Affaire Danone : les politiciens français n’ont rien compris à l’économie de marché !

Posté le juillet 31, 2005, 12:00
3 mins

L’annonce d’une OPA de l’américain PepsiCo sur Danone a été lancée par le magazine économique « Challenges » (groupe Nouvel Observateur, de Claude Perdriel, proche de Franck Riboud, pdg de Danone…) dans son édition du 7 juillet. En fait, il ne s’agissait sans doute que d’une simple rumeur, d’ailleurs récurrente, et figurant comme telle dans toutes les études financières sur cette société, dont les titres sont sur le marché dans la proportion de 85 %, sans « noyau dur », ce qui en fait une cible idéale pour n’importe quel raider, à la seule condition d’être capable de mettre sur la table une quinzaine de milliards d’euros.
C’est une belle affaire. C’est le leader mondial de l’eau avec Évian, le leader mondial des produits laitiers avec Danone, et le numéro 2 des biscuits et produits céréaliers. Mais sa rentabilité est faible : le résultat net de la société ne représente que 10 % des capitaux propres et 4 % du chiffre d’affaires. Finalement, dimanche dernier, le groupe américain a fait savoir qu’il n’avait pas l’intention de lancer une OPA sur Danone. La spéculation est retombée… Jusqu’à la prochaine rumeur…
L’AMF, Autorité des marchés financiers de la Bourse de Paris, dira, après enquête, si cette flambée des cours avec de gros volumes d’échanges et des écarts de plus de 20 % en dix jours, est suspecte de délits d’initiés, ce dont se défendent évidemment les dirigeants du groupe.
Au-delà de cette affaire financière, ressemblant à toute spéculation boursière, on a vu se développer un psychodrame typiquement français qui permet de mesurer à la fois l’inculture économique de nos politiciens et le poids que conservent toujours chez nous les vieux mythes constructivistes.
On a enregistré, rien qu’entre le 19 et le 23 juillet, une cinquantaine de déclarations d’hommes politiques (le chef de l’État, le Premier Ministre, quatre autres ministres, 25 parlementaires, dix syndicalistes…) dont aucun n’avait le moindre moyen de s’opposer à ladite OPA.
Mais c’était l’occasion de faire cocorico… Et, au nom du patriotisme, pour défendre un champion de la mondialisation, on a vu  ressortir les vieilles lunes de la nationalisation. Le responsable de la Fédération CGT de l’agroalimentaire déclarait que la nationalisation de Danone pourrait créer des milliers d’emplois. En vérité, le repli sur l’hexagone de Danone ferait fondre comme neige au soleil les 90 000 emplois du groupe… En tout cas, on a pu mesurer la préférence des politiques pour des postures exactement contraires à la modernité, donc à la prospérité, et donc à l’emploi.

4 réponses à l'article : Affaire Danone : les politiciens français n’ont rien compris à l’économie de marché !

  1. ptit gibus

    05/08/2005

    Sachons quand même prendre du recul… On critique les politiciens français, mais n’oubliez pas que les Etats-Unis sont également richement dotés en matière de protectionnisme lorsqu’il s’agit du rachat de sociétés américaines par des sociétés étrangères (plus particulièrement lorsqu’elles sont chinoises). Après, effectivement, dire si c’est bien ou pas, est une autre question.

    Répondre
  2. Saint Pierre

    03/08/2005

    Tout à fait d’accord avec votre édito. J’ajouterais seulement que l’action Danone était sous évaluée à la Bourse de Paris. La meilleure preuve est que, le soufflé retombé, l’action a conservé la grande majorité des gains réalisés pendant la vraie-fausse OPA.

    Répondre
  3. sas

    31/07/2005

    A JEAN ROUXEL….et si la pseudo stratégie et méconnaissance naive…CONSISTAIT A FAIRE FLAMBER LE PRIX DES ACTIONS ARTIFICIELLEMENT…non pas pour éviter la pseudo OPA controuvée des fonds de pensions charognards et à l’affut permanent…..MAIS POUR CONTRAINDRE LES « INITIES » politico/financier capitaliste/soustutelle maçonnique: j’ai cité LE CREDIT AGRICOLE…qui depuis sa cotation boursière,ayant pris soin de baiser 2 fois de suite les « sociétaires »(lire le très détaillé livre LES DEMON DU CREDIT AGRICOLE 5 7 00 000 sociétaires floués:izembzert et nhiart)…Cette officine dévolue et asservie à la maçonnerie(ayant réussi à endetter et ruiner l’agriculture de notre pays) se trouve à la tête aujourd hui de milliards a investir provennant de ses délits successifs… Donc pas étonnant qu’ils soient sollicité pour TAITTINGER,POUR LE CREDIT LYONNAIS,maintenant pour DANONE …CEST EXACTEMENT CELA LE RENVOIT « FORCE » D ASSENCEUR DE notre ripoublique….é c o e u r é je suis et je reste par nos pratiques éconnomique .(les protocoles disent que nous ne saurons nous enrichir et gagner de l’argent sans recourir à la triche et l’arnaque…) sas

    Répondre
  4. LESTORET

    31/07/2005

    La présence sur notre sol de quelques sociétés ou industries emblématiques est très réconfortante; Danone en fait partie et c’eût été dommage de la voir passer sous un drapeau étranger, fût-il d’un pays ami. Une rumeur, un bruit, mais il n’y a pas de fumée sans feu, chacun le sait. Quant à nos hommes politiques et aux déclarations qu’ils ont cru opportun de faire en cette occasion, il vaut mieux pour la plupart d’entre eux ne pas épiloguer sur leurs compétences en matière économique, comme d’ailleurs en beaucoup d’autres matières. On ne leur demande qu’une seule chose: faire des promesses et ne pas les tenir. C’est déjà un beau programme.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)