Chômage : non, les chiffres ne sont pas rassurants !

Posté le novembre 10, 2015, 9:48
2 mins

En matière de chômage, les tendances lourdes s’amplifient malgré de petits effets conjoncturels.

Et cela pose une question cruciale : « Le modèle français n’est-il pas en total décalage avec le monde tel qu’il évolue ? »
Tout d’abord, ne nous réjouissons pas trop vite.

La France compte 5,7 millions de chômeurs, soit une hausse de 3,1 % depuis le début de l’année.

Je serais plus enthousiaste et plus serein si le recul de 23 000 demandeurs d’emploi en septembre était le reflet d’une dynamique économique.

Or, cela n’est pas vraiment le cas : le mouvement sur les jeunes vient essentiellement des contrats aidés et la situation se dégrade sur les plus de 50 ans…

Par ailleurs, le chômage de longue durée marque notre décrochage économique.

Je déplore que le chômage de longue durée continue à progresser ; ce chômage dont l’inversion de la courbe appelle des perspectives de croissance et des réformes structurelles dont on ne voit pas les signaux.

Ce chômage de longue durée trahit notre inadaptation aux nouvelles formes de l’économie et à la nouvelle compétition mondiale. Il est aussi la preuve criante de la nécessaire réforme de notre code du travail.
Enfin, la France est quasiment le seul pays qui n’a pas inversé sa courbe du chômage.

En effet, ces chiffres sont également particulièrement inquiétants si on les compare à ceux de nos voisins.

On observe des baisses du nombre de chômeurs, non seulement en Espagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Allemagne, mais aussi aux États-Unis et au Japon. Et, en particulier, dans les pays qui ont été le plus touchés par le choc de la crise et qui, eux, en ont tiré les leçons.

Pourquoi sommes-nous aussi en retard et quelles mesures le gouvernement compte-t-il prendre ? Voilà les bonnes questions qu’il faudrait se poser sur les chiffres du chômage.

Jean-Christophe Fromantin
Député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine

3 réponses à l'article : Chômage : non, les chiffres ne sont pas rassurants !

  1. Jaures

    11/11/2015

    On peut évidemment s’inquiéter de la situation des chômeurs en France mais il importe de ne pas fantasmer sur la situation des pays qui nous entourent.
    L’Espagne voit son chômage baisser ? Encore heureux ! Il est le double de celui de la France ! En Italie, il est de 2,7 points supérieur.
    On peut envier le taux de l’Allemagne mais celle-ci perd 150 000 travailleurs chaque année quand la France voit sa population active augmenter d’autant. Pourquoi croyez-vous que les entrepreneurs allemands ont souhaité la bienvenue au migrants ?
    Quant à l’Angleterre, soyons francs: si on s’alignait sur son modèle social (contrat 0 heure, indemnités chômage réduites,…), notre taux de chômage diminuerait en même temps que notre taux de pauvreté augmenterait.
    Notre idéal est-il que nos chômeurs pauvres deviennent des travailleurs pauvres ?
    La solution n’est pas dans une réforme du code du travail. Ce n’est pas son épaisseur qui freine les embauches mais celui des carnets de commande.

    Répondre
  2. DESOYER

    10/11/2015

    Les bonnes questions à se poser sont:
    1) Quand ce gouvernement de merde va-t-il partir?
    2) Qui va le remplacer? Certainement pas l’UMP-UDI.
    Il faut des gens plus à droite et plus compétents.

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      10/11/2015

      Nous n’allons pas quand même accorder à l’UMP-UDI le privilège de les avoir estimés à droite. Non, non, non, nous avons besoin de gens tout simplement à droite de ces gauchards, non mais….

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)