Au royaume des augmentations perpétuelles

Posté le septembre 22, 2009, 12:00
11 mins

En France, tout augmente : les prélèvements obligatoires, la dette, les déficits, l’immigration, la délinquance, l’anarchie et… le nombre des discours.

S’agissant des prélèvements obligatoires, le pouvoir joue sur les mots. Le président de la république a déclaré à maintes reprises qu’il n’avait pas été élu pour augmenter les impôts ; donc, les impôts n’augmentent pas. Ce qui augmente ce sont les « prélèvements obligatoires », comme en témoignent les avis d’imposition foncière qui viennent d’être distribués à tous les Français, plus 30 % à Paris et ça va continuer ! En réalité, chaque année, le contribuable sort davantage de son porte-monnaie – la classe moyenne est laminée – et tous travaillent jusqu’au 15 juillet pour remettre dans le tonneau des Danaïdes du fisc le montant exigé des « prélèvements obligatoires ».

Ainsi, le pouvoir se moque du monde avec, depuis deux ans, une vingtaine de taxes nouvelles, la dernière en date étant, comme chacun sait, la « taxe carbone », nouvel impôt compliqué à l’extrême, d’une inefficacité garantie dont on dirait qu’il a été inventé uniquement pour emm… les Français. Quand on sait que les entreprises françaises sont soumises chaque année à plus de 80 impôts et taxes divers, il ne faut pas s’étonner de l’augmentation des faillites, du chômage et des suicides. Tout cela, bien sûr, ne diminue aucunement la dette, un festival de mauvaise gestion qui ne date pas d’hier. Cette dette s’élevait en juin à 1 414 milliards d’euros, mais en fait, avec les engagements de l’État, à plus de 2000 milliards d’euros. Elle progresse de 2000 euros par seconde.

Le déficit budgétaire a doublé en un an pour franchir le 31 juillet le seuil des 100 milliards d’euros. Il sera de 150 milliards à la fin de l’année, en totale contradiction avec le traité de Maastricht.

Le déficit du régime général de la sécurité sociale, quant à lui, va s’élever cette année à 30 milliards d’euros, malgré l’augmentation du forfait hospitalier. Tout cela s’appelle une débâcle financière, sans compter le déficit de la balance commerciale (57,5 milliards d’euros en 2008).
En parallèle, on note une augmentation des indemnités du chef de l’État, 172 % en octobre 2007 (!), ainsi que du budget de l’Élysée, ce qui a fait dire sans rire à un porte-parole officiel : « Le budget de la présidence de la république augmente, mais il ne progresse pas. » On avait déjà entendu : « Le malaise cardiaque du président de la république n’a pas de cause. » On a maintenant le mouvement immobile…
On a aussi l’augmentation continue de l’électricité, du gaz, de l’eau et des charges immobilières.

Quant aux avoirs des 3 000 noms découverts dans deux succursales à Paris de banques suisses par le ministre du Budget en utilisant des « procédés criminels », selon ce qu’a déclaré publiquement le président de l’association nationale des banquiers suisses (une personnalité aussi importante que le président de la confédération helvétique), ils ne représenteraient s’ils étaient recouvrés que 0,2 % de la dette française, un puits sans fond – ce qui n’a été dit nulle part.

Un mot encore de l’immigration, dont on connaît les conséquences graves et ruineuses – et dont il ne faut surtout pas parler. Le ministre de l’Intérieur vient d’en faire, malgré lui, la démonstration. Ayant fait une réflexion anodine relevant de l’évidence, il vient d’en être la victime, alors qu’il venait de sanctionner le préfet Girot de Langlade pour avoir lancé une boutade du même ordre. Tel est pris qui croyait prendre. Tout cela est aussi choquant que grotesque et révélateur d’une mentalité raciste en faveur de l’immigration-invasion.

Ce constat nous conduit tout naturellement à la délinquance, elle aussi, logiquement, en forte augmentation. Les violences contre les personnes et les biens ne cessent d’augmenter, en particulier contre les personnes dépositaires de l’autorité, qui ont atteint en 2008 le chiffre record de 26 177 cas recensés (le double en réalité).
En Seine St-Denis, ces violences ont augmenté de 30 % sur l’année 2008. Il est tout à fait piquant et significatif, à cet égard, que le conseiller « spécial »du président de la république, rédacteur de ses très nombreux discours, voulant prendre connaissance des réalités du 9-3, département peuplé à 90 % d’immigrés, ait failli se faire lyncher dans la voiture de police où il avait pris place. Sous une pluie de cailloux, les policiers de l’escorte ont dû faire usage de leurs fusils pour éviter le pire ! Et pourtant, on a l’impression que, pour les autorités au plus haut niveau, le but est de lutter contre les « violences policières », aussitôt sanctionnées, si bien que les forces de l’ordre, de peur d’être punies, n’osent plus rien faire. Donc, la vie est belle pour les « jeunes », dont beaucoup vivent du très lucratif commerce de la drogue. Quant aux établissements scolaires, il serait bon que dans nos banlieues, les professeurs soient revêtus d’un gilet pare-balles. Enfin, petite cerise sur le gâteau, 500 000 colis sont volés à la Poste chaque année.

Bref, c’est l’anarchie générale. En six mois, les cortèges syndicaux à Paris ont augmenté de 31,81 % par rapport à la même période en 2008, passant de 1116 à 1471 (soit presque 8 par jour !) manifestations autorisées par la préfecture de police qui, néanmoins, reconnaît qu’elles « empoisonnent » la vie des Parisiens. Une note confidentielle de l’administration révèle que le nombre des policiers et des gendarmes blessés au cours de ces manifestations a bondi de 318 % entre janvier et mai derniers. On apprend aussi que le ministre du Bugdet, en visite amicale à la fête de l’Humanité, a failli recevoir une bouteille en pleine figure. Mais qu’allait-il faire dans cette galère ?

Au regard de ce bilan entièrement négatif et inquiétant, les discours du chef de l’État se succèdent toujours plus nombreux, en augmentation eux aussi. Enflure de la rhétorique d’un côté, dure réalité de la vie quotidienne des Français de l’autre. Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, franchement, bravo pour tout !

12 réponses à l'article : Au royaume des augmentations perpétuelles

  1. Anonyme

    29 septembre 2009

    @ UN chouka :  Ce ne sont pas des trous cher ami, mais une hémorragie permanente, ou une saignée organisée, vous avez le choix.

    Moi, je pense au second.

    Mais le pire n’est pas là.      Le pire est que les Français laissent faire…

    Répondre
  2. UN chouka

    28 septembre 2009

    Je ne comprend pas comment ne pas arriver a faire des économies ,lorsqu’il peut y avoir une hausse de la mortalité de 3 fois ?

    Il faut vraiment qu’il y ait de sacrés trous ayeur dans la trésorerie pour continuer a etre ne déficit , il me semble ?

    Bon, je vous chari

    Répondre
  3. Jaures

    26 septembre 2009

    A proxad.net: Vous savez pertinemment que ce chiffre de 90% est un fantasme. Mais sans doute le rédacteur de cet article ne considère comme Français que celui dont les bisaieuls y seraient nés, auquel cas votre serviteur, petit fils d’une Italienne (passée en France pour échapper aux fascistes) serait considéré comme envahisseur dangereux.

    Répondre
  4. sas

    26 septembre 2009

    A hansimsloggloch……ce qui est épatant, c’est que le français de base a le temps et l analyse pour avoir de la compassion ailleurs(a l etranger dans des situations de misérabilisme extrême) ce qu il tarde a constater chez lui…..

    c’est vrai que c’est surprenant…

    et avec ca toujours prêt a aller au bout du monde tordre le coup du dictateur ou oppresseur a coup d impôts supplémenataires……mais ne sait ou ne veut traverser le periphérique pour faire rendre gorge à nos barons autoproclamé amoraux et arrogant……qui nous faillissent

     

    va comprendre….ainsi va la vie des veaux

    sas

    nb) la france est la seule nation ou les veaux ,elisent leurs bouchers qui vont les égorger…..

    Répondre
  5. Anonyme

    26 septembre 2009

    Monsieur Lambert, j’ai toujours énormément apprécié vos articles; c’est pourquoi je me permet de douter du pourcentage annoncé comme ayant 90% d’immigrés dans le 9-3.

    J’y réside depuis plusieurs dizaines d’années et m’en serais aperçu, au point que cette invasion m’aurait fait fuir à toutes jambes, vers des "camps retranchés" de vieux gaulois. Il en existe encore, mais hélas, en voie de disparition.

    Mais d’où tenez-vous ce chiffre de 90% ?

    Par contre, il peut fort bien s’appliquer aux naissances dans le-dit département.
    Il n’est qu’à relever l’état civil de certaines communes: Drancy par exemple.
    En revanche, sur l’état civil de la Mairie de Bobigny,  vous savez, celle qui a une Marianne toute noire dans la salle des mariages, eh bien les naissances n’y figurent pas dans le bulletin municipal, à croire que les balbyniens sont atteints d’une sévère stérilité permanente… Il n’existe donc pas de vaccin pour traiter ce type de problème ? Mais que font les laboratoires ???. Rendez-vous compte: une ville qui sera bientôt rayée de la carte !!!…

    Répondre
  6. Anonyme

    25 septembre 2009

    Les Français sont fiscalement rackettés parce que ce sont de bons veaux qui le veulent bien.  Les hommes politiques se gavent tellement que ça en donne la nausée.

    Lisez "L’argent de la politique", de christophe DUBOIS, qui vient de paraître, et vous devriez voir à quel point nous sommes sodomisés.

    Répondre
  7. stakha

    24 septembre 2009

    Ma parole! On croit presque lire les propos de Jean Marie Le Pen!……..

    J’oubliais…C’est politiquement incorrect!……Sans commentaires!

    Répondre
  8. ozone

    24 septembre 2009

    Sarkozy n’est que le representant de la vielle bourgeosie qui n’a toujours pas digérer que les salaries puissent avoir des droits,ceux qui méttaient en avant en 36 contre les congés payés l’éthylisme des ouvriers,la taxation des indémnités d’accident de travail porte leur griffe.

    Raison de "justice",pourquoi se priver de si peu.

    A vomir.

    Répondre
  9. HansImSchnoggeLoch

    24 septembre 2009

    <<Et les Français sont contents béats…  TV, foot, bouffe et baise, tout va bien !>>
    Les choses vont certainement changer. Quand les porte-monnaies se vident, comme en ce moment, la béatitiude en prend un sacré coup dans l’aile.
    Ce ne seront pas manifs organisées par les syndicats collectivistes qui les rempliront à nouveau. On pourra naturellement prendre à ceux qui ont quelques kopecks de plus pour les redistribuer ensuite à ceux qui en ont moins. Mais après quand tout le monde sera dans la mouise à qui prendra-t’on?
    En d’autres temps dans des situations identiques des murs et des têtes sont tombés et le vent de la liberté recommença à souffler.
    Il est quand même surprenant de constater que quand des pays opprimés sont arrivés à se libérer, d’autres, ceux qui jouissaient déjà de cette liberté, n’arrêtent pas de sombrer dans l’oppression. La logique humaine est vraiment insondable!

    Répondre
  10. Scottkiller

    23 septembre 2009

    Excellent article, qui illustre la réalité. Tout cela ne sont que des faits et Jaures va encore une fois essayer de nous démontrer que tout vient de la droite et des libéraux etc…, etc… Dans cette galère il n’y a ni droite ni gauche, c’est déjà chacun pour soi, demain  sera sauve qui peut !!!

    Quel beau m..dier !!

    devant tant de troubles il me semble que 2012 est une échéance très lointaine. Le salut ne viendra que des gens courageux clairvoyants et combatifs dont la majeure partie des participants de ce site en font partie.

    Répondre
  11. Anonyme

    23 septembre 2009

    Excellent article, en effet.  Mais je suis certain que beaucoup le considérent déjà comme une vache qui regarde passer un train.

    N’est-ce pas la faute à l’inertie cataleptique des Français tout ceci ?  Chien qui aboie ne mord pas.  Tant qu’il y a des manifs, le pouvoir ne risque rien.  Et il continue à assurer son train de vie et empocher pour le futur.

    Et les Français sont contents béats…  TV, foot, bouffe et baise, tout va bien !

    On a les dirigeants et le destin que l’on mérite.

    Répondre
  12. TeddyK

    23 septembre 2009

    Excellent article !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)