Ces mythes qui ruinent la France

Ces mythes qui ruinent la France

Dans la continuité de mon article précédent, consacré à ce qui pourrait libérer la France, je conseille la lecture du dernier livre publié par Alain Mathieu, président de Contri­buables associés.

Le livre s’appelle « Ces mythes qui ruinent la France ». Il a pour objet de dissiper quelques-unes des principales erreurs de raisonnement économique qui conduisent ce pays vers le précipice, et qu’on retrouve aussi bien à gauche qu’à droite – ou, pour être plus précis, chez les socialistes de gauche, comme chez les socialistes de droite.

Les mythes dont traite Alain Mathieu sont au nombre de trente. Parmi eux, on trouve l’idée, très keynésienne, que « la relance par la consommation assure la croissance » (cette idée a semblé reléguée dans le révolu à la fin des années 1970, avec la redécouverte de la pensée de Friedrich Hayek et l’émergence de l’économie de l’offre, portée par Arthur Laffer et Jude Wanniski aux États-Unis, mais elle a, depuis, fait son retour en force).

On trouve aussi l’idée que « notre modèle social protège les pauvres » (mieux vaudrait dire que notre anti-modèle social multiplie les pauvres), celle que « les HLM sont des logements sociaux », celle que « les fonctionnaires ne sont pas des privilégiés », ou celle que « les emplois verts sont la solution au chômage ».

Les réponses qu’Alain Mathieu apporte à ces mythes sont, à chaque fois claires, concises et précises. Elles tracent aussi un chemin qui permettrait, s’il était suivi, d’inverser le processus de destruction.
La logique utilisée par Alain Mathieu peut sembler élémentaire. Mais, c’est un fait, les discours des dirigeants politiques et de ceux qu’on présente à la télévision ou à la radio comme des « économistes » sont, le plus souvent, dignes d’analphabètes, dépourvus de toute cohérence, et incapables de résister à la moindre parole de réfutation.
Dès lors que les journalistes qui posent des questions aux dirigeants politiques et aux « économistes » ne comprennent pas davantage le sujet dont ils traitent que ceux à qui ils posent des questions, la réfutation ne vient jamais, ou si rarement qu’elle ne suffit pas pour que pénètre la lumière.

En ces conditions, c’est presque un miracle qu’il reste des créateurs d’entreprise en France et des entreprises qui font des profits. C’est presque un miracle que le pays ne soit pas tout entier en dépôt de bilan.

Cela montre qu’il existe en France des trésors de créativité, d’opiniâtreté et d’obstination qui pourraient faire des merveilles si tant d’obstacles n’étaient pas posés qui viennent les asphyxier. Parce que l’asphy­xie est là, les relances par la consommation succèdent aux relances par la consommation, les pauvres, qu’on prétend aider, sont plus nombreux et bien plus pauvres, les constructions de logements sociaux se poursuivent, pervertissent le marché immobilier et font monter les prix dans le secteur privé, toucher au nombre de fonctionnaires semble encore un tabou, les propositions « vertes » abondent de tous côtés sans que leur coût réel soit jamais évoqué.

Comment en sommes-nous arrivés là ? La réponse impliquerait de regarder en face la perversion de l’enseignement depuis de trop nombreuses années, l’abandon de la con­naissance, la substitution à la connaissance de dogmes, d’opinions, de lubies. Si les sciences exactes étaient traitées comme l’économie, la médecine en serait revenue à ce qu’elle était au Moyen Âge, la chimie mo­derne aurait régressé vers l’alchimie, la physique ne serait pas même ce qu’elle était dans la Grèce antique.

Plutôt que suivre des débats dépourvus de sens sur l’écran de leur téléviseur, je conseillerais à ceux qui me lisent, en cette période électorale, de mettre leur poste en veille, de lire le livre d’Alain Mathieu, de rallumer ensuite leur poste, et de suivre alors les débats.
Ils auront alors l’opportunité de rire devant ce qu’ils entendront. Ou de pleurer en songeant à l’avenir. Les occasions de rire étant rares, je suggère de rire et d’imaginer Nicolas Sarkozy et François Hollande avec un nez rouge, comme au cirque !

Partager cette publication

(21) Commentaires

  • francois Répondre

    toni,

    oui c est exactement cela du flooding systèmatique;et si vous ne repondez plus alors vs etes contre le dialogue !!!! en fait le dialogue c ‘est lui  !!!!! c’est pitoyable mais il y a encore plus minable :il utilise les attaques personnelles contre les auteurs’milliere et lambert ) avec une impudeur digne de son personnage

    sincerement il faut le laisser ds son jus et confronter nos idées avec d’autres qui ont un minimum de respect .

    amitiés.

    28/02/2012 à 17 h 02 min
  • Toni Répondre

    François a écrit: "de plus ignorer totalement ses reponses replace ce triste clown à sa veritable place….."

    Merci François, il était grand temps de dire cela.

    ça commence à bien faire ce cirque …

    Maintenant si il persiste dans son sketche mr Jaures, il va s’apercevoir que je peux être odieux si je veux vraiment. Et je ne changerai pas mes principes parce ce syndicaliste fait du flooding ici.

    27/02/2012 à 10 h 29 min
  • francois Répondre

    toni hans et les autres sauf 1 cretin,

    je suis ravi de voir que nous sommes de plus en plus nombreux à adopter la meme attitude envers la haine qui se deverse ,ici ,tous les jours de la part de q qun qui dit aimer son semblable…..

    ignorer ce miserable mediocre est la seule attitude adaptée par rapport à un comportement pareil.

    de plus ignorer totalement ses reponses replace ce triste clown à sa veritable place…..

    27/02/2012 à 8 h 07 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès

    En Finlande il existe un facteur qui n’est pas pris en compte en "nouvelle"  France: l’homogénéité de la Nation ( enfin pour l’instant ! )  Vous ne pensez tout de même pas que les "jeunes" du 93 ou des cités nord vont ,ou mieux, désirent s’instruire pour la majorité d’entre eux !

    P.S.  : quand je vois et entend sur les chaines T.V. que François Hollande est sociologiquement moins "ringard" que Nicolas Sarkozy PUISQU’ il est "soutenu" par Yannick et non par Johnny je ne vois pas la différence entre ces deux candidats …leurs soutiens ne sont ils pas TOUS DEUX ces "helvètes" que vous haïssez et Noah , ce guignol méprisé des Espagnols * ,ne doit il pas des millions au fisc …français
    … U.M.P. ou P.S. rien de plus que les bateleurs  des foires électives

    * sur le maillot du F.C. Valence :
    Liberté , Egalité , Superoritad !

    26/02/2012 à 13 h 23 min
  • François Répondre

      Jaures, nous avons déjà eu cette discution il y a plusieurs mois. Vous qui tenez à jour des petites fiches comme la Stasi n’aurez aucun mal à la retrouver…

         – Je vous parle rapport OCDE, vous me répondez INSEE. Prenez au moins les chiffres des mêmes sources.

        – Vous lisez ce que j’ai écrit en diagonale car vous inversez les chiffres entre coût et encadrement.

        – Vous parlez d’un taux d’encadrement enseignants/élèves alors que je parle de celui employés de l’EN/élèves. ( J’avais pris la peine de bien le préciser). Pour votre gouverne, il n’y a pas que les administratifs qui ne soit pas enseignants dans l’EN. Mais le contribuable les paye tous.

       – Les coûts que vous citez ne correspondent pas à ceux de l’OCDE. Mais sans doute ne tenez vous pas compte de ce qui est payé par les régions, les départements et les collectivités locales. Pourtant, ce sont toujours les mêmes qui payent quelle que soit la source.

