Crise : la récession entraîne en Occident le double drame du chômage et de l’immigration qui en résulte

Crise : la récession entraîne en Occident le double drame du chômage et de l’immigration qui en résulte

La crise financière semble contrôlée au prix d’interventions massives des Etats occidentaux qui ont creusé les déficits et doivent maintenant s’atteler à deux objectifs contradictoires : stimuler la croissance d’un côté et adopter de l’autre une politique de rigueur qui paralyse cette même croissance.

Les politiques s’appliquent certes à maîtriser le court terme et l’incendie qui menaçait les fondements de l’économie, mais ils ne semblent pas avoir pris la pleine conscience des conséquences sociales de la crise : la montée du chômage et la montée de l’immigration chez les pays qui ne peuvent assurer une aide financière minimum.

Phénomène mal perçue, car dilué dans le temps, la crise a poussé les entreprises à pratiquer une politique de resserrement de leurs effectifs, politique qui a poussé le chômage à la hausse.

Les chiffres américains sont très préoccupants et significatifs de ce malaise social : on sait que le chômage officiel touche 10 % de la population, mais l’on ignore souvent que le nombre de chômeurs sans emploi depuis 99 semaines est passé en trois ans de 200 000 à 1, 4 million. Or 99 semaines est la durée maximum d’indemnisation. Au-delà de cette durée, les chômeurs ne touchent plus rien !

Le malaise social qui se diffuse aux USA explique la fragilité de la reprise. Les 2/3 du PIB américain sont fait de consommation. Il semble clair que l’endettement à tout va n’est plus de mise.

Le système social français est beaucoup plus protecteur que celui des Etats-Unis et les RMI RSA avec les allocations familiales assurent un parachute minimum. N’oublions pas malgré tout notre taux de chômage officiel de 10 % et surtout le chômage de jeunes qui frise les 20 % et même 40 % dans certaine cités populaires.

Le diagnostic macro économique est connu : nous avons perdu 1,5 million d’emplois industriels en 20 ans, ce qui explique notre déficit commercial. Quel remède ? Reconstituer un tissu de PMI exportatrices à l’image de l’Allemagne : le modèle est à nos portes, appliquons ses méthodes.

Voyons maintenant le problème de l’immigration, qui fait vibrer les consciences politiques et les consciences morales.

La Roumanie, la Bulgarie et les pays de l’Est maintenus durant un demi-siècle dans le sous développement sont aujourd’hui frappés par la crise : entre la misère absolue et une subsistance minimum accordée par la France, on comprend que la deuxième solution soit recherchée.

La charité est certes un devoir, mais l’enfer peut être pavé de bonnes intentions, car ce n’est pas la France qui peut être une solution à la misère du monde. La solution commence par la création de richesses dans les nouveaux adhérents de l’Europe.

Faire renaître l’espérance dans ces pays sans espérance, voilà ce qui est à la fois un devoir et une priorité.

Hubert Beaufort

Avec l’aimable autorisation de Radio Notre-Dame

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    HOMERE a oublié une chose importante de lma part des Chinois : le non respect des brevets internationaux.

    Pour le reste, OZONE n’a pas tort.

    Mais je pense que le plus grave est l’involution des esprits en France.  Les gens pensent que les choses vont s’arranger par la tête.  Or pour que les choses changent vraiment, il faut que tout un chacun change de mentalité et d’esprit.  Les hommes politiques sont à l’image de ceux qui votent pour eux.  Les Français les blament, mais ils se blament eux-mêmes parce qu’ils en font autant à leur échelle.

    Il faut andandonner cet esprit individualiste et égoïste de merde et penser grand, penser à l’intérêt de la nation.  Et surtout ne plus verser dans le socialo-communisme qui n’aboutit à rien de bon si ce n’est un autre despotisme.  Il faudrait redevenir Celtes.

