Il faut sortir du système d’urgence !

Il faut sortir du système d’urgence !

Enfin, nous y sommes. Ils ont presque réussi à faire exploser leur système. Rassurez-vous, c’est pour bientôt !
Ils s’étonnent, ces économistes « corrects », que l’on ne puisse pas faire marcher indéfiniment un pays en dépensant plus qu’on ne gagne et en empruntant sans cesse des sommes que l’on sera incapable de rembourser !

Pourtant, la gestion des finances d’un pays est très semblable à celle d’un ménage, Antoine Pinay, lui, le savait bien.
Je m’excuse de rappeler des vérités aussi élémentaires, mais le budget de l’État ne doit pas dépasser les recettes possibles, et, au niveau de la Nation, les importations ne doivent pas excéder le volume des exportations.

Nous sommes actuellement dans une situation où ces deux conditions ne sont pas remplies, entraînant la nécessité d’emprunter pour équilibrer les comptes et pour payer les excédents d’importations.

Nous sommes, en plus, pénalisés, depuis 1973, par la merveilleuse initiative de nos gouvernants de l’époque interdisant par la loi à la Banque de France de battre monnaie et, par là même, obligeant l’État à emprunter aux banques privées, moyennant intérêt évidemment. (Il faut noter que l’accroissement de la masse monétaire est le même, que la monnaie soit créée par un État ou une banque privée).
On peut ainsi constater, avec les chiffres qui nous sont délivrés par le ministère des Finances lui-même, que, depuis de nombreuses années, jusqu’à un passé récent, le déficit du budget était égal aux intérêts à payer pour nos dettes (mais depuis quelque temps, les intérêts ont dépassé ce seuil !).

Jusqu’à cette année 1973, et un peu après, nous étions dans les 30 glorieuses, époque où la France était le deuxième exportateur mondial derrière l’Allema­gne, et devant le Japon et les USA. À cette époque, la dette de l’État était symbolique, les exportations bien sûr excédentaires, la croissance était soutenue.

Le gouvernement s’autorisait quelques déficits comblés par des émissions gracieuses de la Banque de France, mais limitées (à peu près !) au nécessaire accroissement de circulation monétaire lié à l’augmentation de l’activité. Ainsi, d’intérêts à payer, point ou presque.
Nous n’étions pas encore trop gênés par ce « Serpent monétaire » bridant les cours des changes européens ; le Franc avait une valeur d’échange acceptable.

Mais voilà, le « Système Euro­pe » se permettant de prendre de plus en plus d’importance, dictant ses lois au-dessus des nôtres, l’OMC et d’autres organismes internationaux faisant de même, l’Euro bloquant toute possibilité d’ajustement de nos monnaies, la galaxie bancaire se nourrissant des intérêts de nos dettes, il nous devient impossible d’établir un budget d’État sans déficit, ni d’être compétitifs pour équilibrer notre balance commerciale, empêchant ainsi le développement et l’emploi.
Alors, Messieurs les conseillers économistes qui passez votre temps à mettre des rustines de tous côtés, croyez-vous que cette situation va encore pouvoir durer très longtemps ?

Et que faire des dettes ? Il faudra bien que les banquiers comprennent que ces dettes qui les nourrissent depuis 30 ans bloquent l’économie occidentale et qu’elles ne pourront jamais être remboursées. Elles scient la branche sur laquelle tout le monde est assis. Un « arrangement » est inévitable.

Il me semble que notre pays aurait intérêt à quitter rapidement le système actuel, avec d’habiles modalités afin de limiter la casse (certains experts sont, semble-t-il, déjà au travail pour cela) avant qu’arrive le désastre final qui risque d’être très douloureux pour toute l’Europe.

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • Guy de la Croix Répondre

    Plus ce gouvernement républicain (assujetti à la franc maçonnerie et au CRIF ) attend de sortir de l’EUR et de fermer ses frontières plus le prix à payer par les français sera fort pour redémarrer l’économie et si ça dure trop longtemps ( c.à d. 1 à 2 ans maximum ) ce sera la guerre civile…

    31/08/2011 à 9 h 41 min
  • Jean-Pierre Répondre

     

    Non Homère, je ne connais aucun de ces "voleurs qui ont dilapidés leurs entreprises",  mais pourquoi pas s’ils les ont d’abord créées, par contre je peux témoigner en tant que chef d’entreprise moi même car artisan depuis 40 ans sans avoir pourtant subi la concurence étrangère  j’ai contament été saigné aux 4 veines et subi  le racket impitoyable de cet état  encore bien plus voleur  que vos "fumiers"  dont les pauvres "employés largués et ruinés" ont toujours le loisir de reprendre le flambeau.

    Vous êtes dans la ponction publique?  Vous voulez encore en augmenter l’omnipotence désastreuse? ah bon vous m’avez fait peur !!

    30/08/2011 à 1 h 25 min
  • HOMERE Répondre

    Non Jean Pierre, ce sont ces patrons indignes et incompétents qui ont été incapables de faire face à la concurrence asiatique notamment mais aussi allemande et italienne…cherchez où sont ces voleurs qui ont dilapidés leurs entreprises…bien au chaud avec les poches pleines…cherchez sur les endroits ou ils sont bien planqués PACA;Côte Ouest,Pays Basque,….cherchez aussi les employés largués et ruinés par ces fumiers….

    Il est là le pognon en France….Vous voulez des noms ? vous les connaissez ? ah bon vous m’avez fait peur !!

    29/08/2011 à 11 h 54 min
  • petrachi Répondre

     

      Oui l’Euro était une bonne idée et  un synbole fort pour la construction europeenne (comme le paquebo  France, le concorde…..ect) Mais les technocrates, les Financiers et une politique irésponsable a tout d’étruis. Les responsables vont – ils payers?

           SORTONS VITE DE CE CAUCHEMAR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    27/08/2011 à 2 h 05 min
  • Jean-Pierre Répondre

     

    C’est tristement sinistre de voir qu’il y en a encore qui n’ont pas  compris que ce sont les étatismes omnipotents et irresponsables qui sont la cause de tout ce naufrage ,  et qui en appellent encore à l’état… c’est désespérant de médiocrité et de bêtise.

    26/08/2011 à 22 h 35 min
  • HOMERE Répondre

    On croit rêver……..équilibrer les échanges,vu notre incapacité à exporter,reviendrait à ne rien importer….

    Quelqu’un pourrait il me dire ce que sont devenues nos industries ?

    L’électroménager ? disparu !!

    L’outillage électroportatif ? disparu !!

    L’électronique grand public ? disparue !!

    L’informatique pro et particulière ? disparue !!

    Les équipements automobiles ? disparus !!

    Le textile ? disparu !!

    L’habillement ? disparu !!

    La plasturgie ? disparue !!

    Les équipements électriques haute et basse tension ? disparus !!

    L’industrie du jouet ? disparue !!

    L’industrie du meuble ? disparue !!

    La machine outil ? disparue !!

    Que reste t il ????

    Pourriez vous me dire,dans ces conditions ravageuses,qui doit être pendu ou fusillé après quoi,quelles prétentions pouvons nous avoir comme grande nation ? on consomme et on ne produit rien !!

    Ou sont les patrons qui ont vendu leurs affaires avec grand profit parce qu’incapables de gérer et développer leurs affaires et qui se branlent au soleil ? ils sont beaux nos "chefs d’entreprises" impotents et ventripotents….des merdes !!

    Ou sont Messieurs Faure , Peugeot, CII, Radiola,Grandin, Laden,Legrand,Godin,Thomson,Radiall,Kléber,Zénith,Solex,Thermor,Selles,Pizon Bros,Marchal,Bull,Lip,Jourdan,Majorette,Petit Bateau,Dim,Pivert,Petit Lu,…….aux chiottes !!!!

    Mon Dieu !!! équilibrons !!

     

     

    26/08/2011 à 16 h 30 min
  • ozone Répondre

    Tenir les banques par la menace d’une prise de controle par l’état sans indemnisation.

    Dans la situation d’urgence actuelle c’est la premiére mesure a prendre,les intérréssés se chargerons alors de tenir en laisse leurs sbirres des agences de notations.

    25/08/2011 à 20 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *