Et maintenant la spoliation des épargnants ?

Posté le mars 31, 2020, 10:09
5 mins

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, vient d’annoncer qu’il avait sollicité l’application du Mécanisme européen de stabilité (MES) pour faire face à la crise sanitaire et économique que nous traversons.

Ce mécanisme, mis en place après la crise financière de 2008, permet à un État membre de la zone euro, qui se trouverait en difficulté financière, d’invoquer la « solidarité européenne ». Doté de 700 milliards d’euros (620 milliards qu’il peut solliciter des États, à proportion de leur PIB, et 80 milliards de fonds propres), le MES peut emprunter sur les marchés à des taux plus intéressants que le pays solliciteur.

Il semble a priori logique, compte tenu de l’explosion probable de la dette publique, de déclencher le MES.

Mais ce déclenchement est plutôt inquiétant.

Tout d’abord, il confirme ce que nous disions depuis des années : la France pourrait très bien se retrouver dans la situation de la Grèce. Sa dette publique gigantesque pourrait la faire mettre en tutelle par les organismes financiers européens ou internationaux. Nous y sommes.

Pendant des années, on a traité la dette publique comme une réalité parfaitement virtuelle. Il allait de soi que la France était un pays riche et qu’elle faisait donc un honneur aux créanciers et leur permettant de lui prêter (à taux négatifs s’il vous plaît).

Et les financiers eux-mêmes se sont comportés comme s’ils étaient heureux qu’on leur paie les intérêts (quand ils étaient positifs), faisant mine de nous abandonner le principal.
Ce système absurde, dans lequel la France s’endettait pour payer ses dépenses de fonctionnement, sans jamais se réformer (ni même investir sérieusement pour l’avenir) et dans lequel les banquiers prêtaient en laissant croire qu’ils se contenteraient d’être payés en taux d’intérêt négatifs, n’était évidemment pas durable.

Une dette, cela se rembourse. D’une façon ou d’une autre.

En l’occurrence, selon toute vraisemblance, notre dette publique va se payer en ponctionnant notre épargne privée.

Quand on pense qu’il y a trois ans, quand Emmanuel Macron a été élu, le principal argument était que Marine Le Pen avait une politique économique dangereuse, on croit rêver !

Je ne suis pas sûr que le programme économique de Marine Le Pen soit à la hauteur des enjeux nationaux. Je ne crois pas, en particulier, qu’il soit sain de laisser croire que notre État-providence obèse, asphyxiant et anti-national va pouvoir perdurer. Mais il est sûr, en tout cas, que la politique économique de M. Macron et de l’ensemble des oligarques qui dépècent notre malheureux pays depuis des décennies est délétère.

Les seuls qui peuvent y trouver un avantage sont les grands financiers internationaux qui peuvent acquérir des entreprises françaises à des prix cassés, simplement parce que l’État français les a laminées au préalable. Et qui, maintenant, vont pouvoir se partager les milliers de milliards d’euros (au moins 5 000 milliards pour le seul patrimoine financier) de l’épargne privée des Français.

Que ces oligarques apparaissent comme des « chefs de guerre » et des « sauveurs de la patrie », alors que leur impréparation criminelle et leur politique anti-familiale et anti-nationale ont ravagé le tissu social de la France, me laisse pantois.

Bien sûr, le pire n’est jamais certain. À l’heure où j’écris, le MES peut n’être pas déclenché. Et, s’il est déclenché, il peut ne pas entraîner la spoliation des épargnants. Mais prévoir le pire, c’est précisément ce que devraient faire les gouvernants – et que les nôtres font si mal depuis si longtemps. À moins – ce qui serait pire – que mes pires cauchemars soient le but qu’ils visent en réalité !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

4 réponses à l'article : Et maintenant la spoliation des épargnants ?

  1. quinctius cincinnatus

    06/04/2020

    oui Monsieur De Thieulloy il est grand temps que vos lecteurs soient informés que l’ économie financière ( les fonds de pension américains entre autres ) et son corrélat la mondialisation au moins disant sont une catastrophe … civilisationnelle, mais je doute que certains abrutis sur ce blog en soient conscients qui n’ ont pour références  » politiques  » que Guy Millière et Evelyne Joselain

    Répondre
  2. R. Ed.

    05/04/2020

    La police la seule composante armée ?
    Après deux guerres mondiales et la quantité astronomique d’armes qui ont été parachutées un peu partout, toutes les caches que les Français ont  » découvert  » par hasard et se sont empressés de mettre en lieu sûr, tous les fusils de chasse, pistolets, revolvers ( à poudre noire, en vente libre ) arbalètes piques, fourches, etc…

    Il suffit d’un meneur charismatique qui pourrait tout déclencher !
    Déjà qu’il y a deux France depuis quelques années, une à laquelle ont pardonne presque tout et l’autre qui est matraquée, surtout par les impôts, et de temps en temps par les sbires au service du pouvoir.
    Sans compter la justice à deux vitesses avec l’embrayage qui patine quand il s’agit des chances pour la France, chances qui représentent quand-même deux à trois milliards d’euro dans le PIB national.

    Répondre
    • R.Ed.

      05/04/2020

      Suite…
      Un chouff ( en général un gamin de 12/13 ans ) gagne au minimum 50 € par jour.

      Répondre
  3. Jean Marie Daubrege

    31/03/2020

    « À moins – ce qui serait pire – que mes pires cauchemars soient le but qu’ils visent en réalité ! »

    Voilà une étonnante conclusion, moi qui me faisait traiter de complotiste depuis des années en suggérant exactement la même idée! Comme ces gens qui s’émeuvent de l' »incompétence » de macron (and co), combien de co-incidences convergeant vers la destruction de la Nation leur faudra-t-il pour se dessiller et admettre en fait que nous sommes au bord du précipice, et que celui que nombre d’imbéciles parmi nous ont naïvement élu pour combattre l’hydre haineuse qui, que, quoi…, ne fait que nous y acculer, jour après jour!

    Alors, quoi? Qu’est-ce qui maintient ces raclures aux manettes? Notre bonne police, qui obéit servilement aux ordres qu’une hiérarchie complice avérée du pouvoir lui transmet en insistant sur l’honneur qu’il y a à servir le pouvoir légitime… Elle est où, la légitimité à éborgner des manifestants évidemment désarmés? Notre bonne police qui doit admettre que la France est, de son fait, devenue un état policier, sauf évidemment pour ceux qui ont su les effrayer assez pour obtenir un statu quo misérable de reculade et de renoncement… Alors, cette police, qu’est-ce qu’elle va faire? Débarquer chez moi pour cause d’appel à la sédition? Ou descendre à la cave sortir les couilles du congélo où elles sont restées stockées depuis quelques décennies? Rappelez-vous que, hormis l’armée qui n’a théoriquement pas qualité à intervenir sur le sol national, vous êtes la seule composante armée de la population, et que vos accointances avec ce pouvoir autocratique vous la font clairement trahir!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)