    01/12/2010 à 11 h 58 min
  • ozone Répondre

    Non Homére,ce n’est pas la faute des chinois mais la NOTRE;

    1992 traité de Mastrich,clou final a travers duquel l’UE pouvait "negocier" d’une seule voie pour la finalisation de l’Uruguay round et ainsi avec la reunion fin 93 entre Leon Brittain et Mike Kantor donner libre cour a la creation de l’OMC en 94;

    Le but de cette organisation n’est pas de réguler les relations commerciales mais d’éliminer tous les "obstacles" qui s’opposeraient au libre échange le plus total,et si la Chine a été admise si vite c’est parce qu’avec son immense main d’oeuvre elle devenait l’outil idéal pour casser les réglementations sociales et commerciales de nos pays,les marges bénéficiaires des importateurs et des multinationales étaient en plus bienvenues pour nourrir les marchés financiers a travers l’augmentation massive des dividendes,

    Et pour cause,le gouvernement chinois avait bien montré a Tien an Men que l’usine serait bien gardée,voila une belle garantie.

    Nous n’avons que ce que nous méritons.

    30/11/2010 à 20 h 35 min
  • Pierre Répondre

    Le gros de l’immigration vers la France n’est pas Bulgare ou roumain mais afro-musulman avec tous les degats economiques, sociales, identitaires, etc. que nous connaissons.

    30/11/2010 à 20 h 24 min
  • lorita Répondre

    C’est quoi ça, cet article….mais il vit où, l’auteur ??? D’accord, c’est une vieille tactique de détourner l’attention des vrais problèmes chez soi en allant fouiller ailleurs…Mais il faut qu’il y ait de la mesure quand même. Article nul et de mauvaise foi…le moins qu’on puisse dire!

    30/11/2010 à 11 h 52 min
  • HOMERE Répondre

    On cherche des boucs et d’évidence on se trompe.Ni le capitalisme, ni la crise financière ne sont les oeufs qui ont provoqué les difficultés que nous connaissons.Le seul coupable est la République Populaire de Chine.Pourquoi ?

    Un = Ayant faussé les échanges, ce pays a crée des ravages dans les rangs productifs des autres pays et notamment aux USA et en Europe Occidentale. Echanges faussés par les déficits énormes de parité des monnaies, conditions de travail, non respect de l’environnement,non respect des normes techniques internationales, conditions sociales extravagantes,marges commerciales ridicules.

    Deux = Les USA, pour donner le change (!) ont injecté des milliards de dollars afin d’éviter le décrochage financier avec les chinetoques et les disparités économiques devenus alors, trop flagrantes et donc dommageables pour ce pays.

    Trois = Les pays industrialisés autres que la Chine ont subi seuls les chocs migratoires causés par la faillite des pays immergés dans la misère consumériste causée par les ravages du productivisme chinois et par les disparités sociales comparées énormes.

    Devenues dépendantes, les autres nations courbent l’échine (!) devant ce rouleau compresseur qui écrase les économies de tous les pays.L’Allemagne, à un degré largement moindre, est l’alliée objective de la Chine et se comporte comme elle en assurant le leadership du productivisme en Europe assurée qu’elle est de ne pas subir des dévaluations compétitives des autres pays Européens.

    Par conséquence, seule une épreuve de force est à rechercher pour faire comprendre à ces deux pays que leurs situations risquent de provoquer un conflit majeur dans le monde qui ne pourra résister encore bien longtemps à ces pratiques économiquement discriminatoires. L’OMC, est la risée du monde devant son incurie et son impuissance à dénoncer ces scandales….

    Alors, voilà le vrai coupable et son allié Teuton….

    30/11/2010 à 11 h 29 min
  • IOSA Répondre

    La charité est certes un devoir, mais l’enfer peut être pavé de bonnes intentions

    A l’image même de votre article….Cousin Hubert !

    Tenez celà me fait souvenir un autre drôle de zèbre qui….gesticulant sans cesse, arrive à faire gober qu’il bosse pour la France.

    IOSA

    29/11/2010 à 23 h 20 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: