Il faut, d’urgence, supprimer l’ISF

Posté le avril 25, 2012, 12:00
7 mins

Pour supprimer le chômage, je proposais, dans le n° 836, huit mesures particulières, dont la troisième était la suppression de l’impôt sur la fortune (l’ISF).

Il faut imiter les autres pays.
Chacun d’entre nous possède ses propres « richesses ». On peut posséder un appartement, une maison, ou même un château.
On peut posséder une petite voiture, une moto, ou seulement une bicyclette. On peut aussi rouler dans une belle et puissante voiture allemande.
On peut se meubler avec des meubles à bas prix achetés dans le grand magasin voisin. On peut aussi posséder des meubles d’une fantastique valeur, comme Anne Sinclair dont le père était antiquaire.
On peut posséder un pré inondable situé le long d’une rivière au fin fond de la Bresse. On peut aussi avoir un terrain situé le long de la mer près de Cannes.
On peut avoir des dettes. Mais on peut aussi posséder de l’argent, confié à sa banque. On peut cacher de l’or ou de l’argent dans un coin secret de sa maison.
On peut avoir un livret de caisse d’épargne ou une assurance-vie.
On peut posséder des actions non cotées en bourse, provenant d’une entreprise familiale. Mais on peut aussi avoir des actions cotées en bourse.
Notre « fortune » imposée à l’ISF est donc, d’abord, d’une infinie variété. J’oubliais de citer une gravure ou un livre ancien, hérités d’un grand-père, ou le bon vin qui vieillit dans une cave.

Du fait de cette infinie variété, il est totalement impossible à un employé des impôts d’évaluer avec précision la fortune de chacun d’entre nous. S’il le faisait, il deviendrait totalement insupportable.
De plus, notre fortune évolue en permanence. Chaque jour, le prix de tout ce que nous possédons change.
Tandis qu’une voiture qui roule perd tous les jours de sa valeur, une voiture ancienne bien entretenue en prend, au contraire.
Un appartement situé dans un bon quartier d’une ville prend de la valeur, tandis qu’une maison située près d’une future autoroute perd une grande partie de sa valeur.

Il est des périodes où nous dépensons moins que nous ne gagnons. Notre fortune augmente alors. Il est des périodes où, à l’inverse, nous dépensons plus que ce que nous gagnons. Nous sommes alors, parfois, obligés d’emprunter de l’argent pour payer notre loyer.
Pour toutes ces raisons, de nombreux pays ont renoncé à l’ISF et, depuis 15 ans, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas, la Finlande, le Luxem­bourg ou la Suède l’ont supprimé. Il est, en effet, totalement inadapté à la vie moderne.

Mais la France ne l’a pas abandonné. Car, en France, la richesse est considérée par beaucoup comme une injustice. L’égalité est le deuxième grand dogme issu de la Révolution française. Et, pour obtenir l’égalité, il faut imposer les riches. Et redistribuer le produit aux pauvres.
Depuis la mondialisation de l’économie et depuis la monnaie unique, l’ISF chasse de France les investisseurs. Ils préfèrent investir en Allemagne ou au Luxembourg, pays où ils sont bien moins imposés.

Sans investissements, nos revenus stagnent et le chômage augmente.
Pour conserver envers et contre tout leur ISF, tout en n’éloignant pas de notre pays les investisseurs, les responsables français ont mis en place toute une série de mesures fiscales rendant pratiquement inefficace cet impôt sur la fortune. Des dizaines de lois sont maintenant en place. Et, comme tout évolue à grande vitesse, ces lois doivent aussi évoluer. Seuls des spécialistes parviennent à savoir ce qu’il faut faire pour être le moins imposé possible.

Finalement, la situation actuelle de la France frise l’absurdité. On y utilise des milliers de fonctionnaires pour essayer de déterminer l’impôt de chacun d’entre nous. Et on en utilise des milliers d’autres pour permettre d’échapper à cet impôt d’un autre âge. Malgré ces nombreux bataillons, les investisseurs continuent à fuir la France.
Si l’on veut vraiment supprimer le chômage, il faut d’urgence supprimer l’ISF.

