Déficit, dette et spoliation des citoyens

Posté le 30 octobre , 2018, 11:57
4 mins

Le gouvernement se vante d’avoir ramené le déficit public au-dessous de 3 % du PIB et il prétend avoir ainsi respecté les critères de Maastricht. Or le traité de Maastricht imposait aux pays de la zone euro de respecter deux critères :

  • Déficit public inférieur à 3% du PIB,
  • Dette publique inférieure à 60% du PIB.

Ce sont là des critères de bon sens. Si plusieurs amis décident de faire bourse commune, la prudence élémentaire leur impose de vérifier, tant que dure leur association, que chacun d’eux :

  • contrôle ses dépenses en fonction de ce qu’il gagne (critère de déficit),
  • n’est pas endetté au-delà d’un certain seuil en fonction de ce qu’il gagne (critère de dette).

Or les critères de Maastricht n’ont été qu’un épouvantail, qui n’a pas freiné la folie dépensière de nos dirigeants. Qu’on en juge par l’évolution de la dette publique de la France :

  • 1978 : 21 % du PIB, 75 milliards d’euros.
  • 1988 : 34 %, 300.
  • 1998 : 60 %, 800.
  • 2008 : 70 %, 1 400.
  • 2018 : 100 %, 2 300.

Depuis 1974, la France n’a connu que des budgets en déficit qui, année après année, sont venus gonfler la dette. De plus, ces déficits n’ont pas servi à financer des investissements porteurs d’avenir, mais essentiellement à couvrir les dépenses courantes.

Au-delà des chiffres, examinons la signification concrète des notions de déficit et de dette.

Le déficit mesure le volume d’impôts supplémentaires qu’il aurait fallu prélever pour assurer l’équilibre des comptes publics. Le déficit est donc un impôt différé, reporté sur l’avenir.

La dette est le reflet du cumul des déficits au cours des années. La dette représente donc la somme des impôts reportés sur les générations futures.

Dans une démocratie, les impôts exigés des citoyens sont votés par leurs représentants élus.

Or, à travers la dette, les générations futures héritent d’un cumul d’impôts impayés par leurs aînés. Ce sont des impôts que les générations futures auront à subir sans les avoir votés.

Les déficits – et leur conséquence, la dette – sont donc des dénis de démocratie.

Mais on peut encore s’attendre à pire.
Un groupe d’économistes, les économistes atterrés (ils devraient s’appeler les économistes atterrants), estiment que le montant de la dette n’est pas un problème car, selon eux, il est gagé sur l’ensemble des patrimoines français, État et particuliers confondus. En cas de difficulté pour honorer la dette, l’État pourra donc mettre à contribution le patrimoine des citoyens. Cela veut dire qu’en cas de difficulté financière, l’État pourra nationaliser – c’est-à-dire spolier – tout ou partie des patrimoines privés.

Or, le respect de la propriété privée fait partie des droits fondamentaux énoncés dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen depuis 1789.

Une telle mesure serait identique aux spoliations décidées par les Soviets après la Première Guerre mondiale. La France, qui est déjà le pays le plus marxiste d’Europe, deviendrait un pays soviétisé.

Bel avenir en perspective!

21 Commentaires sur : Déficit, dette et spoliation des citoyens

  1. HansImSchnoggeLoch

    5 novembre 2018

    Création d’une nouvelle usine à gaz.

    Ce gouvernement jamais en reste va instaurer une aide gazole à toutes celles et ceux éloignés de plus de 30 km de leur lieu de travail.
    Il faudra donc embaucher une nouvelle équipe de bras cassés pardon de fonctionnaires pour vérifier la longueur des trajets et s’assurer qu’ils sont bien au-delà des 30 km requis.
    Gageons qu’on aura des situations cocasses où des trajets de 29.95 km seront refusés. Une source de litige qui devra être réglée par une justice déjà débordée.

    Le financement de cette aide serait prélevé sur les concessionnaires d’autouroutes qui ne manqueront pas d’augmenter les péages en retour.
    Plus stupide que cela on ne peut pas faire.
    Mais nous sommes en france pays où rien n’est impossible.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      5 novembre 2018

      je propose des tickets de restriction pour les carburants !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        5 novembre 2018

        C’est ça, rajoutez encore un tuyau car ce n’était pas assez long.
        Qui dit mieux?

        Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    3 novembre 2018

    encore un article de fond court mais parfaitement maîtrisé de Mr Croella

    un article récent du Figaro nous apprenait que le patrimoine de l’ Etat avait fondu comme banquise au réchauffement GIEC en raison de la … Dette : l’ Etat vendant les bijoux de famille pour repousser le traitement réel de la Dette … et cela surtout depuis 2010

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      3 novembre 2018

      Erreur il reste encore la vaiselle de l’élysée, irremplaçable car une nouvelle loi interdit la vaisselle camping jetable.

      PS: au prix actuel du fioul domestique on reprendrait bien un peu de réchauffement GIEC.
      Cela soulagerait le porte-monnaie.

      Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    2 novembre 2018

    Réjouissons-nous deux nouvelles taxes voient le jour:
    a) taxe colis
    b) taxe vacances

    Le gouvernement travaille même et surtout quand vous dormez.
    Le stress qui semble affecter “el presidente” ne ralentit pas les ardeurs des sangsues, tout au contraire.

    On attend avec impatience les prochaines.

    Répondre
    • Hilarion

      6 novembre 2018

      Et bien moi, je vais vous dire. Je préfère beaucoup quand le gouvernement sommeille. Parce que dès qui se met à “travailler”, c’est nous nuire.

      Répondre
      • Hilarion

        6 novembre 2018

        c’est pour nous nuire. Désolé

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          6 novembre 2018

          la Belgique avait il y a quelques années démontré que votre proposition est pleine de bon sens

          Répondre
  4. IOSA

    31 octobre 2018

    Comme tout le monde, j’aimerai payer 1 millions d’euros en impôts, ce qui serait le signe de ma grande richesse et que même à 150 euros le litre de carburant… je roulerai quand même, idem avec la baguette de pain à 300 balles, pareil pour le PQ à 100 balles, etc etc.

    Bon ce n’est qu’un rêve, faut quand même que je bouffe, que je roule pour aller gagner de quoi acheter une baguette à 1 euros (dire que ce n’était même pas 1 franc avant l’€), au fait combien coûte une feuille de PQ maintenant ?

    M’étonnerai bien que Macron et sa clique paye le PQ !

    Il devrait être inscrit une charte gouvernementale à leur intention ” Avant de vous engager, assurer vous que vous en avez les MOYENS PERSONNELS “, ou encore instaurer une responsabilité civile et pénale pour eux, cela existe bien pour nous.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      1 novembre 2018

      // Comme tout le monde, j’aimerai payer 1 million d’euro en impôts, ce qui serait le signe de ma grande richesse et que même à 150 euro le litre de carburant… //

      Tout le monde n’est pas d’accord…
      Quelqu’un récupera bien ce million ainsi que les taxes excessives sur les carburants.
      Rien que d’y penser me dégoûte d’avance de devenir millionaire dans ce pays.

      Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    31 octobre 2018

    Un extrait d’un ‘article paru sur le site “Contrepoints.org”
    Titre de l’article: Compétitivité fiscale internationale 2018 : la France en queue de classement.

    // Pour la cinquième année consécutive, la France a la fiscalité la moins compétitive de l’OCDE. Elle a l’un des taux les plus élevés d’impôt sur les sociétés (34,4 %), la propriété y est fortement taxée, un impôt sur la fortune annuelle (l’ISF a été remplacé par l’IFI début 2018), des taxes sur les transactions financières, ainsi qu’une taxation de l’immobilier. Elle a aussi un taux élevé et progressif d’impôt sur le revenu qui s’applique aux dividendes et au capital. //

    En clair la France est dernière du classement, même l’Italie de Salvini fait mieux.
    On peut se demander si l’équipe de bras cassés au gouvernement est au courant de ce classement?
    Et ce n’est pas fini tout est en train d’augmenter et tout ce qui bouge encore est taxé.

    PS: article à lire impérativement.

    Répondre
  6. Sterdyniak Henri

    31 octobre 2018

    Ce texte est peu réfléchi. Il oublie que les actifs propres des administrations sont supérieurs à leur dette. Nous ne laissons pas seulement à nos enfants, la dette publique, mais des écoles, des routes, des actions dans des entreprises, etc..Il oublie aussi que la France n’est pratiquement pas endettée à l’extérieur. Ce sont les français qui détiennent l’équivalent de la dette publique (sous forme d’assurance-vie essentiellement). De sorte que nous laissons à nos enfants une richesse financière équivalente à la dette. Et je ne parle pas des actifs physiques (usines, logements).

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      1 novembre 2018

      Votre raisonnement n’est pas tout à fait complet.
      Les générations futures auront bien l’infrastructure *) financée par les dettes en héritage mais seront sans-le-sou pour en faire quelque chose de viable.
      Un peu comme un chatelain ayant hérité d’un grand manoir mais incapable d’en assumer les coûts.

      *) et ne parlons pas de ce qui a été cédé à vil prix à de riches nababs.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        3 novembre 2018

        de mon temps on parlait de … ” déchéance ”

        Monsieur Sterdyniak nous parle de biens qui ne fonctionnent plus de façon vraiment efficace , qu’ on ne peut plus entretenir et encore moins moderniser… quand on ne les … dégrade pas volontairement !

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          3 novembre 2018

          Va pour déchéance.

          Répondre
    • BRENUS

      2 novembre 2018

      Malgré votre désir de présenter la “bestiole” sous son meilleur angle, renseignez vous concernant la dette publique, à moins que vous ne parliez des années 80. Actuellement les OAT et bons du Trésor, supports d’une partie des fonds “euros” des assurances vie , ne représentent même plus la moitié de cette dette, tellement elle s’est élevée. L’autre partie est détenue par des fonds étrangers qui peuvent dégager aussi vite qu’ils sont venus. Quand aux infrastructures (routes, etc…) pour celles qui sont encore en bon état, ça se mange ? Le coup du Chateau de Versailles et de la tour Eiffel , ça sent trop le réchauffé. Ne parlons pas des “usines” qui ont presque toutes tendance à boucler tellement leur situation est favorable. J’ai travaillé dans le domaine des équipements industriels et ai toujours pu constater que même les plus belles unités partaient à veau l’eau devant une concurrence impitoyable : et croyez moi la liquidation des biens ne pèse alors plus lourd, même pour les meilleures marques. Il est surprenant que sur un site comme les 4 V il y ait encore des gens qui s’aveuglent à ce point. A moins que l’on adhère à la F.I. et que l’on prenne les affirmations de Méluche pour parole d’ Evangile.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        3 novembre 2018

        rien ne m’ étonne plus des lecteurs et des journalistes des ” 4 Vérités ” ; des Français disons ” ordinaires ” , lambda , bien pensants

        Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    30 octobre 2018

    // l’État pourra nationaliser – c’est-à-dire spolier – tout ou partie des patrimoines privés. //

    Ne doutons pas un seul instant que ce projet est déjà dans les cartons de Bercy.
    “Carpe diem”, inutile de trimer pour un patrimoine qui de de toute façon ne vous appartiendra jamais.
    Ne rien faire c’est la meilleure manière de se protéger pour ne rien se faire confisquer.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 novembre 2018

      effectivement oui si vous vous videz de votre sang , les sangsues n’ auront [ théoriquement ] plus rien à … se mettre sous la ventouse … mais rien n’ est moins sûr car il ne faut pas sous-estimer leurs capacités insoupçonnées d’ adaptation à … l’ environnement : voyez plutôt les Kim, Castro et Maduro ! Eux, ils ne suivent pas de ( le ) … Régime

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        3 novembre 2018

        Quand le raisiné vient à manquer les sangsues périssent.
        Ne vous inquiétez surtout pas la nature a tout prévu.
        Une autre espèce verra peut-être le jour mais ce ne seront plus des sangsues.
        Et les victimes enfin libérées pourront de nouveau se multiplier, etc…
        C’est le cycle de la vie et de la mort…

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)