Dette, déficit et immigration

Dette, déficit et immigration

La France a-t-elle la capacité de sortir de cette spirale infernale ?
Je pense que non avec la dette colossale dans laquelle nous sommes englués (1 700 milliards d’euros), qui génère mécaniquement, chaque année, des intérêts énormes que nous n’avons pas la capacité de payer sans faire sauter certains tabous !

Le gouvernement a prévu une série de mesures qui, sans toucher aux dépenses sociales de redistribution et sans réduire les dépenses de l’État, permettraient de trouver environ 1 milliard d’euros cette année et 11 milliards en 2012. Pour payer les intérêts de la dette en 2012, il faudra encore, dans ce cas de figure, emprunter une quarantaine de milliards d’euros ! Ces mesures sont donc nettement insuffisantes et nous conduiront à bref délai à avoir recours à un véritable plan de rigueur.

Il reste pourtant, avant de passer à la rigueur extrême, deux sources d’économies importantes, mais qui demeurent taboues :

La fraude généralisée qui touche principalement tous les organismes de redistribution sociale, fraude que les experts évaluent à plus de 20 milliards d’euros.

Les dépenses dues à l’immigration légale et illégale qu’il est possible de réduire fortement (toutes les estimations sérieuses les chiffrent à plusieurs dizaines de milliards d’euros), en s’approchant d’une immigration zéro.
Il serait bon également de ne pas se contenter d’une règle d’or qui permettrait encore un déficit annuel de 3 %, car cette tromperie déboucherait à terme sur un endettement important, alors qu’il est nécessaire de reconstituer de véritables et substantielles économies de réserve.

Pourquoi doit-on réduire fortement l’immigration ? Parce que l’immigration que nous connaissons est un engrenage mortel pour la France. Nous voyons bien qu’elle détruit son identité, amplifie tous les problèmes sociaux (logement, santé, délinquance, criminalité, chômage…), donc tous les coûts qui en découlent. Et nous n’en avons plus besoin, avec près de 3 millions de chômeurs (et même, en réalité, 5 millions de personnes en âge de travailler sans emploi).

Je sais qu’après la seconde guerre mondiale et pendant les 30 glorieuses, la demande en main-d’œuvre a été forte, ce qui a justifié une immigration de travail pour certains emplois souvent pénibles ou dévalorisants que les Français ne voulaient pas faire.

Beaucoup de ces immigrés se sont installés définitivement en France, ont fait souche, et sont devenus Français. Leurs enfants passés par l’école républicaine n’avaient pas beaucoup de goût pour les métiers exercés par leurs parents et aspiraient à mieux. On les comprend. Ils entraient donc sur le marché du travail en concurrence avec les Français de souche européenne.

Alors que l’immigration continuait pour occuper les emplois délaissés par les Français ou libérés par les primo-immigrants partis en retraite, le chômage, devenait un problème qui allait s’amplifier jusqu’au niveau que nous connaissons.

Pendant que la mondialisation détruisait l’emploi en France, l’immigration se transformait progressivement en immigration de peuplement permettant à la France de retrouver une fécondité assurant le renouvellement de la population.

Cette fécondité est un bien, mais un bien pernicieux, puisque, maintenant, l’excédent des naissances sur les décès est de plus de 250 000 par an, tandis que l’excédent migratoire déclaré par l’INED dépasse les 100 000, c’est-à-dire que la population française s’accroît tous les 3 ans de plus d’un million de personnes !

Sommes-nous capables de créer 3 millions d’emplois dans l’immédiat, puis un million tous les 3 ans ? La réponse est non !
Il faut donc réduire drastiquement l’immigration, ce qui nous permettra, du même coup, de régler de nombreux problèmes et de trouver l’argent nécessaire à la réduction de notre dette.

Que les pro-immigration ne se fassent pas de souci, la France, avec plusieurs millions de couples ayant un indice de fécondité supérieur à trois, continuera d’avoir la fécondité la plus forte d’Europe.

La pérennisation de l’immigration n’est pas la solution et il faut, en priorité, inciter tous les Français à revenir sur les emplois délaissés en offrant des salaires qui permettent de vivre dignement et qui tiennent compte des désagréments liés à certains emplois. En même temps la ré-industrialisation de notre pays s’impose ; elle doit être amorcée et soutenue par l’État.

Yves Pigis
<[email protected]>

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • Daniel Répondre

    Pigis
    "Cette fécondité est un bien,…"
      C’est un bien selon qui et selon quels intérêts?
    Quand des gens font des enfants sans pouvoir les assumer et les éduquer, ou est le "bien"?
    Ceux qui disent que cela permet de payer leur retraite sont précisément ceux qui ont enseigné qu’on pouvait endetter les générations futures en même temps que jouir de fric pris dans la poche de leurs contemporains.  Des escrocs ou des idiots, à traiter selon la catégorie retenue!.  Mais à enfermer et à mettre au travail pour qu’ils remboursent ce qu’ils ont volé et comprennent enfin la valeur de l’échange , mais également du respect de l’intérêt de celui avec qui on échange.
    Reprenons les articles des spécialistes, des journalistes et autres "élites moutons" qui se sont prononcés pour ce type de vol, voyons les catégories qui ont profité de ce vol au travers des institutions et demandons à tous  des comptes sur le plan moral et financier.
    Car c’est une succession de croyances dangereuses qui ont produit cette situation au profit d’irresponsables autoproclamés élite avec un fort sentiment de race supérieure.  Et c’est une croyance supplémentaire que de chercher des solutions en conservant  les mêmes mensonges et les mêmes menteurs. Menteurs de droite ou de gauche qui comptent bien conserver la sécurité de leurs privilèges destructeurs et mettre encore plus en insécurité les méprisés de "leur" République.

    Guillermo,    voyez: la culture chrétienne est bien concurrencée dans ses dérives mentales par la culture anti chrétienne ou la culture laïque ou athée ou…  La recherche de justice et de Vérité semble plutôt intime et individuelle, humaine peut être…

    Rosanov:   Auriez vous appris à compter selon le "modèle" religieux Education Nationale ?

    16/10/2011 à 9 h 49 min
  • Rosanov Répondre

    @  Greg,

    on se demande où vous avez appris à faire une addition.  

     

    14/10/2011 à 16 h 53 min
  • Guillermo Répondre

    @Alexandra
    j’ai crû comprendre que vous assimiliez culture et christianisme.  Elle est bien bonne celle-là !

    14/10/2011 à 9 h 26 min
  • L' Inedit Répondre

    Meme si il faut faire usage de fermete et “deporter” des importuns dans leur pays d’ origine (ou celui de leurs parents), assorti d’ un pecule, les citoyens ont le droit et meme le devoir de rendre de nouveau la France irradiante, independante et eternelle.

    La tache sera difficile…

                                                                                                                                             

    14/10/2011 à 8 h 32 min
  • grepon Répondre

    En même temps la ré-industrialisation de notre pays s’impose ; elle doit être amorcée et soutenue par l’État.

    Avec le capital pour ce faire venant d’ou?   Vous avez regarde la capitalisation de vos grande banques?   Les dettes de tous types confondus qui existent DEJA ne seront pas payes.     Le temps de la re-industrialisation peut venir apres la destruction des dettes, y compris et surtout dettes du type sociale, qui ne sont pas comptablise comme dettes mais qui plombe ce pays.

    14/10/2011 à 8 h 10 min
  • Alexandra Répondre

    L’immigration-invasion est un engrenage absolument mortel pour la France. La prévisible disparition de notre belle culture française ne fait plus aucun doute (livre super-idéaliste « les corps indécents ») Dans à peine une génération, les chrétiens ne seront plus majoritaires en France. Nos jeunes diplômés seraient donc bien inspirés de changer d’horizons s’il veulent conserver leur mode de vie actuel.

    12/10/2011 à 15 h 15 min
  • greg Répondre

    Vous oubliez l’alignement des régimes spéciaux et des fonctionnaires sur le privé. En faisant cela on résout le problème de la dette et l’état se dégage les fond nécessaires pour investir.
    Le tabou numéro de notre pays est celui là, la preuve en est que même sur ce site on oublie d’en parler.

    12/10/2011 à 14 h 00 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *