C’est plutôt l’ultra-étatisme qui est à craindre !

Posté le août 28, 2018, 3:18
3 mins

L’article de M. Myard « Gênes et les limites de l’ultra-libéralisme » dans le n° 1057 me laisse pantois.

Rappelons quelques éléments de bon sens. D’abord l’usage du mot « ultra-libéralisme ». Personne n’a jamais défini ce que c’est, et quelle en est la différence avec son cousin, le libéralisme. Il m’a semblé comprendre que c’était le libéralisme de ceux qui n’aiment pas le libéralisme.

En tout cas, parler d’ultra-libéralisme à propos de l’Italie, dont le cas est très proche de celui de la France (57 % de dépense publique par rapport au PIB), est aberrant. C’est plutôt d’ultra-étatisme qu’il faudrait parler.

À propos de cette fameuse loi de 1973 dont un certain nombre de gens nous rebattent les oreilles. C’est tellement mieux de laisser les coudées franches à l’État pour qu’il puisse, avec la planche à billets (façon de parler puisque, aujourd’hui, on n’est même plus limité par les capacités d’impression, comme ça a pu être le cas avec la merveilleuse expérience des assignats qui a laissé de si bons souvenirs), financer sans limites ses dépenses. Un État qui peut piocher dans une caisse en constante expansion, forcément, ça ne peut que bien se passer !

Dernier point : « Il faut tordre le cou, nous dit M. Myard, au mythe de l’efficacité du secteur privé par rapport au secteur public. »

Ce cou-là ne sera pas tordu, et cette phrase prouve simplement que M. Myard ne croit pas aux bienfaits de la concurrence, ce qui est plutôt embêtant pour lui. Car, dans la majorité des cas, le privé est soumis à concurrence, pas le public.

C’est vrai, quand l’État s’occupe de quelque chose, ça marche toujours bien, comme le montre l’état de notre chère (dans tous les sens du terme) Éducation nationale (soumise pourtant à la fausse concurrence de ce que l’on appelle le « privé »), celui de notre armée qui est au sommet de sa forme, sans parler de la SNCF que le monde entier nous envie, ou de notre système de santé qui se porte comme un charme.

Et quand, par hasard, quelque chose fonctionnait bien (nos centrales nucléaires, par exemple, qui nous permettaient d’avoir l’électricité la moins chère d‘Europe), on s’ingénie à le démanteler.

La vénération inconditionnelle de l’État n’est pas une bonne chose. Vous êtes un statolâtre, M. Myard !

11 réponses à l'article : C’est plutôt l’ultra-étatisme qui est à craindre !

  1. quinctius cincinnatus

    06/09/2018

    ce qui caractérise la France, construction politique hyper-organisée, c’ est son incroyable  » force  » … d’ inertie !

    seules l’ Espagne de Franco et le Portugal de Salazar avaient récemment réussi à faire mieux en Europe de l’ Ouest

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    03/09/2018

    pour mieux connaître notre histoire industrielle lisez sur Wikipédia la vie de Marius Berliet , inventeur, issu d’ une famille de façonneurs lyonnais et membres de la  » petite église  » … la période qui suivit la Libération est un condensé de soviétisme … à la française

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    03/09/2018

    Jupiter est en train de cogiter « grave » sur son fameux prélèvement à la source.
    De nombreux bugs décelés lors de tests risquent de faire capoter le projet.
    À titre indicatif plus de € 1 milliard (état + entreprises) ont déjà été investi en vue de l’implémention prévue pour janvier 2019.

    Va-t’on assister à un deuxième fiasco similaire à celui de l’écotaxe de Mme S.Royal?
    Le contribuable déjà ponctionné à outrance appéciera.
    De toutes façons on ne lui demande pas son avis à cet abruti, il payera.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    03/09/2018

    qu’ est ce que le  » macronisme  » ? …

    c’ est le pouvoir sans partage, et naturellement étatique, de la Haute Administration qui se place elle même au service de la Haute Finance  » mondialiste  » ( synonyme  » apatride  » )

    le problème de Monsieur Myard est qu’ il n’ a rien d’ autre à proposer sinon encore davantage de jacobinisme et c’ est là où le  » gaullisme  » montre toutes ses limites pour ce qui concerne nos libertés

    avec Macron nous sommes sous Louis XV et la Régence, Louis XVI viendra après si … François Hollande est réélu comme il le pense !

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLochhans

    02/09/2018

    Extrait de l’article:
    La France, Corée de l’Ouest ?

    // La France prend-elle exemple sur la Corée du Nord dans sa manière de traiter ses dissidents ? Si les camps de travail et les exécutions n’existent évidemment pas chez nous, il est malgré tout très inquiétant de constater une hystérisation du débat public et, plus inquiétant, un durcissement de la répression à l’encontre des dissidents.
    Censure contre les Identitaires, agression de Robert Ménard minimisée, condamnation d’Eric Zemmour pour délit d’opinion, lutte de Kim Jong-Macron contre les « Fake news »… La France est en train de devenir la Corée de l’Ouest. //

    voir la suite sur le site « polemia.com »

    Répondre
  6. HOMERE

    02/09/2018

    Prenez connaissance de la position de Jean Ziegler sur les mafias capitalistes et leurs larbins lobbystes vous comprendrez coment marche le monde…….réellement et pas en utopie…..
    A quoi donc servent le groupements nationaux et internationaux de producteurs d’automobiles,de pétrole,de produits chimiques,de gaz,..sinon que de peser sur les larbins des gouvernements….

    Répondre
  7. Gérard Pierre

    30/08/2018

    « … // … M. Myard ne croit pas aux bienfaits de la concurrence, … » … ! ! !

    Peut-être n’a-t-il pas tout à fait tort !

    On peut croire aux bienfaits de la concurrence tant que ce ne sont pas les acteurs de la concurrence eux-mêmes qui s’ingénient à en fausser le jeu !

    Je galèje pensez-vous ?

    • Les ententes ? …… ça n’existe pas ? …… J’ai vécu professionnellement une situation dans laquelle six producteurs français d’un même matériel se réunissaient chaque lundi matin à Paris ! …… L’endroit du rendez-vous était même connu, comme le copieux menu du repas de midi ! …… Dès le jeudi précédant la réunion aucun d’eux ne renseignait plus une demande de prix, et ce jusqu’au lundi en fin d’après-midi où les télex se mettaient à crépiter !
    Un certain lundi, six propositions émanant de ces six fournisseurs contenaient toutes la même faute d’orthographe dans le même mot ! …… mais pour le service de la concurrence et des prix cela ne constituait aucunement une preuve !

    • Les positions dominantes ? …… ça n’existe pas ? …… Lorsqu’une entreprise de vidange-assainissement réussit à faire main basse sur la propriété d’une décharge contrôlée ! ! ! …… que font alors ses concurrents, sinon passer sous ses fourches caudines ? …… sachant qu’en cas de refus, c’est l’attente de leurs camions durant des heures devant l’entrée de la décharge, en regardant les camions du dominant leur brûler la politesse et en calculant leur manque à gagner du fait de l’immobilisation de leurs véhicules ? …… Exemple personnellement vécu également !

    • Plus subtil encore ! …… certains lobbies, comme celui du Syndicat des entrepreneurs de réseaux et de construction électriques, non satisfaits de la parution des indices officiels de l’INSEE, créent leur propre indice professionnel, (le SERCE) pour justifier de hausses de prix ‘’subies‘’ par leur profession alors qu’en la matière ils sont à la fois juges et parties dans l’élaboration de l’indice ! …… et le client non averti gobe ça et passe à la caisse !

    • Que dire également des éléments épars (notamment dans le domaine électrique) qui se vendaient alors à l’unité et qu’aujourd’hui on ne trouve plus que dans des ensembles bien compactés dont vous ne pouvez qu’acquérir la totalité ? …… à un prix naturellement en rapport avec l’ensemble fourni ! …… Qui, aujourd’hui, peut se targuer de pouvoir encore changer ses ampoules de phares sans recourir à l’aide de son garagiste, …… dont la main d’œuvre comme chacun le sait est ‘’bon marché‘’

    Et comme chacun le sait, tout ce qui est bon marché est rare ! … et comme ce qui est rare est cher, … il est ‘’normal‘’ que ce qui est bon marché soit cher ! … CQFD !

    • Et pour faire court et en finir avec les ‘’vertus‘’ de la concurrence, le protectionnisme ? … Ça n’existe pas non plus ?
    Lorsqu’une entreprise française consulte un fournisseur allemand et qu’après négociation ce fournisseur soumissionne à 1% en dessous du prix du moins disant de ses concurrents français, il se voit automatiquement attribuer le marché !
    L’inverse n’est pas vrai ! …… Tant que le fournisseur français consulté par une entreprise allemande ne se situe pas au minimum à 10% en-dessous de ses nationaux, l’Allemand ne donne pas suite à la proposition de l’étranger ! …… et comme la règle est non écrite mais appliquée en revanche avec beaucoup de discipline, personne ne peut rien prouver ! …… Circulez, y’a rien à voir !

    L’exemple de la concurrence tel qu’enseigné il y a plus de cinquante ans dans nos bons vieux Thémis, mettant en scène des producteurs de pomme de terre sur un marché donné, exposant les produits de leur terre et proposant un prix de vente en fonction de leur aspect attractif, est largement dépassé pour illustrer la loi de l’offre et de la demande dans l’économie réelle !

    Un marché se caractérise par son volume maximum d’échanges possibles.

    Lorsque, sur un marché donné, les vendeurs sont peu nombreux et les clients innombrables, ce sont les vendeurs qui font la loi ! …… Exemple Microsoft !

    Lorsque sur un marché donné, les vendeurs sont pléthore et les clients peu nombreux, ce sont les clients qui dictent leurs conditions ! …… Exemple le marché atomisé de la mécanique face aux gros donneurs d’ordre !

    Lorsque, sur un marché donné, les vendeurs sont aussi légion que les acheteurs, la concurrence commence alors à avoir quelques chances de jouer son rôle, …… et encore, quand la complexification des promotions, des ristournes et autres pratiques discutables ne vient pas perturber le libre arbitre du client non professionnel ! …… Exemple : la grande distribution !

    Lorsque, sur un marché donné, les vendeurs et les clients sont peu nombreux, alors et alors seulement les deux acteurs du jeu ont intérêt à ne pas tuer le marché ! …… Ce n’est que dans ce seul cas qu’on peut réellement parler de partenariat ! …… Exemple : le marché du rail, sur lequel un seul producteur français a en face de lui un client comme la SNCF qui représente parfois plus de 60% de son chiffre d’affaire annuel !

    Tout le reste n’est que littérature où des esprits qui n’ont jamais pratiqué l’économie réelle s’évertuent à conceptualiser dans l’éther en pensant que, sous prétexte que leurs acquis de langage sont supérieurs à ceux des praticiens, ils en possèdent la matière mieux qu’eux !

    L’ennui, c’est qu’il n’y en a beaucoup comme ça sur les bancs de l’assemblée nationale et dans les bureaux des ministères ! …… voire parfois à l’Élysée même !

    Répondre
  8. amike

    29/08/2018

    La concurrence ? Encore faut-il que le marché soit suffisamment juteux pour intéresser des entreprises privées.
    N’oubliez pas que favoriser la concurrence, c’est aussi inviter les Chinois.

    PS: Démanteler est un mot détourné pour éviter de dire privatisation ? Il est vrai qu’en écrivant « le démantèlement des autoroutes françaises », on voit tout de suite qui de l’état ou les sociétés autoroutières est l’accusé.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      29/08/2018

      Le marché n’est que le résultat d’un accord entre l’acheteur et le vendeur.
      Tantôt nous sommes l’un ou l’autre.,
      « Je t’achète ta camelotte si tu me fais un bon prix. », c’est ce qui nous anime tous quand nous achetons.

      Lâ où il n’y a pas d’accord il n’y a pas de marché au sens propre du mot.
      L’état est un vrai spécialiste dans ce genre de marché aux dupes.

      Répondre
  9. HansImSchnoggeLoch

    29/08/2018

    L’ultra-étatisme déplore la perte d’une hulot(te) victime de la virulence combinée du glyphosate et des éoliennes.
    Le WWF va décréter une journée de deuil mondial.
    Avec un sourire malsain dissimulé rejoignons cette grande mascarade.

    On songe, horresco referens, à remplacer ce rapace nocturne par une chouette des neiges.
    Dieu nous en préserve.

    Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    29/08/2018

    En France l’ultra-libéralisme, s’il existe, n’a jamais été testé et ne le sera sans doute jamais.
    Par contre nous pataugeons en plein ultra étatisme.
    Ses résultats médiocres nous frappent la face tous les jours.

    PS: quand on observe la tronche « mélanchonique » des gens on se rend compte que nous sommes jusqu’au cou dans les lendemains qui déchantent.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)