Folie de la France, sagesse de la mondialisation

Folie de la France, sagesse de la mondialisation

Folie de l’homme, sagesse de Dieu, dit saint Paul. Folie de la France, sagesse du monde, ajouterait-on en cette veille de présidentielle qui voit notre pays s’enfoncer dans ses vieilles lunes. Un tiers de socialisme, un tiers de new age écolo, un tiers de pétoche millénariste, voilà où nous en sommes.

La France est le pays le plus antilibéral du monde, avec Cuba ou la Corée du nord. A l’heure où la mondialisation réussit au point que nous vivons une véritable époque dorée, avec des taux de croissance de 5 à 10 % partout, de la Chine à l’Argentine, du Maghreb à l’Inde, et que les études montrent que toute la pauvreté pourrait disparaître d’ici 50 ans dans le monde, la France s’enfonce dans son fanatisme et son particularisme. Plus que jamais le coq est hérétique.

Aucun candidat ne promeut d’idées libérales, et l’on ne parle que de protections, de lois, de contraintes, de chômage et de travailleurs pauvres. C’est évidemment le socialisme mitterrandien qui a créé ces millions de zombies sociaux, et l’on ne s’étonnera pas de voir la veuve Mitterrand aller pleurnicher au chevet de Fidel Castro. On espère que Nicolas Sarkozy, le seul à prendre des risques théoriques sur ce point, pourra développer ses idées, mais pourra-t-il affronter trois millions d’hébertistes enragés dans la rue, quand la bise sera venue ?

Or, et je le répète, la mondialisation est une admirable réussite. Les années 2000 sont une décennie dorée, et nous le devons à Bush. Nous connaissons des taux de 4 % de croissance par an en moyenne, en dépit des contre-performances d’une Europe sénile et sociale, mais qui au moins laisse ses entreprises faire leur travail.

Les pays émergents qui émergent ne sont plus seulement la Chine ou l’Inde mais aussi ceux de l’Amérique du sud et de l’Afrique. Il y a dix ans encore, les antilibéraux, les anti-mondialisation ne voyaient en celle-ci que drame social, pillage, exploitation. En réalité, les Chinois sortis du camp du maoïsme enrichissent tous les pays producteurs de matières premières et de richesses naturelles. Le progrès concerne des centaines de millions d’hommes, et non plus seulement une minorité. Je me souviens d’une interview ubuesque dans Capital il y a quelques années, où l’impayable Jacques Attali expliquait froidement que les mêmes 15 % les plus riches du monde le resteraient d’ici un siècle. Notre grand stratège, auteur de la relance keynésienne de 81-82 qui déboucha sur le désastre que l’on sait, continue de pérorer sur les plateaux télé. C’est un autre keynésien, Jean-Paul Fitoussi, précepteur de Jacques Chirac et de la classe politique, qui modélise les imbéciles politiques économiques que nous suivons depuis des décennies et ont débouché sur chômage, dettes et déficits.

Il n’y a en France que deux familles politiques : les socialistes et les antilibéraux. Les socialistes sont les partis de gouvernement, les antilibéraux les autres, qui osent accuser les partis au pouvoir d’ultralibéralisme. L’échec du socialisme en France est passé au débit du libéralisme et de la mondialisation. Dans ce pays où l’on arrête les policiers quand ils font leur travail, et où on les laisse en liberté quand ils abattent des supporters sans sommation, on voit et on fait tout de travers.

Il est vraisemblable que nous nous dirigions vers des catastrophes de plus en plus grandes que nous ne cesserons d’imputer aux autres, aux Européens, aux Américains, aux immigrés, aux entrepreneurs… bref à tout ce qui fait bouger le monde. Quand nos jeunes ne trouvent pas de travail, on se plaint de leur chômage ; et quand ils en trouvent, on les plaint d’être des travailleurs pauvres. Et Ségolène Royal rêve, elle, du SMIC à 2 000 euros ou de l’entreprise sans patron… Pourquoi ne pas nationaliser les PME, au point où nous en sommes ? Un patron étant susceptible de se payer plus que ses employés ou de délocaliser…

La rage antilibérale se retrouve aussi dans le domaine des mœurs et des idées. L’affaire du PSG, l’affaire Frêche, l’affaire Sevran… montrent que ce pays devenu fou n’a plus qu’une obsession : poursuivre, emprisonner, punir, humilier. Les guerres politico-médiatiques lancées contre l’Amérique, l’Autriche, l’Italie au nom de la morale déshonorent un pays de flics de la pensée. Un pays qui ne supporte pas la liberté d’entreprendre ne peut non plus supporter la liberté de penser. La France devrait aujourd’hui édifier une statue contre la Liberté.

Partager cette publication

(32) Commentaires

  • Pointu Emmanuel Répondre

    Les effets spécifiques et systématiques de l’économie mondiale, l’émergence économique de la Chine, qui n’a rien de démocratique, plus l’incertitude de la Russie sur le plan politique, font que l’on peut mesurer la nécessitée impérieuse de gérer nos dépenses avec la plus grande attention, pour conforter notre capitalisme démocratique* .La politique écologique présente un intêret certain, notamment dans le domaine énergétique de substitution, tel que le diesther, l’énergie solaire ainsi que la réglementation sur les seuils de rejets atmosphériques et fluviaux pour la sauvegarde de la planète.

    * il faut noter que cette valeur a été défendue en Europe par les américains en 1944 et de ce fait mérite le plus grand respect.

    Emmanuel Pointu, le 29 janvier 2007

    29/01/2007 à 14 h 42 min
  • ozone Répondre

    Afligeante cette Busholatrie………………….Et l’article au passage.

    "D’apres des etude toute la misère du Monde ne sera plus dans 50 ans"…..Hallucinant.

    Cette mème semaine,le B.I.T vient de sortir un rapport a propos de l’augmentation continue du chomage et de la pauvretè dans le Monde et ce malgrè des chiffres mirobolants de croissance,peut etre que tout ces visionnaires oublient la part considerable des echanges purements financiers dans cette croissance.

    Aux USA un liberal est l’equivalent de social democrate en Europe.

    En France un liberal est l’equivalent d’un neoconservateur aux USA;

    Un neoconseravateur français se nomme lui mème "liberal" .

    Alors appelons  chat un chat ,les français rejettent en fait massivements les neocons,camouflès derriere le vocable "liberal",et ont n’est pas  seuls au  Monde dans ce cas,alors cessez de nous prendre pour des cretins.

    27/01/2007 à 19 h 54 min
  • Pointu Emmanuel Répondre

    Triste réalité

    La première urgence c’est d’agir pour les femmes et les hommes qui sont dans la rue, peut être en créant des campings aménagés, pour le reste la France est KO debout. C’est 1200 milliards d’euros de dette publique, 39 milliards d’euros de déficit budgétaire, et 5,9 milliards d’euros de déficit de la sécurité sociale où va-t-on dans ce pays, que veut-on nous faire croire ? L’état providence ! Mais quelle est sa marge de manoeuvre à l’état ? Aucune. Heureusement que la France fait parti de la zone euro, dans le cas contraire il y a bien longtemps que la France aurait connue une dévaluation massive de sa monnaie, accompagné d’un crac boursier phénoménal. Arrêtons le massacre et cessons de faire de la démagogie sur l’avenir. Certains hauts dirigeants du passé ne veulent pas perdre la face, ça se comprend, mais tout de même nous sommes devant une évidence, la France ne peut que gelée tous projets d’avenir actuellement, car le plus urgent est de gérer les affaires courantes au strict-minimun, et essayer d’endiguer la dette de 1200 milliards d’euros, en combien de temps la France pourra réduire celle-ci de 55%, je ne le sais pas ! Mais cessons de parier sur l’avenir avec un tel fardeau et essayons de se rendre à l’évidence.
    Emmanuel Pointu, le 26 janvier 2007

    26/01/2007 à 14 h 29 min
  • Pointu Emmanuel Répondre

    L’économie de marché, est l’un des pilliers de notre démocratie, car elle génère les emplois privés en France. Ce serait lui faire injure de la surtaxer davantage. Injure à plus d’un titre, pour sa créativité, sa combativité, son sérieux aussi. Il serait grand temps de la gérer un peu mieux sur le plan fiscal en France. Un exemple de dégradation flagrante, qu’à généré essentiellement notre économie de marché, c’est le système de répartition des retraites, auquel tout le monde est attaché, qu’en reste-t-il ? Où est le temps où Monsieur Valéry Giscard d’ Estaing mettait en place les pré-retraites à 56 ans, c’est à dire où tout cela était géré intelligemment ? Actuellement l’on parle de partir à la retraite à 65 ans !

    Emmanuel Pointu , le 24 janvier 2007

    24/01/2007 à 17 h 17 min
  • Anonyme Répondre

    Erreur de frappe. La touche CTRL semble lancer le message…

    Je disais que les choses vont mal en Ripoublique Française non pas seulement parce que l’ENA (école Nationale des Anes, car ENA = anagramme de ANE) nous gave de politiciens ripoux et incapables, mais parce que les Français s’en contentent depuis des décennies !   Ils acceptent depuis des lustres d’être dirigé par ces nuls, tout est là.

    C’est là le vrai problème qui n’est pas près de changer.   Désolé.

    Rien ne changera dans ce foutu pays si chaque Français ne change pas de mentalité.

    Maintenant, si la mondialisation est mauvaise parce qu’elle met en concurrence les travailleurs Français, Chinois, Américains, Allemands, Irlandais, Indiens, etc., alors il faut arrêter de faire les jeux olympiques qui mettent en concurrence tous les athlètes du monde.  Et arrêter les tournois de foot dans la foulée, de Rugby, etc.  Adieu les sports de compétition.

    Bref, un peu de bravitude, euuuh… de bravitudisation, euuuh…de bravitation comme disent Sé-conne-lène et Jack Langue, et tout ira mieux.

     

    09/01/2007 à 17 h 50 min
  • Anonyme Répondre

    Mince, que fait jaurès ?… il se planque ?

    Joel a dit :

    "Le probleme etant tout de meme que 80 a 90% des francais se satisfont de cette situation! CE qui me fait dire que ce pays est foutu, du moins pour les 20 a 30 ans a venir. Que ceux qui veulent bosser et VIVRE LIBRE s’expatrient! "

    Aaaah !  ben voilà, il y en a un qui est allé à l’essentiel.  bravo !    Et oui, c’est bien là le drame. 

    Les choses vont mal en Ripoublique Française non pas seulement parce que nous avons l’ENA (Ecole Nationale des Anes" et tous ses parasites

     

    09/01/2007 à 17 h 37 min
  • sas Répondre

    PENDANT QUE NOS TRAINES SAVATES…….nous gonflent ave le vrai faux problème des sdf…..qui ne veulent pas rester en foyer et se verrait bien à l’hotel kripton au frais du gogo contribuable…….foutaise savament mise en scène par des intermittants du spectacle……et repris par les eunuques des médias asservies……madame huchon /texier elle  touche 170 000euros de salaire, changeant d’employeurs au fur et à mesure des octrois des subventions et budget royaux par son enclume de marie socialo bolo…grosse loche……à l’insue de son plein gré , si l’on se fie à sa tronche de con …du mec qui sort de l’armoire….

    tibérie faisait la même chose en son époque…….en toute impunité et absout automatiquement par nos juges "initiés"……

    pôoooovre france…..pauvre royaume…..mais qu’avoçns fait pour mériter ca….

    jean marie on t’attend…

    sas

    09/01/2007 à 12 h 13 min
  • jacques Répondre

    Pour Olivier:
    "La mondialisation est un phénomène profondément pervers, qui abouti à une  égalisation par le bas : il est impossible, ne serait-ce qu’en raison des disponibilités en énergie et matière première, de donner à 1,5 milliards de Chinois et 1 milliard d’Hindous le niveau de vie occidental"

    Je partage la conviction profonde inverse
    On pourra en discuter dans un commentaire lors de la prochaine série d’article.
    Il est très possible de 1.5 milliards de chinois et 1 milliard d’hindous le niveau de vie occidental et si cela arrivait les français et les canadiens seraient FABULEUSEMENT riches.

    Et cela serait fait d’ici 50 ans, possiblement beaucoup moins.

    09/01/2007 à 5 h 41 min
  • Frédéric Maurin Répondre

    " Dans ce pays où l’on arrête les policiers quand ils font leur travail, et où on les laisse en liberté quand ils abattent des supporters sans sommation, on voit et on fait tout de travers."

    … vous n’en faites pas un peu trop, là ?

    A moins que vous ne teniez absolument à ressembler aux caricatures de Charlie Hebdo ?

     

    Cordialement,

    Frédéric Maurin

    http://rupturetranquille.over-blog.com/

    08/01/2007 à 22 h 39 min
  • EIFF Répondre

    Des nouvelles de Jean-Paul Huchon.
    Le président de la région Ile-de-France est jugé à partir de ce lundi pour prise illégale d’intérêts. Selon l’accusation, il aurait notamment avantagé sa femme.

    Les "médias" ( plutôt, les caisses de résonance de la propagande socialiste ) semblent bien discret sur cette affaire qui met en cause le socialiste, souvenez-vous, les merdias s’étaient déchainés sans compter pour salir le nom de Bruno Mégret avant même la décision de justice rendue.

    Le pouvoir abusif de juges encartés, la toute-puissance partisane du CSA, l’information orientée et travestie par les consignes des officines, les associations anti-nationales qui traquent et persécutent les français libres….etc….tout les indices prouvent que la république bananière du clown à 82% est un Etat socialiste impitoyable au service du grand projet socialiste de soumission des peuples.

    08/01/2007 à 19 h 42 min
  • Pierre Répondre

    Un assez bon article.  Une correction de taille toutefois, Sarkosy-Chirac comme Chirac, Bayrou et Royale, est un anti-liberal immigrationiste jusqu’a la lie (cf droit au logement opposable).

     

    Amities

    08/01/2007 à 17 h 05 min
  • Emile Répondre

    Ah nos Socialismes Français,dès qu’ils parlent,ça critiques de partout,c’est façile de promettre des merveilles,mais dès au pouvoir,rien ne vient.

    Avant l’arrivée de TONTON MITTERRAND,la France va bien,on n’entend très peu parler du racisme,il est moins dur de trouver du travail,on parlais très peu de l’émigrations

    A Aulnay ou je vis près de 30 ans,je vois la dégradations,dès l’arrivée du socialisme,avant dans mon quartier,vivaient tout les ethniques,maintenant,ils restent très peu de Français,d’asiatiques,mais beaucoup d’Afriques et d’Inde

    Avant le socialisme,nous promenions a pied dans tous les quartiers,maintenant,dès qu’il fait tard,on reste chez soi,car il y a des coins ou il faut faire attentions

    Depuis que la droite a repris les pouvoirs,ça ameliore un peu,la rénovation des immeubles,tant attendu,prend une bonne ampleur

    Ce  n’est pas les promesses de ces politiciens de gauche,qui avancera à quelques choses

     

    08/01/2007 à 16 h 20 min
  • Anonyme Répondre

    "Il n’y a en France que deux familles politiques : les socialistes et les antilibéraux."… bien vu !

    Les deux familles sont d’ailleurs tres proches, qui s’echangent regulierement leurs membres imminents . Jospin fut d’abord trotskiste, avant d’endosser les habits plus convenables du socialisme pour acceder au pouvoir. Chirac jeune homme fut anti-liberal. Suite a quoi il devint socialiste, bien qu’il accedat au pouvoir en nous faisant croire qu’il etait liberal. J’avoue, je m’y suis laisser prendre… Depuis 2002, son penchant anti-libral reprend le dessus. Il peut se le permettre, il a ete re-elu par les anti-liberaux autant que les socialistes.

    Le programme de Sarkozy est 50% socialiste, comme dit Villiers, cf le droit au logement opposable. Marie-Segolene, malgre ses mines BCBG et declarations intempestives sur les bienfaits de l’education militaire, est une refoulee anti-liberale deguisee en socialiste.

    Les liberaux dans ce pays n’ont-ils le choix qu’entre se tirer a l’etranger et se tirer une balle dans la tete ? L’etranger, j’en suis revenu l’an dernier. Et je ne suis pas candidat au suicide. Il me reste donc a tenter de convaincre le maximum de mes proches de virer les deux familles qui nous gouvernent depuis 30 ans en Avril, Mai et Juin prochain.

    Ce qu’il nous faudrait maintenant c’est une coalition des candidats non-socialistes, liberaux, souverainistes, patriotes, chasseurs etc… regroupes derriere un candidat credible et capable de gouverner le pays apres l’election. Mais qui ?

    07/01/2007 à 19 h 41 min
  • Gérard Pierre Répondre

    à SAS:

    Bien vu pour le coltard. Je vous concède que j’ai été pris d’un envie subit de conclure. Je vous promets de faire mieux la prochaine fois, …… ou tout au moins d’essayer.

