La flat tax : un impôt trop simple pour la France !

Posté le janvier 16, 2018, 2:09
3 mins

De nombreux économistes et hommes politiques – de gauche, mais pas seulement – détestent le système d’imposition des revenus comportant un taux unique de prélèvement (flat tax).

Pour eux, ce système est injuste et anti-social car il frappe de la même façon les revenus modestes et les hauts revenus, n’est pas progressif, et ne permet pas la redistribution des richesses afin d’assurer la justice sociale.

Ce sont là des a priori réducteurs.

Considérons un système d’imposition des revenus basé sur les principes suivants :
– On fait le total des revenus d’un ménage (par commodité on raisonnera en montants mensuels).
– On applique des dégrèvements, par exemple de 1 000 euros par adulte et de 500 euros par enfant à charge.
– L’excédent de revenu après déduction des dégrèvements est taxé au taux unique (flat tax) de 30 %.
Examinons la situation fiscale d’un couple avec 2 enfants, en fonction de ses revenus mensuels.
Le total des dégrèvements s’élève à 3 000 euros. Les revenus inférieurs ou égaux à ce montant sont exempts d’impôt.
Revenu mensuel 3 000 €: montant de l’impôt : 0 € ; Taux d’imposition moyen : 0 %.
Revenu mensuel 5 000 €: montant de l’impôt : 600 € ; Taux d’imposition moyen : 12 %.
Revenu mensuel 8 000 €: montant de l’impôt : 1 500 € ; Taux d’imposition moyen : 18,75 %.
Examinons maintenant le cas d’un célibataire. Son dégrèvement mensuel est de 1 000 euros.
Revenu mensuel 1 000 €: montant de l’impôt : 0 € ; Taux d’imposition moyen : 0 %.
Revenu mensuel 3 000 €: montant de l’impôt : 600 € ; Taux d’imposition moyen : 20 %.
Revenu mensuel 5 000 €: montant de l’impôt : 1 200 € ; Taux d’imposition moyen : 24 %.
Revenu mensuel 8 000 €: montant de l’impôt : 2 100 € ; Taux d’imposition moyen : 26,25 %.

Conclusions :
Ces exemples montrent que la flat tax permet une imposition des revenus qui est à la fois :
– solidaire : les revenus modestes sont exonérés d’impôt.
– progressive : le taux moyen d’imposition augmente avec l’élévation des revenus ;
– redistributive : à revenu égal, le taux moyen d’imposition diminue quand les charges de famille augmentent.

De plus, outre sa simplicité évidente, la flat tax présente un avantage déterminant :
Toute augmentation du taux nominal d’imposition des revenus frappe immédiatement tous les contribuables.
La résistance à un alourdissement de l’impôt sur le revenu est donc très forte et les hommes politiques ne peuvent y recourir qu’en cas d’absolue nécessité.
Au contraire, grâce à la complexité du système fiscal français actuel, la manipulation des diverses tranches d’imposition et de leurs taux permet de camoufler un alourdissement de la fiscalité derrière le paravent de la justice sociale.

Résultats :
– La France est championne d’Europe pour les prélèvements fiscaux.
– 10 % des contribuables supportent 70 % du poids de l’impôt sur le revenu.
– Et on s’étonne de l’importance de l’évasion fiscale !

13 réponses à l'article : La flat tax : un impôt trop simple pour la France !

  1. Sylvie Danas

    20/01/2018

    Ce n’est pas la flat tax que vous décrivez. Une flat tax s’applique dès le premier Euro. Ce qui est parfaitement normal : nul ne doit être totalement exonéré, cela devrait être constitutionnel. En effet, le fait qu’il y ait des gens totalement exonéré a pour conséquence qu’il existe des électeurs qui peuvent voter pour des dépenses qui ne leur coûteront rien personnellement. C’est immoral. Et c’est dangereux. Car c’est une machine à fabriquer de la dépense, donc de la dette publique, donc un jour une implosion des finances publiques et de la misère pour tous

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21/01/2018

      vous avez parfaitement raison : l’ absence d’ imposition entraine automatiquement une augmentation du phénomène de redistribution  » à l’ aveugle  » le fameux  » ça ne vous coûtera rien, c’ est l’ Etat qui paie  » de cet imbécile démagogue de Hollande … cependant il existe un plancher au dessous duquel un citoyen ne peut pas être moralement imposé ; je prend pour exemple la veuve isolée d’ un agriculteur !

      Répondre
      • Paul

        21/01/2018

        Je ne suis pas d’accord. Même symboliquement, chacun doit payer l’impôt pour la raison que décrit très bien Sylvie Danas. D’ailleurs, on ne se pose pas la question pour la TVA que chacun s’acquitte à un taux fixe quel que soit son revenu. S’émouvoir de la pauvreté est humain mais la faire prendre en charge par l’Etat ne la jamais faite baisser. La veuve d’agriculteur, comme les autres, doit se prendre en charge pour améliorer son existence. L’ assistanat est un état d’esprit inculqué par les socialistes. Il doit évoluer vers une responsabilité individuelle. La veuve d’agriculteur qui avait pris soin avec son époux d’épargner pour ses vieux jours ou de cotiser à une assurance individuelle ne doit pas payer pour celle qui n’a pas pris cette initiative.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          21/01/2018

          quand vous devrez vivre avec 280 euros mensuels vous m’ en direz des nouvelles !

          pour avoir été pendant 15 ans médecin de campagne je ne suis pas un  » parisien  » qui ne connait le problème que de façon idéologique

          vous le grand  » chrétien  » qui faites la leçon de Morale à tout un chacun vous feriez mieux de vous taire !

          oui il y a des Français sous le seuil de la misère

          Répondre
          • Paul

            21/01/2018

            Paroles de socialiste ! Personne ne nie qu’il existe de la misère mais j’affirme que celle-ci est confortée par l’assistanat. Personne ne peut vivre avec 280€ ! Le problème vient qu’une personne se soit retrouvée avec un tel revenu. Au lieu de s’attaquer au problème on essaie de le corriger en offrant des allocations qui de toutes façons ne suffisent pas aux vrais pauvres mais attisent la convoitise des fraudeurs.
            Comme médecin, vous devriez savoir qu’il vaut mieux prévenir ou guérir plutôt que corriger en partie les symptômes d’une maladie chronique. Vous connaissez le mot de Lao-Tseu ? « Si tu donnes un poisson tu nourries un jour; si tu apprends à pécher tu nourries toute la vie ».
            Maintenant, je ne nie pas l’importance de la charité pour les malheureux qui ne peuvent s’en sortir. Je donnes moi-même régulièrement au Secours Catholique qui fait un travail admirable.L’Etat n’a rien à y voir car de toutes façons il fera mal.

          • quinctius cincinnatus

            22/01/2018

            quand 80 % de la richesse  » crée  » va sur les comptes des 1 % les plus riches je pense qu’ il y a un problème surtout que ces  » plus riches  » sont le plus souvent les financiers ou des  » gens de la communication  »

            prenons l’ exemple de Gutenberg : il créa l’ imprimerie en Occident mais pour ce faire il dût emprunter et comme il ne fut pas en état de rembourse rembourser, c’ est son banquier , Furst, qui tira les marrons du feu en lui achetant à bas prix son invention

            … vous qui aimez l’ Histoire procurez vous

             » Actuel Moyen Âge  »

            par un collectif d’ historiens

            éditions Arkhé

            le chapitre  » Philippe Le Bel contre … Monsanto  » nous montre, sous l’ exemple d’ une actualité médiévale, comment une multi-nationale ( ici … les Templiers ) désagrège et ruine un Etat et comment un Etat se doit de réagir

            ouvrez votre intelligence

          • Paul

            22/01/2018

            Heureusement, monsieur, que vous êtes là pour ouvrir les intelligences ! Surtout si la vôtre aboutit à la nécessité d’une redistribution pour se débarrasser de la pauvreté.
            80% de la richesse créée va à 1% de la population ? Où est le problème si la richesse ainsi créée permet de faire diminuer la pauvreté ? Je fais appel à votre intelligence: vaut-il mieux distribuer à 99% de la population 20% d’une grande fortune ou 80% d’un smic ? Plus vous redistribuez les richesses créées de manière égale, plus la richesse globale diminue. C’est vérifié. De fait, la richesse n’est jamais redistribuée également, les sociétés humaines s’organisent toujours pour qu’une hiérarchie se créée. Il faut donc préférer le système qui crée le maximum de richesses pour que, même si une minorité accapare la plus grande proportion, la masse créée augmente le niveau de vie de l’ensemble.
            D’ailleurs, on constate que le nombre de personnes souffrant de la faim diminue tendanciellement alors que la population mondiale augmente. Ne vous laissez pas abuser par quelques exemples sortis de leur contexte. Les socialistes sont friands de ces anachronismes pour prôner l’égalitarisme alors que c’est son contraire qui est efficace.

          • quinctius cincinnatus

            22/01/2018

            dans le monde 50 % des  » pauvres  » n’ ont pas profité de l’ accroissement de la richesse en 2017 … comme chrétien vous vous posez un peu là

            a na chro ni que et un rien sclé reux je vous vois très bien à la sortie de la messe de 11 heures en loden, accompagné de Madame en jupe écossaise

            je ne suis pas du tout socialiste je suis royaliste

          • Paul

            22/01/2018

            Monsieur, je pense que vous vous écartez des courtois échanges d’idées et je préfère donc en rester là.

    • Raymond Croella

      24/01/2018

      Cette étude s’inspire du système fiscal anglais, que j’ai connu de 1968 à 1974.

      Répondre
  2. Paul

    17/01/2018

    Et que diriez-vous de la suppression progressive de l’impôt sur le revenu ?
    Cet impôt rapporte 38 milliards. Il peut être progressivement supprimé par 3 mesures:
    – suppression de l’école maternelle et son remplacement par l’année de pré-scolarisation: économie 8 milliards. Les pays qui pratiquent ce système, comme le Canada ou les Pays-Bas sont mieux classés au PISA.
    – Retour par TVA: les revenus non prélevés retourneront dans le circuit économique et généreront de la TVA: estimation 5 milliards.
    – augmentation de 10% des taux de la TVA: recettes 20 milliards
    Les 5 milliards restant seront compensés par des économies (coût de collecte de l’IRPP) et l’activité générée par cette réforme (l’exonération incite à créer de l’activité).
    L’instauration de la flat taxe peut être une étape vers cette suppression possible en 3 années fiscales.

    Répondre
    • Raymond Croela

      18/01/2018

      Vous avez raison.
      Depuis les années 1960 Maurice Allais (prix Nobel d’économie) défend une fiscalité assise sur
      un impôt sur les ventes (c’est la TVA)
      un impôt sur le capital investi (et non sur le capital détenu)
      un impôt sur les produits nocifs ou toxiques
      Si vous me communiquez votre adresse mail je vous enverrai de la doc sur le sujet

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    17/01/2018

    la raison en est simple et … double :

    – elle ne permet pas de se constituer de clientèle

    – elle ne permet pas de … diviser les citoyens

    avouez qu’ en France ce serait la négation même de l’ Esprit politique

    bon article Mr Croella

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)