Et si la croissance était un mythe qui coûte trop cher ?

Posté le octobre 07, 2011, 12:00
8 mins

Cela va coûter un peu d’argent ! D’argent ! D’argent !

Villiers de l’Isle-Adam

Le FMI de Lagarde bat le rappel des troupes et affole un peu plus l’opinion en menaçant 2012 (l’année de la fin du monde !) d’une possible récession. L’occident et avec lui maintenant le reste du monde ont tellement hypostasié la croissance que toute inexistence de celle-ci, raréfaction de celle-ci, effritement de celle-ci sont vécus comme un désastre obscur.

En 2008, nous avions un scénario rêvé pour limiter la puissance des banques, des banksters (au fait, le mot vient, comme toujours, de Céline), des fous de Bruxelles, des hedge funds et du reste ; mais par peur de ne pas avoir de croissance, les Etats ont préféré recapitaliser les investisseurs, comme on dit, et en se ruinant ainsi, ils ont complaisamment tendu leur gorge au bourreau. Aujourd’hui ils sont Grosjean comme devant. Faut-il l’aimer, cette croissance !

J’ai assez vécu dans des pays émergents dans les années 2000 pour savoir ce que veut dire, par exemple en Amérique du sud, un peu de croissance. Une croissance de 10% suppose bien sûr de l’inflation, suppose, bien sûr un doublement annuel de l’immobilier (voir aussi en Israël, en Chine et en Inde) ; une croissance de 10% suppose un changement brutal et tellurique de vie, une extension cancéreuse des villes, des transports longs et insupportables ; une croissance forte suppose aussi une explosion de la population obèse, car partout on utilise l’air conditionné putride et partout on mange la même junk food qui a détruit les américains. Une croissance forte suppose aussi entre autres une destruction de la nature et de la terre pour les besoins du tourisme ou de l’agriculture. Une forte croissance suppose aussi une énorme pollution et des problèmes de santé toujours plus coûteux.

Mais ce n’est pas tout. Il y a ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, comme dit Bastiat. Car que diable faut-il faire pour satisfaire les instituts de croissance ?

Des réponses, j’en ai. Je mets les pieds dans le plat mais le système m’y oblige. Il faut par exemple ne pas faire l’amour à sa femme mais aller voir les prostituées ; cela fait marcher le PNB ! l faut recouvrir les forêts d’autoroutes, les déserts de gratte-ciels comme au Brésil ou en Arabie ; il faut aller au supermarché Wal-Mart ou Carrefour en voiture pour acheter chinois et laisser crever la vie de quartier et l’épicerie du coin ; il faut ne pas savoir éduquer ses enfants et les planquer dans l’école privée la plus chère du monde pour s’en vanter à table ; il faut dépenser cent milliards pour construire un bouclier anti-missiles destiné à faire peur à la Corée du Nord et au marquis de Carabas ; il faut aller en avion à l’autre bout du monde et ne pas savoir qu’il y a une réserve ornithologique à côté de chez soi ; il faut payer la fringue bengali dix ou cent fois son prix pour justifier sa pub à la télé. Bref, il faut vivre dans la matrice.

Le coût moral et naturel de la croissance est énorme. Mais voyons le coût financier.

Lorsque j’étais petit, je me souviens qu’on me parlait des cycles, de la nature, des Juglar et des Kondratieff. Il y avait une époque où cela montait, m’expliquait-on, et une époque où cela baissait. On faisait avec, on gagnait moins d’argent, comme diraient Virginie et Paul, les deux héros rousseauistes bien calibrés de Villiers l’isle-Adam. Aujourd’hui, c’est plus pareil, ça change, ça change. Il faut donc dépenser mille milliards pour faire un point de croissance, comme Obama l’a fait en 2008 et comme il le refera encore. Comme de toute manière il dispose de l’imprimante à dollars (laquelle, bizarrement, ne fait pas non plus le bonheur, au moins de l’américain moyen…). Sarkozy et Lagarde la donneuse de leçons ont doublé le déficit français, on a vu avec quel bonheur financier et électoral !

Obligatoire, la croissance est devenue ruineuse. On est obligé de s’endetter, obligés de se ruiner pour activer la pompe, obligés aussi de se bovaryser pour consommer : l’insatisfaction comme moteur de l’économie marchande. Si ce ne sont pas les individus qui le font, ce sont les états et les administrations avec les catastrophes qui en débouchent. Ce vampirisme keynésien est devenu le modèle économique des temps modernes. Nous avons portant de quoi voir venir, non ? Une fois éliminés la faim, la maladie, le froid, adopter une vie plus intelligente, plus souple, plus qualitative ! Mais non : il faut plus de voyages pas cher, plus de limousines allemandes, plus de visites ruineuses au supermarché. Sinon, les sondages s’affolent et les politiques s’imaginent qu’ils ne seront pas élus ou réélus !

Une dernière remarque, pour rassurer tout le monde : 2012 sera dit-on l’année de la fin du monde : sera-ce bon pour la croissance ? Oui, sans doute. On signera plein de contrats de reconstruction après l’Apocalypse ! Cela fera un peu d’argent !

6 réponses à l'article : Et si la croissance était un mythe qui coûte trop cher ?

  1. quinctius cincinnatus

    08/10/2011

    si on excepte Villiers de l’Isle Adam écrivant … "Paul et Virginie" cet article reflète exactement ma pensée … qui est donc hérétique . Mais comme le disait je ne sais plus quel écrivain anglais …"l’hérétique est celui qui a une opinion" (ce @ s’adresse bien entendu à @WANADOO)

    Répondre
  2. vozuti

    08/10/2011

    l’obsession de la consommation et de la croissance amene souvent une baisse de la qualité de vie (vivre au milieu du béton et des pots d’échappement), un gaspillage énorme et la destruction de la planete.                 passer sa vie à acheter des appareils qui sont programmés pour casser au bout de 2 ans,ce n’est surement pas le mode de vie le plus intelligent.        le problème c’est que le progrès matériel s’est accompagné d’une régression spirituelle.   la technologie sans sagesse peut amener la destruction.

    Répondre
  3. BORGAL

    08/10/2011

     

    Guy  DEBORD :  "La société du Spectacle"

    René GUENON : "Le règne de la Quantité et les signes des temps"

    Julius EVOLA : "La Crise du monde Moderne"

    3 livres lus et relus il y a plus de 30ans. A pparemment en contradiction "idéologique" pour un esprit superficiel et médiatique. Et dont il conviendrait pourtant (en même temps que bcp d’autres) d’en faire une synthèse non-conventionnelle, pour enfin avoir -au moins-  UNE IDEE du mal qui nous ronge au plus profond…..

    (Nicolas BONNAL, je parie que vous connaissez ces 3 livres)

    Et puis, bien sûr, beaucoup d’autres, lesquels ont tous la particularité d’être atypiques et donc inassimilables pour le crétin bien-pensant moyen qui "anime" nos media culturels ………

    J’ai bien peur que la situation ne soit désespérée, et je n’entrevois pas de solution autre que "fascistoïde" ……….. désolé  !

     

     

     

    Répondre
  4. Alexandra

    08/10/2011

    La croissance c’est la ruine de la planète. Qui peut penser que l’on peut fournir un même confort à 7 milliards d’individus et aux 9 milliards attendus sans mettre à mal l’équilibre de la planète ? Il n’y aura jamais assez de matières premières, d’énergie, de nourriture et même d’eau potable pour tout le monde. Toujours dans ce livre dense et super-idéaliste « les corps indécents », il est écrit « Tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre, l’humanité sera confrontée au problème global de sa survie ». Le capitalisme qui a donné naissance à la société de consommation nous y mène à grands pas.

    Répondre
  5. challeil thierry

    07/10/2011

    bonjour votre analyse est point par point semblable a la mienne,mais je n’en suis pas surpris!ce qui pose probleme,c’est :que faire?je pense que ce fin de reigne de l’argent,car ce n’est ni plus ni moins que cela,va s’etendre sur au moins 10 ans,he oui,que faire?

    Répondre
  6. Bruno

    07/10/2011

    En effet, la croissance idole moderne pour laquelle il faut tout ou presque sacrifier…Il me souvient que Baudrillard disait  à peu près que la croissance économique en elle-même ne signifiait rien, la croissance de plus d’antidépresseurs, de gadgets, de produits chimiques pour mincir étaient plutôt un signe de dégringolade que de croissance de la civilisation précisément…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)