       – Mes chiffres ( ou plutôt ceux de l’OCDE) n’ont pas le tampon " CGT approoved", c’est vrai. Ils sont donc bien sûr fantaisistes…Cela ne m’empêche pas de les complèter ( toujours chiffres OCDE) par le coût d’un élève français qui est en moyenne supérieur de 30% au coût moyen OCDE.

      Enfin, quand vous parlez chiffres, je suis TOUJOURS sceptique. Je me souviens en effet de vos affirmations concernant le salaire des instituteurs qui étaient contredites par la feuille de paye de mon épouse, institutrice. Vous l’ayant fait remarquer, vous n’hésitiez pourtant pas à affirmer que c’était faux, comme les chiffres qui ne suivent pas votre idéologie sont "fantaisistes"…ou comme l’histoire qui ne confirme pas une propagande peut être "homophobe"…

    26/02/2012 à 11 h 54 min
  • Toni Répondre

    De toute façon Mr le syndicaliste, l’état Français ainsi que toutes ses administrations sont financées à crédit, engloutissent des sommes gigantesques pour finalement un résultat de plus en plus mauvais. Le FMI n’acceptera jamais que l’on jette son argent par les fenêtres.

    Vous n’aurez plus personne mr le syndicaliste pour payer des impôts une fois que les riches et les classes moyennes supérieures seront partis. Les traquer à l’étranger et leur faire payer un impôt Français comme ce que propose Jérôme Cahuzac … Et si ils portent plainte à la police de Singapour et la police Suisse … Vous croyez vraiment que ces pays vont vouloir collaborer avec Flamby ?

    François Hollande n’aime pas les riches et d’ailleurs tout le monde sait ici mr jaures que Flamby gagne moins de 4000 euros par mois … En réalité il en gagne près de 30000 par mois, Flamby est un riche qui s’ignore.

    Autre chose, si je devais finir ruiné en France, j’irais ailleurs en Europe (je ne vous dis pas où). Je n’irais pas rien me confier à un personnage comme vous mr le syndicaliste.

    26/02/2012 à 8 h 36 min
  • Anonyme Répondre

    Monsieur Le socialo-syndicaliste et souvent moraliste, voici où a déjeuné votre Élu avec un ami de Sarkozy: http://www.le-laurent.com/fr/index.php Le Fouquet’s c’est pour les miséreux à côté. Heureusement que François n’ aime pas les riches!

    25/02/2012 à 21 h 49 min
  • Jaures Répondre

    François, j’ai vérifié vos chiffres qui me paraissaient fantaisistes. Effectivement, les chiffres de l’INSEE sont les suivants:
    Dépenses par élève
    France: 6 267€ en primaire; 10 231 en secondaire; 14 079 en supérieur.
    Finlande: 7 092 en primaire; 8 659 en secondaire; 15 402 en supérieur.
    http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=CMPnon07306
    On voit que la France ne dépense plus par élève qu’en secondaire. Où donc avez-vous trouvé ces 70%?
    On retrouve cette disparité dans le taux d’encadrement:
    En primaire, il y a en moyenne 19,9 enfants par enseignant en France.
    Il y en a 14,4 en Finlande(moyenne OCDE: 16,4)
    En secondaire, il y a 11,9 enfants par enseignant en France contre 13,6 en Finlande.
    http://www.education.gouv.fr/pid338/l-education-nationale-en-chiffres.html 
    Où avez-vous trouvé cette différence de 40% ?
    Quant au personnel non encadrant (administration), il est de 25 205, soit 0,25 pour 100 élèves: l’impact statistique est dérisoire.
    En fait, quand on observe le système finlandais (et il en est de même en Norvège), on constate que la réussite des élèves est liée à un fort taux d’encadrement, des conditions optimum de travail (accueil, petits effectifs, cadre de vie), une détection et un suivi efficient des élèves en difficulté.
    http://www.meirieu.com/ECHANGES/robertfinlande.pdf
    Que notre système soit perfectible, je n’en doute pas un instant, mais si nous tendons vers des sureffectifs, une dégradation des conditions de vie et de travail ainsi qu’un abandon des élèves en difficulté (avec la suppression des RASED), notre éducation sera de moins en moins performante et, par voie de conséquence, notre économie.

    25/02/2012 à 12 h 04 min
  • Toni Répondre

    Mr Jaures,

    Le collectif géré à votre manière, je n’en veux pas et pas beaucoup de monde ici je pense.

    Vu la façon dont vos collègues parlent des "riches" expatriés en suisse (plus de 45 familles comme tattinger, grand frais et Mauboussin) via les commentaires des internautes, ces "riches" expatriés ne sont pas près de remettre les pieds en France. Vous aurez encore plus de pauvres sur les bras … C’est le nazisme qui peut prendre forme dans un tel contexte ou bien des troubles sociaux très graves où vous aurez surtout à vous occuper de vos proches face aux pillages.

    Autrement mr le syndicaliste, si cela que vous et vos collègues syndicalistes pensez des "riches" expatriés ou de quelqu’un qui éssaie de s’en sortir en éssayant de mettre l’état Français un peu  en dehors de sa vie, je considère que vous m’avez déclaré la guerre.

    Cela veut dire que je vous regarde comme un énnemi potentiel mr le syndicaliste.

    Sachez également que je reste calme envers vous et envers certaines personnes de mon entourage uniquement parce que je ne suis pas idiot au point de me mesurer au GIGN et à la justice Française. Ce n’est pas certainement pas par convictions morales. Estimez vous heureux d’être en France Mr le syndicaliste; j’ai des amis qui viennent de pays où l’on apprécie pas beaucoup les gens comme vous et là-bas la police les tient vraiment au silence. Je parle de Singapour mr le syndicaliste …

    Un conseil ne faites ce que vous faites ici en France là-bas.

    Si vous allez en amérique latine et que vous faites le même cirque que vous faites ici, vous pouvez mais n’oubliez pas d’engager une société de sécurité.

    25/02/2012 à 12 h 03 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ François

    vous soulevez là un problème qui m’a toujours "questionné" (  j’ai également enseigné pendant  20 ans en France et à l’étranger en doctorat et en post-doctorat )  je crois avoir (partiellement )une réponse :
    En France l’enseignement en est resté à celui qui avait cour à la Faculté de Paris ( au Moyen Âge )  et dans les Collèges de Jésuites plus tard :
    il reste "VERTICAL" : la vérité tombe du haut de la chaire du Maitre , l’élève "gratte" des notes , ne pose pas de questions , et en fin de parcourt "régurgite" la "pensée véritable" …
    Il arrive  que l’on fasse encore appel à moi pour "animer " des formations post-universitaires et rien n’a changé en 20 ans  :
    Pas ou peu de travail de réflexion , pas ou peu de travail " HORIZONTAL" ( les auditeurs ne communiquent pas entre eux )  ils attendent tous la "recette" comme ils attendraient un oracle !
    En conséquence , soit le modèle de sélection est mauvais ( ce que je crois aussi ) soit les habitudes sont à ce point ancrées ( et encrées ! ) qu’ effectivement ce n’est pas en augmentant le nombre de professeurs ou le budget de l’E.N. que l’on pourra espérer des résultats meilleurs *

    *** l’exemple le plus fameux est la chute du Commerce extérieur avec l’arrivée au pouvoir des élites venues d’H.E.C. et de l’E.N.A. ( entre autres )

    25/02/2012 à 9 h 58 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    @ Syndicaliste local
    a) les moufles sont disponibles ici:
    http://www.grand-froid.fr/0404-moufles-convertibles-refrigiwear-20-c-0-f,fr,4,0404.cfm?gclid=CP3D-bXYt64CFYgifAodtj8NnQ
    b) le sparadrap ici:
    http://www.medi-safe.fr/sparadraps,fr,3,106.cfm?utm_source=google&utm_medium=cpc&utm_term=sparadrap&utm_campaign=JS%20|%20Accessoires&gclid=CLaAkoLZt64CFYcRfAodQjHarA
    En espérant que ces fournitures aideront à ramener le calme aux 4V.

    24/02/2012 à 23 h 52 min
  • grepon Répondre

    Ou bien, investir en masse dans la formation et l’Education, comme la Corée du Sud ou la Finlande.

    C.A.D. programme massive d’achat de votes…au credit notons…par arrosement des fonctionnaires du Mammouth et arrosement des cheres tetes…. toujours et encore de moins en moins…. blondes avec des etudes "gratuites" souvent sans fin et tres souvent sans but car de peu d’utilite sur le marche du travail productive.   C’est leur offrir l’espoir de pouvoir reussir au concours pour l’emploi a vie comme fonctionnaires, la belle vie de leur profs et occupants de sieges etatiques.   Quelle programme!  Quel futur!  Dystopique.

    24/02/2012 à 23 h 51 min
  • François Répondre

      Ah, l’investissement massif de la Finlande dans l’éducation!
      D’après le dernier rapport de l’OCDE, la Finlande se classe première des pays de la dite OCDE en matière de résultats dans l’éducation et la France dans le dernier quart.
      Pourtant, d’après ce même rapport:
        La Finlande dépense 40% ( non, il n’y a pas de faute de frappe) de moins par élève que la France .
        La France a un taux d’encadrement par élève supérieur de 70% ( non, il n’y a toujours pas de faute de frappe) à celui de la Finlande.
        On entend par taux d’encadrement le nombre de personnes de l’éducation nationale ( enseignants ou non) rapporté au nombre d’élèves.
        Alors moi, je veux bien qu’on investisse aussi massivement que la Finlande dans l’éducation, même sans progresser en résultat. Le rendement aura malgré tout plus que doublé…

    24/02/2012 à 16 h 19 min
  • Toni Répondre

    Moi écoutez HansImSchnoggeLoch, je ne répondrai même pas au syndicaliste local, ça ne sert à rien comme vous dites. De toute façon je ne vais pas changer mes habitudes dans ma vie de tous les jours pour ce personnage.

    Une partie de mon entourage pratique ses méthodes, c’est simple je les ai tous virés de mon carnet d’adresses et ça fait depuis un peu plus de deux ans qu’on ne se voit pas du tout pas plus qu’on ne se parle.

    Mr le syndicaliste est têtu, il va s’apercevoir que moi aussi je le suis.

    24/02/2012 à 15 h 50 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Très bon article de Guy Milliere.
    Carton rouge au syndicaliste local pour sa réponse si typiquement collectiviste et son oeuvre en général. Il est inutile de rentrer dans les détails ceux ci ayant été déjà commentés de nombreuses fois par une majorité d’intervenants de ce site. Amen!

    24/02/2012 à 13 h 36 min
  • HOMERE Répondre

    Que serait la France sans les erreurs "inouïes" de Sarkozy ? un paradis ou les syndicats auraient mis une OPA sur la Caisse des Dépôts,ou nous aurions un enseignant pour un djeune,un logement de cinq pièces pour couples homosexuels,des jeunes filles ce faisant avorter au Prisunic,une mosquée dans l’île de la cité, un classement XXX des agences de notation,…..que du bonheur…..comme va nous en donner le flamby s’il est élu….que du bonheur !!

    Et c’est curieux,la France se porte plutôt mieux que les autres selon les dires de notre cher Jaurès……cherchez l’erreur !!

     

    24/02/2012 à 11 h 44 min
  • Jaures Répondre

    On connait la chanson. Aider les pauvres est mauvais pour eux, seuls les riches sont les mais des pauvres. C’est exactement le discours que tiennent les armateurs milliardaires grecs justifiant ainsi leur exonération de l’impôt. On sait que depuis 3 ans les mêmes s’ingénient à transférer leurs fonds hors de Grèce et freinent des 4 fers contre toute réforme fiscale qui permettrait leur participation au redressement du pays.
    On connait la rhétorique de Millière: ceux qui ne pensent pas comme lui sont des analphabètes et quand on souligne qu’il dit le contraire de ce qu’il a avancé il y a quelques mois il invective avant de bouder.
    Pourtant les choses sont simples: s’il suffisait de cesser d’aider les pauvres pour qu’il n’y en ait plus, de ne plus construire d’HLM pour que chacun puisse se loger, de ne plus indemniser les chômeurs pour que le chômage disparaisse, de supprimer la sécurité sociale pour que la santé soit démocratique et bon marché,..les pays qui ont suivi cette politique se porteraient bien mieux que la France. La notion de "miracle" n’existe pas en Economie.
    Or, si l’on observe froidement le Monde, les pays qui se portent le mieux ne sont absolument pas ceux qui ont observé une telle politique. Les pays cités en exemple par les libéraux (Etats-Unis, Irlande, Angleterre, Espagne,…) ne sont guère mieux lotis que la France. L’Italie gérée des années par un chef d’entreprise libéral est-elle prospère ? Tous les Etats cités sont aujourd’hui endettés, parfois en quasi faillite, les retraites ne sont plus payées, la pauvreté et le chômage sont à un niveau élevé, l’accès au soin est calamiteux (l’espérance de vie régresse aux Etats-Unis),…Bref, le système libéral ne montre guère que ses recettes seraient efficientes.
    En fait, pour s’en tirer au mieux actuellement, il existe trois critères. Avoir la chance de disposer de matières premières indispensables (les pays du Golfe, mais aussi la Norvège ou l’Australie), posséder un système financier efficace pour attirer les capitaux grâce notamment à un secret bancaire qui permet de recycler l’argent quel que soit son origine (c’est le cas de la Suisse ou du Luxembourg).
    Ou bien, investir en masse dans la formation et l’Education, comme la Corée du Sud ou la Finlande.
    La France a la chance de disposer d’atouts extrêmement divers: une industrie en déclin mais encore performante sur de nombreux secteurs (comme l’agro-alimentaire), une agriculture a fort rendement, le meilleur secteur touristique du monde, des services publics performants qui attirent les investisseurs (en 2010, la France était le 4ème pays d’accueil d’investissements étrangers),…
    Ce qui a permis que la France résiste mieux que ses voisins durant la crise, malgré des erreurs inouïes commises par Sarkozy, c’est justement son système de retraite par répartition qui a sauvé le revenu de millions de retraités quand les septuagénaires américains ou Irlandais perdaient tout. La sécurité sociale nous permet d’échapper aux free clinics, médecine de tiers-monde appliquée aux pays riches.
    Nous aurions pu, non pas échapper à la crise (issue des subprimes) mais nous sauvegarder de ses effets les plus funestes si Sarkozy n’avait pas exonéré les plus riches de l’effort nécessaire. Il a ainsi accordé des privilèges fiscaux en les payant par de la dette. Il a ruiné pôle emploi quand le chômage augmentait. Il a subventionné l’achat de voiture sans contreparties. Il n’a pas investi sur la formation par le chômage partiel. Il n’a pas investi sur les économies d’énergie qui auraient aider notre balance commerciale et éviter que des millions de Français renoncent à se chauffer. Il n’a pas, en contrepartie de l’aide au banques, choisi d’entrer dans leurs conseils d’administration afin que les profits de ces dernières années financent l’Economie avant d’enrichir les actionnaires.
    A plus long terme, il baisse l’effort national pour l’Education alors qu’aucun pays ne peut prospérer sans y investir au moins 6 à 7% de son PIB (comme les pays nordiques ou la Corée du Sud).
    Si Millière pense qu’en sabrant dans les dépenses publiques et en ruinant notre système social la France retrouvera prospérité et sérénité, qu’attend-t-il pour présenter un tel programme ? Que M Mathieu propose sa candidature. Que Millière le soutienne.
    Mais non, ce sont toujours les mêmes jérémiades qui n’empêchent pas l’auteur d’être lui-même salarié du public depuis 40 ans, qui écrit chaque semaine qu’il va bientôt quitter la France mais qui s’en garde bien, montrant par là qu’elle a pour lui encore bien des attraits.

    23/02/2012 à 12 h 29 min
  • ozone Répondre

    "le processus de destruction."

    De cela s’en occupe aussi ceux qui ont les sympathies de Mister Guy,l’article de mr Lambert est plus lucide,Millieres à toujours du mal a reconnaitre que d’autres ont vu plus loin que le bout de leur nez et depuis bien longtemps.

    22/02/2012 à 20 h 21 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Rien de tout ce fatras idéologique Monsieur Millière mais … comme le dit Ezra Pound dans ses
    " Cantos Pisans" 46-27 se référant aux privilèges uniques que William Paterson avait signalés dans son prospectus en faveur de la Charte de la Banque d’Angleterre :
    " Paterson déclarait : " cette Banque tire ses bénéfices des intérêts sur TOUS les fonds qu’elle CRéE à partir de RIEN "
    N.B. : la Banque d’Angleterre a été pendant près de deux siècles  sous le contrôle des  Maisons Rothschild et Lazar
    et ce sont eux qui ont "vampirisé" les Etats et les Peuples au point qu’on a pu dire :
    " les Rothschild se sont enrichis sur la dette des Etats "

    comme en médecine il ne faut pas prendre les symptômes pour les causes !
    mais ceci est une autre …Histoire ( sans doute "révisionniste" à vos yeux )

    P.S. : à cette occasion j’en profite pour dire combien m’a réconforté  l’esclandre provoquée  par  N.D-A. à l’A.N. , un des rares à ne pas s’être comporté comme un pleutre , soumis aux intérêts des banksters,  lors du vote honteux du M.E.S. dont il faut le souligner "que les 4 vérités n’ont soufflé mot " et qui fait de nous , de la France  l’ otage des Banques

    dégagez les tous !

    22/02/2012 à 14 h 11 min
  • Anonyme Répondre

     

    "Si les sciences exactes étaient traitées comme l’économie, la médecine en serait revenue à ce qu’elle était au Moyen Âge, la chimie moderne aurait régressé vers l’alchimie, la physique ne serait pas même ce qu’elle était dans la Grèce antique."

    Excellente formule qui vaut celle de Christian Lambert sur le modèle social français: Haïti

    Les entrepreneurs français qui survivent dans le système hexagonal sont les héros modernes de la débrouille multidisciplinaire. La France économique est comparable à une bonne voiture de Formule 1 à laquelle on a attelé un tombereau de fumier hors d’âge avec roues en bois, chargé de toutes les fumistes, inutiles, profiteurs et escrocs qui se sont invités au gré du circuit parcouru. Le crochet de la remorque est soudé sur la voiture. Il y a plusieurs gros câbles « de secours » au cas où un mécanicien astucieux parviendrait à casser le crochet principal.

    La pôle-position ne sera pas pour le prochain Grand Prix.

     

    22/02/2012 à 11 h 36 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<En ces conditions, c’est presque un miracle qu’il reste des créateurs d’entreprise en France et des entreprises qui font des profits. C’est presque un miracle que le pays ne soit pas tout entier en dépôt de bilan.>>
    Le miracle va bientôt cesser, il faudra être un maso pour créer une entreprise dans un pays aussi pourri à la base par le marxisme que la France. Entrepreneurs encore en vie déposez votre bilan et faites comme tout le monde, c.à.d. visionnez le journal de 20h, KohLanta et d’autres merdouilles de la TV française au lieu de vous cassez les c… pour des peanuts.

    22/02/2012 à 10 h 54 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *