Sauvons la planète !

Posté le novembre 01, 2006, 12:00
6 mins

Je reviens sur mon précédent article « L’Apocalypse rampante » et il me faut en premier lieu corriger une « correction » de mon texte. Vous avez lu « La production de spermatozoïdes humains aurait baissé de moitié en 50 ans ». J’avais écrit en réalité a baissé de 50 %, sur le mode affirmatif. Je n’emploie presque jamais le conditionnel, car je n’avance rien dont je ne sois informé de bonne source. Mais il est impossible dans nos courts articles de 3/4 de page de donner tous les détails et références nécessaires. Nos lecteurs doivent accorder un minimum de confiance aux rédacteurs des « 4 Vérités ». À chacun de s’informer complémentairement, d’abord en lisant les livres que nous recommandons, car un citoyen qui ne lit pas de livres est un fétu de paille offert à toutes les manipulations. Donc, concernant la baisse dramatique de la fertilité masculine, voici mes preuves :

1 – « Le chercheur danois Niels Shakkebaek a démontré que le nombre de spermatozoïdes par millilitre de sperme a diminué de 50 % en cinquante ans, passant de 116 millions en 1940 à 66 millions en 1990 » (faits plusieurs fois confirmés – Encyclopédie de l’Agora).

2 – «… Ce que l’on a constaté, c’est une diminution énorme du nombre de spermatozoïdes par millilitres. Les normes de l’OMS ont montré une diminution de 40 à 20 millions en nombre, ce qui est absolument énorme, en une vingtaine d’années. Et cela va probablement continuer à diminuer ». (Dr Marc Germond, responsable de l’unité de médecine de la reproduction au département de gynécologie obstétrique du CHUV.)

Certes, on peut toujours se consoler avec la chanson socialo-féministe et quasi prophétique « La femme est l’avenir de l’homme », mais une société qui se dévirilise fait le malheur de tous, et celui des femmes d’abord. Un lecteur voulant minimiser l’effet des pesticides qui perturbent le système hormonal m’a écrit que la diminution de spermatozoïdes peut s’expliquer par la fréquente position assise de l’homme moderne, ce qui échauffe les testicules et défavorise ainsi la production de sperme. Très fine observation ! Je lui ai répondu que l’on constate dans nos fleuves saturés de pesticides la féminisation croissante des poissons, qui ont été rarement vus en position assise…

Venons-en à ce que nous pouvons faire pour sauver la planète. Cela consiste en premier lieu, de la part de tous ceux qui ont pris conscience de la menace, et ils commencent à être très nombreux, à modifier radicalement et immédiatement leur comportement personnel et celui de leur famille. C’est-à-dire privilégier systématiquement une alimentation « bio ». Il y a désormais des rayons « bio » dans presque toutes les grandes surfaces et des boutiques « bio » sur tout le territoire.

(Personnellement, je me nourris et m’abreuve « bio » à 70 % environ sans difficulté.) L’argument du prix ne tient pas, car un aliment « bio », non seulement est exempt de nocivité, mais offre une teneur en éléments nutritifs de qualité (vitamines, sels minéraux, etc.) d’au moins 30 % supérieure à un aliment industriel, donc, même s’il coûte 30 % plus cher, il se retrouve à prix égal, sans compter une santé meilleure, donc une économie invisible mais réelle pour la Sécurité sociale.

Et quand vous allez au restaurant, pensez à demander au patron s’il achète « bio ». Lorsque 20 clients lui auront posé la même question, il commencera à y réfléchir. Examinez aussi les possibilités d’énergie photovoltaïque pour votre habitation. Les installations de panneaux solaires sont très bien subventionnées. Si vous êtes copropriétaire, soulevez la question lors de votre prochaine Assemblée générale et motivez vos voisins dans ce sens. Je l’ai fait et ça marche ! Beaucoup de gens qui auraient haussé les épaules il y a 5 ans sont aujourd’hui réceptifs, ne serait-ce qu’au vu de l’augmentation du gaz et du fioul. Surtout, préparez-vous à mettre à profit la grande année électorale 2007 ! Harcelez tous les candidats, tant à la présidentielle qu’aux législatives, pour que la France se place résolument en tête des nations pour la sauvegarde déterminée de notre environnement et le rapide retour à une agriculture naturelle. J’y reviendrai.

53 réponses à l'article : Sauvons la planète !

  1. men's health care products like cialis cialis http://www

    18/07/2007
    Répondre
  2. cheap viagra [url=http://www.forumup.it/?mforum=cayman]cheap viagra[/url] 13/02/2007

    cheap viagra [url=http://www.forumup.it/?mforum=cayman]cheap viagra[/url] generic cialis [url=http://www.forumup.it/?mforum=turbos]generic cialis[/url] levitra online [url=http://www.forumup.it/?mforum=gumball]levitra online[/url] generic viagra [url=http://www.forumup.it/?mforum=cayenne]generic viagra[/url] d2k97o86alzhvi2 viagra uk [url=http://www.forumup.it/?mforum=boxster]viagra uk[/url] cialis online [url=http://www.forumup.it/?mforum=dakar]cialis online[/url] viagra online [url=http://www.forumup.it/?mforum=carrera]viagra online[/url] Répondre

  3. 1qbkxgsy8co1uya buy levitra [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin

    08/01/2007

    1qbkxgsy8co1uya buy levitra [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin/forenserver/foren/F_0383/cutecast.pl]buy levitra[/url] purchase viagra [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin/forenserver/foren/F_0380/cutecast.pl]purchase viagra[/url] buy cialis online [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin/forenserver/foren/F_0378/cutecast.pl]buy cialis online[/url] cialis soft tabs [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin/forenserver/foren/F_0384/cutecast.pl]cialis soft tabs[/url] viagra pharmacy [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin/forenserver/foren/F_0382/cutecast.pl]viagra pharmacy[/url] discount viagra [url=http://www.freeforum.at/cgi-bin/forenserver/foren/F_0379/cutecast.pl]discount viagra[/url]

    Répondre
  4. viagra online [url=http://users.nethit.pl/forum/forum/cayman/]viagra online[/url] ch06m2fh5

    23/12/2006

    viagra online [url=http://users.nethit.pl/forum/forum/cayman/]viagra online[/url] ch06m2fh5cr3mon levitra online [url=http://users.nethit.pl/cgi-bin/vote/vote?cayman]levitra online[/url] buy viagra online [url=http://users.nethit.pl/cayman/ffa/]buy viagra online[/url] generic cialis [url=http://users.nethit.pl/cayman/topsites/]generic cialis[/url] buy generic viagra [url=http://users.nethit.pl/cayman/guestbook/]buy generic viagra[/url]

    Répondre
  5. viagra price [url=http://www.erc.arizona.edu/DiscussionGroups

    18/12/2006

    viagra price [url=http://www.erc.arizona.edu/DiscussionGroups/general/_general/0000365b.htm]viagra price[/url] cheapest viagra [url=http://www.erc.arizona.edu/DiscussionGroups/general/_general/0000365e.htm]cheapest viagra[/url] viagra pills [url=http://www.erc.arizona.edu/DiscussionGroups/general/_general/00003656.htm]viagra pills[/url] sildenafil [url=http://www.erc.arizona.edu/DiscussionGroups/general/_general/00003664.htm]sildenafil[/url] u044at33n9h783z

    Répondre
  6. TATARD

    13/12/2006

    Faut-il que ce petit trou du cul d’homme soit prétentieux pour croire qu’il peut dominer la nature. Que ce soit pour prétendre désensabler le mont Saint Michel ou pour modifier le comportement du soleil et de l’atmosphère, on trouve toujours des rêveurs qui refusent d’admettre qu’un simple éclair est plus puissant qu’une bombe atomique et qu’une éruption volcanique représente une énergie colossale ainsi qu’une pôllution gazeuse sans commune mesure avec nos barbecues.

     

     

    EFFET DE SERRE                      GAZ CARBONIQUE et OXYDE D’AZOTE.

     

     

    Du mouvement perpétuel, au"bogue" de l’année, 2000, en passant par la pompe à chaleur, on est arrivé à l’effet de serre. « Des Scientifiques ont dit » c’est la locution préférée de nos informateurs pour propager les pires bêtises.

    Les lois de la physique sont souvent difficiles à comprendre.

    L’équation caractéristique des gaz les imagine parfaits.

    Les lois de Dalton sont souvent mal assimilées.

    Quand à la thermodynamique, elle est si mal perçue qu’au 21éme siècle on peut construire une merveilleuse chaudière atomique, mais ce n’est que pour faire marcher les machines de Denis Papin(1690) ou, mieux, de FULTON. Nos automobiles continueront encore longtemps à utiliser les inventions du 19éme siècle sous le nom de cycle de Beau de Rochas (1862), popularisé par le moteur à quatre temps. L’électronique, en l’améliorant, ne sera jamais qu’un cautère sur une jambe de bois.

     

    Les Scientifiques de bureau ont encore beaucoup d’avenir dans leurs prévisions qui ne sont étayées ni par des mesures, ni par des statistiques, ni par des expérimentations sérieuses. Leur invention d’effet de serre, provoqué par l’accumulation du DIOXYDE de carbone (avouez que cela a plus d’allure que le gaz carbonique) dans l’atmosphère, les ferait recaler au Certificat d’Etudes Primaires s’il existait encore.

    Sans aller jusqu’à un tel niveau de culture scientifique, limitons au cours moyen des années 1957 et suivantes, notre bibliographie.

    Qu’ils essaient d’extraire le gaz carbonique accumulé au fond d’une cave de fermentation. Ils constateront que pour le soulever il faut complètement le pomper.

    Qu’ils essaient, en soufflant dessus, de le maintenir en suspension dans l’air. Ils verront qu’il est si lourd qu’il retombe en se dissolvant dans la moindre goutte de pluie et dans bien d’autres choses encore.

    A la pression atmosphérique un litre d’eau dissout un litre de gaz carbonique.

    A « n » fois cette pression un litre d’eau va dissoudre « n » litres de gaz carbonique.

    Imaginez ce que peut en absorber l’océan dans ses profondeurs.

    Ce qu’en produisent les industries humaines est ridicule devant les volumes émis par les respirations, les fermentations, les éruptions volcaniques, les calcinations des carbonates de toutes sortes qui constituent une bonne partie de notre planète. Enfin, la consommation du gaz carbonique par les végétaux n’a jamais été mesurée, ni même estimée. Pourtant, c’est la seule source de carbone dont disposent les végétaux pour fabriquer de la cellulose. Vous imaginez tout ce qu’il en faut pour construire un tronc d’arbre.

    Avant d’en faire le « vitrage » de notre atmosphère, il serait bon d’en mesurer sérieusement la réelle concentration en fonction de l’altitude.

    Il en va de même pour ces fameux oxydes d’azote, du « trou » dans la couche d’ozone et de toutes ces billevesées qui ne reposent sur rien. En effet, nos statistiques sur ces questions manquent manifestement d’ancienneté.

    Que dire de cette histoire de niveau des océans qui serait en augmentation ? Est-ce l’eau qui monte ou la terre qui descend ?

    Nos misérables existences ont été, de tout temps, victimes de ces conformismes majoritaires, contre lesquels il faut lutter mieux que des moutons de Panurge.

     

    Pour ceux qui doutent encore.

     

    L’azote et l’oxygène sont intimement mélangés pour former l’atmosphère que nous respirons. Leurs densités différentes devraient les dissocier ? Pourquoi n’en serait-il pas de même entre le gaz carbonique et l’air ?

     

    Constats qui ne sont pas des explications.

     

    L’eau et l’huile ne se mélangent pas, l’huile moins dense surnage.

    L’eau et l’alcool se mélangent en toutes proportions, malgré des densités différentes.

    Pourquoi ? Si l’on ne veut pas être noyés dans un cours de physique, il faudra nous contenter d’une réponse d’adjudant :

     

    « C’est comme cela parce que ce n’est pas autrement.»

     

    Le gaz carbonique n’a aucune affinité avec l’air qui nous entoure. Au maximum, l’air peut en dissoudre trois volumes pour dix milles (3/10000). Au delà de cette concentration, il s’en sépare et « tombe » au fond où tout concourt pour qu’il soit absorbé par l’eau, mais aussi par d’autres minéraux et végétaux.

    Il en va de même du fameux oxyde d’azote que nos automobiles sont accusées de produire à l’excès. Or, le véritable producteur d’oxyde nitreux, c’est l’électricité sous tension élevée. Bien sûr, on en trouve un peu aux électrodes des bougies d’allumage des moteurs à explosion.

    Les aigrettes bleues qui s’échappent des isolateurs des lignes à haute tension en produisent un peu plus. Par temps humide, on en sent l’odeur, qui accompagne le grésillement sonore caractéristique. Il s’y mélange un peu d’ozone qui accentue l’odeur.

    Tout cela ne produit pas grand-chose si on le compare à la puissance énorme de l’éclair en temps d’orage, capable d’en synthétiser des milliers de tonnes.

    Ce gaz nitreux est une bénédiction pour la nature et pour l’homme. Sans lui, il n’y aurait pas de végétation.

    On peut faire, les mêmes constatations avec le gaz sulfureux.

    Gaz carbonique, gaz nitreux et gaz sulfureux, solubles dans l’eau, ne restent pas dans l’atmosphère. Heureusement, s’il n’en était pas ainsi la vie, ne serait pas possible sur terre : nous serions tout asphyxiés. Depuis le temps que l’on consomme l’oxygène de l’air pour faire des oxydations, sa teneur devrait diminuer si l’on poursuit le raisonnement de nos fameux « Scientifiques médiatiques ». On ne l’a jamais constaté et on respire encore.

    Ces trois dioxydes se combinent à l’eau pour donner les acides, carboniques, nitreux et sulfureux qu’on ne peut pas isoler. Ce sont leurs solutions qui ont des caractéristiques acides.

    Contrairement aux autres solutions, ces dioxydes voient leur concentration dans l’eau diminuer quand la température s’élève. Finalement, ils ont tous tendance à être absorbés par le sol.

     

    Comment pourraient-ils provoquer un effet de serre ? Qui provoque réellement l’effet de serre ? comment le constate-t-on ?

     

    C’est l’eau dans l’atmosphère qui est à l’origine des nuages. Les propriétés de diffusion des rayonnements par les nuages sont connues du bon sens populaire. Un ciel clair provoque le refroidissement nocturne de la terre. Un ciel nuageux, au contraire, protège des excès du soleil et de la déperdition des calories accumulées par la terre et les eaux.

    Si l’on compare les masses d’eau nuageuse, avec les quelques gaz transparents, qui se diluent en quantités ridiculement petites dans l’atmosphère, on voit bien que tous ces gaz, soi-disant à « effet de serre », ne peuvent avoir aucune influence sur le climat de la planète.

     

    Les gaz à effet de serre : canular ? Ou imbécillité ?

     

    Il serait tellement plus satisfaisant que ce soit un canular. Comment analyser les causes réelles de l’imbécillité ?

    Un essai de réponse est apporté par un chiffre.

    Lorsque nous avons demandé à ces fameux « Scientifiques  », correspondants attitrés de nos « Reporters  », à combien ils chiffraient le réchauffement de la planète, depuis les années 1900, ils ont répondu :

     

    « La planète a connu, au vingtième siècle, un réchauffement d’un demi degré centigrade »

     

    Mépriser le calcul d’erreur à un tel niveau, est franchement scandaleux.

    Comment mesurer des températures avec une telle précision ?

    Les conditions de prise de température et les performances des matériels, tant au début du vingtième siècle que maintenant, permettent-elles d’être aussi affirmatif, pour prétendre que le chiffre donné est significatif.

    Aucune élucubration statistique ne peut étayer une telle sottise.

     

    Même le suffrage universel ne nous permet pas de nous protéger des « maries Chantal» scientifiques, qui ne sont pas moins dangereuses que leurs soeurs en Politique et en Littérature.

     

    KYOTO  ou la mondialisation de la bêtise.

     

    Les activités industrielles humaines, en y ajoutant les autres occupations des sols, couvrent moins de dix pour cent de la surface terrestre. L’exploitation n’en perce l’écorce que sur une moyenne de quelques centaines de mètres. Les fourmis humaines sont bien prétentieuses quand elles prétendent modifier les climats, par leurs activités minuscules.

    Accuser les Etats-Unis d’Amérique de tous les maux, c’est oublier leur territoire gigantesque.

    Ramenée au kilomètre carré, leur activité industrielle et humaine est bien inférieure à celle de l’Europe.

    On envisage pourtant, sans inquiétude, que la population du globe atteindra rapidement les dix milliards d’individus. Comme toutes les formes de vie, celle de l’homme disparaîtra noyée dans son caca. Dans la fosse morte universelle, quand les hommes verront le niveau des sanies atteindre leur lèvre inférieure, chaque nouvel arrivant provoquera la supplication unanime : « Surtout, pas de vagues ». Les plus grands seraient donc les derniers à disparaître ?

     Cela ne sera pas la conséquence des émissions de gaz carbonique qui s’élimine automatiquement. La vraie source de nuisance et d’autodestruction tient dans une seule phrase de la genèse :

     

    Croissez et multipliez

     

    Il faut bien que les choses s’arrêtent un jour.

     

    Le réchauffement climatique :

     

    « Sans effet de serre, comment faire pour expliquer le réchauffement climatique ? »

     

    J’ai déjà dit combien nos statistiques et la précision de nos mesures, dans le temps, étaient insuffisantes pour prouver que le climat se réchauffait. Nos pauvres mémoires sont si courtes qu’elles ont oublié les mois de juin torrides pendant lesquels on « faisait les foins ». Elles ont aussi oublié les étés « pourris », froids et humides avec les récoltes qui pourrissaient sur pied, les épouvantables sécheresses qui décimaient les troupeaux. Pensez donc qu’en 1947 et en 1959 les vignes du Nord ont produit et conduit à maturité des raisins bien sucrés. A Melun le bananier du jardin public a produit un splendide régime de bananes parfaitement comestibles.

    Ces années-là, les vins étaient méconnaissables. Ils étaient si généreux que cela cachait leurs terroirs. Les vins blancs avaient tous le goût de Xérès espagnol et, en Champagne, ils étaient inaptes à la seconde fermentation appelée prisez de mousse. Il fallait les couper (on dit assembler cela fait plus noble) avec des « piquettes » des années antérieures.

    Les vents étaient alors autant de Sud-Ouest que de Nord-Ouest, les tempêtes aussi. On ne parlait pas encore de réchauffement climatique.

     

    « Mais, cher Monsieur, sans épiloguer sur les mesures thermométriques que vous contestez, la régression des glaciers, la fusion des glaces polaires sont bien en rapport avec une évolution du climat qui ne trouve d’explication que dans l’effet de serre, universellement reconnu. »

     

    Les glaces qui fondent sont une réalité. Alors ! Qui les réchauffe ?

     

    Le sens des proportions :

     

    Il faut remettre les grandeurs à leurs places qui sont toutes relatives. Le monde vivant occupe une « pellicule » du globe terrestre bien mince : à peine un  pour mille du rayon de le terre. En volume, cela ne représente que trois  pour mille de notre globe. Ramenez cela à un beau pamplemousse de cent millimètres de rayon, cela représente péniblement un dixième de millimètre, soit la peau d’une pomme de terre nouvelle.

    L’astronomie ne signale pas des mouvements du soleil, ni des émissions calorifiques inhabituels.  Par contre, les tsunamis, éruptions volcaniques et tremblements de terre se sont distingués ces dernières années. Quand on pense aux sources chaudes d’Islande et d’ailleurs et qu’on observe que les glaciers et les banquises fondent surtout par la base, on peut se demander si ce n’est pas la croûte terrestre qui laisse transpirer un peu plus du feu central si mal connu.

    Une campagne de mesures de la température des sols, tant sur la terre qu’au fond des océans, permettrait d’émettre des hypothèses moins philosophiques que l’effet de serre. Cela prendra du temps et, dans l’attente, on entendra encore de belles âneries.

    Enfin, l’histoire est là qui nous apprend que les vikings appelaient VINE LAND ce que nous appelons encore GROELAND, malgré les glaces et les névés qui recouvrent ce territoire.

     On peut regretter que nos formations intellectuelles nous spécialisent trop en nous enlevant la capacité généraliste de raisonnement scientifique et technique. Les sociétés et académies savantes ont bien failli à leur mission.

    Dinard le 17 Février 2001 –        

    François TATARD – 18 rue de l’isle célée                                  

                                                                                                                 

    Répondre
  7. Anonyme

    13/11/2006

    Cher Ami Helios

    Vous êtes un grand parmis les géants,je n’ aurai pas mieux défendu ma cause,ceux sont mes enfants auxquels je n’impose pas mon art culinaire qui seront heureux de lire un si vibrant hommage à leur gourmet de père.

    je me sens moins seul et vous promets de faire attention à mon alimentation lorque nous serons assis à la même table.

    avec toute ma reconnaissance.

    biologiquement vôtre,votre dévoué Kani.

    Répondre
  8. Anonyme

    13/11/2006

    Cher Mancney

    Comme vous le dites si bien,on peut manger en sortant des sentiers battus mais  être gentlemen et je vous en remercie,compliment d’ autant plus appréciable car malgré vos affirmations de sauvagerie,je suis sûr que vous êtes un gentlemen.

    D’autant plus que je ne vois pas où est la sauvagerie à défendre des valeurs qui ont été dans la plus part la sauvegarde de l’humanité.

    Un des cannibals de roman le plus célébre de Thomas Harris,"Hannibal Lecter" est un personnage hautement cultivé et maniant l’humour noir à discrétion.

    Pour le repas avecM Lance,il ne plait guére,il ya des personnes comme ça que l’ on sent indigeste.

    Pour le sumo,il s’agit d’un rêve(repas pantagruélique) un peu gras mais avec un "Chateau Pétrus" où un "Tokay" arborant plusieurs "Putyonos",pourquoi pas!Mais je dois avouer que j’ ai un faible pour le "Montbazillac" ou le bourgogne rouge.Ah ces ventes dans les Hospices,j’ avais bien apprécié le négociant pourtant mauvais oenologue.

    Pour terminer,si des personnes nous méprisent,la raison en ets bien nous les ramenons d’aprés eux aux âges anciens pourtant je peus vous que de nos jours,il existe encore des personnes tels que moi.Certains doivent leurs survies à cette pratique (Cordillére des Andes).

    Alors moi barbare,non! J’exige qu’ au nom de ma différence on me respecte,un point c’est tout.

    Tendrement vôtre

    PS:Pour avoir eu des amitiés particuliéres avec une dietéticienne,j’ai faill mourir mon Dieu qu’ elle était imbuvable.

    Répondre
  9. Helios

    12/11/2006

    À Mancney,

    "…Vous etes le Kanibal, mais c’est moi le sauvage",

    Les cannibales sont gens civilisés, nous les regardons simplement à travers la lentille déformante de notre civilisation. Dommage qu’il n’y ait pas une communauté de plusieurs milliers de véritables anthropophages en France, vous verrez la commission des droits de l’Homme et la MRAP se dépêcheraient de défendre leurs droits à vivre selon leur culture et leurs valeurs. Toute opposition aux pratiques des anthropophages sera donc considérée comme motivée par le racisme et devra recevoir une sanction exemplaire.

    Les ministères de l’intérieur, de la justice et de la santé devront s’ajuster dans un premier temps. Il y aura lieu de fermer l’oeil sur les pratiques culinaires tant qu’elles s’exercent à l’intérieur de la communauté, cependant rien n’interdit que des français de souche ou originaires des autres communautés adhèrent à ces pratiques. Se nourrir ne sera pas considéré comme criminel, il est vrai que le consentement à servir de nourriture peut poser problème mais les juristes du ministère de la justice devront trouver un accommodement légal, comme par exemple décréter que seuls ceux qui se nourrissent de chair humaine peuvent être considérés comme source de nourriture. Cependant il faudra "surveiller de près les dérapages". Les membres de la communauté cannibale auront le droit en tout temps de quitter la communauté, cependant le fait qu’ils constituent une source de nourriture ne s’éteindra qu’après un laps de temps qu’il restera à définir par un commun accord avec les leaders de la communauté cannibale.

    La société protectrice des animaux et Brigitte Bardot seront poursuivies pour propos racistes s’ils s’avisaient de lancer une campagne à l’encontre du cannibalisme. Les curés devront s’abstenir de prêcher contre le cannibalisme, il y aura lieu de prévoir une exemption en ce qui concerne le commandement: "Tu ne tueras pas".

    Les programmes scolaires devront aussi être modifiés pour introduire les nouvelles notions de respect de la différence, et expliquer aux écoliers que le cannibalisme est une façon différente de manger. Pour l’occasion des cannibales seront invités à rencontrer les enfants et leur parler, des films et des diaporamas seront aussi prévus à cet effet, des avis seront aussi envoyés aux parents. Cependant les échanges entre communautés cannibales et les autres devront être laissées à l’initiative des personnes, l’état n’encourageant et ne décourageant aucun choix culinaire.

    Dans les écoles recevant un nombre significatif d’enfants cannibales, les cantines scolaires devront s’adapter à la clientèle, cependant les mets préparés à leur intention viendront directement de la communauté et seront servis dans des comptoirs séparés.

    Une étape cruciale consistera à enchâsser le droit des cannibales dans la constitution, un amendement à la charte des droits et libertés en ce sens devra être voté par une majorité des deux tiers à l’assemblée nationale ainsi qu’au sénat.

    Les cannibales devront être représentés dignement dans toutes les instances politiques tant municipales que nationales, la présence de maires, de députés voire de ministres cannibales doit être encouragée.

    Cet exposé n’est probablement pas exhaustif mais nous n’en sommes qu’au début de la réflexion.

    Bien à vous

    Helios

    Répondre
  10. Anonyme

    12/11/2006

    Doc Kanibal : Merci beaucoup pour votre invitation, Doc Kanibal, mais je vous trouve bien prudent :  Avoir la chance de pouvoir entendre Pierre Lance et Helios, débattre d’écologie, (avant qu’ils ne choisissent tous deux d’aborder d’autres sujets), autour d’une table, je serais certainement pret a payer pour ca et je resterais pour la deuxieme séance. Vous etes, assurément, un Kanibal tres civilisé.
    Quand je vous compare a moi, qui suis pro Bush, anti Abortion, pro Peine de Mort, anti Marriage de meme sexe, pro liberté d’Entreprise, anti Immigration, pro Armes a feu, et en plus pret a me battre dans les rues, je crois que je n’inviterais jamais quelqu’un comme moi a ma table. Vous etes le Kanibal, mais c’est moi le sauvage.

    Best,
    Mancney

    Répondre
  11. doc kanibal

    10/11/2006

    Chair Mancney

    Désolé,mais je n’aime pas les digestions difficiles,je préfére diner entre amis et vous serez le bienvenu et suite aux commentaires d’ Helios,je me pense qu’il n’ y varra aucune objection.

    Helios

    Pour le restaurant,pas de probléme nous en trouverons bien un qui pourra servir la fondue Savoyarde et la bourguignone.

    Humour noir

    Rien de tel qu’un diabétique pour manger des travers caramélisés.

    Tendrement à tous

    Répondre
  12. Helios

    10/11/2006

    À Doc Kanibal,

    Grand merci pour votre invitation, j’accepte avec empressement et vous prend au mot. J’aime les plaisirs simples et je suis un amoureux des fromages (sur ma tombe on sculptera une meule), cette passion culinaire alimente mon affection pour la France. Votre délicatesse que j’ose qualifier d’exquise n’ira pas sans un petit sacrifice, vous renoncerez pour me faire plaisir à vos habitudes gastronomiques. Qui prétendra encore que les cannibales sont des sauvages?

    À Mancney,

    Grand merci pour votre suggestion à la fois généreuse et lumineuse!  Mais je ne voudrais pas manquer à mon devoir de discrétion, étant l’invité de Doc Kanibal il est tout à fait dans l’ordre des choses de lui laisser le choix des convives et la composition du menu.

    Je profite de l’occasion pour saluer votre talent de conciliateur et votre souci de rapprocher les points de vue. Je crois que votre attachement aux États Unis d’Amérique n’est pas étranger à cette heureuse disposition. Je constate d’ailleurs que d’une certaine façon vous jouez aux 4V le rôle que les États Unis jouent dans le monde, celui de porte-étendard de la Liberté et du Bon Sens.

    Helios

     

    Répondre
  13. Mancney

    09/11/2006

    Bravo, doc kanibal. Invitez messieurs Pierre Lance ET Helios, a dinner, ENSEMBLE. La communication cybernetique atteint parfois ses limites, dans les rapports humains. Best, Mancney

    Répondre
  14. sas

    09/11/2006

    à HELIOS….cite à l’homme qui commande au censeur…lai eul pay yang 600 av JC; « l’homme qui ne sait rien ne peut s’empêcher de parler…celui dont le savoir est immense se tait et regarde…. » ce sont les maçons qui ont décidés que les hommes pouvaient vivre sans dieu….et c’est depuis ce moment là en 1789 que le déclin a commencer…soit on acceptes toutes choses et ses contraintes…soit on remet en cause l’ordre naturel des choses….et ca a un nom le chao… sas

    Répondre
  15. Helios

    09/11/2006

    À Pierre Lance, Vous savez, quand on se prend trop au sérieux c’est très pardonnable mais on finit par faire rire de soi, et vous n’êtes pas obligé de commenter mon commentaire en risquant de vous tirer dans le pied. Au reste, quand on a choisi de s’appeler Pierre, il est bien normal de se dire: Je suis Pierre et sur cette pierre je bâtirai ma secte (biophage et négationniste du Sida!)… Je vous signale qu’André Malraux a fort probablement dit que le vingt-et-unième siècle sera religieux ou ne sera pas, et ce n’est pas moi qui le lui fais dire (vous méconnaissez ma modestie), il n’y a pas de fumée sans feu et d’ailleurs cette citation s’accorde très bien avec sa pensée. Il n’est pas étonnant que vous soyez incapable d’apprécier l’humour, en tant que prédicateur vous vous offusquez que l’on rie des choses sacrées (elles le sont pour vous ne vous voilez pas la face), pourtant l’humour, outre qu’il dédramatise les situations, fait éclater les tabous, démasque les non-dits et permet de remettre les choses en perspective. Tenez, les canadiens, même ceux qui s’opposent par principe à la chasse au phoque, ne manquent pas de rire à gorge déployée du spectacle des écologistes qui font le pèlerinage de la banquise pour se prosterner devant un bébé phoque comme si c’était le petit Jésus de la crèche! Et maintenant je vous demanderai de méditer ce qui suit: Chassez le naturel il revient au galop, mettez la religion à la porte elle vous revient par la fenêtre! Et ce mot tellement sage des psychanalystes: ce que l’on refoule loin en arrière on le rencontre plus loin en avant! Helios PS Petite rectification, quand on a choisi de s’appeler Helios il est bien normal qu’on soit insensible au froid, produisant ma propre chaleur c’est fou comme j’économise sur le chauffage!

    Répondre
  16. doc kanibal

    08/11/2006

    Helios Vous me comblez par votre exraordinaire commentaire certainemnt le plus juste de tous ceux ecrits au dessus le mien mise à part et les votres,il va de soi. Merci de parlez de mes ancêtres avec autant de savoir. Si un jour vous passez par la France,je vous inviterais non pas à ma table mais dans un restaurant de votre choix. Chair M Lance J’aimerais dîner avec vous,aimez vous la viande sur pieds,comme selon vos ecrits vous êtes toujours dans votre assiette,ce sera l’occasion de le verifier. Pour les autres De mon voyage en Asie,j’ai goûté l’Hawaïen cuit sous la cendre à l’ éttoufée dans de la feuille de banane,succulent que du bio. Tendrement vôtre.

    Répondre
  17. Ameladius

    08/11/2006

    Merci M. Lance pour votre réponse à mon intervention. Je note que si vous lisez deux à trois livres par semaine, il ne vous sera pas tres difficile de lire celui qui a maintes fois été évoqué ici: L’ecologiste sceptique Bjorn Lomborg Sans vouloir vous imposer vos lectures, je pense, que vous pourriez reporter le lecture d’un de vos livres de la semaine, à la semaine suivante, et de le remplacer par cet ouvrage tres instructif. J’ai hate de lire l’une de vos prochaines intervention sur les 4 Vérités avec vos réactions à sa lecture. Connaissant votre attachement à la cause écologiste, cette lecture ne pourra pas vous laisser indifférent. Cordialement A. Meladius

    Répondre
  18. Mancney

    08/11/2006

    Messieurs, Pierre Lance et Helios. C’est trop d’honneur pour moi, gentlemen, que vous ayez bien voulu noter la petite phrase finale de mon post « Ce qui est grave… » . Votre approbation me touche, because I do mean these words. Je suis également TRES sensible au fait que vous l’ayez TOUS DEUX relevée, mais je n’en suis pas surpris, et pour tout dire, je m’y attendais un peu. Vous etes, Messieurs, une grande richesse pour notre communauté, j’aimerais vous en remercier. Bien amicalement, Mancney Ps: Maintenant, si il y a, parmi nous, de bonnes ames qui trouvent que je cire les pompes, les mecs, c’est quand vous voulez; vous ne serez pas déçus.

    Répondre
  19. grandpas

    08/11/2006

    M Lance Votre habitude de dénigrer,tout ce qui n’est pas politiquement correct selon vos principes est de retour! Même si celui ci est plus « soft »,gare au sécateur de notre modérateur. Puisque,vous vous en prenez au pseudonyme d’un intervenant ici Helios;que je salue pour ces contributions toujours parfaitement compréhensibles et argumentées et qui souvent éclairent d’une lumiére sublime vos sombres allégations;comme vous l’aviez fait à mon propos. Que penseriez vous si nous nous en prenions à votre patronyme,tout en restant correct.Aprés tout,on aura beau vous Lancer,votre vol sera toujours court.Alors respectez ce qui ne partage vos visions « gourouesque » de ce monde. De toute façon,il n’est pas nécessaire de lire 100 000 livres pour être cultivé mais un seul à condition qu’il soit compris. Pout terminer,il ne suffit pas de noircir des feuilles pour ce prétendre écrivain mais aussi de construire un ouvrage littéraire comme on le fait pour une maison où tout le monde peut s’y sentir bien. Cher Mancney Tout le plaisir fut pour moi sachant que certains intervenants apprécient un humour parfois décalé.

    Répondre
  20. Helios

    08/11/2006

    À Doc Kanibal, Votre souci de bien manger vous fait honneur! Hélas les traditions culinaires dont vous vous réclamez appartiennent désormais à un passé révolu. Dans cet espace réservé où chacun exprime son opinion, on se contente de « manger » symboliquement son prochain, rien de plus. Mais on aurait tort de ne pas répondre à votre appel au secours, après tout vos ancêtres anthropophages si décriés n’étaient-ils pas à l’avant-garde de la préservation de l’environnement et des écologistes avant la lettre? Contrairement aux idées reçues l’anthropophagie, en tant que solution écologiste à la surpopulation permettait à vos ancêtres de conjurer toute menace sérieuse à l’environnement. La mauvaise réputation qui leur a été faite n’était-elle pas délibérée afin de justifier leur extermination? Eux au moins se gardaient d’exterminer leurs ennemis après tout on ne détruit pas son garde-manger! Imaginons à présent la planète sans êtres humains ou peuplée uniquement d’anthropophages, ne deviendrait-elle pas un paradis écologiste? Les écologistes qui ont de la suite dans les idées et qui ne dédaignent pas d’explorer toutes les avenues possibles devraient songer sérieusement à réhabiliter le cannibalisme. On serait tenté de croire que cela ne sera pas facile, puisque nombre d’entre eux militent aussi pour les droits de l’homme! Qu’on se rassure il n’y a aucune contradiction entre le cannibalisme et les droits de l’homme pas plus qu’il n’y a de contradiction à défendre les droits des criminels et à ignorer totalement ceux des victimes. D’ailleurs de quel droit et au nom de quelle morale se permet-on de juger une culture différente mais tout compte fait égale (sinon supérieure) à la nôtre? Une culture qui remonte au paléolithique, riche de traditions et proche de la nature. Le cannibalisme reposant sur une tradition ancestrale est fondé en droit: le droit de se nourrir selon ses coutumes et sa culture et celui probablement moins « intéressant » mais combien utile de devenir soi-même nourriture pour la perpétuation de l’espèce mais aussi pour prévenir toute explosion démographique. Je profite de l’occasion pour souligner votre apport à la civilisation, l’art culinaire et la gastronomie s’enrichissent désormais des mets et des recettes que vous rapportez dans votre commentaire. Ceux qui se préoccupent de bien manger devraient en prendre acte. Biologiquement vôtre Helios

    Répondre
  21. Helios

    08/11/2006

    À Mancney, « …Cependant, je resterais cette fois, avec Jean Baptiste (Poquelin that is), bien centré au milieu du débat, loin des extrémités…. » J’abonde dans le même sens que vous et j’estime que l’on ne rend pas service à l’écologie en en faisant une sorte de religion. Il est en effet navrant d’entendre des slogans du genre « HORS DE L’ÉGLISE ÉCOLOGISTE POINT DE SALUT! » « … » Les Francais boufferont ce que l’on leur donnera a bouffer. » Point. Carrément! Je n’ai jamais oublié. » Et pourtant on mange bien en France! Pour y avoir séjourné plusieurs semaines et acheté des aliments non-bio au supermarché je trouve que la qualité est plutôt bonne. Un des restaurateurs les plus vantés à Montréal accorde la plus haute importance à la qualité des produits qu’il achète de ses fournisseurs, il a reconnu que l’origine bio des aliments importe peu dans ses choix, seuls comptent la fraîcheur, l’aspect appétissant et le goût et sur ce plan les produits non bio l’emportent souvent sur les produits bio. Les food-makers français, américains ou canadiens vendent à leur clientèle les produits qu’elle préfère. Prenons les fraises, celles qui se vendent bien sont assez dodues, rouges écarlate, fermes et bien luisantes (comme si elles étaient enduites de vernis), cependant elles n’ont presque pas de parfum et ne goûte pas grand chose. C’est que la clientèle MANGE AVEC LES YEUX! Ces fraises sont sélectionnées parce qu’elle sont d’abord et avant tout SEXY, « for your eyes only »! Le jour où la clientèle fera abstraction de l’apparence pour rechercher le goût, les food-makers s’ajusteront. Mais la clientèle dans le choix qu’elle fait des aliments ne songe qu’à se nourrir, son choix ne constitue en aucune façon un geste politique et encore moins une action visant « à sauver la planète », pas plus que le choix qu’elle fait de rouler en auto ne constitue un appui à l’Iran ou à l’Arabie Saoudite dont les pétro-dollars financent l’expansion du fanatisme musulman et les organisations terroristes. Est-ce à dire que nous ne devons pas tenir compte des conséquences de nos choix? Bien sûr que non cependant il appartient à chacun de définir ses besoins et ses priorités selon ses préférences et ses valeurs. Là où je ne suis pas d’accord c’est quand on essaie de créer un mouvement de masse en faveur de tel ou tel choix en faisant appel, non à la raison ou au bon sens des gens, mais en leur promettant le « salut » s’ils se rangent derrière les gourous et les pires calamités s’ils s’en écartent. Le message environnemental est « porteur », c’est pourquoi nombre d’épaves gauchistes qui en ont assez de rouiller dans les cimetières de rebuts que la défunte URSS a laissés en héritage, ont découvert les vertus écologistes du recyclage. On les appelle les verts pastèques (ce qui, entre nous, est vraiment dommage pour les pastèques et ceux qui adorent les manger). Ils n’en sont pas à une perfidie près, c’est (pour évoquer encore une fois Molière) Dom Juan devenu dévot et bientôt moine! Bien entendu une certaine droite (réactionnaire et anti-scientifique) ne veut pas être en reste, il n’est pas question de laisser le champ libre à la gauche, et Hop dans le train en marche! Voilà, le « peuple » sera copieusement servi et ma foi par de fort bons apôtres! Comment ne pas être d’accord avec vous quand vous dites:  » Ce qui est grave, ce n’est pas de s’occuper d’écologie… ce qui est grave, c’est de ne pas s’occuper des autres problemes. » Amicalement Helios

    Répondre
  22. Mancney

    08/11/2006

    Merci pour votre adorable Fable, cher Grandpas. Un air de fraicheur amusé. Best, Mancney

    Répondre
  23. Pierre LANCE

    08/11/2006

    A Josh : Votre lucidité est bien réconfortante, et malheureusement trop rare chez les écologistes eux-mêmes, chez qui l’explosion démographique est une sorte de tabou. Et pourtant, vous avez raison, là est la racine entière du problème. Car toutes les mesures que nous pourrons prendre (et que déjà nous ne prenons pas assez vite) seront annulées par le natalisme effrené du tiers monde et les industries hyper-polluantes qu’il développe. A Hélios : Vous savez, si vous ne comprenez rien à ce que j’écris, c’est très pardonnable, et vous n’êtes pas obligé de commenter en risquant de vous tirer dans le pied. Au reste, quand on a choisi de s’appeler Hélios, il est bien normal qu’on soit insensible à la chaleur qui monte… Je vous signale qu’André Malraux n’a jamais dit ce que vous lui faites dire. Mais il est vrai qu’il est ardu de vérifier l’authenticité de citations que tout le monde colporte plus ou moins déformées. A AMeladius : Je lis en moyenne deux livres par semaine, parfois trois. Et j’en reçois des piles que les éditeurs m’envoient sans que je les demande. Alors vous me pardonnerez de ne pas pouvoir me précipiter toutes affaires cessantes sur tel ou tel livre qu’on me signale. Il n’est aucune lecture que je « refuse obstinément », comme vous dites, mais que voulez-vous, j’ai besoin de dormir un peu et je ne suis pas encore devenu un surhomme. Rassurez-vous, j’y travaille ! Cela dit, quelles que soient les erreurs ou exagérations, voire les dérives à intentions politiques des écologistes, ils n’en ont pas moins globalement raison et les réveils seront douloureux pour ceux qui, comme Hélios, ironisent sottement sur d’aussi graves sujets concernant l’avenir des générations futures. Qu’on hésite à se laisser aller au catastrophisme, je le comprends tout à fait. Je vous signale d’ailleurs que j’ai moi-même écrit un article voici plusieurs années pour tempérer les alarmes à propos de la couche d’ozone. Mais pour oser dire que « la planète va de mieux en mieux », il faut vraiment prendre plaisir à concurrencer les autruches. A Mancney : Vous dites : « Ce qui est grave, ce n’est pas de s’occuper d’écologie… ce qui est grave, c’est de ne pas s’occuper des autres problemes. » Vous avez totalement raison. Nous devons nous occuper de tous les problèmes en même temps. C’est d’ailleurs ce que j’essaie de faire, comme vous le savez si vous lisez régulièrement mes articles. Et figurez-vous que certains me le reprochent.. Toutefois, comme il est utopique de vouloir résoudre tous les problèmes simultanément, il faut savoir dégager les priorités. Et ce n’est pas facile. Les dangers sont si nombreux ! Toutefois, si la planète s’effondre sous nos pieds, bien des problèmes seront résolus, mais par le vide ! Et comme nos politiciens sont incapables de traiter comme il convient les problèmes de santé et d’environnement et ne font semblant de se soucier d’écologie que quand il s’agit de récolter des suffrages, alors je crois que le moment est venu de les secouer comme des cocotiers durant l’année 2007 et de les mettre au pied du mur.

    Répondre
  24. acdc

    07/11/2006

    IL SEMBLERAIT QUE LA CHINE AIT DECIDE DE REDUIRE SA PRODUCTION D’ACIER DONT ELLE EST LE PREMIER PRODUCTEUR MONDIAL.S’AGIT-IL POUR ELLE DE PRESERVER SES RESERVES NATURELLES OU , »MIRACLE »,D’UN DEBUT DE PRISE DE CONSCIENCE DES ENORMES PROBLEMES ECOLOGIQUES QUE SON DEVELOPPEMENT EFFRENE ENGENDRE? Quelqu’un aurait-il des éléments sur ce sujet?

    Répondre
  25. Mancney

    06/11/2006

    Ah, ah, bravo, Helios, j’ai bien ri. Cependant, je resterais cette fois, avec Jean Baptiste (Poquelin that is), bien centré au milieu du débat, loin des extrémités…. Oui, les hommes ont toujours trouvé des éxutoires a leurs malheurs et Oui, l’écologie en est un aujourd’hui. Ca se voit rien qu’en regardant le pere Al Gore. (Un autre éxutoire qui marche bien en France et occupe vos écrans télé et votre attention, c’est les accidents de la route…Ca marche a tous les coups… »Mais, enfin ma brave dame, vous vous rendez compte? 18 morts!!! ») Mais, Oui, également, la « bouffe » devient dégueulasse, en France, aux Us, et ailleurs (sauf peut etre le poulet grillé dans la rue, a Brazzaville.) et Oui, il y a des améliorations sérieuses a apporter. Il faut retrouver le « gout » et veiller a ce que la nourriture « industrielle » cesse de déraper. Je sais, ceci n’est qu’une petite partie du débat… Si un jour vous avez l’occasion de manger des produits d’un cochon élevé dans le près (on achete le cochon au paysan que l’on connait bien, on le découpe (le cochon, hein, le Khalouff, pas le Paysan), enfin, on peut se faire aider pour ca, et apres on remplit son congélateur, voila), bref, la différence dans la bouche est surprenante, c’est un Kiravi contre un Pétrus, c’est le jour et la nuit. Et je trouve que, hélas, je mange pas mal de cochons Kiravi, de steaks Kiravi, …pas terrible. Je dois laver mes épis de mais a l’eau et au savon avant de les cuire, je n’achete plus de tomates sans terre, et je regrette bien mes bouteilles d’huile d’Olives de Cailletiers pressées au Moulin de Sainte Anne, route de Draguignan. Comme dans tous les autres domaines, il est souhaitable de faire une contre-pression régulatrice aupres des industries Agro-Alimentaires, pour les « encourager » a ne pas trop se moquer du monde. Je me souviens encore d’une remarque faite par un représentant d’une quelconque association de food maker Francais, entendue lors d’un débat radiophonique sur Europe 1 ou RTL, il y a plus de vingt ans :  » Les Francais boufferont ce que l’on leur donnera a bouffer. » Point. Carrément! Je n’ai jamais oublié. Anyway, il suffit de considérer l’écologie a sa juste place, a sa juste importance, ni plus, ni moins, il convient de rendre homage a son coté « Visionnaire » (Ok, ils se plantent, mais au moins ils PENSENT a « demain ») et ne ne pas se laisser détourner a son profit, de problemes peut etre plus graves. Le syndrome du prestidigitateur : « Regardez bien main, oui celle la, regardez la bien… Vous la voyez tous ma main?  » …. Et l’autre main, celle que vous ne regardez pas, elle fait quoi pendant ce temps? Elle fait des bébés Arabes, des bébés Arabes, encore des bébés Arabes… en dehors de l’Arabeland. Ce qui est grave, ce n’est pas de s’occuper d’écologie… ce qui est grave, c’est de ne pas s’occuper des autres problemes. Best Mancney Ps: A propos de la pensée de Malraux, vous trouverez ici un interessant et plaisant exposé du Frere Michel Van Aerde, en Janvier 2003 a Toulouse, dans lequel il cite, entre autres, la réponse de Malraux faite a un journaliste Danois en 1955 : http://biblio.domuni.org/articlesphilo/21es/21es.htm

    Répondre
  26. Willy Wonka

    06/11/2006

    Bonsoir, quelles sont les véritables raisons d’acheter « bio » : – un éveil à la conscience écologique et une envie de moins solliciter notre pauvre terre avec des pesticides – un meilleur goût des aliments – une meilleur santé et un meilleur bien-être – préservation de certaines espèces délaissées par les industrielles Pour ce qui est du goût, rien n’est sûr, certains produits bio étant vraiment sans saveur. Pour la santé, là encore rien de prouvé pour le moment car les études sont très difficiles à protocoliser et les résultats ne donnent pas de pistes significatives globalement. Certains de mes amis mangent bio mais roulent dans un 4*4 BMW de 4,4 l de cylindrées, sécurité des enfants oblige parait-il !!!! Bref, on a l’impression que c’est plus complexe que simplement manger bio. Excellente soirée à tous Willy

    Répondre
  27. grandpas

    06/11/2006

    Une fourmi ecologiste de son état Ne mettait que du blé et des haricots bio Elle se moquait de sa voisine la cigale Qui se nourrissait de mauvaises herbes Vous finirez par en crever lui dit la foumi La cigale perit dans le mois sans coup ferir La fourmi triomphait sans pareil Trop de bruit elle fit,elle réveilla le hibou Qui fort mécontent de cet état,la mangea! Moralité: Tu manges bio,tu manges pas bio,tu créves quand même.

    Répondre
  28. AMeladius

    06/11/2006

    Au scientifique M. P. Lance, Comment se fait-il que vous refusiez obstinement de lire « L’ecologiste sceptique » de Bjorn Lomborg, qui justement compile le resultat de tres nombreuses etude scientifiques ? A plusieurs reprises ce livre a ete cite par des intervenants du forum lors de vos diverses interventions « ecologiquement correctes » et vous avez toujours evite d’en parler ! (ex: dans ce debat Stéphane E, le 4ieme post en parle) Avez-vous peur de perdre vos illusions sur les mythes des ecologistes ? LA PLANETE VA DE MIEUX EN MIEUX. Voici la conclusion qui vous derange. Vous preferez le catastrophisme et les mythes des ecologistes! Ne voyez-vous pas que vous cautionnez les pasteques ? Les « Verts » le sont a l’exterieur, pour tromper les naifs, mais sont ROUGE a l’interieur. Ce sont des marxistes qui veulent detruire le liberalisme/capitalisme, halte a la croissance … Il faut les combattre, ils se sont toujours trompe sur tout. Au fait, pourriez-vous nous reparler: -du « trou dans la couche d’ozone » qui aurait du rendre tous les argentins aveugles et cancereux … (ce n’est pas un trou, mais une baisse de concentration en ozone, trou ca fait plus vendeur et effraye le public …) -des pluies acides qui devaient faire disparaitre toutes nos forets -de l’epuisement des ressources naturelle qui aurait du se produire et disaient que nous ne n’auront plus de petrole, cuivre, aluminium, nickel … A present le theme en vogue est le rechauffement climatique qui serait du a l’homme … Qu’aller vous encore nous inventer? Cordialement A. Meladius

    Répondre
  29. Helios

    06/11/2006

    Chassez le naturel il revient au galop, mettez la religion à la porte elle vous revient par la fenêtre! Les gens ne vont plus à la messe, ils vont au concert et au musée, ils n’écoutent plus les prêches des curés, ils boivent les discours des faiseurs d’opinion, ils ne vont plus se confesser, ils expient leur passé colonial et demandent pardon pour leurs fautes, les vénielles et les plus graves les fautes imaginaires, ils ne vont plus communier, ils se font un devoir de manger bio! Les gens se préoccupaient du salut de leur âme et de leur futur séjour dans l’au-delà, soit le paradis ou l’enfer. Le champ de préoccupation a changé la crainte de l’enfer persiste; l’enfer prend désormais plusieurs aspects: amincissement de la couche d’ozone, réchauffement climatique, fonte des calottes glaciaires, désertification accélérée, maladies liées à l’environnement, surpopulation, épidémies de toutes sortes, guerre nucléaire… Pour conjurer le malheur et obtenir la grâce divine les gens priaient jeûnaient et se mortifiaient, actuellement ils protestent manifestent expriment leurs opinions pour se convaincre qu’ils font quelque chose. André Malraux l’a bien dit: le vingt-et-unième siècle sera religieux ou il ne sera pas, cette prédiction se réalise (pas en ce qui concerne l’islamisme qui n’est qu’un vulgaire totalitarisme déguisé en religion). La ferveur religieuse n’a jamais été aussi forte et les prophètes (de malheur pour la plupart) jamais aussi nombreux ni aussi incohérents pour ne pas dire échevelés. Et voilà qu’ils tonitruent sur la place publique leur message eschatologique (L’APOCALYPSE rampante): « la fin des temps est proche, la planète se meurt, les humains sont en voie de la détruire, repentez-vous, cessez de polluer, cesser de consommer, cessez de vous reproduire, rejetez la science, sauvez la planète, MANGEZ BIO! » La foule des croyants écoute avec recueillement et même avec ferveur, elle approuve et renchérit (il n’y a qu’à lire les commentaires précédents pour s’en convaincre), grand bien lui fasse! Le scepticisme de bon aloi, le scepticisme amusé et l’esprit critique n’ont pas leur place, un peu comme pour un kafir qui s’aviserait de questionner la véracité du coran en pleine mosquée durant la prière du vendredi. L’angoisse existentielle, la peur de la mort et de l’inconnu ont donné naissance à la religion, à ses croyances, à ses tabous et à ses rites bien avant les temps historiques. Si d’une certaine façon Dieu est mort, on ne peut pas dire la même chose du fait religieux, la religion se poursuit sous une autre forme et pour cause, l’angoisse existentielle n’a pas disparu et notre raison (notre rationalité alliée à notre sagesse) n’est pas assez développée pour nous empêcher de tomber dans l’exagération ou dans le délire. Et pour finir ces vers du Misanthrope de Molière: « …La parfaite raison fuit toute extrémité Et veut que l’on soit sage avec sobriété… …Et c’est une folie à nulle autre seconde De vouloir se mêler de corriger le monde. » Que dire si ce n’est que la France a grand besoin d’un Molière? Helios

    Répondre
  30. doc kanibal

    05/11/2006

    Chairs amis, Bien,personne n’a lu mon appel « AU SECOURS » Je viens donc ici pour vous parlez de la plus vieille cuisine du monde,l’antropophagie.Bande de nul! Je rentre du Japon,les suschis c’est plus ça,depuis qu’ils importent des Hawaïens dasn le Sumo trop gras!Quoique pour les fritures plus besoin de bain d’ huile,suffit de mettre directement à la poêle. J’ai essayé le foi d’un alcoolique avec des féves bio,SUBLIME!Le foi,pas les féves;pour le faire flamber pas besoin de cognac,l’alcool est déjà dedant pour les gens interéssés,il s’ agit d’une vieille recette chinoise. Ma question pensez vous chairs amis que si je mange des légumes bio,mes bipédeds auront un meilleur goût! J’ oubliais,je suis pour les végétariens mouuris au bio c’est quand même plus sain,les végétaliens par contre manque d’ un petit je ne sais quoi,on doit toujours les assaisonner de piments,mauvais pour l’estomac sauf evidemment le piment d’Espelette. Tendrement vôtre.

    Répondre
  31. Mancney

    05/11/2006

    Josh. Limiter les familles a deux enfants? Ce sont les arabes en France qui vont etre bien em…dés! Best, Mancney

    Répondre
  32. Josh

    05/11/2006

    Bravo a Pierre Lance pour son article et le courage de ses opinions. Et aux intervenants pour leur opinion aussi. A mon dernier voyage aux US Californie, j’ai achete deux kilos de magnifiques fraises bien rouges mais quelle deception ! Elles n’avaient aucun gout et elles etaient dures. Ce doit etre des OGM… Mes amis americains m’ont alors dit que tous les fruits et legumes sont ainsi dans les supermarches. Pour avoir des produits Bio ils faut aller une fois par semaine aux nombreux « Organic Markets » qui se developpent un peu partout aux US… Ils sont d’ailleurs souvent tenus par les Amish (qui vivent au naturel sans electricite etc…). En outre en Angleterre la Food Commission est tres active pour la defense de la nourriture de qualite… contre les graisses hydrogenees, le trop de sucre et de sel etc… ils ont un site internet. Personnellement je pense que l’augmentation fulgurante de la population dans le monde est le danger principal : pour nourrir tout le monde il faut sans cesse produire des aliments qui forcement deviennent de mauvaises qualites. Il faudra bien qu’un jour on sensibilise les familles afin qu’elles reflechissent a deux fois avant de mettre des enfants au monde alors qu’ils en ont deja au moins deux. Cela peut paraitre horrible a penser encore de nos jours mais bientot je pense que cela deviendra naturel de limiter le nombre de naissances dans les familles. Le probleme c’est que toutes les religions semblent dirent « allez de par le monde et multipliez vous ! »… c’est LE message dangereux a mon avis.

    Répondre
  33. grepon le texan

    05/11/2006

    En France, le probleme n’est pas le nombre de spermatazoides par millilitre, mais le nombre d’enfants par femme de culture francaise. La France se suicide depuis quelques decennies deja, non pas par manque de spermatoizides, non pas par manque de copulation, mais par choix. Mangez bio si vous voulez, vous allez mourir tout de meme. Aucun interet de repopuler le foutre en spermatazoides sans vouloir faire des enfants…

    Répondre
  34. Josick.Croyal

    04/11/2006

    Pierre Lance conclut : « …pour que la France se place résolument en tête des nations pour la sauvegarde déterminée de notre environnement et le rapide retour à une agriculture naturelle. J’y reviendrai. » Personnellement, je ne vois pas comment un pays aussi totalitaire et technocratique que la France puisse devenir leader en quoi que ce soit sinon en législation encore plus contraignante, l’écologie devenant un alibi. Figurez-vous que je viens de découvrir que je suis hors la loi parce que j’ai omis de faire une déclaration préalable quant à la réfection à neuf (de mes mains) de toiture d’écurie, d’étable et de grange (rappel dans le bulletin municipal de l’article L480-4 du Code de l’Urbanisme, amende max de 300000 euros, emprisonnement possible de 6 mois si récidive). Cela me met hors de moi : sous prétexe d’écologie, pourquoi pas une déclaration préalable au lavage de sa voiture ? Et encore bien d’autres choses prétexte à taxation !!! Savez vous par ailleurs que si vous voulez produire et vendre bio, vous devez payer un organisme de certification environ 800 euros par an, cela quel que soit le volume produit !!! Ce qui a l’évidence favorise les petits producteurs ;=) , habituelle politique agricole. En France, le bio est déjà un label étatique. C’est pour le producteur de ce genre encore plus d’administration, ce que je trouve insupportable.

    Répondre
  35. dan 87

    04/11/2006

    Etonnant de voir que les tenants de la fausse science – qui a organisée la pollution de l’agriculture à coup de subventions démesurées depuis plusieurs décennies, – qui a organisé la déchéance morale et matérielle ou la mort physique des paysans qui voulaient résister à ces procédés mafieux, puissent se sentir mis en danger par l’agriculture biologique ( 2%…! ) qui aurait la prétention d’être traitée à égalité avec l’agriculure intensive! Je rappelle que les plans de « développement  » et autres nombreuses inventions perverses mises en place par les officielles Chambres d’agriculture, n’acceptaient les dossiers de subventions et prêts bancaires « aidés » qu’au vu d’une intensification fondée sur l’usage maximum de toute la panoplie chimique et en fonction des seules techniques reconnues par eux mêmes. Si ceux qui se targuent de références scientifiques pouvaient se faire petite souris pour être témoin des souffrances et destructions humaines qu’ils ont cautionné du haut de leurs certitudes,ils se suicideraient immédiatement! Mais ne rêvons pas, il faut un minimum de conscience pour l’envisager et c’est précisément ce qui manque. La science est toujours en retard sur elle même! C’est à dire sur une Raison Supérieure qui la précède. Sans la responsabilité personnelle qui oblige à la prudence et à un peu d’humilité, elle est récupérée pour servir l’orgeuil individuel. Imaginons qu’on aille chercher les gentils retraités de la politique et de la fonction publique agricole (grassement rémunérés aux frais et aux risques de leurs enfants et concitoyens…) pour leur demander des comptes! Et pourquoi pas??? puisqu’il y a crime. Crime organisé sur une catégorie de personnes de bon sens par des prétentieux qui croyaient savoir. Les apprentis sorciers de la science actuelle cesseraient de considérer la science comme un moyen de pouvoir personnel sur les autres!. Le désir d’en faire du fric ici, maintenant et beaucoup, serait également fortement contenu par le risque d’en perdre à terme.

    Répondre
  36. grandpas

    03/11/2006

    Cher Saint Tex, Je me souveins qu’ un ami et votre seviteur voulions ecrire et dessinée une BD,intitulée comme suit: »Meutres chez les cons ».Nous fûmes dépassés par l’immensité du travail. Petite question à M Lance,vous avez les moyens de vous nourir bio mais la majorité doivent ils mourir pour ne pas avoir assez de « picaillons ». Revenons nous à l’ ancien régime où les serfs mangeaient les restes des « saigneurs ». Vos gaulois mangeaient de façon trés naturelle,le taux de mortalité infantile était pourtant important. Enfin petite précision,moins de spermatozoïdes viables moins de petits braillards,la nature étant bien faite,elle élimine ce qui non conforme.Malheureusement la nature étant imparfaite,elle laisse quelques erreurs se faire.Je necitari pas de nom pour éviter toute censure mais certains se prennent pour des bêtes à cornes Jaures Vos écolos des villes sont des gauchistes recyclés(voir la gay marieur de Bégles)qui sont plus en droit de l’homme et la réintroduction des loups et autres ours que dans la saison des cultures. Que notre terre soit malade,est peut être vrai mais nous avons pas le passé entendu et lu tellement de charlatans qui feraient passés « Fontebrune » pour un scientifique eclairé.

    Répondre
  37. sas

    03/11/2006

    A grand pas…ne vois tu pas que tu as à faire à un spécialiste es science en spermatos….un casseur de couilles en 4….mais d’un intérêt prodigieux au débat… SAS par exemple a 5 beaux enfants et en parfaite santé….pas de problème de couilles surchauffées par la position assise qui lui est inconnue……MAINTENANT EN FRANCE SI LA STERILITE MENACE LES RONDS DE CUIRE ET AUTRE FONCTIONNAIRES INACTIFS; c’est plutot une bonne nouvelle pour la france…plus de reproduction= grosses,grosses economie…..ceci dit même avec une descendance dégénéré(ce qui est le cas depuis un moment), trisomiques, attardés…ils trusteraient encore par combine les postes les plus important de notre ripoublique. Pour finir jean claude et pierre,evidemment que tout être normalement cérébré ne peut que constater et dénoncer la chimie ,la mal bouffe et la pollution…..mais en aucun cas ce sont les même afficionados des loges, monopoles,communorose et votant pour un supermenteur …..qui peuvent nous indiquer la route à suivre…. ou on accroche les choses par le haut….SUR TOUTE LA LIGNE;ou on dérive…..et là c’est le courrant qui nous porte…jusqu’à l’échouage total….qui poind sas

    Répondre
  38. grandpas

    03/11/2006

    Les écolos sont en ville et les les chasseurs à la campagne. humour noir gratuit,mais apparement ce genre vous est inconnu,mais lorsque je constate l’attitude de certains bobos verts,je m’inquiéte tout simplement. pour les grandpas futur je fais parti des vilains assassin de la plnéte qui ony plus de 2 « galibot »

    Répondre
  39. Jean-Claude THIALET

    03/11/2006

    SAINT-EX. Tout à fait d’accord avec vous, « le bio est relatif ». Encore faut-il commencer à s’y mettre ! Ce n’est pas en baissant les bras, en se disant que les pluies, les vents(1), etc. Il faut savoir qu’il faut, qu’il faudra un certain temps, peut-être une génération ou même plusieurs, pour que m’on parvienne – à condition que tout le monde s’y mette sans tarder – au 100 % « bio ». Ne faut espérer pour entreprendre ? Même si la réussite n’est pas garantie ? Ne devons-nous pas penser aux gérénations qui suivent ? Par ailleurs, partant du principe qu’un homme averti en vaut deux, il faut accepter d’ouvrir les yeux et les oreilles (pas seulement dans le domaine du « bio » ou de la santé!) pour connaître les dangers de la chimie alimentaire ou médicale. C’est le meilleur moyen de les affronter et de commencer à s’en préserver. La France est en train de « crever » de l’ « autruchisme » (pardonnez-moi ce néologisme) de ses habitants qui se prennent pour des citoyens responsables et qui, en réalité, ne sont que des « esclaves » se refusant à voir les réalités en face pour ne pas avoir à se remettre en question, à ne pas remettre en question leurs idées reçues, leurs préjugés ou présupposés enmaganisés depuis leur petite enfance : chez eux, à l’école, à la TV, la Radio ou dans la presse. Cordialement, Jean-Claude THIALET (1) les « anti-OGM » (dont je suis sans en partager tous les excès, même s’ils se comprennent parfaitement) savent très bien qu’un « champ OGM » risque de « polluer » à des kilimètres à la ronde avec le vent !

    Répondre
  40. Josick.Croyal

    03/11/2006

    L' »organic », c’est à dire le « bio » aurait le vent très en poupe au Royaume-Uni. Cela aux dires d’un reportarge TV passé le 2 novembre au JT Si j’en crois Charles Gave (auteur de « Des lions menés par des anes » ed. Laffont), ce pays serait bien conduit économiquement (bonne politique de la Banque Centrale, ce qui n’est pas le cas de celle « criminelle » de l’Euro)… et le bio trouverait « naturellement » sa place… On ne peut en attendre moins d’une telle approche. En confirmation, tiré de http://www.pronatura.com/magazine/impr_echos.htm Royaume-Uni : consommation bio en hausse de 30% « Dans son dernier rapport annuel, la Soil Association estime qu’en 2005 le marché de l’alimentation biologique au Royaume-Uni a augmenté de 30% par rapport à 2004, contre 3% pour le secteur de l’alimentation dans son ensemble. Le chiffre d’affaires de l’alimentaire bio a atteint 2,3 milliards d’euros l’année dernière. Les ventes en grande distribution n’ont progressé que de 1%, Tesco représentant 31,1% des ventes, Sainsbury’s 28% et Waitrose 18%. Ce sont les distributeurs indépendants, dont les paniers bio et les ventes à la ferme, qui connaissent la plus forte croissance. 50% des consommateurs disent préférer effectuer leurs achats dans des structures locales et de petite taille. « 

    Répondre
  41. Pierre LANCE

    03/11/2006

    Merci à Josick Croyal de sa contribution. Merci également à Jean-Claude Thialet pour ses informations détaillées. Mais attention : si l’on pouvait théoriquement féconder toutes les femmes de la planète avec une seule éjaculation (vous exagérez quelque peu), le résultat en serait obligatoirement une chute vertigineuse de la qualité biologique de l’espèce, donc sa disparition à brève échéance. Pourquoi ? Parce que tout le processus évolutif de la vie repose sur la concurrence sélective. Lorsque 300 millions de spermatozoïdes se lancent à l’assaut d’un seul ovule, le mot d’ordre est, comme aux Olympiades, « Que le meilleur gagne ! » Théoriquement, 300 millions, c’est beaucoup trop, puisqu’un seul doit réussir. Mais c’est le nombre des concurrents qui conditionne la qualité du vainqueur de la course. Ce qui signifie que la raréfaction actuellement constatée dans le nombre des spermatozoïdes implique la baisse de qualité biologique des embryons arrivant à terme. On constate d’ailleurs depuis quelque temps une augmentation inquiétante du nombre des prématurés, c’est-à-dire des enfants qui ne survivraient pas sans un formidable déploiement de technologie médicale. A ce train-là, nous serons bientôt une espèce bricolée et rafistolée qui ne tiendra que par des bouts de ficelle. Pour cxombien de temps ? Ainsi, on le voit, tous les signaux sont au rouge. Nous devons impérativement revenir à un mode de vie plus naturel, faute de quoi l’humanité disparaîtra avant 2050. A grandpas : Pourquoi ne faites-vous pas un effort de réflexion ? Comme je viens de l’expliquer, moins de spermatozoïdes ne signifie pas moins d’enfants, mais des enfants moins solides. Et pourquoi parlez-vous d’un éventuel « enfermemement des hommes qui ne mangent pas bio ». Qui a proposé cette ineptie ? Certainement pas moi. Comme je l’ai toujours dit, chacun doit absolument être libre de ses choix. Car c’est seulement ainsi que le monde progresse, par auto-élimination de ceux qui font les mauvais choix. Vous ne voulez pas manger bio ? Vous ne voulez pas être un écolo de combat ? C’est votre droit le plus absolu. Je suis pour le droit au suicide. Le résultat sera un « grandpas » de moins. Qui s’en plaindra ? (Pardon, je suis un peu vache, mais c’est juste pour vous inciter à penser.)

    Répondre
  42. MINUX75

    02/11/2006

    Bonjour il y a un moi, j’ai été dans un magasin BIO, biocop, les produits sont trois fois plus cher et pas 30% plus cher, cela fait une grosse différence. Sinon, j’ai vu le film présenté par AL GORE sur le réchauffement climatique, convaincant je dois le reconnaitre mais notre pauvre AL GORE était assis à l’arrière d’une grosse limousine très polluantes par définition. Bref une fois de plus la pollution « c’est les autres » à bientot

    Répondre
  43. Saint-Tex

    02/11/2006

    Salut Grand Pas, j’ai bien rigolé à propos de la limitation des « chiards » ; pas mal, hé hé. Bien sûr, la limitation de ce qui est achat inutile ou utile revient à chacun. Mais la survie d’un individu dépend de la qualité de ses choix et de ses priorités. Donc que les cons meurent reste normal. Pourtant, il n’en meurt jamais assez. Je suis pour le fait de respecter la sélection naturelle qui, chez l’homme, se fait par rapport au taux de connerie (par ex. les deux connards, se croyant poursuivis par la police, morts dans un transfo EDF où ils se sentaient à l’abri du danger). Aussi, n’en voulez pas trop à Pierre Lance si le ton dynamique et affirmé de ses propos vous semble dur. Il est, comme beaucoup d’entre nous, excédé par la connerie humaine. Rappelons que les cons sont génération spontanée : pas besoin qu’ils se rencontrent pour se reproduire. Donc spermatozoïde nombreux ou pas, pour eux, pas de blem. Celà dit, il faut dire (et je pense que P. Lance le sait), que le bio d’aujourd’hui est relatif. Le blem des pluies polluées le montre en effet. Mais ce blem est relativement faible par rapport aux sols saturés de chimie car là, le blem est bien plus lourd. Celà dit, le vrai bio, c’est la culture biodynamique. Pour autant, il semble que le bio progresse néanmoins chez les agriculteurs… Prise de conscience ? Espérons-le tous.

    Répondre
  44. Jean-Claude THIALET

    02/11/2006

    GRANDPAS. Je crains que la dérision n’ait pas (ou plus) sa place dans un débat qui concerne l’avenir non seulement de la planète mais aussi de l’humanité. Vous ironisez à tort, à mon avis : – sur les positions de Pierre LANCE en matière de limitation des naissances (NB. je ne partage pas son point de vue au sujet de l’avortement) : la question abordée par son article est non la QUANTITE, mais la QUALITE des êtres humains à venir. Et tout laisse supposer que la « qualité » laissera (laisse déjà, quand on voit le pourcentage d’anormaux, de handicapés, etc. )à désirer. Pierre Lance est loin d’être le seul à tirer le signal d’alarme dans ce domaine. Comme dans bien d’autres, d’ailleurs… – l’agriculture biologique. S’il y a eu un phénomène de « mode » (NB. la « mode, avant de concerner le grand public, commence par les « happy few » !), s’il y a un phénomène de « récupération », notamment par la « Grande distibution » toujours à l’affût des créneaux porteurs, il est évident qu’il est fondamental pour l’avenir de l’humanité de nne plus se laisser empoisonner par les produits de l’industrie alimentaire. Concernant l’agriculture (et l’élevage, d’ailleurs) en France, il est évident que si les paysans ne s’étaientpas laissés entraîner par certain syndicat majoritaire, par les politiques, et par certaine « banque verte » à produire intensivement pour lutter vainement contre les prix de produits « fabriqués » (j’utilise sciemment ce mot !) par des pays disposant de grandes surfaces (Etats-Unis, Canada, Argentine, etc.) et/ou d’une mains d’oeuvre sous- payée, et avaient cultivé le particularisme français en produisant naturellement, sans engrais chimiques, et à partir de semences traditionnelles (au lieu de devenir esclaves de semenciers tels que Monsanto), l’agriculture française ne serait pas confrontée au double problème d’une production trop abondante et trop chère ! Non seulement nos paysans ne contribueraient pas à empoisonner leurs compatriotes, mais, en parvenant à vendre leurs produits (et non « fabrications » !) à bon prix dans des pays qui les réclament, ils contrbueraient davantage à équilibrer la balance commerciale. Au lieu d’être obligés de quémander des subventions à Bruxelles ou ailleurs, et d’être obligés périodiquement leurs invendus sur les parkings des grandes surfaces, ou devant les préfectures ou sous-préfectures ! Alors, continuez à vous empoisonner ou même à ricaner si cela vous plaît, mais, de grâce, essayez de réfléchir, même si cela vous oblige à remettre en cause des idées reçues, de préjugés ou des présupposés. Lisez notomment, dans le domaine de l’alimentation ou de la santé, une revue comme « Bio-Contact ». C’est gratuit, dans les magasins diétéques … En toute cordialité, Jean-Claude THIALET P.S. Pour l’édification de ceux qui douteraient de la « chimie » contenue dans certains produits alimentaires, je conseille la lecture d’un article paru sous le titre « La Poisons aux Fournaux » dans « LE LIBRE JOURNAL » (n° 389 du 19/10/06) < www. francecourtoise.info > (NB les articles sont mis en ligne avec un certain décalage). Cet article relève le détail de tous les poisons contenus dans une simple tarte aux pommes achetée dans un supermarché. Il évoque l’étude réalisée à ce sujet par un ingénieur agronome, Claude Bourguignon et sa femme Lydia. Tous deux avaient claqué la porte de l’Inra après que cet organisme (payé avec l’argent des contribualbes) eût refusé de publier leur rappir démontrant les dégâts irrémédiables causés aux sols par l’agriculture chimique. Simple question : qui n’a pas été étonné de voir des agriculteurs vêtus de véritables scaphandres chaque fois qu’ils procèdent à certains épandages sur leur champs ? « Le Libre Journal » 4, Place France-Liszt 75010 Paris Répondre

  45. Jaures

    02/11/2006

    J’approuve en effet totalement cet article de P.Lance.Je rappelle également que le gouvernement souhaite lancer, à l’instigation de la FNSEA, un plan visant à fabriquer de l’éthanol. Outre que cela ne fera pas gagner un centime au consommateur (le prix du litre sera fixé momentanément à 80 cents mais les moteurs consommeront + de 30% de carburant en plus), nous auront de nouvelles terres tartinées de pesticides achevant d’empoisonner nos nappes phréatiques et la distillation gaspillera de l’énergie. Par ailleurs,Mr Lance, que pensez vous de l’affirmation de Millière affirmant qu’être écologiste c’est être communiste (voir son article « Ecologiste? Non! Communiste! »).Auriez-vous quelque accointance avec Marie-Georges?

    Répondre
  46. sas

    02/11/2006

    A grand pas ,il est des moments(rares) ou je t’aime….d’un amour passionné….effectivement l’ecologie n’a la qualité que celle du maillon le plus faible….et dans la chaîne alimentaire…faut dire que la chaîne est longue ,très longue….la seule certitude actuelle 4 fois le prix de vente public pour les bobo et les bolo(ndlr bourgeois lopette)…et là les pôooovres sont defacto exclus de la consomation bio….mieux , ce n’est plus leurs problèmes…pas concernés les bougres circulez rien à voir la pietaille…car c’est ;ou tu bouffe la merde industrielle micro sur conditionnée en barquette et sous blister….fabriqué aux même endroit et vendu au plus payant(juste les etiquettes qui valsent)….ou tu l’a saute et tu bouffe plus…et au bout d’un momment grace au cartel de la grande distribution et au cartel de l’eau retraitée à grands côuts(et là il faut en parler aussi; voir L’empire de l’eau DE STEFFANOVITCH)….T ES BAISE…clair baisé et cocu ;et tu passses inexorablement dans leurs fouches caudines aux frères….alors au lieu de t’occuper de nos productions de spermatos, pierrot, ne nous les brise pas menu avant !!!! Avec un sujet aussi bateau, vain qu’inutile… Nous n’avons pas les moyens d’être écolos…man et demain même si on rase gratis…on aura toujours pas les moyens …..sauf à casser ce système de con initié et mortifère…et spéculateur; contrôlé de haute main par des gens qui nous aiment pas(de toute évidence)…et à la source de notre nouvel esclavage. sas

    Répondre
  47. grandpas

    01/11/2006

    Aprés mon petit post lapidaire,je recentre mes propos. L’ agriculture biologique phénoméne de mode s’il en est,a un coup subsentif. Supprimer les gadgets inutiles comme le suggére Saint Tex, que je salue au passage,est une idée à approfondir mais où commence l’inutile et s’arrête l’ utile? Je me rappelle qu’ un certain M Lance dans un de ses articles en appelle à la limitation des naissances,considérant que les personnes ayant plus de deux enfanst sont des criminels en puissance à quand l’enfermenent des hommes qui ne mangent pas bio et vont consulter des médecins non reconnus pas les écolos de combat. A prés tout,si moins de spermatozoïdes donc moins de chiards,devrait rendre heureux ce grand humaniste! La pluis qui arrose les cultures biologiques est elle nettoyé des impuretés polluantes?

    Répondre
  48. Saint-Tex

    01/11/2006

    l’ensilage ne devrait pas exister car c’est une denrée pour accroitre la production de lait chez les vaches, mais en les rendant alcooliques. Leur viande est saturée d’acide lactique, elles ont un foie cirrhotique et des cancers de l’intestin. Durée de vie 3 ans maxi au lieu de 8-10 ans. Rien de bio là dedans. Celà dit, les producteurs bio Allemands ont eu du mal avec le rendement les 5 premières années mais ont ensuite repris de poil de la bête et sont actuellement en bonne forme financière tout en étant fiers de produire de la qualité. Reste que le bio, c’est d’abord le goût de l’authentique, et les gourmets apprécient le goût du vrai. Maintenant, on peut toujours espérer avoir le beurre et l’argent du beurre en mangeant de la mauvaise bouffe à bas prix, ou de la merde gratuite aussi. Au lieu de se payer des gadgets inutiles pour se débiliser encore plus ou rouler les mécaniques, beaucoup feraient bien de consacrer leur argent à manger mieux et plus sain. Ils se respecteraint ainsi eux-mêmes.

    Répondre
  49. Jean-Claude THIALET

    01/11/2006

    La « rectification » de Pierre Lance fait honneur à son honnêteté intellectuelle. Il serait bon que certains journalistes qui me paraissent persévérer dans l’erreur alors que les faits donnent tort à ceux dont ils ne cessent de défendre les idées ou les entreprises s’en inspirent. Pas seulement dans le domaine de la santé ! Pour en revenir aux spermatozoïdes, n’était la gravité de ce que représente leur raréfaction, le rectificatif serait plaisant lorsque l’on sait qu’avec ceux qui sont produits par une seule éjaculation, on pourrait féconder toutes les femmes qui peuplent la Planète (encore) bleue. Mais lorsqu’on comprend, outre qu’elle est un symbole de dévirilisation, qu’elle est aussi le reflet de ce qui se passe – de façon beaucoup plus visible – avec la raréfaction des glaces, cela donne à réfléchir. Même aux plus sceptiques… Et si l’on peut approuver les conseils de Pierre Lance, que ne font que répéter en choeur les policiens qui jouent aux écologistes chaque fois que des élections sont en vue, les chouchous des « médias » qui ont choisi cette « niche » pour gagner confortablement leur vie (je pense à certain photographe en renom) et donnent des leçons sans se soucier de donner l’exemple dans leur vie quotidiennne, et les médias eux-mêmes auxquels cela fait vendre du « papier », il est permis de se demander s’il ne fait pas preuve de naïveté en pensant que les politiciens qui aspirent à être « calife à la place du calife » tiendront compte des promesses qu’ils se seront cru obligés de faire à tous les véritables écologistes. Depuis des lustres, ces mêmes individus ne nous promettent-ils pas tout et son contraire, sans se soucier d’autre chose que d’obtenir un maximum de voix. Pour moi, en 2007, voici mon programme en tant qu’électeur : sortir tous les députés sortants, CHIRAC II en tête ! Et ne pas voter davantage pour ceux qui se présenteraient sous l’étiquette des partis qui ont mené la France au bord du gouffre : l’UMP et le P.S. en tête, certes, mais aussi tous les partis qui ont co-exercé le pouvoir avec eux, l’UDF (notamment Bayrou qui fait semblant d’oublier qu’il a été, lui aussi, un désastreux – sinon le pire – Ministre de l’Education (prétendue) nationale), le P.C. « F », les Verts, etc. Sans oublier le MPF dont le président, lui aussi, fait semblant d’oublier qu’il s’est acoquiné (pas seulement avec un parchemin ministériel) maintes fois avec l’UMP et qui n’hésitera pas à le faire comme le laisse supposer – malgré un vague démenti – certain accord de non belligérance pour les prochaines législatives dans son fief… Tous ont promis, notamment, d’oeuvrer pour la sauvegarde de la planète (pas seulement pour préserver la « virilité » -physique ou morale – des Français dont ils se moquent comme de leur premier mandat !), tous se sont bornés à des mesurettes. Car aucun n’a véritablement envie de mettre un coup d’arrêt au massacre de la planète. Et, dans ce domaine, les Verts ont été probablement les pires… La seule chose qui comptent pour eux : leur carrière électorale ! Avis à la population des autruches qui fréquentent les isoloirs. Bien cordialement, Jean-Claude THIALET P.S. A propos de « dévirilisation » que l’on me permette de rappeler un article du Dr Jean-Pierre Willem (un médecin, lui – je précise cela pour celles et ceux qui dénient aux non-médecins comme Pierre Lance et tant d’autres de traiter de sujets médicaux et de problèmes de santé, et qui se laissent empoisonner en toute confiance par un corps médical à la botte, sinon à la solde, des laboratoires!) paru dans « Pratique de Santé » (1) sous un titre révélateur « L’homme de demain est une femme ». Dans cet article ô combien prophétique, l’auteur citait le Docteur John Lee (Dieu merci, il existe des médecins honnêtes et courageux) qui, aux Etats-Unis, résumait ainsi la situation : « Nous sommes noyés dans une mer pétrochimique d’oestrogènes. Les conséquences potentielles de cette surexposition sont bouleversantes, surtout si l’on considère que l’une d’entre elles est la transmission des anomalies du système reproducteur à nos descendants. » (fin de citation). On le voit, l’ami Pierre Lance a encore beaucoup à dire sur les spermatozoïdes et pas seulement sur eux ! Ils se raréfient, certes, mais ils deviennent dangereux pour l’avenir de la race humaine ! (1) n° 50 du 13 mai 2006. Pratiques de Santé : 65, rue Claude-Bernard 75005 Paris (BP 189 75223 Paris Cedex 05) Tél. 01 40 46 00 46

    Répondre
  50. Stéphane E

    01/11/2006

    Merci M. Lance de nous faire cette référence aux livres et aux chercheurs. Cela me permet de faire aussi mon mea culpa sur la question de la position assise. Cet argument m’avait été donné par un médecin urologue pour un cas précis et non pour expliquer les études à grande échelle. Je me suis donc replonger dans le livre de Bjorn Lomborg, l’Ecologiste Sceptique. Je vous conseille la lecture du chapitre 5. 3 pages sont consacrées au problème de la qualité du sperme. Lomborg nous rappelle que plus un homme éjacule souvent, moins il aura de spermatozoides dans son sperme (baisse de la qualité). Or, Skakkebaek a simplement postulé qu’il n’y avait pas eu de changement de frequence de coit ou de masturbation depuis les années 1930. Il oublie la révolution sexuelle des années 60, la pillule, l’IVG… Lomborg cite ensuite des études qui montrent que les hommes éjaculent plus souvent aujourd’hui qu’autrefois. Moins de jours de pause entre les éjaculation -> moins de spermatozoides dans le sperme. CQFD. Sinon, je suis d’accord avec vous pour manger ‘bio’ plus souvent. Je remarque aussi que de telles salades ou viandes ont plus de saveurs et de gout. Mais j’aime pas quand on base l’argumentaire du bio sur la critique des produits industriels.

    Répondre
  51. grandpas

    01/11/2006

    Petit Bémol,je sens que je vais me faire insulter de Crétin par nos biologiques intervenants mais je me rapelle d’un dessin humoristique sur votre sujet favori avec ce commentaire suivant: « L’ écologie combien cela va nous rapporter »,nous sommes en plein dedans. Messieurs je vous salue chapeau de paille bas. M Lance est aux anges(pardon),tout le monde est d’accord lui même Jaures ce qui moi m’inqietterait.

    Répondre
  52. SAS

    01/11/2006

    A pierrot….ouf j’ai eu peur, j’ai cru un moment que tu allais nous proposer de rester les « couilles « au frais »…soit au congélo ,soit une poche de glace bien placée… Plus sérieusement, mouins de spermato donc dénatalité ??? alors pourquoi les pays du tiers monde (souvent au chaud eux) ont des 8 et 10 enfants…???? et pouquoi si nous souffrons de dénatalité renbouser les ivg,expliquer au peuple que l’extermination d’un embrion se fait aussi simplement que d’aller au chiotte….Pourquoi cette libéralisation obscene des corps et des moeurs pour se lamenter sur les conséquences qui en découlent ??? Il faut savoir mon pierre, comme pour les lobby pharmaceutique et leur honteux monopole via la sécu,et souvent aux mains de maçons, t’es pour ou contre , tu es pour le respect de lordre naturel des choses ou tu acceptes des remises en causes fondamentales…negendrant le chao et là tu es servi…..on ne peut vouloir toujours tout et son contraire… L’organisation politique economique et sociale actuel largement inspirée « des loges » est en train de montrer ses méfaits et ses limites….les symptômes que tu nous narres etaient largement prévisibles….pour ceux qui réfléchisse un peu… SAS

    Répondre
  53. Josick.Croyal

    31/10/2006

    Pierre Lance écrit : « Beaucoup de gens qui auraient haussé les épaules il y a 5 ans sont aujourd’hui réceptifs ». Mon cousin et voisin, agriculteur bio, me disait il y a quelques jours que des agriculteurs « du système » viennent désormais parler un peu production avec lui, ce qui n’était pas de l’ordre du possible voilà 10 ans. Par contre le discours de la Chambre d’Agriculture ne semble pas avoir changé depuis 30 ans et celle-ci a marqué son opposition à son passage en bio. Cet été, j’ai mesuré à 3,30 mètre la hauteur du maïs de mon cousin tandis que celui, à côté, du Président Régional de la FDSEA (soit FRSEA), en « traditionel » évidemment, n’était pas plus haut qu’une table de cuisine. Il est vrai, en complément de ce que disait Pierre Lance dans son article précédent (« En période de sécheresse, le rendement des maïs de l’agriculture biologique se révèle supérieur de 30 % à celui de l’agriculture conventionnelle. »), que les bios de mon coin de campagne ont eu de meilleurs résultats cette année que les autres. Par ailleurs, leur ensilage de maïs semblent moins chauffer aux dires des chauffeurs de mélangeuses qui vont d’une ferme à l’autre, alors en mesure de faire des comparaisons. A noter par ailleurs que la majorité des ha exploités par mon cousin n’ont pas reçu d’engrais phosphatés depuis les années soixante-dix, hérésie à l’agriculture traditionnelle et à son NPK.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)