5 réponses à l'article : Il faut, d’urgence, supprimer l’ISF

  1. Florin

    01/05/2012


    ISF ? Faux débat.

    trois malheureux milliards par an. Une broutille. Autant que la baisse de la TVA au resto, et 4 fois moins que la TVA supplémentaire planifiée par le nabot (et que porcinet a promis d’annuler). Cinq fois moins que la fortune de la vieille.

    Ceux qui s’imaginent qu’il suffit de racketer les riches (ou les pauvres, à chacun ses goûts), ou d’alléger les charges,pour recréer de l’emploi, se trompent lourdement.

    Remettre en marche le coeur d’un mourant est une bonne chose – sauf si le gars a l’aorte tranchée, auquel cas il ne se videra que plus vite de son sang et crèvera quand-même.

    La seule solution est l’attaque frontale de la dogme libre-échangiste, par un protectionnisme intelligent, demandé tant par la gauche que par la droite nationale. De ce point de vue-là, nous avons déjà perdu les élections. Et cinq ans, ce sera très long. Une éternité.

    Répondre
  2. François

    28/04/2012

      Minux 75, je ne crois pas que le taux de l’ISF ait baissé. Certes, le seuil  a été relevé, mais le barème de la tranche supérieure a augmenté. Ce qui fait que globalement, la quantité de sous récoltée ( en l’absence de fuite des capitaux…) devrait être la même. C’était d’ailleurs l’objectif de cette réformette qui n’en est pas une, qui n’aura eu qu’un effet: donner des munitions aux envieux pour ne récolter AUCUN avantage pour la France…
      Pour ce qui est du lien que vous faites entre fiscalité et chômage, je suis tout à fait de votre avis.

    Répondre
  3. MINUX75

    27/04/2012

    Bonjour Le seul, le vrai, le véritable allié du plein emploi, c’est le secret bancaire, dans tous les pays ou il y a un secret bancaire, il y a le plein emploi, en suisse, le plein emploi, au luxembourg aussi le plein emploi, au Lichtenchtein, toujours le plein emploi. En résume, le paradis fiscal c’est aussi le paradis de l’emploi. Je m’étonne qu’aucun économiste qu’il soit de droite ou de gauche n’en parle. La faute sans aucun doute à la soviétisation des esprits qui règne sans partage en france Force est de reconnaître que le taux de l’ISF a baissé, croyez vous que l’emploi va augmenter en france ? bien sûr que non, et ce d’autant plus que le « cadeau » que font les gouvernements en matière d’ISF est bien amer: l’impôt sur les plus values immobilières et mobilières a littéralement explosé, c’est donc bien la fiscalité en général qui est pourvoyeuse de chômage et nul doute qu’au train ou va notre fiscalité, notre chômage va exploser. à bientôt

    Répondre
  4. HOMERE

    26/04/2012

    Pour supprimer l’ISF ? une seule solution : Voter Sarkozy !!  Flamby va accentuer son impact afin de donner un signal à ses gauchos qui réclament son maintien à cor et à cris….la gauche donne toujours des signes historiques à ses sbires !! çà ne sert à rien mais c’est historique !!

    Répondre
  5. Francine

    26/04/2012

    Supprimer l’ISF c’est tout simplement faire preuve de bon sens. Mais l’armada d’élus qui nous gouvernent ne pensent qu’à eux-mêmes et non pas au bien de tous. C’est pourquoi la France sombre dans la misère et que l’étendue du désastre ne peux plus être occultée. Les jeunes n’ont plus d’avenir et de graves mouvements sociaux sont à craindre. En plus l’immigration-invsasion constitue une véritable bombe à retardement dont le triste épisode de Toulouse constitue peut-être les prémices douloureuses.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)