Analyser ce qui marche à l’étranger

Posté le février 23, 2011, 12:00
3 mins

Dans le n° 779, j’ai été attiré par des phrases relevées dans 3 chroniques : 1) La toute dernière phrase de Bernard Tré­meau : « Copier ce qui se fait en Allemagne ». 2) Aline Adam dans son texte sur les fameux voyages : « Ils verraient des exemples qui marchent ». 3) Enfin, sous la plume de Rémy Gigos : « Et ça fonctionne, comme le montre la diminution drastique de la criminalité en Colombie ou en Indonésie… ».

Dans ces trois cas, il est dit que des pratiques meilleures que les nôtres peuvent être observées ailleurs. Oui, cela fait des années qu’on le dit et autant d’années durant lesquelles les dirigeants français ont refusé d’utiliser la méthodologie du « benchmarking ». Cette mé­thode a fait et continue de faire ses preuves aux États-Unis et au Japon depuis les années 70.

En Europe, l’idée a été reprise en 1992, avec une conférence organisée par Bull, puis avec le Mouvement Français pour la Qualité et enfin avec un Forum Européen sous l’égide de Bruxelles (European Benchmar­king Forum).

Pendant 6 années, j’ai représenté la France au sein de l’EBF. Avec mes collègues européens, nous avons fait la promotion de la méthode. En 2003, au sein d’un groupe du MFQ, nous avons publié « Le guide du Benchmarking », édition aujourd’hui épuisée mais prochainement disponible sous forme d’ebook. Actuellement, je donne des formations en Université et autres écoles, je suis sollicité pour travailler en Afrique avec cet outil par l’ONUDI. Et, malheureusement, nos hommes politiques ne veulent pas comprendre en quoi consiste la démarche. Ils veulent toujours croire qu’il suffit d’avoir des statistiques, éventuellement constater sur place, pour faire du « benchmarking ».

Cela ne consiste pas non plus à copier, mais à analyser, comprendre et éventuellement adapter les bonnes pratiques, qu’on peut glaner ailleurs. Quand est-ce qu’on voudra bien le comprendre en France ?

Jacques Gautron

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

4 réponses à l'article : Analyser ce qui marche à l’étranger

  1. SAS

    25/02/2011

    Ce n est pas une idée originale des libyens…

    ISRAEL fait du tir de paraletique en chaire roulante a la sortie des mosquée….

     

    personne n a toussé…

     

    hé oui…

     

    sas

     

    Répondre
  2. Florin

    24/02/2011

    c’est vrai, sas, que la Libye innove … Tirer sur des manifestants depuis les avions de chasse, fallait y penser !!! Quoique, ça fait penser à ceux qui tuent les mouches au canon …

    Répondre
  3. sas

    24/02/2011

    Excellent ce KADAFI….

    …"….. LES EMEUTES SONT LE FAIT DE DROGUES DE DELINQUANTS A LA TETE DESQUELS SE TROUVERAIENT DES MEMBRES D AL KAÏDA…."

     

    Les ricains ont bien utilisé les mêmes fredaines pour justifier l injustifiables… les attentats des twin towers et l operation IRAKIENE…..etc,etc

     

    …..semblerait donc que le mimetisme du colonel NE FONCTIONNE PAS ….perspicace humanité que voilà…

     

    arf,arf,arf………

    Répondre
  4. sas

    23/02/2011

    CE QUI MARCHE ????

     

    ….comme quoi la LIBYE et son traitement des emeutiers et autres subversifs de rue..???

     

    C EST UNE IDEE POUR LES DEFILESPARISIENS DE LA CGT ET AUTRES OFFICINES cessessionistes et tueuse de u reste d économie vertueuse qui résiste…

    LA CHASSE BORDEL LA CHASSE……israel fait bien la sortie des mosquées avec ses helicoptères et a coup de missiles sans que personne s emeuvent….pourquoi pas bastille , republique ou plce du colonel fabien… avec des mirage 2000 …et des charges au phosphore tout comme en Irak

    sas

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)