Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif. Sic !

Posté le mai 21, 2012, 12:00
3 mins

La mort de l’industrie en France ?  Cela n’est pas étonnant, pour un pays dont une majorité d’habitants hait les entreprises et les industriels, considérés comme des exploiteurs suceurs de sang. Et où 75 % des étudiants souhaitent avant tout intégrer la fonction publique pour bénéficier de la sécurité de l’emploi à vie. Tandis que pour d’autres, qui se dirigent par wagons entiers dans des facs poubelles sans avenir, l’échec est patent. Nous n’avons que ce que nous méritons, dans une France qui vénère au plus au point les intellos de salonset qui daube sur les métiers manuels techniques ou technologiques, au sens large du terme.

La descente aux enfers n’est pas finie, nous n’avons encore rien vu, si nos mentalités ne changent pas vis à vis de nos métiers industriels, de nos entreprises, de nos patrons et de nos investisseurs.

L’évidence saute aux yeux : le programme économique des socialistes a été conçu par des fonctionnaires qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise. Son application ne remédiera pas à la principale faiblesse de notre pays : l’excès de ses dépenses publiques, qui oblige à surcharger ses entreprises d’impôts et de cotisations sociales, et à accabler les citoyens de lourds prélèvements d’impôts spoliateurs.

Ceux qui sont à l’origine de nos problèmes auront beaucoup de mal à nous faire croire qu’ils vont les résoudre sans réaliser des réformes de structure forcément douloureuses.

Définir un cadre juste et équitable pour encadrer l’économie, c’est le « boulot » de nos élus ! Leur confier la direction de nos entreprises, c’est la faillite assurée. Ce qui génère toujours une politique définie par des élus fonctionnaires, pour des fonctionnaires, mise en musique par des fonctionnaires. Avec, pour résultat, une sphère étatique qui ne cesse de gonfler ses troupes aux dépens du privé, qui se trouve contraint à dégraisser, à délocaliser ou à déposer le bilan (désindustrialisation – délocalisation).

7 réponses à l'article : Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif. Sic !

  1. VICTOR42

    23/05/2012

    Je ne comprends pas l’état d’esprit de ces politicards incompétents qui se prétendent ministre , et qui ruinent chaque jour un peu plus la France . Un salarié est jugé sur les résultats , il devrait en être de même des prétendus ministres qui touchent 10 fois le salaire d’un ouvrier . Six mois après leur prise de fonction sans résultat probant : EJECTE et sans indemnité .

    Répondre
  2. lavandin

    22/05/2012

    Existerait-il donc aussi une redressement improductif ?

    Répondre
  3. Serge Rednes

    22/05/2012

    Qu’espérez vous ? nous sommes en régime communiste instauré par de Gaulle lui même qui a rétabli le parti communiste qui avait été déclaré « haute trahison  » par les dirigeants socialistes juste avant la 2ème guerre mondiale où les communistes soutenaient Mr Hitler parce qu’il avait signé un accord avec Staline pour se partager l’Europe !! Ils ont immédiatement pris pieds dans tous les ministères où ils sont encore. Et la CGT gouverne la France.!!!

    Répondre
  4. jack rock

    22/05/2012

    Vous avez tout juste. Il va falloir regarder le désastre pendant 5 ans, puis relever ceux qui ne sont pas morts.

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    22/05/2012

    Pour le redressement industriel rien de tel qu’une bonne dose de viagra. Cela fait des miracles car sous bonne dose même les syphons d’évier se remettent en position verticale.
    Montebourg doit connaitre la chanson et sa dulcinée Aufrey Pulvar ne peut qu’applaudir le choix érotique pour le nom de son ministère.
    Décidemment comme pour DSK les socialos ne pensent qu’au sexe.

    Répondre
  6. goufio

    22/05/2012

    Je l’aime bien celle-là

    A la base de toutes les doctrines totalitaires se trouve la croyance que les gouvernants sont plus sages et d’un esprit plus élevé que leurs sujets, qu’ils savent donc mieux qu’eux ce qui leur est profitable. – Ludwig von Mises

    Et celles là aussi:

    Quand on ne connait pas tous les effets de l’intervention de l’Etat dans l’économie, alors le gouvernement doit s’abstenir d’intervenirJean Louis Caccomo

      La folie est de faire et de refaire la même chose en espérant des résultats différents.- Albert Einstein

    "Les problèmes significatifs auxquels nous devons faire face ne pourront jamais être résolus au niveau de réflexion de ceux qui les ont crées"- Albert Einstein

    Quittons-nous sur ce bon mot de notre regretté Raymond Devos :

    « L’accordéon en politique c’est l’instrument de l’alternance par excellence, quand vous appuyer à droite ça souffle à gauche, quand vous appuyer à gauche ça siffle à droite et à l’intérieur c’est du vent »

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    21/05/2012

    le problème est que la " droite " propose pour les mêmes fonctions les mêmes génies …" publics "

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)