Alter-mondialistes : qu’ils aillent donc en Nouvelle-Zélande !

Posté le novembre 22, 2003, 12:00
7 mins

Chaque jour, les développements de l’informatique, du réseau Internet ou de la téléphonie mobile, pour ne prendre que ces exemples-là, nous indiquent, même intuitivement, que la mondialisation, parce qu’elle est avant tout d’ordre technologique, a quelque chose d’inévitable et d’incontournable.

Comme toutes les révolutions économiques, celle de la mondialisation aura ses gagnants et ses perdants. Et il ne suffit certainement pas d’ouvrir ses frontières à tout va pour être certain d’être parmi les bénéficiaires. Encore faut-il mener une bonne politique générale, avoir une bonne gestion des finances publiques, avec des prélèvements obligatoires modérés et un environnement aussi favorable que possible aux entreprises, vecteurs incontournables de la prospérité, non seulement les grands groupes, si décriés et si choyés, mais encore et surtout, les PME, les artisans, les entrepreneurs sans grade et si peu reconnus.

Du point de vue des dirigeants, il est peut-être judicieux de résister à la mondialisation plutôt que de s’ouvrir à elle si, parallèlement, on prétend conserver un modèle politique de type autarcique ou simplement de type social-dirigiste (un peu comme le modèle français)… Mais cette résistance est vaine car – comme l’a bien montré Alain Madelin samedi dernier, à l’occasion de son colloque judicieusement dénommé « Les quatre vérités de la mondialisation » – celle-ci n’est pas seulement technique ni même économique : par le biais de la communication, elle est aussi politique, elle véhicule une certaine idée des droits de l’homme, lesquels, pour ceux qui en sont encore privés, sont avant tout de l’ordre individuel.

Si la mondialisation est irrépressible, qu’elle peut bien être la signification d’un mouvement anti-mondialisation, même dénommé pudiquement alter-mondialisation ?

Ce n’est certainement pas le cirque du Forum social européen (FSE) organisé pendant trois jours par des mairies communistes de la banlieue parisienne, soutenues par la mairie socialiste de Paris (ainsi que par le Président de la République, en sous-main), qui permet d’apporter une réponse à cette question. La confusion des débats relevait plutôt du happening soixante-huitard. D’ailleurs, la réunion n’a pas eu le succès attendu par ses organisateurs. Ils n’étaient, samedi, que 50 000 sur le pavé parisien, loin des 500 000 rassemblés à Florence un an plus tôt. D’où le caractère limité des violences observées, comme toujours quand les soi-disant pacifistes occupent la rue…

Pour ce qui est de sa récupération, le mouvement alter-mondialiste, si hétéroclite, recouvre largement le magma politique anti-capitaliste, donc anti-libéral, donc anti-américain. C’est la vieille lutte des classes à l’échelle du globe. Où le paysan du Nordeste brésilien a remplacé le métallo ou le mineur de fond.

Avec le même manichéisme : de même que ce qui était mauvais pour le patron était forcément bon pour l’ouvrier, de même ce qui est mauvais pour l’Amérique ou pour Coca-Cola serait forcément bon pour quelqu’un d’autre. Pour qui ? À écouter les alter-mondialistes, ce serait aussi bien les éleveurs du Larzac que les trimeurs du Bengale. Mais c’est évidemment faux et c’est là où l’on touche du doigt l’erreur ou le mensonge sur lequel repose ce soi-disant mouvement mondial.

La seule revendication qui soit commune à l’ensemble de l’humanité, depuis toujours, est celle du progrès, qui prend la forme concrète pour chaque individu de l’amélioration de son niveau de vie. L’histoire nous enseigne qu’il n’y a pas de prospérité sans liberté. La mondialisation est un accélérateur de ce mouvement.

Pour le comprendre encore faut-il avoir quelques notions minimums d’économie politique. Savoir que les richesses ne tombent pas du ciel mais sont toutes créées par le travail et l’esprit des hommes. Qu’avant de les redistribuer, il faut les produire. Et que, pour l’emporter dans la compétition, sans laquelle il n’y a pas de progrès, il faut sans cesse remettre en cause son organisation. Sinon, pas de croissance (n’est-ce pas Jean-Pierre Raffarin ?).

Quand j’entends Dominique Voynet, en tournée de promotion à l’occasion de la publication d’un livre, déclarer incidemment « la croissance ne m’intéresse pas », je comprends tout. Les fondements nihilistes du mouvement alter-mondialisation m’apparaissent en pleine lumière.

Et je pense à ces paysans néo-zélandais qui, il y a vingt ans, ont eu à subir une nouvelle politique agricole mise en œuvre par un gouvernement socialiste tendant à supprimer, assez brutalement, toutes subventions pour leurs productions. « Ce fut comme un pansement qu’on arrachait », déclare un représentant du syndicat des fermiers néo-zélandais. Aujourd’hui, la Nouvelle-Zélande exporte 90 % de sa production agricole. Ses agneaux sont plus gros. Ses vaches plus productives. Ses brebis plus fertiles. On conçoit qu’ils n’aient pas trouvé le temps de venir faire un tour la semaine dernière au Forum social européen…

4 réponses à l'article : Alter-mondialistes : qu’ils aillent donc en Nouvelle-Zélande !

  1. lethal

    18/08/2005

    beau discours socialisant et soixante huitard les états unis nous attaquent a coups de protectionnisme, baisse des prix, répondons leurs avec le commerce équitable et des productions made in france 5 fois plus chères… de toute façon on a la puissance nécéssaire pour envoyer paitre le monde entier on est français! bravo c parce qu’une majorité des français pensent comme cela que je vais m’expatrier vers un pays moins autiste et plus ouvert pour travailler

    Répondre
  2. Stephane

    07/05/2004

    Je ne suis pas du tout en accord avec cet article. Tout d’abord, je tiens a preciser que je ne suis pas un alter-mondialiste, pas encore du moins mais des articles comme celui ci me pousse a le devenir. A vous entendre, il ne s’agit que de politique, de recuperation de mouvement, d’anti-americanisme, mais vous n’abordez pas les problemes environnementaux, le caractere « psychopathe » des grosses entreprises tel que decrit dans le documentaire « The corporation » (Michael Moore…encore lui..et il va faire des vagues car il n’a pas la langue de bois): la recherche du profit avant tout, augmenter le CA, ne pas se soucier des lois tant que le profit est a la clef, l’absence de responsabilite. Le capitalisme a peut etre apporter plus de confort, augmenter le niveau de vie, mais ca n’est pas une solution a long terme. Monsieur, il faut s’occuper de l’environnement, apprendre a diminuer son niveau de vie pour avoir un developpement a long terme, il faut se demander ce que l’on va laisser aux generations futures: des masques pour eviter de respirer un air pollue? l’impossibilite de sortir au soleil sans se couvrir de la tete au pied comme c’est le cas a la pointe de l’Amerique du Sud puisqu’il n’y a plus d’ozone ? des especes animalesen extinction (a part les rats et les blattes…) (presque toutes les especes sont en declun). Je pense que vous devriez voir plus loin que le bout de votre nez et avouer que nous n’allons pas dans la bonne direction. La mondialisation, oui, pour echanger les cultures, aider les personnes en detresse, apprendre a vivre en harmonie avec la nature, mais pas pour « faire de l’argent », « creer de la croissance »…..quel est le sens de votre croissance si vos enfants et petits enfants en payent le prix. Nous devons nous remettre en question. C’est urgent!

    Répondre
  3. deb

    26/03/2004

    votre sujet est bien rédiger, est simple qui sont les alters-mondialistes et quels sont leurs but qu’esperent t’ils

    Répondre
  4. patviro

    28/11/2003

    j ai bien aime votre analyse (juste )

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)