Soutien au général Piquemal

Posté le octobre 11, 2016, 10:28
6 mins


Le 6 février dernier, le gé­néral Christian Pique­mal était arrêté à Ca­lais, alors que la dispersion de la manifestation, interdite par le préfet et à laquelle il participait, se déroulait dans le calme et qu’il s’apprêtait à rejoindre son véhicule.

Après une garde à vue éprouvante et une hospitalisation à l’hôpital de Calais, il était libéré 48 heures après et son jugement, en comparution immédiate, repoussé au mois de mai.

Le ministre de la Défense ordonnait au chef d’état-major de l’Armée de Terre la constitution d’un Conseil de discipline pour engager une procédure visant à sa radiation des cadres.

Alors que le général Christian Piquemal était relaxé des faits du code pénal retenus contre lui par le tribunal de grande instance (TGI) de Boulogne-sur-Mer, par décision du 26 mai 2016, et que, de surcroît, le Parquet ne faisait pas appel de cette décision, il semble que les autorités politiques et notamment le chef des armées, en la personne du Pré­sident de la République, n’aient pas apprécié cette absence de condamnation et n’aient pas eu la sagesse de faire preuve de magnanimité.

En effet, après l’avis rendu par le Conseil Supérieur de l’Armée de Terre (CSAT) – et dont personne ne connaîtra les termes – devant lequel le général Piquemal a comparu le 14 juin 2016, il a été radié des cadres par mesure disciplinaire prise par décret du 23 août 2016, signée par le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de la Défense et non publiée au Journal Officiel (JO).

Après la relaxe prononcée par les magistrats, cette radiation apparaît comme un désaveu de l’institution judiciaire

Atteint dans son honneur et sa dignité, le général Christian Piquemal a décidé d’engager une procédure de recours de­vant le Conseil d’État, afin que la juridiction administrative censure cette radiation comme disproportionnée, excessive, mal motivée et en contradiction totale avec les attendus du jugement de Boulogne.

Au-delà de cette décision arbitraire, vexatoire, et humiliante qui frappe injustement cet officier général ayant servi durant toute sa carrière l’État et la Nation avec loyauté et dévouement, c’est l’armée française qui, par voie de conséquence, est heurtée et atteinte dans son honneur.

Car, à l’évidence, on a voulu, en faisant un exemple, priver les officiers généraux de leur liberté d’expression qui dérange et qui serait contraire à leur devoir de réserve.

Mais est-ce dénier le devoir de réserve que de dénoncer des faits inacceptables dans un État de droit, alors que la responsabilité de la situation déplorable, notamment à Calais, incombe to­talement au pouvoir politique in­capable de garantir l’intégrité du territoire face à l’entrée illégale de milliers de clandestins ?

Le Président de la République en est pourtant le garant, conformément à l’article V de la Constitution. Peut-on être surpris qu’un officier général, attaché à la légalité et au respect du règlement, dénonce précisément le non-respect par l’autorité po­litique de l’état de droit qui fon­de notre démocratie ?

Qui est le plus coupable ? Ce général, révolté, qui a enfreint une interdiction de manifester, ou ceux qui ne font pas appliquer la loi et participent à l’aggravation de la situation ?

En réalité, devant l’abandon par l’État de ses responsabilités ré­galiennes, les lois de la Répu­blique n’étant pas respectées, le général Piquemal s’était rendu à Calais pour constater l’impuissance, le renoncement, voire la capitulation des pouvoirs pu­blics face à la chienlit, assurant ainsi un rôle de lanceur d’alerte qui mériterait d’être protégé et non sanctionné.

Un comité de soutien est donc créé pour engager un combat noble et déterminé, ayant pour objectif de rendre son honneur au général Christian Piquemal et obtenir sa réhabilitation et sa réintégration.
Un appel est lancé aux personnalités du monde militaire et tout d’abord à ses pairs, les généraux en 2e section qui doivent manifester leur solidarité, mais également au monde civil (parlementaires, élus, personnalités politiques et des médias, personnalités du monde des arts et des lettres…).

Pour un soutien massif et une adhésion à la démarche de ce comité, il convient de communiquer ses nom, prénom, fonction précédés de la mention « Je soutiens le général Piquemal » à l’adresse : <[email protected]>.

Antoine Martinez
Général (2s)
Président du comité de soutien

Acheter le livre ici

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion.fr ici

16 réponses à l'article : Soutien au général Piquemal

  1. Bistouille Poirot

    16 octobre 2016

    En pyjama et bonnet de nuit le Piquemal, une bouillotte et au lit.
    Fermer le ban !

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    14 octobre 2016

    une façon assurée d’ aller à la défaite celle des …

    … choix de ceux que soutiennent les ” 4V² ” !

    LaDroite la plus … stupide du Monde … connu

    Répondre
  3. Patricia J.S. Cambay

    12 octobre 2016

    Merci à vous et bon courage

    Répondre
  4. druant philippe

    12 octobre 2016

    “son esprit d’ obéissance à .. » l’ HAUTORITE » ne lui aura rien apporté : il est interdit de port d’ uniforme … triste mais édifiant pour tous ”

    Encore un général “administratif “obéissant à la démocrassouille et à superlimace mais en aucun cas un vraiguerrier à la Bigeard !
    Peuple Français cherche vrai dirigeant pour le libérer du socialisme et le guider vers la lumière !

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    12 octobre 2016

    Piquemal c’ est un assemblage de Boulanger et de Massu

    meilleur à commander un régiment qu’ a faire de la politique

    à chacun selon ses compétences, celles militaires de Piquemel ne faisant aucun doute

    tout militaire ne peut prétendre à être … César

    il n’ en reste pas moins vrai que cette décision de ce gouvernement est honteuse , une fois encore

    Répondre
  6. jean navineau

    12 octobre 2016

    Etre poursuivi et radié par un Gouvernement (?) tel que celui actuel devrait être considéré comme un honneur , comme une éminente distinction.
    Piquemal devrait refuser toute réintégration !!!!!
    “Le chef des armées “actuel, triste sire sans la moindre parcelle de crédibilité, méprisable histrion, clown sans honneur a fait ce qu’il devait faire , savoir un déni de justice, dans la logique de son incommensurable vanité!!

    Répondre
  7. Bistouille Poirot

    11 octobre 2016

    Hollande en treillis, direction Calais où dans un vulgaire camion en partance pour l’Angleterre

    Répondre
    • Janvier

      12 octobre 2016

      Je ne plaindrai jamais qui trahit ses compagnons.
      Au moins, ne fais pas semblant de combattre, je! Baudruche, insulte à tous les Patriotes.
      Et, j’adore, cerise sur le gâteau, pris en haine comme symbole malgré ses “accommodements “, il trinque?
      N’est pas Juppé qui veut

      Répondre
  8. Bistouille Poirot

    11 octobre 2016

    Et que dire de ceux qui l’entouraient au moment de son arrestation hormis la voix d’une pauvre femme. Puis est venu le temps de se porter pâle. Ces officiers généraux ont probablement servi la France OK, mais au delà, il existe un temps pour la retraite et un stylo pour écrire ses mémoires….Encore un coup d’épée dans l’eau quand nous n’avons que nos gorges à offrir à celle de nos ennemis jurés.

    Répondre
  9. druant philippe

    11 octobre 2016

    J’ oubliais , le plus grand service qu’ un officier subalterne ou supérieur puisse rendre à sa patrie consiste à nettoyer le pays des raclures qui le détruisent au moyen d’ un coup d’ état .
    Je doute que Piquemal ou le général dont j’ ai oublié le nom et qui s’ est exprimé sur ce blog aient le potentiel pour cela .
    Pas de pitié avec les ennemis de la France : racailles politiciennes (Hollande / Narkozy / Valls / Ali juppé) / intellectuelles (Attali / BHL /) ou immigrées .

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      11 octobre 2016

      Les parenthèses de Druant Philippe se referment un peu trop rapidement à mon goût. Il faudrait y ajouter à chacun de leurs bouts, l’abréviation ETC…..

      Répondre
  10. druant philippe

    11 octobre 2016

    @Nicolas :

    même réaction après le dégonflement de la baudruche Piquemal issue de la légion , corps connu pour sa pugnacité .
    Les légionnaires méritent mieux (cfr Bigeard encore pugnace dans se dernières années) que ce gusse .

    Répondre
  11. Nicolas

    11 octobre 2016

    Lors de l’arrestation du général Piquemal, j’ai signé la pétition et j’ai fait tourner. Mais son “déballonnage” qui a suivi m’a donné la nausée. Je ne signerai plus rien pour ce monsieur.
    Si vous rédigez une Petition de principe contre le chef de l’état et prenez Piquemal comme exemple, là, oui. Cela veut dire que le chef de l’état français ne reconnaît pas les décisions du Tribunal.
    Il y a matière à une belle rédaction
    Cela veut dire que le chef de l’état poursuit de basses vengeances personnelles.
    Cela veut dire aussi qu’il veut mettre l’Armee au pas. Cela veut dire qu’il y a une police politique.
    Mais Piquemal est tout sauf l’emblème de la Résistance .
    Avec mes regrets
    Bien cordialement

    Répondre
    • Christian PIQUEMAL

      11 octobre 2016

      Cher ami,
      Je respecte votre point de vue, mais vous ne savez pas de quoi vous parlez. Alors, je vais vous éclairer !
      Curieusement, le jour de la manifestation à Calais, au moment de mon arrestation, Pegida France qui était l’organisateur, n’était plus à mes côtés. Bizarre me direz-vous !
      C’est la raison pour laquelle je les ai volontairement mis en cause lors de mon interview.
      Depuis, entendez-vous parler de Pegida France ?
      Alors, me concernant, cessez de parler de “déballonnage” ! Cela me donne aussi la nausée !
      En conclusion, vous devriez réviser votre jugement !
      Rencontrons-nous et peut-être deviendrons-nous des Amis qui partagent la même conception du courage.

      Répondre
    • martel

      12 octobre 2016

      J’ai fait les mêmes remarques que vous. Ce” piquemal” (sans majuscules) n’est qu’un intrigant un imposteur qu’on doit oublier !

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 octobre 2016

      son esprit d’ obéissance à .. ” l’ HAUTORITE ” ne lui aura rien apporté : il est interdit de port d’ uniforme … triste mais édifiant pour tous :

      il faut savoir évaluer à sa juste valeur la dangerosité de ses … ennemis ( pas adversaires , ennemis )

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)