    Bonne année 2007, ….. enfin, …… je veux dire ……  pour la partie qui ne dépend que de nous. Pour le reste , …… wait and see.

    07/01/2007 à 14 h 39 min
  • Roland Répondre

    Très bel article qui devrait être retransmis au maximum notamment vers les sites des candidats.ou à tout le moins vers agora vox … une grande voix libérale vient de se lever. On en manque terriblement.

    06/01/2007 à 18 h 46 min
  • jacques Répondre

    Un message télévisé d’Henri Salvador à l’intention particulière des français incluant en particulier un mot spécial pour Jaurès (dans le dernier quart de l’entrevue)

    http://www.radio-canada.ca/Medianet/2007/RDI2/Telejournal200701022100_1.asx

    06/01/2007 à 14 h 35 min
  • Jean-Pierre CANTAIS Répondre

    Bravo ! Superbe analyse ! Nous sommes les champions du monde ! Nous avons la droite et la gauche les plus minables et les plus bêtes de la planète… La classe politique au pouvoir depuis cinquante ans de père en fils, égoïste, nombriliste, occasioniste, opportuniste est coupée de toute réalité sociale. Elle vit en vase clos sur elle même sans le peuple : elle est disqualifiée ! La société civile (celle qui travaille) va envoyer tous ces parasites en orbite sur une autre planète aux prochaines élections… Dehors cette prèbande de tristes sires, de traitres au peuple et à la nation ! Je crois en l’instinct de survie du peuple : il l’a montré en votant NON à la constitution européenne, il va recommencer !

    06/01/2007 à 14 h 00 min
  • sas Répondre

    A jacques……on vous le donne le "gallouzeau de villpin"…..au torse galbé…et sortant de la vague déferlante…

    C EST UN MANCHE A COUILLE COMME LES AUTRES…..fils de parlementaire et diplomate….né aux colonies…..franc maçon jusqu’au trou du cul…..un quasi intermittant du spectacle …qui confond legiférer et déclamer du raimbeau ou verlaine…….un mélange des genres….inutile à la gouvernance de la france….qui promet et ne tiend pas …ou un artisan du contrat à la con….cddmupoatsjgkf……;pour mieux masquer les tristes réalités de notre pays capitalisé par lui et sa clique d branleurs umps….fonctionnaires…crême de fonctionnaires…enarques et hierarques….

    donc aux canadiens où vous nous l’enviez…….et après juppé …on vous le refille ..cadeau….

    ET IL NE SERA NI REPRIS NI ECHANGE…….

    l’avenir et le nouvel horizon de la france …virer toute cette clique et les raclures gauchisante et marxiste…du pays…

    SAS

    06/01/2007 à 13 h 20 min
  • Gérard Pierre Répondre

    A Jacques:

       En france , nos " humoristes " sont majoritairement de gauche. Je mets le terme entre guillemets car ils ne pratiquent  le rire qu’à usage interne, subventionné en grande partie par la manne des comités d’entreprise et des subventions du ministère de la …… culture ( si, si ! … il paraît que nous en avons un, …… en plus de celui de l’Agri éponyme ! ).

       Vous ne voulez pas venir vous produire sur scène chez nous ?

       D’abord vous procéderiez à la création d’un nouvel emploi libéral, c’est-à-dire uniquement rémunéré par les clients de droite ( " usager " relevant d’une terminologie de gauche ). Ensuite, le créneau étant en grande partie inoccupé, vous jouiriez d’un quasi monopole jusqu’à ce que, le succés étant au rendez-vous, vous créiez des émules…… mais là, le temps joue pour vous.

       SOUS UN ASPECT FAUSSEMENT DEBONNAIRE, VOTRE DEMONSTRATION EST IMPARABLE.

       Son ton caustique lui confère un impact non négligeable. J’en redemande. Merci d’avance Jacques.

    06/01/2007 à 12 h 36 min
  • Jean-Pierre CANTAIS Répondre

    Bravo ! Superbe analyse ! Nous sommes les champions du monde ! Nous avons la droite et la gauche les plus minables et les plus bêtes de la planète… La classe politique au pouvoir depuis cinquante ans de père en fils, égoïste, nombriliste, occasioniste, opportuniste est coupée de toute réalité sociale. Elle vit en vase clos sur elle même sans le peuple : elle est disqualifiée ! La société civile (celle qui travaille) va envoyer tous ces parasites en orbite sur une autre planète aux prochaines élections… Dehors cette prèbande de tristes sires, de traitres au peuple et à la nation ! Je crois en l’instinct de survie du peuple : il l’a montré en votant NON à la constitution européenne, il va recommencer !

    06/01/2007 à 11 h 11 min
  • Josick.Croyal Répondre

    Pour illustrer le propos sur les intellectuels de Gérard Pierre, je rappel que le dimanche 31 décembre 2006 Grepon écrivait « Vos elites arrivent non pas par l’accomplissiment ou meme la chance ou travail dur.   Il suffit d’un QI haute, un aptitude academic naturel.  Aucun accomplissement dans le concret, c.a.d valorise dans une marche libre, est necessaire. » Cela en commentaire de http://www.les4verites.com/De-la-necessite-de-comprendre-le-monde-1317.html

    Je ne peux m’empêcher d’imaginer nos intellectuels comme des pasteurs spéculant sur l’avancée des nuages, spéculations toutes en finesse mais n’ayant nullement éprouvées la réalité agricole de la rugosité du terrain. Oui, ils sont excellents nos intellectuels français mais d’essence pastorale, n’ayant aucune perception des réalités profondes.

    06/01/2007 à 9 h 39 min
  • jacques Répondre

    Permettez-moi de faire une critique acerbe contre mon gouvernement (canadien).

    Que fait notre gouvernement canadien pour l’emploi ?

    RIEN, RIEN DU TOUT
    De fait depuis l’élection d’un gouvernement minoritaire, le gouvernement canadien est à toute fin paralysé aucun parti n’étant suffisamment puissant pour faire quelques changements significatif que ce soit.

    Et je compare au gouvernement français.
    Quelle dynamisme!
    Voyez ce Dominique de Villepin: il a pris le taureau par les cornes et à fait du chômage la priorité du gouvernement.
    Il y a même un site web pour tous les français pour trouver un emploi facilement. C’est une véritable bataille
    http://www.premier-ministre.gouv.fr/bataillepourlemploi/
    avec un leader, un vrai. Regardez-moi ce sourire. Et quelle compassion!

    Regarder tout ce qu’on offre en France:
    Contrat nouvelle embauche
    Contrat de professionnalisation
    Contrat jeune en entreprise
    Contrat d’avenir
    Contrat d’insertion
    Contrat d’apprentissage
    PACTE
    CAE
    CDD

    Et régarder moi toutes ces mesures pour les entreprises pour l’emploi:
    Cheque-emploi
    Convention de reclassement personalisé
    Exonoération de charge
    Allegement de charges de securite sociale

    Et pour les individus:
    Cretit d’impot de 1000 euros
    Prime de 1000 euros
    Groupe solidarite emploi.

    WOW ! Quelle pays à grande compassion sociale ! Quel exemple pour le monde entier !

    Qu’avons-nous au Canada (larmes aux yeux): RIEN, RIEN DU TOUT. Un seul contrat sans aucune protection ni pour l’employé ni pour l’employeur. Aucune subvention. RIEN . C’est la loi de la jungle, le capitalisme impitoyable, pire, le supplice de la liberté (Sartre, où es-tu?)

    Et regardez-moi ces résultats de création d’emplois:
    Statistiques françaises 2005 (les dernières en ligne à l’INSEE)
    Le titre est triomphant: "Une reprise d’emploi confirmée"

    "L’emploi a progressé significativement entre 2004 et 2005 avec 137 000 emplois supplémentaires…"

    Youpie! Ah ce gouvernement! Qu’est-ce qu’on ferait sans lui!

    Oups… " essentiellement féminins et à TEMPS PARTIELS".

    http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1070/ip1070.html#inter1

    Bon, voyons voir dans mon pays sans mesures "sociales", sans plan de "bataille" pour l’emploi, snif, snif (je ferme mes yeux) et je rappelle tout de même qu’ave une population 1/2 de celle de la France on devrait n’avoir que 70,000 "essentiellement" emplois à temps partiel pour rejoindre notre chère France "sociale" triomphante:

    "à travers le pays, pas moins de 278 000 postes ….  à temps plein… ont été créés en 2006"
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie-Affaires/2007/01/05/001-chomage-decembre.shtml

    4 X plus   ….  QUATRE FOIS PLUS …. et  A TEMPS PLEIN …  et sans AUCUNE mesure gouvernementale !

    06/01/2007 à 2 h 26 min
  • Olivier Répondre

    Pas d’accord sur la mondialisation. L’analyse de la croissance économique en Europe depuis la fin de la guerre montre, comme l’a bien mis en évidence Maurice Allais, que la croissance du niveau de vie est inversement proportionnelle à l’ouverture des frontières. La mondialisation met le travailleur français en concurrence directe avec le travailleur chinois ou hindou. C’est vrai des emplois à faible valeur ajoutée, c’est vrai maintenant aussi des emplois qualifiés, car le quasi-monopole de fabrication que possède maintenant la Chine amènera à ce que les progrès technologiques passent chez elle, ainsi que la maîtrise des circuits de commercialisation et des bénéfices. La croissance actuelle des USA et de certaines pays européens ne doit pas faire illusion : il s’agit d’un accroissement de PIB notoirement sans aucun valeur réelle, et d’ordre statistique : chaque fois que vous faites un emprunt, vous créez de la croissance du PIB. En Espagne par exemple, pays à forte croissance, prés de la moitié de cette croissance est due à la spéculation immobilière. La mondialisation est un phénomène profondément pervers, qui abouti à une  égalisation par le bas : il est impossible, ne serait-ce qu’en raison des disponibilités en énergie et matière première, de donner à 1,5 milliards de Chinois et 1 milliard d’Hindous le niveau de vie occidental. Je crois que les européens, et les français en particulier, vont vers une sorte de SMIC planétaire, qui leur donnera un niveau de vie minime.

    05/01/2007 à 23 h 47 min
  • sas Répondre

    a gerard pierre……très bonne analyse de nos élites….par contre vos conclusions sont un brin hasardeuses…..et les certitudes qui en découlent….totalement dans le coltard….

    mérite tout de même d’être adoubé…

    sas

    05/01/2007 à 23 h 25 min
  • jacques Répondre

    Heureusement que la France n’est pas libérale !
    Nous savons tous que le mot même "libéral" est rendu aussi péjoratif que "capitaliste": il y a-t-il encore un attardé qui ose se dire capitaliste?
    D’ailleurs on voit l’horreur des mesures libérales en emploi dans les autre pays qui hélas n’ont pas encore découvert et adopté le modèle français dont notre président , notre premier ministre, et nous tous sommes, français, française sommes si fier.
    Les lignes suivantes décrivent la situation d’aujourd’hui au Canada pays qui pratique la libéralisation dans le domaine de l’emploi. Je mets en garde qu’elles peuvent être inconfortable. L’horreur du libéralisme que ce soit en Irlande ou au Canada est toujours horrible à voir. Les lecteurs les plus sensibles pourront passer à un autre commentaire sans lire cet extrait afin d’éviter une consommation d’anxiolytique.

    source:  http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie-Affaires/2007/01/05/001-chomage-decembre.shtml

    "L’année 2006 a été faste pour la création d’emplois au Canada. Pas moins de 278 000 postes à temps plein ont été créés, et plus des deux tiers d’entre eux ont été occupés par des femmes, dont le taux de chômage a atteint un niveau inégalé, à 4,9 %.

    Globalement, le taux de chômage a reculé d’un demi-point de pourcentage en 2006 au Canada, passant de record en record. Six provinces concluent d’ailleurs l’année avec un taux de chômage à son plus bas en 30 ans.

    Plusieurs secteurs de l’économie ont contribué à cette vigueur économique. Dans les secteurs des ressources naturelles, des services aux entreprises, de la finance et des soins de santé, les taux de croissance de l’emploi ont dépassé les 5 %"

    Quand on lit cela, on ne peut que qu’acquiescer avec Jaurès: vive le modèle français du chomage "digne", des sans-abris, des mal-logés, et des show nocturnes de voitures brûlés!

    05/01/2007 à 17 h 24 min
  • Gérard Pierre Répondre
       Lorsque Georges Pompidou forma le projet d’industrialiser la France, Edgar Faure eut cette remarque cinglante : «  La France ! …… ce peuple de paysans, de boutiquiers et d’intellectuels, …… s’il avait la moindre mentalité industrielle, depuis le temps, …… ça se saurait ! ». C’était il y a trente cinq ans.
     
       Depuis, la population agricole n’a cessé de se réduire chaque année, au point de ne plus représenter aujourd’hui la force politique incontournable qu’il convenait de « caresser » consciencieusement avant chaque campagne électorale. Les boutiquiers ont, quant à eux, largement cédé la place aux centres commerciaux gérés par des conseils d’administration. En revanche, ce qui n’a pas disparu c’est notre cancer typiquement français et difficile à éradiquer : LES INTELLECTUELS.
     
       En quoi consiste un intellectuel français ?
     
       C’est un monsieur qui appartient à une intelligentsia autoproclamée telle et qu’on intègre par cooptation. Aucun diplôme n’est préalablement requis. Certains, mais pas tous, le seraient presque malgré eux. La spécialité de l’intellectuel : CONCEPTUALISER. Ne lui demandez surtout pas de mettre ensuite en pratique ses propres préconisations, il a mieux à faire, tout de même, que de se disperser dans des tâches d’exécution. Nicolas Bonnal cite, parmi eux, Jacques Attali. C’est un excellent exemple car, que fit il lorsque, après avoir formulé des recommandations en matière d’économie, il se retrouva à la tête de la BIRD ( Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement ) ? …… un lamentable fiasco ! … mais il restera un spécialiste international de l’histoire de l’horloge à travers les ages et de toute une série de coquetteries intellectuelles réservées à de petits cercles d’ initiés. Mais c’est une « conscience » que les médias et autres parasites socio économiques cultivés consultent régulièrement comme la pythie. Je vous épargnerai les Régis Debré, B.H.L., … et autres mâchonneurs de sentences philosophico-socio-politico-humanistes. Tout ce beau monde est unanimement antilibéral. C’est d’ailleurs à peu prés le seul critère sur lequel ils se retrouvent. On ne se dit d’ailleurs plus antilibéral mais altermondialiste, sans trop savoir en quoi consiste véritablement « l’autre » mondialisation.
     
       Ils se trompent régulièrement, ce qui constitue leur second point commun. Depuis 1945, les intellectuels s’ébrouant dans notre beau pays ont développé consciencieusement leurs sophismes. Sur la scène politique, culturelle ou médiatique un cénacle de penseurs nous a asséné Sa Vérité :
     
    Ø      1950 : ils adulèrent Staline, le gentil petit père des peuples
    Ø      1960 : ils jurèrent que la décolonisation était la clé du bonheur au-delà de la Méditerranée
    Ø      1965 : ils s’engouèrent pour Mao Tsé Tung et Fidel Castro, deux démocrates exemplaires dont l’un jouit toujours de l’estime de madame Mitterrand comme le rappelle fort justement Nicolas Bonnal
    Ø      1968 : ils interdirent l’interdiction, … et ne s’interdirent donc rien
    Ø      1975 : ils applaudirent à la victoire des libérateurs du Vietnam du sud
    Ø      1979 : ils se réjouirent de l’accession du peuple au pouvoir en …… Iran ! ! !
    Ø      1981 : ils annoncèrent la fin de la nuit et l’entrée dans la lumière
    Ø      1985 : ils prêchèrent l’accueil en France de tous les damnés de la terre
    Ø      1990 : ils annoncèrent la fin du temps des nations, de la famille et des religions
    Ø      2002 : ils accueillirent avec un rameau d’olivier une religion d’amour, de tolérance et de paix.
     
       Depuis soixante ans, les esprits réfractaires aux discours de ces « intellectuels » sont discrédités, guignolisés. Les faits qui contredisent leurs idéologies sont minimisés, remaniés ou passés sous silence. Leur mécanique intellectuelle et leur mainmise sur une certaine presse font obstacle à tout véritable échange sur les questions de société. Et lorsqu’ils ont épuisé leurs dernières cartouches, ce sont encore eux qui traitent de facho, de réac, et autres amabilités sémantiques ceux qui pensent différemment.
     
       Ils ne s’excusent jamais de s’être trompés. Au contraire, ils vous expliquent consciencieusement que les éléments d’analyse qui leur étaient accessibles à l’époque ne permettaient de formuler objectivement que les inepties qu’ils soutinrent. Pire, ce sont encore eux qui vous engueulent parce qu’ils se sont trompés ! ! ! ……. après quoi, ils repartent la fleur au fusil pour dix nouvelles années d’âneries écrites ou orales.
     
       Rappelons alors ce qu’est très prosaïquement le libéralisme :
     
    Une doctrine économique qui privilégie l’individu et sa liberté ainsi que le libre jeu des actions individuelles conduisant à l’intérêt général. C’est également une doctrine politique visant à limiter les pouvoirs de l’État au regard des libertés individuelles. Et c’est enfin une attitude de compréhension qui pousse à la tolérance. TOUT EST DIT EN TROIS PHRASES et cela n’exclut nullement le principe de solidarité qu’il convient simplement de conduire avec plus de discernement qu’aujourd’hui.
    Qu’est-ce qu’il y a à redire contre cela ?
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     v
    Lorsque Georges Pompidou forma le projet d’industrialiser la France, Edgar Faure eut cette remarque cinglante : «  La France ! …… ce peuple de paysans, de boutiquiers et d’intellectuels, …… s’il avait la moindre mentalité industrielle, depuis le temps, …… ça se saurait ! ». C’était il y a trente cinq ans.
     
       Depuis, la population agricole n’a cessé de se réduire chaque année, au point de ne plus représenter aujourd’hui la force politique incontournable qu’il convenait de « caresser » consciencieusement avant chaque campagne électorale. Les boutiquiers ont, quant à eux, largement cédé la place aux centres commerciaux gérés par des conseils d’administration. En revanche, ce qui n’a pas disparu c’est notre cancer typiquement français et difficile à éradiquer : LES INTELLECTUELS.
     
       En quoi consiste un intellectuel français ?
     
       C’est un monsieur qui appartient à une intelligentsia qu’on intègre par cooptation. Aucun diplôme n’est préalablement requis. Certains, mais pas tous, le seraient presque malgré eux. La spécialité de l’intellectuel : CONCEPTUALISER. Ne lui demandez surtout pas de mettre ensuite en pratique ses propres préconisations, il a mieux à faire, tout de même, que de se disperser dans des tâches d’exécution. Nicolas Bonnal cite, parmi eux, Jacques Attali. C’est un excellent exemple car, que fit il lorsque, après avoir formulé des recommandations en matière d’économie, il se retrouva à la tête de la BIRD ? …… un lamentable fiasco ! … mais il restera un spécialiste international de l’histoire de l’horloge à travers les ages et de toute une série de coquetteries intellectuelles réservées aux petits cercles des initiés. Mais c’est une « conscience » que les médias et autres parasites sociaux économiques cultivés consultent régulièrement comme la pythie. Je vous épargnerai les Régis Debré, B.H.L., … et autres mâchonneurs de sentences philosophico-socio-politico-humanistes. Tout ce beau monde est unanimement antilibéral. C’est d’ailleurs à peu prés le seul critère sur lequel ils se réunissent. On ne se dit d’ailleurs plus antilibéral mais altermondialiste, sans trop savoir en quoi consiste véritablement « l’autre » mondialisation.
     
       Ils se trompent régulièrement, ce qui constitue leur second point commun. Depuis 1945, les intellectuels s’ébrouant dans notre beau pays ont développé consciencieusement leurs sophismes. Sur la scène politique, culturelle ou médiatique un cénacle de penseurs nous a asséné Sa Vérité :
     
    Ø      1950 : ils adulèrent Staline, le gentil petit père des peuples
    Ø      1960 : ils jurèrent que la décolonisation était la clé du bonheur au-delà de la Méditerranée
    Ø      1965 : ils s’engouèrent pour Mao Tsé Tung et Fidel Castro, deux démocrates exemplaires dont l’un jouit toujours de l’estime de madame Mitterrand comme le rappelle fort justement Nicolas Bonnal
    Ø      1968 : ils interdirent l’interdiction, … et ne s’interdirent donc rien
    Ø      1975 : ils applaudirent à la victoire des libérateurs du Vietnam du sud
    Ø      1979 : ils se réjouirent de l’accession du peuple au pouvoir en Iran
    Ø      1981 : ils annoncèrent la fin de la nuit et l’entrée dans la lumière
    Ø      1985 : ils prêchèrent l’accueil en France de tous les damnés de la terre
    Ø      1990 : ils annoncèrent la fin du temps des nations, de la famille et des religions
    Ø      2002 : ils accueillirent avec un rameau d’olivier une religion d’amour, de tolérance et de paix.
     
       Depuis soixante ans, les esprits réfractaires aux discours de ces « intellectuels » sont discrédités, guignolisés. Les faits qui contredisent leurs idéologies sont minimisés, remaniés ou passés sous silence. Leur mécanique intellectuelle et leur mainmise sur une certaine presse font obstacle à tout véritable échange sur les questions de société. Et lorsqu’ils ont épuisé leurs dernières cartouches, ce sont encore eux qui traitent de fascistes ceux qui pensent différemment.
     
       Ils ne s’excusent jamais de s’être trompés. Au contraire, ils vous expliquent consciencieusement que les éléments d’analyse qui leur étaient accessibles à l’époque ne permettaient de formuler objectivement que les inepties qu’ils soutinrent. Pire, ce sont eux qui vous engueulent parce qu’ils se sont trompés. Après quoi, ils repartent la fleur au fusil pour dix nouvelles années d’âneries écrites ou orales.
     
       Rappelons alors ce qu’est très prosaïquement le libéralisme :
     
    Une doctrine économique qui privilégie l’individu et sa liberté ainsi que le libre jeu des actions individuelles conduisant à l’intérêt général. C’est également une doctrine politique visant à limiter les pouvoirs de l’État au regard des libertés individuelles. Et c’est enfin une attitude de compréhension qui pousse à la tolérance. TOUT EST DIT EN TROIS PHRASES et cela n’exclut nullement le principe de solidarité qu’il convient simplement de conduire avec plus de discernement qu’aujourd’hui.
    Qu’est-ce qu’il y a à redire contre cela ?
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    05/01/2007 à 17 h 01 min
  • Anonyme Répondre

    mon commentaire (poste hier) n’a pas plu ?

    05/01/2007 à 10 h 32 min
  • Joel Répondre

    Ah que voila un excellent article, de plus en plus rare meme sur ce site!

    Le probleme etant tout de meme que 80 a 90% des francais se satisfont de cette situation! CE qui me fait dire que ce pays est foutu, du moins pour les 20 a 30 ans a venir. Que ceux qui veulent bosser et VIVRE LIBRE s’expatrient!

    Ou ? Devinez 🙂

    С праздиком!!

    J

    04/01/2007 à 17 h 49 min
  • Josick.Croyal Répondre

    A priori, excellent article !

    04/01/2007 à 14 h 53 min
  • Libéralisateur Répondre

    Bien sur. Mais comment contrecarrer tout ceci ? En sortant du clivage politiquement correct droite/gauche et en posant les choses clairement dans la vraie alternative qui est collectivisme contre individualisme. Sortons ou plutôt aidons le plus grand nombre de français à sortir de cette désinformation qui assimile le libéralisme au « capitalisme sauvage » et le brocarde heureusement en ultralibéralisme pour laisser vierge le mot définissant le vrai libéralisme, le seul et le vrai qui a fait sortir ou est en train de le faire, la plus grande partie des pays sous-développés de la misère. Pour l’Afrique contrairement à ce qui vient d’être dit je n’en voit pas même les seuls prémices. Ce sera la seule voie possible pour eux mais cela devra d’abord passer par la fin des aides clientélistes à leurs potentats. Cette expérience du terrain, tous le voient, mais les médias refusent de le voir pour complaire à 95 % de la classe politique qui profite du ce système, comme CROZEMARIE profitait des dons pour la lutte contre le cancer. Alors il faut et surtout sur ce site, que la droite redevienne ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être, le parti pour la défense de l’individu contre la collectivité socialisante injuste finalement et pour le capitalisme qui, seul, permet de créer des emplois et enfin pour redonner au travail la place qu’il mérite. Et cela passe absolument par redonner à celui qui effectue ce travail une plus grande part de ce qu’il aura produit. Alors que souhaiter en ce début d’année 2007 ? Je pense que les médias et d’abord internet doivent redonner un vrai sens aux mots. Politiquement cette mise au point salutaire passe par cesser de qualifier l’UMP de parti de droite, alors que ce ne sont des étatistes collectivistes donc plus socialisant qu’individualistes. Ils n’ont dans leurs « réalisations » que des parti-pris socialisant et quand et si, comme leur « candidat naturel de la droite », Jacques CHIRAC, ils se disent de droite , c’est pour tromper dans les grandes largeurs le peuple français et en définitive l’empêcher de prétendre à une véritable alternative. Et c’est bien à cause de cette fausse droite et non pas de la faute des socialistes eux-mêmes si nous en sommes encore à être, en 2007, un des seuls pays au monde à ne pas comprendre que seule la libéralisation de l’économie pourra enrichir les français. Donc dans un site qui se veut un rassemblement de toutes les droites, commençons par y exclure ces usurpateurs et appellons un chat un chat. La droite est libérale et l’UMP n’est rien de tout cela. Prenons-en acte en dénonçant toutes leurs décisions collectivistes et vous verrez qu’à partir de ce moment là, non seulement la politique sera plus simple en France mais surtout qu’un vrai parti libéral commencera à voir le jour et la majorité des français aura enfin cette alternative d’entrer sans complexe sur le marché mondial de l’économie qui est la seule réalité intangible. Et pensez bien que je ne méconnais pas l’antinomie qu’il y a à être un parti politique et être libéral à la fois. Les partis politiques ont comme seuls fonds de commerce, « les collectivismes » qui leur permet de se rémunérer eux et leurs affidés. L’unicité des mandats électoraux (concommitament et dans le temps) et la réduction de la sphère de la fonction publique seront les seuls chemins pour y accéder. La faillite du système, le facteur déclenchant.

    04/01/2007 à 12 h 51 min
  • laurent Répondre

    Excellent article, aux accents tres Reveliens.

    "Un tiers de socialisme, un tiers de new age écolo, un tiers de pétoche millénariste, voilà où nous en sommes.", dites-vous. J’ajouterais l’islamisation des esprits, pour etre complet. Entre staliniens et islamistes, il y a symbiose et synergie. On les retrouve d’ailleurs cote a cote dans les memes manifs. Ce n’est pas un hasard.

    Et notez que le "new age ecolo", ainsi que la "petoche millenariste" ne sont que du socialisme deguise, une belle couche de vernis et de marketing sur la nostalgie stalinienne.

    04/01/2007 à 2 h 21 min
  • Anonyme Répondre

    Bravo Nicolas Bonnal.
    Triste, mais tres bien dit. Et pour ne pas en rajouter au chapitre des "choses qui pourraient aller mieux",  je ne parlerais pas de démographie et n’évoquerais pas  la composition ethnique de la Société Francaise de demain.
    Le cas de la France 1980/2020 sera probablement étudié plus tard, comme un exemple typique de la "limite" de la Démocratie, de son incapacité a répondre a son auto-destruction, de résister aux agressions VISIBLES qui la détruiront. Intéressant.
    All the best,
    Mancney

    04/01/2007 à 0 h 48 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *