Début de l’OMC et fin de l’Union européenne

Posté le décembre 28, 2005, 12:00
5 mins

Les altermondialistes violents, type José Bové ou ATTAC, ont une nouvelle fois été défendus par Chirac : c’est lui qui, via Christine Lagarde, ministre déléguée au Commerce extérieur, et Pascal Lamy, directeur général de l’OMC, est intervenu pour qu’ils soient relâchés du centre de rétention où ils avaient été placés, à Hong Kong.

Car les représentants de la pensée politique totalitaire détestent l’OMC plus que toute autre institution internationale. C’est pour eux le symbole de ce qu’ils appellent l’ultralibéralisme, en tout cas de la mondialisation, et de la liberté intégrale du commerce internationale, que nous aurons en effet bientôt. Et cette libéralisation profitera à humanité toute entière. Le temps de la concurrence entre les systèmes publics arrive. Jusqu’à présent, elle ne jouait qu’à la marge : seuls les plus riches et les plus pauvres se délocalisaient au gré de leurs intérêts : pour s’établir dans de relatifs paradis fiscaux pour les premiers, dans des pays subventionnant la misère du monde pour les seconds.

Aujourd’hui, l’expatriation comme l’émigration ont pris des proportions telles qu’elles sont bel et bien le résultat de cette mise en concurrence des systèmes et des politiques publiques. Les Chirac et consorts peuvent bien en reculer l’échéance, ils sont incapables de changer le cours inéluctable de l’histoire économique. Donc, je me réjouis beaucoup du compromis de Hong Kong et souhaite encore beaucoup de succès à l’OMC, que dirige efficacement Pascal Lamy, qui, pour être un homme de gauche, n’en est pas moins un vrai libéral (mais Benjamin Constant et Frédéric Bastiat n’étaient-ils pas en leur temps des hommes de gauche ?).

Par contre, je ne me réjouis pas du résultat du sommet européen de Bruxelles, arraché au petit matin du samedi 17 décembre. Certes, c’est toujours un plaisir de voir remis à sa place notre président de la République, comme c’est une satisfaction de voir l’incompréhension de presque tous nos partenaires à l’égard d’une monstruosité comme la PAC, dont je rappelle qu’elle fut le fruit, à la fin des années cinquante, des amours incestueux de quelques hauts fonctionnaires (tels un certain Michel Rocard) et des syndicalistes issus du mouvement des Jeunesses agricoles chrétiennes.

Mais je n’oublie pas que l’UE est surtout devenue une structure de dépenses et de réglementations, donc une bureaucratie, qui vit grassement au crochet des contribuables. Et savoir que, dans ce contexte, les Polonais paient relativement plus ou moins que les Français ou les Estoniens est d’un intérêt tout à fait secondaire. Je suis entièrement d’accord avec Drieu Godefridi, directeur de l’Institut Hayek, qui m’écrit ce lundi matin : « La « structure » du budget européen n’ayant pas été remise en cause, les discussions du sommet de Bruxelles se sont résumées à déterminer combien de milliards d’euros ponctionnés aux contribuables européens l’UE jettera par la fenêtre d’ici à 2013. »

Rappelons en effet que près de la moitié du budget européen se consume en pure perte dans la PAC, hymne à la gabegie. L’Union devait être un marché commun avant d’être un projet politique. Il n’y a pas de marché européen commun : les services, 70 % de l’économie européenne, restent à libéraliser. Mieux : depuis dix ans, le commerce intra-européen décroît. Tandis que le commerce intra-asiatique, par exemple, croît à une vitesse telle que dans quelques années l’Asie pourrait bien se trouver plus intégrée économiquement que l’Europe. Deux phénomènes scelleront le sort du moulin-à-paroles bruxellois : – Non seulement l’UE ne contribue plus du tout à la prospérité, mais elle englue tous les jours les entreprises dans de nouvelles réglementations entravant leur croissance. – l’UE, ses fonctionnaires, son Parlement, sa Commission et ses “politiques” nous coûtent 100 milliards d’euros par an. Quels bénéfices retirons-nous collectivement de cet investissement substantiel ? Aucun…

Article suivant

CV anonyme

4 réponses à l'article : Début de l’OMC et fin de l’Union européenne

  1. Jean-Claude Lahitte

    3 janvier 2006

    A force de vouloir être ceci ou cela à 100%, par exemple “mondialiste” *, sans faire dans la nuance, on court le risque non seulement de ne pas laisser l’humanité évoluer selon les lois naturelles, mais aussi de créer des conflits, des révoltes, de la misère (on le voit avec les délocalisations qui tirent les salaire vers le bas …), de l’uniformité, de plus en plus de gens laissés sur le bord de la route (alors que chaque être humaine est UNIQUE !), mais aussi des morts au sens propre du terme. De cela, les libéraux, les mondailistes à tout crin se moquent absolument. Non seulement ils veulent supprimer toutes les barrières douanières, mais aussi toutes les frontières sans se soucier que chaque pays s’est construit au fil des siècles, commme un homme bâtit lui-même sa maison en prenant son temps, mais aussi en lui donnant tout son amour car il sait qu’elle va abriter sa famille. Et chaque pays, n’en déplaise à tous les “mondialistes”, à tous les anti-racistes, à tous les altermondialistes, est une grande famille au sein de laquelle l’Homme s’épanouit véritablement. Pour moi, le “mondialisme”, l’Universalité,l’altermondialismes et tous leurs pseudopodes n’appartiennent pas à ce bas-monde. Prétendre le contraire est une utopie dangereuse, comme le sont toutes les utopies. Bonne année à toutes et à tous, Jean-Claude Lahitte * dont le “pendant” est pour moi l’altermondialiste qui, par des voies différentes vidse le même but que ses “ennemismondialistes”

    Répondre
  2. candide

    2 janvier 2006

    Le degré zéro de la reflexion politique devrait être interdit de web. Qu’en pensez-vous ?

    Répondre
  3. sas

    29 décembre 2005

    PATRE ,Non josé est un syndicaliste….bien décrit par son associé du LARZAC….é d i f i a n t , le laboureur et ses enfants :connait pas…travailler , prenez de la peine…connait pas…crypto marxiste doctrinaire et dogmatique de surcroit droit commun….un gros potentiel et avenir dans le PAF de FRANCE…. …..ils ont de plus en plus de mal à se déguiser et passer inapercus… dites moi ce que vous êtes et je vous dirais pour qui vous roulez… sas le perspicace.

    Répondre
  4. grandpas

    28 décembre 2005

    José Bové ce n’est pas un pâtre qui fait garder ses brebis par un sous traitant payé au lance pierre sans mauvais jeux de mots.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)