CV anonyme

CV anonyme

Saluons la décision du gouvernement de rendre le CV anonyme comme une profonde avancée pour la qualité du recrutement et la valorisation de l’emploi en France.
Il faut reconnaître que son nom peut trahir les origines d’un demandeur d’emploi, sans aucun rapport avec son aptitude à occuper un poste. Tout comme son adresse, qui pourrait faire naître quelques inquiétudes et qu’en toute bonne logique, il faut aussi supprimer du document. Il en est de même pour les étapes de sa scolarité, un collège de banlieue fait mauvais effet, et même une simple photographie est révélatrice. Les langues parlées aussi en disent long sur les origines.
Tout cela est bien évidement à écarter d’un CV juste et honnête.
Mais, comme l’envoi d’un CV est suivi d’un entretien d’embauche, tous les postulants seront priés de venir le visage dissimulé par un passe-montagne ou un kéffié, pour les hommes, et un voile ou une burka – recommandée pour que des formes avantageuses n’attendrissent pas le recruteur – pour les femmes. Tout le monde devra répondre par monosyllabes dans le plus pur style dépouillé que nous connaissons – avec l’accent et pas plus de trois mots différents dans tout l’entretien. L’ANPE proposera des formations obligatoires pour que les candidats originaires des beaux quartiers ne tirent pas avantage d’une élocution aisée.
Mais il existe d’autres informations dans un CV qui permettent à l’employeur d’effectuer un choix.
– L’âge : chacun sait qu’il est difficile de retrouver un emploi après 50 ans. Il serait bienvenu d’interdire d’indiquer son âge sur un CV.
– La motivation. Montrer que l’on est motivé pour un poste et que l’on recherche des responsabilités est très inconvenant et disqualifie un autre demandeur plus enclin à profiter du confort du poste et des avantages sociaux.
– L’aptitude au poste. Surtout ne pas faire valoir que l’on est apte à occuper un poste ; cela pourrait en faire écarter un autre qui ne souhaite y rester que le temps de recouvrer ses droits au chômage.
– Les expériences et les emplois antérieurs. Ils sont facteurs de discriminations…
– Les diplômes. Certains employeurs sont assez dévoyés pour préférer embaucher des diplômés, au détriment d’autres qui n’ont pas été capables de suivre une scolarité. Notre modèle social, que tout le monde nous envie, est terni par cette façon de faire élitiste et donc injuste. À supprimer aussi.
Et là, le but idéologique de nivellement par le bas est atteint puisque, le CV étant devenu une page blanche, un demandeur d’emploi illettré peut espérer accéder à un poste de direction.
Je propose donc un mode de recrutement plus dans l’esprit égalitaire de nos dirigeants : mettre les demandeurs sur une liste d’attente nationale à mesure qu’ils le deviennent, et leur attribuer d’office un emploi dans cet ordre à mesure de l’offre. Comme cela, plus de discrimination possible, on partage le chômage comme on partage le travail. J’y vois un avantage certain : tout inscrit au chômage trouverait obligatoirement un emploi au bout d’un certain temps : cela ferait baisser à coup sûr les statistiques de ce chômage !

Denys Lépinard
< [email protected] >

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Garrigou du Loiret Répondre

    Comment ne pas être d’accord avec cette analyse,j’avais fait la même dès la première annonce de cette fantastique ânerie, il y a environ un an, peut être plus. Mais, pourquoi les bras cassés qui nous dirigent s’arrêteraient en si bon chemin ? Après le C.V. anonyme, sans adresse ni déclaration de compétence et de motivation,j’ai une autre proposition. Les candidats à un emploi, sinon à un travail, qui seront automatiquement retenus, ne seront tenus de se présenter à leur employeur (j’allais dire à leur vache à lait), que le dernier jour ouvrable du mois, le jour de la paye, afin de leur épargner tout choc émotionnel éventuel, que pourait déclencher chez ces malheureux la promiscuité de gens qui travaillent, avec tout ce que cela peut avoir de traumatisant. Il suffit de comptempler l’abime de souffrance traduit parfois par la physionomie de certains fonctionnaires, à qui un répugnant représentant de la classe opprimante a l’outrecuidancede de demander, par pur machiavélisme, un renseignement administratif. Cette mesure aurait un autre avantage : foutre la paix au gens qui travaillent, en leur évitant le plus possible tout contact avec ceux qui sont bien décidés à ne rien foutre. Naturellement, quand on recherche quelqu’un dans le bût d’effectuer un travail et non de founir un emploi, il faudra bien recourir à la méthode traditionnelle, nous aurons donc deux méthodes (ou même plus)de recrutement. Cela peu ressembler à la création d’une gigantesque usine à gaz (de plus), mais, n’estce pas la raison même d’éxister de ceux qui gouvernent la pauvre France, et qui ont depuis longtemps, adopté comme ligne de pensée la devise des Shadocks chers à Claude Piéplu, je cite : pourquoi faire simple quand onpeut très bien faire compliqué

    08/01/2006 à 15 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *