Démographie et inégalités sociales

Posté le juillet 02, 2018, 4:44
18 mins

Nul ne peut être indifférent au fait que, vingt siècles après la naissance de la civilisation occidentale, le nombre de pauvres dans le monde soit devenu plusieurs fois ce qu’était la population humaine totale de la planète, toutes conditions confondues.

D’autant que cette même civilisation a vu se développer un progrès scientifique et technique qui a considérablement changé les conditions d’existence du plus grand nombre, partout dans le monde.

Mais se satisfaire de ce constat pour prétendre en changer les effets ne suffit pas. C’est ignorer, d’une part, l’aspiration de chacun à améliorer sa condition et, d’autre part, le fait que richesse et pauvreté existant l’une par l’autre, chacun est le riche ou le pauvre de plus pauvre ou de plus riche que lui. Là est ce qui rend les inégalités sociales inéluctables. Les termes de cette équation sont les suivants :

– Richesse collective de l’humanité, entendue comme la somme des richesses naturelles et résultant de l’ensemble des activités et autres apports de tous les membres de la société.

– Population humaine concernée par le partage de cette richesse collective.

– Activités nécessaires à la satisfaction des besoins de l’ensemble de la population. La condition sociale de l’être humain est le fruit de la relation existant entre ses besoins – vitaux et superflus, puisqu’à la différence des autres animaux, l’homme s’en invente – et les innombrables activités, notamment économiques, contribuant à l’accroissement incessant de la richesse collective.

– Caractère pyramidal de la société humaine.

Plus les être humains sont nombreux, plus l’économie est prospère et plus s’accroît l’enrichissement collectif, les plus riches étant par définition les premiers servis. C’est ainsi que s’est développé, jusqu’à la démesure, le triptyque Population-Économie-Richesse.

Ceci se démontre, n’en déplaise aux tenants de la vision aussi réductrice que romantique qu’a proposée Marx de l’opposition entre riches et prolétaires.

Avec l’augmentation prévue de la population mondiale, les inégalités sociales ne pourront que se creuser encore.

La pauvreté étant infiniment plus facile à partager que la richesse, les flux migratoires sont irréversibles et ne feront que gonfler. Tous les pays seront concernés, les politiques et les digues les plus protectionnistes étant vouées à céder sous la force de la déferlante démographique à attendre spécialement d’Afrique, continent dont la population miséreuse est appelée à doubler avant la fin du présent siècle.

Et, s’il est encore possible de limiter les inégalités sociales et d’en compenser les effets, autrement que par des moyens comme la redistribution par l’impôt, nous devons être conscients du fait que l’origine de tous les maux sociaux dont souffre l’humanité est avant tout d’ordre démographique.

Mais rares sont les leaders politiques qui ont le courage d’aborder cette question, et inexistants les responsables religieux, puisque le dogme leur interdit d’en traiter, les uns et les autres étant au demeurant plus soucieux du nombre de leurs fidèles et électeurs que de leur bonheur.

Une population moins nombreuse aurait pour effet la réduction de ses besoins et par conséquent celle de sa production et de son enrichissement.

C’est seulement sur ces bases que pourrait être obtenu le rapprochement de la base et du sommet de la pyramide sociale, exprimant une réduction des écarts de richesse, donc des inégalités sociales.

Certains prônent la frugalité pour tous dans une société dont la démographie est abandonnée à une hypothétique transition par laquelle la population mondiale décroîtrait d’elle-mê­me après être passée par un maximum au cours du siècle prochain. Mais ils sont en retard d’un train, l’humanité ayant consommé à mi-année 2018 plus de la moitié de ce que la nature avait à lui offrir pour l’année entière et cette situation s’aggrave d’année en année.

Les inégalités sociales sont avant tout liées à notre démographie et leur réduction passe par une dénatalité qui s’impose, massivement et d’urgence.

Ceci requiert une prise de conscience générale et un effort d’éducation sans précédent partout où règnent les taux de natalité les plus élevés. Faute de cela, avec 280 000 Terriens qui s’ajoutent quotidiennement à la population terrestre, alors que nous sommes près de 8 milliards, nous serons plus de 11 milliards en 2100, avec les déséquilibres sociaux dont chacun peut imaginer les conséquences.

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

20 réponses à l'article : Démographie et inégalités sociales

  1. quinctius cincinnatus

    10 juillet 2018

    statistiques et réalité : …

    ” alors que le nombre de faits de délinquance augmente, le nombre d’ affaires arrivant au niveau des Parquets se maintient ou même diminue ”

    ( Le Figaro )

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      10 juillet 2018

      Bref une augmentation qui se maintient ou même diminue.
      Tout à fait conforme à la dialectique macronienne du “en même temps”.

      Cedric Villani (médaille Fields) pour lequel j’ai beaucoup d’estime devrait de temps en temps intervenir pour réaffirmer les règles cartésiennes.

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    8 juillet 2018

    sa mère, vivant en A.F.S. , possédant la nationalité canadienne il a donc utilisé celle ci pour, après un séjour universitaire à Toronto, pouvoir entrer sans difficulté aux States , sa nationalité sud-africaine paternelle étant une clause… d’ apartheid pour séjourner aux States !

    quand je pense que le blog regorge de gens qui veulent supprimer la double nationalité !

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    8 juillet 2018

    sur Wikipedia, lisez l’ histoire véridique d’ Elon Musk : origine, enfance, études etc …

    dès l’ origine ce n’ est pas celle de l’ ascenseur social mais plutôt celle d’ un … ” migrant ” ( sic )

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      8 juillet 2018

      // mais plutôt celle d’ un … ” migrant ” //

      Pourquoi ne pas utiliser le mot plus juste “immigrant”.
      Elon Musk avait rempli les conditions pour être un “landed immigrant” et non un migrant clandestin.
      La plupart des Américains ont franchi cette étape.

      Nul besoin “d’ascenseur social” pour quelqu’un ayant la tête sur les épaules.
      Traduit en anglais “ascenseur social” donne “social ladder” impliquant une notion d’effort personnel.
      Loin de la lutte des classes du socialisme français.

      Comme toujours le choix du mot juste détermine le sens de l’action.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        8 juillet 2018

        sa mère, vivant en A.F.S. , possédant la nationalité canadienne il a donc utilisé celle ci pour, après un séjour universitaire à Toronto, pouvoir entrer sans difficulté aux States , sa nationalité sud-africaine paternelle étant une clause… d’ apartheid pour séjourner aux States !

        quand je pense que le blog regorge de gens qui veulent supprimer la double nationalité !

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          8 juillet 2018

          Il s’agit donc bien d’un immigrant et non d’un migrant.
          Musk a acquis entre temps la nationalité US.
          Apparemment il n’y a pas de litige comme c’était le cas pour Obama.

          Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    8 juillet 2018

    Réponse au post de Raoul

    L’ascenseur social, un mythe?

    Un ascenseur est un dispositif qui permet de déplacer des individus vers divers étages d’un immeuble. On peut tout aussi bien monter que descendre des étages.
    Remarquons que ce sont les individus qui décident de l’étage à atteindre mais pour cela il faut qu’au préalable ils embarquent d’eux-mêmes dans le dispositif.

    L’ajout du mot social change complètement cette définition car nous sommes maintenant en terrain socialiste où Ubu est roi.
    Cet ascenseur n’a maintenant plus qu’une seule direction, celle vers le haut.
    De plus cet ascenseur est mobile, il vient lui-même chercher les individus et les dirige vers un étage que ces individus n’ont pas forcémment souhaité.

    Pour illuster la première définition prenons un exemple concret, par exemple Elon Musk.
    Voilà un jeune homme né en Afrique du Sud qui décide un jour d’émigrer en Californie emmenant avec lui quelques effets personnels et plein d’idées dans la tête.

    Premier étage: arrivée en Californie.
    Que FAIRE pour atteindre l’étage suivant?

    L’entreprise “X.com” voit le jour, car Musk avait décelé une opportunité dans le système de paiement internet. L’entreprise X.Com fusionna avec un concurrent Confinity ce qui donna naissance à PayPal. Cette nouvelle entreprise se développa et atteignit bientôt une notoriété internationale. Musk aurait pu s’arrêter là mais il visait les étages supérieurs.
    Il vendit PayPal avec un bon profit.

    Prochain étage, SpaceX, entreprise créé en 2002. Musk avait décelé un point faible dans le lancement de fusés vers l’espace. Tous les lanceurs extrêment coûteux à produire ne servaient qu’une seule fois.
    Remarquons que Musk n’était pas un “space rocket scientist” mais il a su s’entourer de spécialistes qui l’étaient.
    Sous son impulsion les fusées, du moins l’étage le plus coûteux peut être récupéré. Cette nouvelle technique est tout d’abord moquée par ses concurrents établis.
    Mais les coûts de lancement pouvaient maintenant être diminués considérablement et les clients affluèrent, la concurrence commença à rire jaune.

    Encore une fois Musk aurait pu s’arrêter là, mais il vise les étages encore plus hauts.
    Tesla voit le jour, puis SolarCity une succursale de Tesla et enfin Boring Cie.
    Je m’arrêterai là.

    Anecdote:
    Musk pose deux questions à toutes celles et ceux qui cherchent du travail dans une de ses entreprises:
    a) Quelle est la décision la plus importante que vous avez prise dans votre vie?
    b) Sur quels projets importants avez-vous travaillé jusqu’à présent.

    Remarquons que la question des diplômes obtenus est accessoire.

    Musk a bien sûr passé le test lui-même
    Pour a) il a répondu, qu’émiger en Californie était sa décision la plus importante
    Pour b) il a répondu, regardez ce que j’ai fait ces dernières années.

    Quelques questions me taraudent:

    Musk aurait-il pu faire ce qu’il a fait en émigrant en France ou en restant en Afrique du Sud?
    L’ascenseur social français aurait-il pu le diriger vers les décisions qu’il a su prendre de lui-même?
    Fait-il un terreau spécial pour réussir, par exemple celui de la Californie?
    L’initiative personnelle, si elle est libérée, est-elle plus importante que l’aide sociale même bien intentionnée?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      8 juillet 2018

      Corrections:

      lanceurs extrêmEMent coûteux
      vers les décisions qu’il a suES prendre

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    6 juillet 2018

    ” l’ ascenseur social ” s’ est aussi arrêté de fonctionner, il ne s’ arrêt plus à certains étages ou plus exactement il est hors-service dans certains immeubles … populaires et c’ est bien cela qui est grave

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      6 juillet 2018

      Pas partout.
      Aux USA 213000 nouveaux jobs ont été créés en juin 2018.
      Le chômage est maintenant à 4%.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        7 juillet 2018

        un ” job ” n’ est pas obligatoirement un étage gagné par l’ ascenseur social !

        les stats sont souvent ” grossières “

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          7 juillet 2018

          Avant d’utiliser un ascenseur social il faut déjà construire un parterre de gens qui aient du travail.
          On y ajoutera les étages par la suite et l’ascenseur se justifiera alors pleinement.
          À quoi bon avoir comme en France10 managers “ascencionnés” artificiellement *) pour un seul ouvrier.

          L’insee français est un temple où sont distillés des mensonges comparables à ceux de l’ex URSS pas la peine de chercher des poux aux stats US.

          *) où sont donc passés tous ces emplois d’avenir du gouvernement précédant?

          Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    3 juillet 2018

    ne parlons pas d’ inégalités sociales parlons plutôt d’ inégalités de ” développement ” et les choses seront économiquement et … socialement plus compréhensibles

    ” le choix des mots c’ est déjà le choc des idées ” pour paraphraser …

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      5 juillet 2018

      Attention quand les idées s’entrechoquent de trop, on n’est plus loin des jeux de mains jeux de vilains.

      Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    3 juillet 2018

    À notre naissance nous avons tous reçus des talents, certain(e)s en ont eu plus d’autres moins.
    D’après l’évangile ce ne sont pas les talents reçus qui sont déterminants mais ce que nous en avons faits.

    Ainsi celle / celui qui n’a reçu qu’un seul talent et qui le double aura autant de mérites que celle / celui qui en a eu quatre en les doublant.
    La notion de pauvreté est donc relative et ne dépend que de chacun(e) de nous.

    Malheur à celles et ceux qui n’ont pas su fructifier leur(s) talent(s).

    Répondre
    • Raoul Villain

      7 juillet 2018

      Bonsoir « Hans ».

      Je crois l’avoir déjà dis sur ce site, je suis un très mauvais chrétien. Aussi mes lacunes au niveau de l’Evangile sont consternantes et confirment une intelligence dont j’ai parfaitement conscience. « Ce que nous en avons faits »… J’ai été pendant longtemps convaincu que la formule : « Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour, si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours » était d’origine africaine (peut être parce que c’est un copain étudiant noir qui me l’avait appris, lors d’une discussion passionnante dans une soirée entre amis). En fait, l’origine est inconnue : Confucius, Lao Tseu, la Bible autre ?
      En ce sens « Quinctius » a raison : l’ascenseur social ne fonctionne plus. A mon sens parce « qu’on apprend plus à pêcher » ; mais aussi (c’est vous qui m’avez donné la clé) parce qu’on « ne fait pas ».
      Au fond pourquoi « faire » puisque « la divine providence y pourvoira ». Même si je n’adhère ni au christianisme, ni au socialisme (je ne crois pas à « un homme universel »), j’ai toujours fais une distinction radicale entre les deux « systèmes de pensée ». Les Chrétiens sont des gens de conviction et mettent leurs idées en pratique, les Socialistes (Rouges plus ou moins vifs, rosés ou verts) sont des escrocs. J’ai dans mon entourage beaucoup de chrétiens et on visite les malades ou les personnes en « maisons de retraite », on accompagne les familles endeuillées, on porte secours aux pauvres ( sans tambours ni trompettes, ni la pornographie miséreuse de certains ‘enfoirés’ – très bien nommés-), on aime son prochain….
      Malicieusement, et connaissant par avance la réponse, j’avais suggéré à Jaurès (toujours la larme à l’œil), de sécher ses yeux globuleux et de donner aux pauvres, sans autre forme de procès, ses 5 SMIC(s) par mois. Il est a noter que, depuis que la « divine providence fiscale » s’est tarie en sa faveur, ce même Jaurès ne consacre plus de temps à cette noble cause (c’était déjà le cas lors de ses congés dans le Queyras). Indigné, il m’avait vaguement répondu qu’on « ne prend pas à un salarié » (Sic).
      « On apprend plus à pêcher » : c’est la règle mathématique du plus petit dénominateur commun . D’ailleurs il me semble que la dénomination officielle est « socle commun » ou quelque niaiserie dans ce genre pour des « évaluations » par « compétences ». Pas de notes mais des couleurs : vert, orange, rouge peut être. J’ai bien « peur » de ne pas exagérer. Je connais bien le milieu enseignant et ses contradictions : on fait maintes ronds de jambes sur la voie professionnelle mais on scolarise ses enfants en S (si possible en Centre Ville), le tutoiement est de rigueur, le panurgisme syndical de bon aloi, le populisme le plus niais aussi (La FEN dans les années 1970 a revendiqué et obtenu que les déplacements lors des « missions » ne soient plus remboursées sur le tarif SNCF de première classe mais de seconde), mais dès qu’il y a des possibilités de gratifications supplémentaires le bureau du principal ou du proviseur devient rapidement exigu. Monsieur Jospin (loi d’orientation 1989 -l’élève est « au centre »), Premier Ministre français avait fait jouer ses relations pour inscrire ses enfants à Victor Duruy à Paris, pourtant largement hors secteur. Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai déjà dis ici : « la droite ne s’est jamais intéressée à l’enseignement ». Michel Houellebecq. Soumission. Du point de vue sociologique, ce livre est tout à fait remarquable tout comme les descriptions sur les soixante-huitards dans « Les particules élémentaires »..
      Reste : on ne fait pas. Et bien voilà : on ne fait pas. Tout est dit. J’ajouterais simplement et on déteste « ceux qui font ». Mais, je crois que l’Evangile évoque « l’envie » comme un des sept péchés capitaux.

      Je vous souhaite un bon dimanche ensoleillé.

      Cordialement.

      Répondre
      • Raoul Villain

        8 juillet 2018

        Correction: inintelligence. Désolé.

        Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        8 juillet 2018

        Voir réponse en tête de page.

        Répondre
  8. De Sorne

    2 juillet 2018

    La vérité est qu’il y aura TOUJOURS des pauvres …
    Des pauvres qui ont bouffés les fortunes familiales parfois ancestrales, des couillons qui ne savent pas mettre un sous de cote, des dépensiers stupides, des gens sans cervelle, des gens qui ne font pas un geste pour améliorerez leur situation et enfin des pauvres de naissance issus des précédemment décrits.. Je ne parle pas des malades mentaux.
    De mes quatre frères, 3 sont, partis de rien, très confortablement à la retraite. Le quatrième n’a pas arrêté de faire l’idiot et de dépenser ces sous.. Il est maintenant aux crochets des aides sociales gouvernementales et autres jambes de bois…. On ne le soutient plus !
    Et donc, “les inégalités sociales ne sont pas liées à la démographie ou leur réduction passe par une dénatalité qui s’impose etc, ” mais au fait que depuis bien avant Jesus Christ, nous ne sommes pas nés égaux ! La République doit donner à tous la même chance d’éducation et ensuite, chacun fait comme il l’entend… simple !
    Monsieur le scientifique, allez donc prendre une pioche et une pelle (si vous connaissez ces outils) et faites un trou pour vous y cacher.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)