Désastreux sureffectif dans la fonction publique

Désastreux sureffectif dans la fonction publique

Qu’il soit bien clair que, pour moi, ce ne sont pas les fonctionnaires qui sont à blâmer mais l’ensemble des politiciens qui, depuis le début des années 1980, ont montré leur incompétence à juguler le chômage.

Ils ont choisi, par méconnaissance notoire de l’économie, la solution de facilité qui consiste à augmenter le nombre de fonctionnaires, plutôt que de créer dans notre pays un environnement favorable à la création d’entreprises.

Au début, le sureffectif dans l’administration n’est pas apparu trop problématique, mais c’est un engrenage mortifère.

Créer une fonction génère obligatoirement des «fonctionnaires», alors qu’il aurait fallu créer des missions et privilégier les «missionnaires» que l’on trouve majoritairement dans le privé!

Nous payons aujourd’hui cette absence de lucidité.

Certes, les décisions étaient difficiles à prendre, mais nos dirigeants ont continué à reporter les décisions sur l’équipe suivante par une procrastination funeste.

Ayant gaspillé des sommes colossales (estimées à 7 000 Mds €), ayant créé une caste qui s’auto-alimente en effectif et une force élective au pouvoir incontestable, la France se retrouve gouvernée par une caste de fonctionnaires qui, malgré leur minorité, sont devenus les vrais décideurs: l’homme politique passe, le fonctionnaire reste.

Ce sureffectif engendre plusieurs dysfonctionnements, auxquels se rajoute le fait que les fonctionnaires sont pratiquement indéboulonnables, même en cas d’erreurs graves (voir l’affaire d’Outreau).

Quand l’Absurdistan nous conduit au Déclinistan.

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • ELEVENTH Répondre

    La réponse aux problèmes de chômage : TOUS FONCTIONNAIRES ! La manne céleste pourvoira à leur entretien !
    Certains diront « oui, mais ils paient des impots sur leurs revenus ». Sauf qu’il faut augmenter les revenus pour que les dits fonctionnaires puissent les payer, les impots. Le chien se mord la queue.

    05/01/2021 à 16 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *