Commerce international

Posté le juin 19, 2018, 5:01
2 mins

Selon moi, une économie qui fonctionne est libérale et donc libre échangiste.

Cependant, outre le dumping par les tarifs, premier identifié dans l’histoire économique, il existe aussi le dumping social, le dumping écologique, le dumping financier, le dumping fiscal, le dumping qualité, etc.

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

9 réponses à l'article : Commerce international

  1. Raoul Villain

    23 juin 2018

    Bonsoir “Hans”.

    Pour une raison que j’ignore, il n’y a pas de possibilité de répondre sous votre post, aussi je mets le mien en “tête de gondole”. Effectivement vous avez une fois de plus visée “plein centre”: les Français se sont laissés acheter et ils en payent le prix. Contre une petite planque dans une “collectivité” quelconque, ils sont renoncés à se regarder en face le matin dans la glace. “Tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute”…c’est plus ringard que le “Hip Hop”, mais cela a beaucoup plus de sens. Pourtant à une époque la France comptait de très grands esprits et pas seulement des moralistes, des poètes ou des romanciers; prenons une des lois de Say par exemple : “Un impôt exagéré détruit la base sur laquelle il porte”, vous avez dit IGF?, ISF? IFI? Mais dormons sur nos deux oreilles: il n’y a pas de fuite des cerveaux: celui de “Jaurès” doit bien être encore en service quelque part. A moins qu’il ne soit réfugié politique à Caracas…en général quand notre pays est en difficulté, ceux qui l’ont conduit au chaos, choisissent l’exil. Maurice Thorez par exemple était de cela…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23 juin 2018

      il n’ y a pas que l’ impôt ” exagéré “, il y a aussi : les privilèges , chacun voulant avoir le sien en propriété et enviant celui des autres, les copinages ( par exemple les réseaux des grandes écoles ), les dépenses somptuaires que l’ on confond avec le ” régalien ” etc … etc …

      dans la réalité les hommes et les femmes qui se destinent à la ” politique ” le font AUSSI pour leur propre gloriole et oublient petit à petit la cité

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      23 juin 2018

      Raoul,

      Say, Bastiat, Tocqueville et d’autres brillants esprits français ont contribué à la compréhension de la démocratie et des méchanismes concernant les échanges entre les hommes.
      Malheureusement vous connaissez le proverbe, nul n’est prophète en son pays.

      Ceux qui ont réussi en France ont su chatouiller les vices de leurs contemporains. Il est en effet plus facile de dire “chiche prenons aux riches” que de dire “si vous voulez réussir il faudra le mériter”.

      Nous avions dernièrement un article qui traitait de “Liberté, Égalité, Fraternité”.
      Un bel exemple de contre-vérité.
      Sommes nous libres sans responsabilité?
      Sommes nous tous égaux, devant la loi et/ou devant la vie?
      Pouvons nous êtres fraternels quand une partie de la population tente d’exterminer l’autre?

      Concernant des individus comme „Jaures“ nous savons que les rats sont les premiers à quitter un navire en perdition. Ils ne se perdent hélas pas dans la nature mais préparent en secret leur retour. La vie est tellement pleine d’aléas que cela peut leur réussir une seconde fois.

      Comme disait Jefferson: Le prix de la liberté c’est la vigilance éternelle.”

      PS: si voulez ajouter du texte au bas de la page choisissez toujours la rubrique “Répondre” du haut la plus proche.

      Répondre
      • Raoul Villain

        23 juin 2018

        Bonjour “Hans”, bonjour Quinctius Cincinnatus.

        Merci pour le “tuyau” concernant les “réponses” et mes excuses pour les nombreuses coquilles dans mon post précédent. Je devrais éviter d’écrire après minuit et la toute petite fenêtre pour rédiger les messages me gêne. Je vais essayer de faire plus attention.

        C’est vrai qu’il existe des réseaux dans les hautes sphères du Pouvoir français mais, il est vrai aussi que l’on a appris à “vivre” davantage grâce au copinage que par la conséquence de ses talents et de ses efforts. 37 journées de maladie en moyenne pour un employé municipal de Montpellier ! Et c’est une moyenne, certains sont en permanence à leur poste. Ce qui est vrai pour l’emploi “public” est également observable pour les “aides” ou “prestations”: obtenir une place en crèche est impossible sans avoir des contacts sûr à la Mairie en ce qui concerne Paris. Donc certes, il n’y a plus de liberté, mais c’est la conséquence des “choix” effectués par les citoyens et non imposés par un quelconque pouvoir totalitaire. Lorsque l’on se comporte en esclave (“La Route de la servitude”), on a le couvert mis, lorsque l’on est affranchi, on ne peut plus compter sur le maître pour assurer sa subsistance. Je citais hier “La Fontaine” et je crois que c’est approprié: qui a le mieux réussi à passer de la situation de “pauvre” à celle de “riche” ? Mon très grand “ami” Méchant Con, sa déclaration de patrimoine est disponible en ligne, chacun peut constater sur pièce. Où est le talent ? Il paraît que ce “Monsieur” est philosophe. Quel thème de cette discipline a-t-il fait progresser ? Où sont ses écrits, ses livres, ses recherches? Il paraît également que “Madame” Gayet est actrice. Quel Film le prouve ? “Quai des brumes” a-t-il été subventionné ? Bien sûr que non. Dans ce cas comment se fait-il que “Monsieur” Ruffin ait les moyens de jouer au prolétaire en se “rémunérant” au SMIC pour ses fonctions politiques mais en encaissant en douce de nombreux subsides du Ministère de la “Culture” ?
        Pour terminer, certes, il y a de la censure, qui bouge un orteil dans certaines situations prend la porte (Mur des cons, “absolument débordée”, spécialiste de météo remettant en cause les thèses du GIEC) mais il y a aujourd’hui des possibilités de lire infinies (tous les grands auteurs sont disponibles gratuitement en PDF), et avec internet de nombreux blogs, forums, sites de presse où l’on peut s’informer. Encore faut-il le vouloir ! Ce n’est pas que l’esclave aime son maître (il est bien trop envieux pour cela) mais une carte vitale et un virement de la CAF lui suffit pour son après-midi au bar PMU. Tant pis pour lui.

        Je vous souhaite à tous les deux un très bon week-end.

        Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    19 juin 2018

    Avant de vouloir faire le ménage à l’extérieur des frontières il faudrait peut-être d’abord ranger les tasses dans sa propre armoire.
    L’économie française intérieure est loin d’être un modèle de libéralisme.

    Les lois françaises en surnombre ont étouffé toutes les initiatives privées.
    Ne restent que des incubateurs gouvernementaux de startups n’ayant d’autre fonction que de produire des vaches à lait et des poules pondeuses.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21 juin 2018

      c’ est vrai ça !

      une règle économique basique :

      ” on ne peut à la fois avoir un déficit budgétaire gigantesque avec des taux faibles et vouloir réduire son déficit commercial “

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        21 juin 2018

        Macron vous démontrera que l’on peut tout avoir en même temps.
        Payez vos impôts et vous obtiendrez la Grâce.
        Seule la foi sauve.

        Répondre
        • Raoul Villain

          22 juin 2018

          Bonjour “Hans”.

          Je ne regarde que les “Chaines infos” et j’ai toujours été frappé par l’absence de réaction des journalistes lorsque, à Droite comme à Gauche, on parle d’Ultra-libéralisme ! La dépense socialisée représente 57% du PIB, la dépense sociale environ 30%. Soit quand même 27 points d’écart ! Autrement dit, attribuer le niveau de dépense publique au “modèle social” est une vaste fumisterie, quoique l’on en pense par ailleurs. Allons plus loin, le paiement des pensions représente 14% du PIB et, de mémoire, le système de santé entre 6% et 7%. Il reste donc 10 points de dépenses sociales “inexpliquées”. Les comparaisons internationales montrent que les fonctionnaires français sont très mal payés. Pourquoi ? A cause de leurs syndicats ! A mon avis si l’on veut retrouver des marges de manoeuvres pour revaloriser certaines fonctions régaliennes ou assimilées il ne faut pas supprimer 120 000 (Marcron), 500 000 (Fillon) mais au bas mot 2 millions de fonctionnaires ! Si l’on prend la décision dans les mois qui viennent il faut compter au moins 15 ans pour avoir des résultats ! A ceux, je les plains, qui incriminent les “cadeaux aux riches”, les actionnaires par exemple, je les invite à taper sur un moteur de recherche le cours d’une action française et à calculer le rendement brut (!!!) servi: on obtient à peine du 5% !

          Aux mêmes, je conseillerai de jeter un coup d’oeil sur le montant astronomique du budget de leur commune et à son utilité (on trouve la définition dans n’importe quel dictionnaire économique). Le processus a été initié en 1982 et s’est poursuivi, quelle que soit la couleur fanée des gouvernements qui se sont succédés, commune, département, région: confier des sommes conséquentes à des gens totalement incompétents.

          Je vous souhaite un bon week-end.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            22 juin 2018

            Bonsoir Raoul,

            En France comme ailleurs les têtes du gouvernement changent au gré des élections. Ce qui ne change par contre pas ce sont les hauts fonctionnaires des différentes administrations.
            En particulier ceux de Bercy. En effet il y a dans ce marigot fiscal une faune incroyable de prédateurs grassement payés qui ont mis le pays à feu et à sang pendant des décennies.
            Pratiquement aucun contrôle de rendement *) n’est excercé sur eux, ils ont coudée franche.
            Le présent président n’est-il pas issu de cette caste?
            Ce n’est pas lui qui va leur chercher noise, n’en doutons pas.

            S’ajoute à cela une incroyable propension de la population française à l’envie et à la jalousie. Gare à celle ou celui qui a quelques lentilles de trop dans son assiette.

            Vous avez là les deux principaux ingrédients de l’échec économique du pays.

            *) contrôle de rendement:
            ce n’est pas l’effet immédiat c.à.d. la rentrée des impôts qui doit être mesurée mais l’effet sur le long terme en quantité d’entreprises mises en difficultés par ces mesures et l’implication sur le chômage.
            Chaque quinquennat nous apporte son nouveau plan appliquant les mêmes principes stériles pour corriger le problème, en vain.

            Le peuple se plaint, mais n’est-il pas l’artisan de son propre malheur?

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)