Générosité sur le dos des contribuables

Posté le août 13, 2014, 9:42
3 mins

Le fait m’a été conté par un ami. 89 ans, 2 000 euros de retraite mensuelle, quelques économies placées en assurance-vie, bref un Français moyen.

Sentant ses forces diminuer de manière inquiétante, il prit la sage décision de prospecter les maisons de retraite pour une inscription. Il y en a de tous les genres, à tous les prix et, entre l’inscription et l’admission, l’attente peut s’échelonner de quelques mois à quelques années.

Sa dernière visite l’a conduit près de chez lui, dans un établissement fraîchement rénové, accueillant, propre comme un sou neuf, et réunissant toutes les qualités souhaitables.

Mais la directrice, aimable, de­vait lui réserver une surprise.

L’admission n’était pas faite par ordre chronologique, mais en fonction des ressources du futur résident. C’est-à-dire que le dossier de l’indigent était placé sur le dessus de la pile et celui de notre « riche » ami tout en dessous. De sorte que ce dernier devrait s’attendre à être élu au bout de nombreuses années.

Cette directrice met ainsi son point d’honneur à favoriser le pauvre au détriment du « ri­che » qui se trouve pratiquement évincé…

C’est une idéologie honorable, sauf qu’elle ne coûte rien au budget de l’établissement. Ce que le résident, qui n’a qu’une petite retraite en guise de revenus, ne paie pas, le conseil général le complète. Mais, d’où vient cet argent départemental ? Tout simplement des impôts du riche !

Dans cette histoire, la directrice se taille une réputation de bienfaitrice de l’humanité, sans frais, mais punit celui sans lequel l’aide aux pauvres serait impossible.

Ce n’est pas l’État qui paie, comme on l’entend dire si souvent. Ce sont les riches qui alimentent l’État-providence.

Même si c’est dans l’air du temps, il ne faudrait pas se tromper de cible.

L’argent des contribuables (quand il est bien employé) est indispensable à la société, et ce n’est pas le conseil général, ni la directrice de cette maison de retraite, qu’il faut remercier, mais bel et bien les contribuables ! 

Jacques Janrot

Article suivant

Taxis et VTC

31 réponses à l'article : Générosité sur le dos des contribuables

  1. Trannod

    14/08/2014

    Vive l’état Socialiste…..les pauvres deviennent Riches…et…les Riches deviennent pauvres…..et sans parler des sans papier et autres aui ont + de droits que ceux qui ont cotisés toute leur vie

    Répondre
    • Jaures

      14/08/2014

      « sans parler des sans papier et autres aui ont + de droits que ceux qui ont cotisés toute leur vie » écrit Trannod.
      Le seul droit d’un sans-papier est l’accès à l’AME.
      Si vous avez cotisé toute votre vie, vous toucherez une pension retraite. Vous avez droit à la sécurité sociale, l’assurance chômage, les allocations familiales. Vous pouvez toucher l’APL, l’allocation parent isolé. Vous avez accès aux HLM, à Pôle emploi, l’aide aux transports,…
      Si les sans-papiers ont plus de droits que vous, échangez donc leur place avec la vôtre.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        15/08/2014

        « Si vous avez cotisé toute votre vie, vous toucherez une pension retraite. »

        Pension retraite qui sera réduite grâce à l’ame.
        En effet on ne peut dépenser l’argent qu’une seule fois. Ce qui va à l’ame ne va pas à la retraite.
        La justice selon les socialistes.
        QED!

        Répondre
        • Jaures

          15/08/2014

          Allons Hans, vous savez bien que la caisse maladie et celle de la retraite n’ont rien à voir.
          L’AME, c’est 800 millions par an. La branche maladie, 175,5 milliards d’euros par an. Ceux qui prétendent réduire le budget de l’assurance maladie en supprimant l’AME disent des sottises. D’autant que cela est illusoire: un sans papier qui se casse un bras ou fait une crise cardiaque sera pris en charge. Et si il ne peut se faire soigner une maladie infectieuse, il la diffusera autour de lui.
          Les germes et virus se fichent de la nationalité du corps où ils se développent.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            15/08/2014

            « Les germes et virus se fichent de la nationalité du corps où ils se développent. »

            C’est vrai et ils se développent aussi bien dans le pays d’origine du malade. Il n’y a pas de raison que les contribuables d’ici assument les frais de ces patients.

            800 millions par an (chiffre en hausse continuelle) feraient du bien à tous les retraités en détresse.

            Pour rappel cet « ame » a été une pure invention socialiste, qui donc d’autre que ces croquignols aurait pu concevoir pareille ânerie.

            Le diseur de sottises c’est bien vous et à 5 smic on peut en dire des conneries sans se faire trop mal.

          • Jaures

            15/08/2014

            Des systèmes de ce type existent dans toute l’Europe. Et quand un gouvernement essaie de le limiter (comme en Espagne) les médecins tenus par leur serment d’Hippocrate passent outre et soignent quand même les patients.
            Que voulez-vous, ça vous parait impensable mais il y a des gens qui se refusent à laisser souffrir ou crever des personnes malades ou blessées.

          • HansImSchnoggeLoch

            15/08/2014

            …les médecins tenus par leur serment d’Hippocrate passent outre et soignent quand même les patients…

            Ils soignent TOUS les patients et pas spécialement ceux entrés illégalement qui profitent des largesses de ce pays.
            Les médecins savent bien que s’ils ne le faisaient pas ils seraient trainés devant les tribunaux d’exception de la clique socialiste française.

            Encore une fois il n’y a pas de raison pour que les contribuables d’ici assument les frais de ces patients.
            Qu’ils rentrent chez eux et se battent pour que les « coranneries » qu’ils ont fuies cessent.
            Vous êtes d’ailleurs un des avocats de ces stupidités sur ce site.
            Encore une de ces contradictions dont vous avez la spécialité.

          • Jaures

            15/08/2014

            Vous avez raison, Hans, les médecins soignent tous les patients.

          • HansImSchnoggeLoch

            16/08/2014

            Un tout petit détail de l’histoire:
            Pour les sans-papiers on enverra les factures médicales à votre centrale cgt.
            Il faut bien partager n’est-ce pas?

    • Pernollet

      21/08/2014

      bien sûr sous le régime »socialo » les piles de dossiers ont été un peu ou beaucoup modifiées au profit des  »plus démunis »! Cependant ce fonctionnement globale est le même sous n’importe quel gouvernement.
      Pour moi il faut souffler= supprimer un tas d’aide et de fonctionnements instaurés, y compris dans les têtes des  »français » et cela va être dur et prendra beaucoup de temps.

      Répondre
  2. Hilarion

    14/08/2014

    Il faudrait cesser de parler de l’état providence mais du Contribuable Providence. Que l’argent sorte de n’importe quel organisme, départemental, régional ou municipal c’est toujours de la poche de celui qui produit de la valeur ajoutée qu »il est extrait, du contribuable en l’occurrence. Un autre abus de langage est « le cadeau fait par l’état » lorsque celui-ci s’est abstenu d’un impôt. Cet abus de langage est conforme à l’état d’esprit socialiste qui considère que, tout appartenant à l’état, celui-ci a la grande bonté de laisser quelques miettes à la disposition du citoyen.

    Répondre
    • Jaures

      14/08/2014

      Le contribuable ne paie pas l’impôt que par l’IRPP. L’essentiel de sa contribution se fait par la TVA, que vous produisiez de la valeur ajoutée (entrepreneur, salarié) ou non (rentier, chômeur, enfant, retraité).
      On parle de « cadeau fiscal » quand on profite d’un abattement auquel tout le monde n’a pas accès. Par exemple, le quotient familial permet de baisser l’impôt de celui qui a des enfants par rapport à celui qui n’en a pas.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        15/08/2014

        « Par exemple, le quotient familial permet de baisser l’impôt de celui qui a des enfants par rapport à celui qui n’en a pas. »

        D’après ##Jaures## les enfants sont maintenant des éléments permettant d’obtenir des cadeaux fiscaux.

        La lutte des classes est en plein délire. Une telle remarque ne peut venir que d’un marxiste à réflexe reptilien.

        Répondre
        • Jaures

          15/08/2014

          Hans, contestez-vous qu’à revenu égal, un foyer fiscal avec des enfants paiera moins d’impôts qu’un couple sans enfants ?

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            15/08/2014

            Que des familles avec enfants payent à revenu égal moins d’impôts qu’une autre sans enfants n’est pas un « cadeau fiscal », ce n’est que justice.
            Mais je pense que votre cervelle reptilienne n’a pas saisi la nuance. C’est une habitude chez vous.

            Dans un de vos derniers phantasmes vous aviez essayé de m’explique que la « lutte des classes » pouvait se comparer au marchandage pour faire baisser le prix d’une voiture.
            Vous devez en avoir une sacrée couche dans votre cervelle.

          • Jaures

            15/08/2014

            Je pense comme vous que cela est juste, mais c’est un cadeau quand même puisqu’ il s’agit d’un avantage dont tout le monde ne profite pas. Car outre un foyer sans enfants, un couple qui gagne trop peu pour payer l’IRPP ne profite pas du quotient familial.
            La lutte des classes c’est effectivement la négociation pour obtenir un partage équitable des richesses produites entre le capital et le travail. L’accord obtenu à l’issue peut effectivement se comparer au prix convenu entre vous et le vendeur d’une voiture après négociation.

          • HansImSchnoggeLoch

            15/08/2014

            Avoir des enfants implique des frais supplémentaires dans un budget familial.
            Pour y voir un cadeau fiscal il faut vraiment être un débile complet.

            Quant à la « lutte des classses » je vous laisse votre explication ridicule qui ne mérite que le mépris.

          • Jaures

            15/08/2014

            Vous avez raison, Hans:avoir des enfants implique des frais supplémentaires dans un budget familial.

          • HansImSchnoggeLoch

            16/08/2014

            Avec vos 5 smic le trou budgétaire causé par ce supplément de dépenses ne doit pas être trop important.
            Vous avez bien Bill Gate comme mentor, il faut les éduquer à la dure vos enfants et ne pas trop les gâter.

        • quinctius cincinnatus

          19/08/2014

          vous voyez bien que @ Jaurès vous fait une niche … fiscale !

          Répondre
  3. Roger

    14/08/2014

    Vos gueules les mouettes! circulez ya rien à voir!

    Répondre
  4. Frédéric Bastiat

    13/08/2014

    « Le socialisme, c’est toujours l’histoire d’une spoliation méthodique exercée aux dépens du peuple. Les unes après les autres, les catégories sociales et professionnelles se font arracher progressivement leur bien. Puisque les besoins sont sans limite, la spoliation l’est aussi. Elle ne cesse qu’avec le dépouillement complet des victimes. Malheureusement pour l’oligarchie au pouvoir, les dites victimes viennent ensuite grossir la masse des assistés, ce qui oblige à de nouvelles spoliations exercées contre des catégories de moins en moins aisées. Quand il n’y a plus de gens à dépouiller, le socialisme redistributeur cesse et se fait violent afin d’étouffer le mécontentement général. » Claude Reichman

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      14/08/2014

      Claude Reichman a bien évalué la situation. Nous sommes en ce moment en phase finale car le roi est est complètement à poil.
      Gageons que les violences ne vont pas tarder à venir. L’automne promet d’être chaud et va nous faire regretter l’été pourri.
      Il faut espérer que le peuple fera tomber cette bande de trous du cul socialistes qui mènent ce pays à la perte.

      Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    13/08/2014

    À 89 ans cet homme, qui a certainement payé ses impôts toute sa vie, mérite que sa fiche soit mise au-dessus de la piie et avant la fiche de tous les pauvres moins âgés que lui.

    Pour Jaures le justicier de ce site:
    Je suis du même bois que Frédéric Bastiat, votre commentaire je l’emmerde. Vous pouvez également me boycotter, tant mieux.

    Répondre
    • Jaures

      14/08/2014

      Même au-dessus de la vôtre ?

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        14/08/2014

        Avec vos 5 smics vous pourrez vous payer une chambre individuelle « long séjour » à l’hopital.

        Répondre
  6. JEAN SANS PEUR

    13/08/2014

    Mon pauve Jaurès encore des conneries gauchistes

    Répondre
    • Jaures

      13/08/2014

      Un peu lapidaire. Merci de développer.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        19/08/2014

        je n’ en vois pas la stricte nécessité , les chiffres parlent d’ eux mêmes !

        Répondre
  7. Jaures

    13/08/2014

    Et que propose donc Janrot ? Que les pauvres se retrouvent au-dessous de la pile dans les établissements subventionnés ? Et où iront-ils alors ? Par ailleurs, le département dispose de ses propres ressources fiscales, il ne s’agit donc pas là de « L’Etat Providence » mais d’une politique départementale. Je signale que les conseils généraux ne compensent qu’en partie la différence entre le revenu du résident et le coût de la pension. Les retraités qui les fréquentent ne sont donc pas parmi les plus pauvres. Pour ces derniers, ce sont les mouroirs des hôpitaux publics, pudiquement appelés « longs séjours »…

    Répondre
    • CAROIA

      14/08/2014

      pour Jaures, pourquoi prendre comme critère de priorité les « bas » revenus ? Ce serait tout de même PLUS NORMAL, de choisir l’ordre chronologique : date de dépôt du dossier. Un retraité qui a moins de 2000 euros de pension.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)