Cet argent de que l’on n’a pas

Cet argent de que l’on n’a pas

La communauté européenne, conjointement avec le F.M.I., va prêter à la Grèce 110 milliards d’Euros sur trois ans. La contribution de l’Europe s’élèvera à 80 milliards. Sur ces 80 milliards, la France s’est engagée pour près du quart de cette somme ! Or, la France vit au-dessus de ses moyens depuis plus de trente ans ! 

La France réemprunte chaque année l’équivalent de la part de capital qu’elle doit rembourser. On peut donc se demander, en passant, ce que cache la CRDS : que rembourse-t-elle exactement ? En outre, la France emprunte chaque année de quoi payer les intérêts de la dette, soit près de 45 milliards d’Euros ! Et maintenant elle va y ajouter pendant 3 ans les sommes qu’elle prêtera à la Grèce et qui au total pourront atteindre 18 milliards d’euros à la fin de son engagement.

Ce prêt à la Grèce se fera au taux de 6% alors que la France emprunte à un taux variant de 3 à 3,5 % et toute la gauche a parlé de scandale ! D’abord il faut remarquer que le risque de ne pas être remboursé existe bel et bien, ensuite il est fort possible que les difficultés que connaît la France augmenteront et, dans ce cas, le taux qui lui est consenti augmentera parallèlement. Il n’est donc pas certain qu’au bout du compte la France retrouve ses billes, ou alors tout juste !

On peut rappeler qu’après le rapport Gourevitch, une équipe d’économistes avait évalué le coût de l’immigration à 36 milliards en 2008, ce qui représentait 80 % du déficit public. Autrement dit, nous empruntons chaque année cette somme pour nous permettre d’accueillir des immigrés dont l’on sait que nous n’avons plus besoin et qui, d’ailleurs, ne demandent pas à travailler puisque seulement 1,5 % des ressortissants d’Afrique et d’Afrique du Nord annoncent, comme motif d’entrée sur notre territoire, le travail (statistiques INED de 2004). En ajoutant le coût de l’accueil des nouveaux entrants (250 000 au moins chaque année, chômeurs ou assistés sociaux pour la plupart !), difficile à chiffrer, qui serait de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros par personne, on voit qu’il y a là une grave hémorragie qui laissera exsangue les finances de la France.

Par comparaison, que représentent les quelques milliards d’économie que le Premier Ministre se propose de réaliser en étranglant les Français, alors qu’il pourrait en réaliser dix fois plus en refusant de pérenniser une immigration qui détruit la France plus sûrement qu’une attaque avec armes de destruction massive ?

Tant que l’on considérera qu’il est politiquement incorrect de stopper toute immigration, y compris le regroupement familial, la France continuera de s’acheminer vers la ruine du fait de l’augmentation continuelle du nombre de personnes d’origine immigrée, même si l’immigration n’est pas la seule cause de son déclin.

Partager cette publication

Comments (4)

  • Jean Claude LAMBERT Répondre

    Emprunter pour payer ses dettes, en gestion on appelle ça  " la fuite en avant " Les Chinois disent " Arrosé pendant les inondations " Dans tous les cas la catastrophe ne peut être éviter. Si vous avez des économies achetez des pièces d’or, la seule monnaie qui survivra au désastre annoncé pour un avenir proche.

    26/08/2010 à 22 h 17 min
  • sas Répondre

    Des que le FN SERA AUX AFFAIRES EN FRANCE……..

    les véritables chiffres et nos créanciers vont débouler à la lourde pour réclamer leur pognon…..

    c’est certain…

    sas

    24/08/2010 à 13 h 46 min
  • R. Ed. Répondre

    Si j’ai bien compris, la " France " emprunte de l’argent pour le prêter à la Grèce.

    Ceux qui la gouvernent marchent à côté de leurs pompes

    23/08/2010 à 22 h 15 min
  • grepon Répondre

    "preter" at la Grece n’est pas le mot qui convient.    D’abord, le mot qui convient, c’est "donner" car ils ne vont pas pourvoir repayer.    Ce qui va eventuellement, toucher plusieur grande banques privees en France et aillieurs, banques qui ne peuvent aucunement avoir tant d’actifs disparaitres sur leur bilans deja bien trop "leveraged."    Ce qui me fait revenir au dons a la Grece.    Ils sont des dons aux banques zombies de l’Europe, qui ne peuvent pas survivre la reaction en chaine de faillites (defaults) sur la dette souveraines qu’ils detiennent.   

    Alors les tresories publics, la BCE, et meme la Fed donnent (tout en appelant ca des prets) des montagnes de sous pour remettre la catastrophe a plus tard, en esperant que quelque miracle, genre une reprise, prendrait dans l’entretemps, ainsi permettant les dons a devenir prets pour de vrai.    Dans le cas de l’Europe, la demographie gallopante dans la mauvaise sense et decennies d’ideologie pro-etatiste stupide vont prevenir toute reprise.    Il faudrait quelque miracle technologique insoupsonne pour que reprend.

    23/08/2010 à 16 h 37 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *