La chasse aux riches continue…

Posté le 10 octobre , 2017, 10:01
4 mins

Drôle de réflexe chez les Français – bien aidé en cela par une grande majorité des médias : lorsque quelques « mesurettes » favorisant la droite sont prises, immédiatement une demande de rééquilibrage est exigée avec des mesures « compensatoires » de gauche !

Jamais, dans toute l’histoire de la Ve République, nous n’avons entendu les médias réclamer l’équivalent pour la droite, lorsqu’une mesure de gauche a été prise – et Dieu sait s’il y en eut !

Ces anomalies successives ont amené le curseur actuel très à gauche.

Non, le Président Macron ne penche pas actuellement à droite ; il penche seulement un peu moins à gauche !

40 années de dérives gauchistes mises en place par la gauche, et, malheureusement, aussi par la droite, nécessitent un grand virage à droite (et uniquement à droite) pour seulement parvenir à ce que M. Macron nous a promis durant sa campagne : une politique « ni de droite ni de gauche » ou son équivalent linguistique : « en même temps à droite et à gauche ».

Hélas, nous n’en prenons pas le chemin.

Après un « lifting » du Code du travail que l’on nous présente comme une « révolution », voici une illustration édifiante de ma démonstration : la suppression de l’ISF.

Je reconnais tout de même au chef de l’État le courage d’oser s’attaquer à un « tabou » que la droite, depuis la défaite de Chirac face à Mitterrand, a toujours refusé d’abroger, à l’inverse de tous les pays modernes, faisant fuir depuis plusieurs décennies une grande partie des forces vives de notre pays.

Cependant, anticipant l’exigence de contrepartie qui ne manquerait pas d’être réclamée par la gauche, il a fait le travail à moitié en conservant l’IFI, c’est-à-dire le maintien d’un ISF sur le patrimoine immobilier.

Mais c’est mal connaître notre société.

Il faut que la gauche obtienne « sa » compensation. Il aurait donc suffi de lui laisser croire que c’était elle qui avait obtenu l’IFI.

Au lieu de quoi, dans l’une de ces folies où nos politiciens excellent, « on » a réfléchi au petit morceau de « gras » que l’on pouvait abandonner aux gauchistes et l’« on » s’est décidé à s’attaquer aux biens ostentatoires de nos riches.

Enfin, à ce qu’il en reste :

– Taxer les lingots d’or pour ceux qui, n’ayant aucun placement en œuvres d’art, ont choisi cette solution pour ne pas prendre un risque inconsidéré dans un pays où l’entrepreneur est avant tout un homme à abattre.

– Taxer les yachts, en punissant au passage Bénéteau, fleuron français dans ce domaine.

Il aurait été plus simple de mettre un panneau à l’entrée de chaque port de plaisance : INTERDIT AUX RICHES.

– Taxer les voitures de luxe. Là encore, nous construisons en France la voiture la plus chère du monde : la Bugatti Chiron.

Pour continuer dans la débilité, on pourrait mettre un panneau à l’entrée de chaque autoroute : Voitures à plus de 100 000 € interdiction de rouler à « droite ».

Il ne faudrait pas longtemps pour les éliminer toutes !

Malheureusement, je ne doute pas qu’un jour, un socialiste trouve mes propositions géniales – la c… humaine n’ayant chez nous aucune limite.

ARTICLE PRÉCÉDENT

J’em…, donc je suis…

ARTICLE SUIVANT

Autonomie fiscale

2 Commentaires sur : La chasse aux riches continue…

  1. quinctius cincinnatus

    15 octobre 2017

    ce qu’ il faut comprendre ou le paris d’ Emmanuel Macron :

    en épargnant les plus riches le Président pense qu’ ils investiront dans l’ Economie française

    c’ est un paris risqué car les vieux démons socialistes resurgiront dans les 5 ans et alors, qui se risquera à placer maintenant et pour dix-quinze ans son argent en France dans des conditions aussi aléatoires

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    13 octobre 2017

    non pas la chasse ” aux riches ” mais le chasse aux ” petits blancs ” !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)