités” N° 544 du 19 mai) les raisons de l’opposition de certaines organisations catholiques au film « Da Vinci code », tiré du roman de Dan Brown. Ce qui m’a amené à vous parler de l’Opus Dei et de l’inquiétante influence de cette secte intégriste sur la politique du Vatican.

Il m’a fallu, à titre exceptionnel, traiter ce sujet sur deux numéros, car l’affaire est cruciale, en ce qu’elle figure dans les prémices de la guerre de religions qui nous menace. (À ceux qui voudraient pouvoir séparer la fiction de la réalité dans l’œuvre de Dan Brown, je conseille le livre de Sharan Newman « La vérité historique derrière le Code Da Vinci » – Guy Trédaniel Éditeur).
Voyons maintenant dans quel contexte psychologique vient s’inscrire la tentative de l’Opus Dei, déjà presque réussie, de « phagocyter » l’Église catholique romaine.

Un certain nombre d’Européens, et plus particulièrement de Français, très inquiets à la fois de la montée de l’islamisme radical, d’une immigration musulmane massive et du projet insensé d’accepter la Turquie dans l’Union européenne, sont tentés de redonner vigueur au christianisme, espérant le voir dresser un rempart devant la menace d’islamisation de leurs pays.
Je suis convaincu que c’est une grave erreur, mais il m’est difficile de paraître objectif, puisque je suis un adversaire déclaré de toutes les religions, christianisme inclus. Pourtant, si j’avais été un Polonais sous Jaruzelski, je serais allé à la messe auprès des amis de Solidarnosk, parce que l’Église était alors à Varsovie un pôle de résistance à l’oppression communiste et que tout homme libre, fut-il athée, devait être solidaire de cette résistance.

Encore ne faut-il pas oublier que ce sont les ouvriers de Gdansk qui initièrent cette résistance derrière Lech Walesa, alors que l’Église polonaise pactisait avec le pouvoir communiste et qu’elle mit quelque temps à emboîter le pas aux ouvriers, qu’elle s’ingénia finalement à coiffer.

En toute époque et en tous pays, les hiérarchies religieuses ont toujours été tentées de s’entendre avec le pouvoir politique conquérant ou despotique (sauf évidemment lorsque celui-ci les persécutait à outrance, comme l’Église à ses débuts sous Néron ou Marc-Aurèle ou beaucoup plus tard sous Robespierre ou sous Staline), parce qu’elles croient toujours parvenir à l’infiltrer ou à le duper, voire même à lui échanger leur influence contre une participation à la domination du peuple. C’est ce que fit l’Église avec Constantin puis avec Clovis et cela lui réussit fort bien.

De nos jours, si l’islamisation de l’Europe devait atteindre un point de non-retour, je ne doute pas un instant que nos curés pactiseraient avec les imams. On vient d’en voir tout récemment les prémices avec ces prêtres et ces pasteurs qui se sont rangés aux côtés des marxistes pour demander la régularisation des sans-papiers, ce qui reviendrait à ouvrir les vannes au torrent de l’invasion. Ce comportement aberrant ne peut s’expliquer, à mon sens, que de deux façons : soit il s’agit d’esprits déstructurés si complètement imprégnés du mythe de « l’amour universel » qu’ils ne sont plus capables de discerner et de respecter la réalité des patries, soit ce sont des calculateurs déjà affairés à planter des jalons pour une collaboration future avec les envahisseurs. En tout cas, j’espère que ces trahisons ouvriront les yeux des candides qui espèrent trouver dans le christianisme de quoi résister à l’Islam.

J’avais d’ailleurs, dans un article plus ancien, proposé à nos lecteurs de faire ce test : Posez donc cette question aux prêtres de votre connaissance : « Vous sentez-vous plus proche d’un Européen athée que d’un musulman ? » C’est curieux, je n’en ai jamais eu de nouvelles. Je parie qu’aucun de nos lecteurs catholiques n’a osé poser la question à son curé, par crainte sans doute d’entendre la réponse…

Ce que nous devons redouter pour l’avenir, c’est de voir l’Occident tomber sous la coupe d’une nouvelle dictature catholique de l’Opus Dei, sous prétexte de faire échec à une dictature islamique, un peu comme ces pauvres Vietnamiens qui, sous couvert de lutter contre le colonialisme européen, se livrèrent eux-mêmes pieds et poings liés à la dictature communiste.
N’oublions jamais que les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis.

Site de Pierre Lance : http://assoc.wanadoo.fr/lerenouvelle/pub

18 réponses à l'article : Religions : Entre l’Islam et l’Opus Dei (suite)

  1. Luc Sembour

    16/06/2006

    Pierre LANCE repart sur l’Eglise Catholique, le seul sujet au monde qui le passionne et où tel un papillon de nuit devant le cierge, il vient régulièrement se roussir, et carboniser, tous les poils. Pour la réputation de 4V et pour notre malheur, c’est le seul sujet où il n’a vraiment AUCUNE connaissance: un illettré occupe prétentieusement la chaire du magister. Pour preuve ses termes pompeux et déplacés: Opus Dei secte intégriste, inquiétante influence, phagocyter l’Eglise Catholique Romaine, nouvelle dictature catholique. Pierre LANCE s’avoue «adversaire déclaré de toutes les religions, christianisme inclus». Il n’a courageusement jamais écrit quoi que ce soit jusqu’ici, qui puisse être interprété comme une vraie critique de l’islam, idéologie infiniment néfaste, totalitaire, professant le meurtre rituel et le mensonge institutionnel, et contredisant tous les credo-s de liberté d’expression et de pensée, professés dans 4V. Il faut pouvoir baptiser dictature (et donc ennemi naturel de l’intellectuel libre) ce qui ne l’est pas, afin de partir en campagne à grands moulinets de plume d’oie, contre ceux qui ont pour mission éternelle de ne rien imposer à personne (mais de seulement montrer l’exemple qu’ils chérissent). Tout ceci pour esquiver la véritable difficulté, dénoncer ceux qui ont pour mission déclarée, immédiate et certaine de renverser par la guerre chaude (djihad) et la natalité de peuplement, la société occidentale que nous connaissons, avec tous ses acquis philosophiques depuis Thalès de Milet et religieux depuis les israélites de Mésopotamie. La corrida de Pierre LANCE est truquée: les taureaux fous sont interdits d’arène pendant qu’il assassine des moutons. L’Opus Dei est né de l’Eglise catholique Romaine (le chien agite la queue et non l’inverse-«wag the dog»), laquelle pilote complètement cette organisation qui est entièrement, et de haut en bas, «phagocytée» par le Vatican. Il suffirait d’un bulle papale et de 24h pour abolir l’Opus Dei, si le moindre doute se faisait jour sur une dérive quelconque, ce qui n’a jamais eu lieu. Il n’y a pas la plus minime trace d’intégrisme dans l’Opus Dei, ni dans les agissements du Vatican, sauf à dire qu’être intégriste est de suivre aussi bien qu’humainement possible la vocation unique de l’Eglise, à mille lieues des préoccupations «lanciennes». Si cela déplait à Pierre LANCE, c’est très bon signe. Déplaire à un ennemi, identifié et auto-proclamé comme tel, est un indice sûr qu’on est sur la bonne voie. Et pourquoi Pierre LANCE assène-t-il des travaux dirigés à ses lecteurs en leur demandant d’aller interroger leurs prêtres? Ceci avec la question « Vous sentez-vous plus proche d’un Européen athée que d’un musulman ? » Nul n’est si bien servi que par soi-même. Que Pierre LANCE prenne enfin son bâton de pèlerin athée pour en avoir le cœur net. Il pourra même établir de vraies statistiques sur les réponses, selon les normes scientifiques en vigueur dans les bons instituts de sondage. Il pourra aussi constater que la laïcité est une création essentiellement chrétienne datant de l’an 30 environ (rend à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu), alors qu’elle est interdite en islam, de même que l’athéisme qu’il professe (qui y est puni de mort). Si Pierre LANCE avait été polonais à Gdansk fin des années 80, aurait-il réellement risqué son précieux emploi dans une société de forte pénurie, sa liberté très surveillée et sa vie (seul capital de l’athée), pour attaquer de front le communisme, alors bien plus puissant et omniprésent que l’islam à Paris aujourd’hui? Son combat éclairé contre les totalitarismes de 2006 laisse imaginer la réponse. Son ignorance de la signification religieuse l’empêche d’imaginer un instant qu’il aurait été persona non grata à la messe avec les gars de Solidarnosk, réservée aux catholiques. Il confond messe et meeting politique et nie implicitement la séparation de l’Eglise et de l’Etat, qu’il prétend défendre par ailleurs. Il est de plus sacrilège et particulièrement faux-jeton de se mêler à une cérémonie aussi purement religieuse que l’Eucharistie, à laquelle non seulement on ne croit pas, mais surtout que l’on combat de toutes ses forces. Les amis de nos amis ne sont pas forcément nos amis. [email protected]

    Répondre
  2. Florent

    29/05/2006

    On parie combien que Pierre Lance va rappliquer manu militari pour nous traiter d’incultes, d’ignares, d’ignares, d’intégristes, de cons et autres qualificatifs si délicats. Tous en nous reprochant amèrement de faire de même. Et qu’on en verra certains (ils se reconnaitront) qui s’empresseront de le congratuler et de lui apporter sa dose de flatteries habituelles (on peut vivre de peu)? Allez, y’a pas trop de risque, les gagnants auront droit à un exemplaire du Da Vinci Code et la compil des articles des 4V sur la Turquie signés par Pierre Lance en personne! Ah quand même, c’est beau le dialogue! Ah et félicitation pour l’humour et le coup de gueule de Bartimeus ainsi que les savantes explications de Observateur qui recadrent bien le débat. En espérant que ça passe CETTE FOIS (un peu répétitif là!). Florent

    Répondre
  3. Wazix

    29/05/2006

    Une volée de bois vert pour Monsieur Lance. Monsieur Lance a ses propes idées, certes, et il a parfaitement le droit de les exposer. Mais il ne faut pas dénaturer l’esprit d’une organisation qui se rattache à une confession qui prône des valeurs contraires aux préceptes d’un islam. Que Monsieur Lance vit dans des principes dont une partie de l’esprit a été inspirée de la religion judéo-chrétienne. Son athéisme affiché mettrait sa vie en danger dans un monde islamique. Enfin croire à un esprit supérieur, vrai ou faux, ramène l’homme à ce qu’il est, c’est à dire à un élément que la nature supporte. Au lieu de se croire le seul maître de la terre, c’est lui qui pollue, c’est lui qui détruit, c’est lui qui régit la nature, pauvre être sans défense face à un tsunami, à un tremblement de terre à l’explosion d’un volcan, à une cyclone… Il n’a que ses deux misérables jambes pour fuir. De la modestie que diable, ainsi admettant qu’il n’est modestemùent que le second sur terre, ceci l’amène à reconsidérer la position des autres vies et par-dessus tout, cherchant et améliorant la connaissance et la compréhension, sa position secondaire transcende son intelligence qu’il est le seul mamifère à posséder sur terre. Oui la croyance spirituelle est également un moteur intellectuel.

    Répondre
  4. dan87

    28/05/2006

    Je croyais apprendre quelque chose de concrêt de Pierre Lance sur l’Opus Dei, dangereux au point de mettre notre vie en danger et de faire passer en second toute autre réalité qui pourrit la vie quotidienne des Français! Je ne trouve que l’imaginaire de Pierre Lance torturé depuis son enfance par une obsession du sacré et du religieux qui lui ferait tellement d’ombre que sa vie a été infernale, sa liberté impossible. En cela, il a raison, sa liberté est imposible à partir d’une telle obsession haineuse. Pour justifier sa haine, il projette chez ceux qu’il déteste son propre fonctionnement. Son sens du pouvoir et son besoin de salir. Y a-t-il un seul élément accusateur dans l’article qui ne soit une intention prétée, imaginée? Ce type de maladie s’aggrave-t-elle aussi avec l’âge? Chacun se laisse asservir par ce qu’il choisit et tente ensuite de réduire la liberté des autres à sa « mesure ». Pierre , le sens du sacré augmente notre capacité à apprécier la chance de vivre et le désir de vrai. La religion n’est pas une limite mais une direction. On ne peut que te souhaiter de mettre un genou à terre! tu serais plus grand dans cette position!

    Répondre
  5. Helios

    27/05/2006

    L’opus Dei et à travers lui l’Eglise catholique ne pouvaient espérer meilleure publicité que celle offerte par le roman de Dan Brown. Ceux qui aiment voir des complots ou des manipulations partout diront que c’est l’opus Dei qui est derrière la publication et la diffusion du Da Vinci code et de ses 40 millions de copies vendues à travers le monde sans compter le film. Réfuter les balivernes véhiculées par ce roman est une affaire de rien et les historiens des religions n’ont pas d’effort surhumain à déployer pour découvrir la mystification du Da Vinci code lequel est une oeuvre de pure fiction qui prétend se baser sur des faits historiques. Il est tout de même curieux que dans toute cette affaire, l’Eglise catholique soit la seule en cause. Elle n’est pourtant pas seule à être dépositaire du canon scripturaire du nouveau testament, elle se trouve en assez bonne compagnie avec l’Eglise orthodoxe et l’ensemble des Eglises issues de la réforme. Cependant c’est toujours le Vatican que l’on met en cause oubliant qu’il n’existait pas du temps d’Irénée évêque de Lyon qui au deuxième siècle a été le premier à ne reconnaître parmi les nombreux écrits relatant les paroles et l’histoire de Jésus, que les quatre évangiles canoniques, la papauté alors n’existait pas mais c’est d’un commun accord que les chrétiens du temps ont adopté l’ensemble des textes formant le nouveau testament. Les évangiles apocryphes de Philippe et de Marie sur lesquels l’auteur se base pour étayer sa théorie du « mariage » de Jésus avec Marie Madeleine, n’en disent absolument rien, ces évangiles écrits au deuxième ou au troisième siècle (assez éloignés des faits) véhiculent une pensée gnostique et ésotérique assez proche du néoplatonisme, ils parlent plutôt d’une prééminence de Marie Madeleine en tant qu’apôtre par rapport aux autres dont Pierre et Mathieu, prééminence spirituelle qui la rend digne d’accéder au rang « d’homme » sur le plan spirituel. Il ne faut donc pas attribuer une valeur historique à des écrits véhiculant une spiritualité se situant à la frontière entre le christianisme et les concepts philosophico-religieux de l’antiquité. L’évangile de Judas autre texte gnostique récemment publié parle plutôt de la prééminence de Judas à qui Jésus aurait dit: » …Tu les surpasseras tous (les apôtres) parce que tu livreras au sacrifice l’homme qui me revêt… » et plus loin: » …Regarde, tu as été enseigné sur tout. Lève les yeux et observe le nuage et la lumière qui l’habite et les étoiles qui l’entourent. L’étoile qui ouvre le chemin est ton étoile… » Les gnostiques du temps auraient sûrement rigolé (et seraient probablement morts de rire) des conclusions qu’a tiré Dan Brown de leurs écrits et pour cause: le gnosticisme s’adressait à une élite spirituelle laquelle était à mille lieues de tout ce qui est charnel, le Jésus du gnosticisme est l’être parfait destiné à échapper à la corruption de la matière par la connaissance (la gnose) de sa vraie nature divine et par son retour à sa condition parfaite des origines auprès de l’être suprême et des astres, dans ce contexte il n’y a vraiment pas de place au mariage ou à la sexualité. Dan Brown dans sa préface du Da Vinci code se livre à une véritable falsification de l’histoire, le lecteur mal informé aura tendance à prendre pour de l’argent comptant tout ce qu’il dit, et les chrétiens auront beau jeu de démolir sa « thèse » ou plutôt ses élucubrations. Cependant il en restera toujours quelque chose dans l’esprit des gens, car le mensonge est ainsi fait que ses empreintes restent fixés dans certains esprits qui tiennent à ne pas être détrompés comme c’est le cas de ceux qui prêtent foi aux protocoles des sages de Sion ou à d’autres âneries de la même sauce. Cependant ce qui est le plus déplorable dans cette affaire c’est l’apparente neutralité des médias. Les journalistes qui se sont livrés à une véritable recherche sur la question sont très peu nombreux et n’appartiennent pas aux médias ayant une grande diffusion, cela tend à donner du crédit aux affirmations de Dan Brown. L’indigence et la paresse intellectuelle plus que la malhonnêteté sont caractéristiques de notre temps comme la peur d’aller à contre-courant de la pensée générale, l’instinct du troupeau est bien vivant hélas et c’est à lui que le Da Vinci code est redevable de son succès. Helios

    Répondre
  6. Bartimeus

    27/05/2006

    C’etait, dans la série « Bouh fait moi peur ! », un essai sur les merites comparés de la cuisine à l’ail et de la cuisine au beurre… J’ai cru discerné un soupcon du grand complot judéo-marxo-crypto-machin (on nous dit rien, on nous cache tout) mais j’ai, certainement, été victime d’une crise de délirium tres mince… Voila, c’etait pour recadrer le sujet… Je suis toujours étonné du barouf qu’a produit le Da-vinci Code, bouquin pas tres bon, truffé d’erreurs historiques, aux descriptions qui tiennent à la fois de S.A.S (Malko Linge pour non connaisseurs), d’un bout de Tintin (en moins bon) matiné d’Huma. C’est accorder beaucoup d’honneur à un livre qui sera plus utile pour caler une table que pour meubler une honnete bibliotheque. Quant à la théorie de la super puissance de l’Opus Dei, je reste dubitatif ou on accepte de faire du Meyssan au rabais (heu non, c’est pas Bush qui a fait crucifié le Christ, ne nous emballons pas). Bref, ce livre est à l’origine de discussions, débats, conclusions et délires (parfois rejouissants) de la part de personnes à priori serieuses qui devraient plutot aller boire une Leffe (bien sur, Pelforth ou Gueuze restent valables 😉 ) Pour redevenir (un peu) serieux, la France est profondement chretienne, et le christianisme qui relevera notre pays.

    Répondre
  7. Yop

    26/05/2006

    Ouf, je suis rassurée par les commentaires. A la lecture de cet article je me suis dit : qui est ce malade mentale qui écrit de telles absurdité ? Je vois que je ne suis pas la seule… Bon courage M. Lance dans votre destruction des religions : vous êtes loin, très loin de votre but ! Cherchez plutôt la vérité : c’est plus constructif et intellectuellement satisfaisant ! (cf. Mr Plunkett )

    Répondre
  8. gerpic

    26/05/2006

    Vous avez raison, Monsieur Lance, de dénoncer la collusion de certains prêtres et de nombreux chrétiens avec l’Islam et les idéologies marxisantes. Cela me semble d’une évidence massive et incontestable. Mais ce sont justement les catholiques traditionalistes et l’opus Déi qui dénoncent cette « corruption » des idées chrétiennes depuis plus d’un demi-siècle. Placés dans une société de plus en plus déchristianisée, les chrétiens eux-mêmes, sont incapables de percevoir que les violences exercées contre cette société sont le fait d’hérésies ennemies de leur croyance. Je veux parler en particulier de L’Islam et des idéologies marxisantes et altermondialistes. Le Christ n’est ni le premier socialiste ni le premier démocrate, il est tout simplement le premier chrétien. N’est-ce pas *Jacques Ellul, un des très grands philosophes chrétiens protestants qui a préfacé le livre de Bat Yeor « The Dhimi: Jew and Christians under Islam » publié en 1985. Ce texte publié dans les éditions en anglais, hébreu et russe, n’est jamais paru en français. *Jacques Ellul est l’auteur, entre-autres, de deux très remarquables livres sur ce sujet – Trahison de l’Occident – et -Islam et judéo-christianisme-. Jacque Ellul démontre qu’il y entre l’Islam et le Christianisme une INCOMPATIBILITE THEOLOGIQUE FONDAMENTALE. Anecdote très sigificative: savez-vous que l’on vend le Coran à la boutique-souvenir de l’abbaye d’Orval (en Belgique) mais aussi dans les boutiques-souvenirs de Vézelay, un des hauts lieux de la chrétienté où Saint-Bernard à prêché la deuxième croisade? Les catholiques et chrétiens en question, prêtres et laïcs en sont précisément là. Ils sont à la fois orthodoxes et hérétiques. En dépit de leurs cris indignés, c’est ce qu’il faut dire et redire. Monsieur Lance, Au sujet de votre réponse à Tramboule. Jésus-Christ est vraiment le fils de Dieu et non pas fils de l’Homme. Pourquoi? Tout simplement parce que fils de l’homme est une expression sémitique qui désigne ordinairement un membre de la race humaine et a pratiquement la même acceptation que le mot « homme » utilisé seul. Ainsi quand le Christ dit être fils de l’homme il veut dire « je suis homme » ou « je suis aussi humain » et non pas « fils de l’homme ».Dans le nouveau testament et en particulier dans l’évangile de Jean, Jésus-Christ est vraiment FILS DE DIEU. Exemples: (Jean 1,14) – Le Logos (parole, verbe) est devenu chair- ou -Père, glorifie TON FILS, l’heure est venue- (Jean17,1)…etc…etc…dans l’évangile de Jean, LE FILS est devenu une figure centrale, au point que la foi consiste à croire que « Jésus est le fils de Dieu » (Jean, 20,31) et que celui qui refuse de croire  » au nom du fils unique » est perdu (Jean3,18).

    Répondre
  9. sas

    25/05/2006

    A tout choisir ,parmis les sectes l’opus est la moin s pire…pas la plu s mieux: la moin s pire….quand à ce qui arrive ,ce n’est pas une guerre civile, c’est solde d’ une guerre de religion qui a commencé depuis 1789….sous le haut patronnage de l

    Répondre
  10. gerpic

    25/05/2006

     » L’homme est un animal religieux  » En effet, jusqu’à présent, on ne connaît pas de civilisation absolument non religieuse. Une religion, QUELLE QU’ELLE SOIT, remplit une certaine fonction. Elle n’est pas incohérente par rapport à l’espèce humaine puisqu’elle est l’expression même de sa nature. De même, le sacré,le mythe ont une fonction dans la société humaine et pour l’homme. Toute religion trace une histoire et fournit une vue du monde qui permet à l’homme de se situer. Attention, je ne dis pas pour autant que toutes les religions au même titre que toutes les cultures se valent et sont égales !!! mais nier les composantes anthropologiques ( donc dans la dimension sociologique,philosophique, culturelle et historique ) des religions, c’est ne rien connaître du phénomène religieux.En cela,le christianisme est aussi une extraodinaire et SUPER(IEURE) anthropologie. A l’origine, quel était le but de l’opus Déi? Il me semble que l’opus Déi voulait être l’instrument de la reconquête  » La reconquista  » des élites dans les universités Espagnoles DOMINEES particulèrement à l’époque par les rationnalistes et surtout par les marxistes. Le but était de rechristianiser la société en commençant par l’enseignement donc par la jeunesse et en partant du haut vers le bas. Ce but a échoué, car comme on le sait surtout en France, les universités et l’enseignement sont toujours dominées par les idéologies marxistes de gauche et d’extrême gauche. Monsieur Lance dit  » José Maria Escriva soutint de son mieux le régime franquiste  » Depuis les remarquables travaux de Bartholomé Bennassar, on sait enfin que les horreurs de la guerre civile espagnole furent partagées . Le directeur de conscience de J.M. Escriva, le cardinal Soldevilla, Archevêque de Saragosse fut assassiné par des anarchistes bien avant la guerre civile. Ce drame fut probablement déterminant dans l’idée de la création de l’ opus Déi. Il faut savoir que dès 1936, les anarchistes catalans s’acharnent sur les prêtres et vandalisent Eglises et cimetières suivant une TRADITION ANTICLERICALE QUI REMONTE AU DEBUT DU XXème siècle. Les violences ont pour effet de pousser l’Eglise dans le camp des nationnalistes. * En zone républicaine, les prêtres et les religieuses sont parmis les premières victimes, surtout en Catalogne. D’après Antonio Montero, 13 évêques, 4.184 prêtres, 2.365 moines et 283 religieuses ont été ASSASSINES pendant cette période. Rien que durant l’été 1936, d’après l’historien Guy Hermet, de 7.000 à 8.000 religieux ( Prêtres et nonnes) ainsi que 2000 phalangistes sont massacrés en zone républicaine HORS DE TOUT COMBAT. La conséquence immédiate sera le ralliement de nombreux CENTRISTES catholiques aux militaires insurgés. ( * Info sur Wikipédia )

    Répondre
  11. Jean-Claude Lahitte senior

    24/05/2006

    Après avoir lu cette « suite » de Pierre Lance, je serais tenté de lui dire « Dieu vous entende, mon frère ! »… Dans les pays de l’Est au temps du Soviétisme », il ne fallait pas compter sur l’Eglise officielle plus proche du sabre que du goupillon, mais davantage sur le peuple qui avait gardé la foi du charbonnier. Aujourd’hui; je ne crois pas davantage qu’il faille compter sur les hiérarques Barbarin, de Béranger, etc. pour faire barrage à l’islamisation. Hélas, l’Education (prétendue) nationale, les médias, etc. ont fait perdre au peuple français, cette foi qui soulève les montagnes. Et cela dans tous les domaines : le religieux, comme le temporel. On le doit à cette laïcisation « rampante » enseignée dans les écoles de la « République ». On le doit aussi, certes à un moindre degré, à des penseurs du genre de Pierre Lance qui, dans une attitude que je qualifierai de « marie-chantalienne », ont confondu leur propre degré d’évolution avec celui de la majorité des citoyens. Ces derniers, n’ayant désormais d’autre culture que « télégénique », privés de toute base religieuse, sont dans l’incapacité absolue de s’opposer à l’islamisation rampante qui envahit l’Europe de l’Ouest, tout comme au « formatage » des esprits. Ils sont totalement désarmés. Ce qui explique certaines conversions à l’islam d’hommes et de femmes qui passent en quelque sorte à l' »ennemi », faute de trouver le moindre argument religieux ou même seulement philosophique à lui opposer. Un peuple analphabète doublé d’un peuple irréligieux ou a-religieux est vaincu par avance dans un combat où l’adversaire avance le Coran à la main…Quand Pierre Lance comprendra-t-il cela ? En ce qui concerne l’Opus Dei, bien que n’ayant aucune lumière sur son action plus ou moins souterraine, je pense que tant que cette organisation qui, contrairement à la maçonnerie, ne tient pas les leviers de l’Etat, des Syndicats, de la Presse, etc., n’agira pas au milieu du peuple comme un poisson dans l’eau, je ne pense pas que l’on puisse lui prêter le pouvoir d’action (ou de « nuisance ») que suppose Pierre Lance. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior

    Répondre
  12. EIFF

    24/05/2006

    L Opus Dei peut apparaitre comme un anachronisme pour certaines personnes ayant rompu ou ignorant de la culture catholique parce que cette organisation défend certaines valeurs (famille, travail, Dieu) et parce qu elle a son fonctionnement propre (criticable certes mais l Opus Dei est né dans un contexte bien particulier, dans l Espagne des années 20-30, où le léninisme, le communisme, le national-socialisme, l anarcho-syndicalisme déferlaient sur l Europe), mais l accuser de menacer la république francaise et l Europe en s alliant à l islam et au marxisme c est tout simplement grotesque. S il y a un procés à faire aux catholiques c est celui d avoir laisser pénétrer certains éléments progressistes libéraux francs-macons et marxistes à l interieur de l Eglise au moment de Vatican II pour altérer justement la tradition catholique et préparer ce néo-catholicisme new-age oeucuménique qui s aplatit devant l invasion arabo-africaine, le terrorisme de la pensée et la maladie de l anti-racisme aigue. L Eglise et la papauté apparaissent encore aujourd hui comme les grands défenseurs de la tradition et du dogme mais en réalité le carré des traditionnistes vit dans l ombre et est trés peu représenté alors que le catholicisme libéral dévoyé tient le haut du pavé, surtout en France, et s affaire à toutes les bassesses (de la défense des illégaux qui occupent les églises à l encouragement à l islamisation ..etc..). Peut-être qu avec le nouveau pape les choses iront vers plus de responsabilisation….il est temps pour les catholiques de retrouver le sens d un certain patriotisme et de se démarquer de la foi des musulmans. Le Christ des chretiens n est pas le allah monothéiste des mahométans, l Europe est issue de la matrice gréco-latine et judéo-chrétienne et n a pas vocation à devenir une Terre d islam. Mieux vaut être paien hérétique infidèle que soumis à la charia et à l oumma.

    Répondre
  13. christophe

    24/05/2006

    Je n’ai jamais demandé à mon curé s’il préfère un musulman à un athée européen. je crois que cette question n’a aucun sens pour un catholique; l’un et l’autre sont également égarés et méritent que tout catholique applique à leur égard l’injonction de Notre Seigneur  » Allez enseigner toutes les nations » Mon cher PIERRE je crains que malgré vous, votre cas ne soit pas désespéré……. Pour ce qui concerne l’Opus Dei je me range derrière la mise au point de « Observateur »

    Répondre
  14. HF

    24/05/2006

    Donc, si on tires les conclusions, une guerre civile à moyen terme serait-elle inévitable ?

    Répondre
  15. Florent

    24/05/2006

    Bla bla bla, les ctahos sont des salauds, blabla. Par contre, pas faux le passage sur les prêtres marxistes. Vous voyez quand vous voulez.

    Répondre
  16. Observateur

    24/05/2006

    Comme souvent, les articles de Pierre lance sont de scandaleux et répugnant article destinés à diaboliser tout ce qui concerne la religion chrétienne, ici l’Opus dei, pour mieux laisser les mains libres à son athéisme (qu’il est libre de défendre mais sans emm… les autres), à l’absence de valeurs morales, et aux idéologies et aux sectes totalitaires et criminelles comme l’Islam. On retrouve ainsi les techniques habituelles de la gauche et de l’extrême gauche UMPSPC qui cherchent à détruire la société pour construire la société idéale et l’homme nouveau. Mais le début de l’article était tellement une attaque réglée contre la religion chrétienne, que je me suis limité au premier paragraphe. « Ce qui m’a amené à vous parler de l’Opus Dei et de l’inquiétante influence de cette secte intégriste sur la politique du Vatican. » « secte, « intégriste », « vatican », « inquiétante influence », voilà des mots effectivement terrifiants qui font penser légitimement à une secte diabolique, du genre Islam ou pire peut-être. Non, Pierre Lance, comme à son habitude, ne s’est pas renseigné sur le sujet. Un film anti-chrétien, modèle de désinformation, étant pour lui l’occasion de déverser toute sa haine irrationnelle sur la religion chrétienne, allant du Vatican et au pape à n’importe quelle société chrétienne. Et pendant ce temps là, l’islamisation de la France gagne, les valeurs occidentales sont menacées, mais Pierre Lance n’en a cure, islamo-gaucho-laïcisme oblige. Alors à l’attention des lecteurs et de Pierre Lance, je vais présenter l’Opus dei. Vous verrez en effet qu’il y a de quoi être terrifié. ———————- L’Opus Dei, une société secrète ? http://www.davinci-codex.com/actu/rubrique.php3?id_rubrique=21 « UNE ORGANISATION PUBLIQUE ET RECONNUE Fondée au XXème siècle (1928) par un prêtre espagnol, l’Opus Dei (« l’œuvre de Dieu » en latin) est une organisation catholique publique et reconnue par l’Eglise. Le fondateur, Saint Josemaría Escrivá, désirait aider les laïcs à vivre leur foi au quotidien. Pour lui, tout ce que l’on fait dans le monde peut être « œuvre de Dieu ». Ainsi, les membres de l’Opus Dei considèrent leur travail comme un service rendu à Dieu et aux autres, et ce quel que soit leur univers professionnel. L’Opus Dei compte environ 85 000 membres (à peu près autant d’hommes que de femmes), dont 70 % de laïcs, c’est-à-dire des chrétiens ordinaires vivant dans le monde. A noter : à la différence des Bénédictins ou des Cisterciens, l’Opus Dei n’est pas un ordre religieux, il n’y a donc aucun moine. En revanche, l’Opus Dei compte de nombreux prêtres. L’OPUS DEI DANS L’EGLISE : MEMBRE D’UN CORPS UNI L’Eglise est organisée principalement selon deux structures : – les diocèses, qui sont des entités géographiques sous la responsabilité des évêques, – et les ordres religieux (moines et moniales, communautés apostoliques). Ses membres provenant de différents pays et ne prononçant pas de voeux monastiques, l’Opus Dei n’entre pas dans l’une de ces catégories. C’est pourquoi l’Eglise a décidé en 1982, après mûre réflexion, de lui donner le statut de prélature personnelle, personnelle au sens où y adhèrent les personnes qui ont en le désir sans notion d’appartenance territoriale. Ce statut crée ainsi une articulation officielle entre l’Opus Dei et les autres parties constituantes de l’Eglise. Le responsable actuel de l’Opus Dei est Mgr Echeverria. Ce geste n’est pas anodin. Depuis son origine même, l’Eglise a été accusée de dérives sectaires en son sein (à l’époque de Jésus, on parlait déjà des apôtres comme de la « secte des Chrétiens » !). En 2000 ans d’histoire, elle a donc appris a être extrêmement prudente. Pour l’Eglise, reconnaître comme partie intégrante de son corps une organisation comptant autant de membres, cela est très engageant, ce qui implique que la relation de l’Opus Dei à l’Eglise soit pleinement transparente. Ainsi, ceux qui accusent l’Opus Dei d’exercer une trop grande influence au sein de l’Eglise ne disposent probablement pas de chiffres clairs. Il est intéressant de savoir que sur les 4 564 évêques que compte l’Eglise dans le monde, seuls 39 sont membres de l’Opus Dei, soit moins d’un % !. ALORS / EST-CE UN MONSTRE ? Aux yeux de ceux qui ont bâti puis diffusé la légende noire de l’Opus Dei, oui ! Mais qui sont-ils ? La première partie de mon enquête fait la lumière sur eux. Et l’on a beaucoup de surprises… Ce n’est pas la gauche qui a ouvert les hostilités contre l’Opus Dei : c’est l’aile dure du franquisme, dans l’Espagne des années 1940, parce que Josémaria Escriva refusait de s’intégrer à l’idéologie officielle de l’époque ! « Sainte Mafia », « franc-maçonnerie blanche » : tous ces termes dont nos médias usent (aujourd’hui) quand ils parlent de l’Opus Dei, ont été forgés il y a plus de soixante ans par les journaux de la Phalange espagnole ! (…) ———————————————- Une organisation catholique, faisant partie de la famille des organisations catholiques, et voulant promouvoir la foi et la philosophie chrétienne, voilà en effet de quoi attirer toute la haine et la désinformation de Pierre Lance, fidèle à son rôle attitré de grand destructeur de toutes les valeurs occidentales.

    Répondre
  17. grandpas

    24/05/2006

    Il est vrai que lorsque l’on lit les réactions de certains intervenants sur ce site,on est en droit de craindre le pire!

    Répondre
  18. grepon le texan

    24/05/2006

    « Ce que nous devons redouter pour l’avenir, c’est de voir l’Occident tomber sous la coupe d’une nouvelle dictature catholique de l’Opus Dei, sous prétexte de faire échec à une dictature islamique.. » Pffff. La reaction contre l’invasion en cours sera…elle l’est deja..une montee de nationalisme. La cause des problemes actuels etait le socialisme plutot internationaliste. Partis « d’extreme droite » comme vous les appelez en Europe sont des partis socialiste -nationalistes-. Tout les deux sont anti-religieux. Ils feront face a l’islamisme par discriminations ethniques ou raciales organisees et actions politiques et legales musclees. Aucun rappel vers un christianisme integriste ne sera entendu a « droite » a gauche ou au milieu, en Europe du moins.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)