Il ne faut pas restaurer les droits de douane

Il ne faut pas restaurer les droits de douane

Pour relancer l’économie et s’opposer au chômage, Marine Le Pen, du Front National, d’un côté, et Arnaud Mon­tebourg, du Parti socialiste, de l’autre, pensent qu’il faut cesser d’ouvrir les frontières aux produits fabriqués à l’étranger et rétablir les droits de douane. Et de nombreux Français, même dans l’actuelle majorité au pouvoir, pensent que ce serait une bonne solution.

L’entreprise française qui fabrique des pantalons à Troyes doit les vendre 12 euros pour obtenir un petit bénéfice. Mais l’entreprise française installée à Pékin vend les mêmes pantalons 7 euros en France, en faisant de très gros bénéfices. Les salaires payés en Chine sont, en effet, bien inférieurs aux salaires français.

La solution apparente est donc toute simple. Il suffit de rétablir un droit de douane de 5 euros sur chaque pantalon importé. Il sera alors vendu 12 euros en France. Et l’entreprise installée en France ne subira plus une concurrence « déloyale ».

Tous ceux qui pensent que le retour au nationalisme économique est la solution au problème du chômage doivent d’abord relire l’histoire de la crise de 1929. Roosevelt, alors au pouvoir aux USA, a en effet rétabli les droits de douane pour sauver les entreprises américaines devenues non compétitives. Les autres pays ont riposté et les échanges entre les pays ont pratiquement cessé. Le chômage s’est installé partout dans le monde, en Allemagne tout particulièrement. Et, pour finir, Hitler a été élu démocratiquement.

Mais rétablir des droits de douane est économiquement très dangereux. C’est en effet augmenter le prix de tout ce que nous importons. Nous allons payer le pantalon 12 eu­ros au lieu de 7, et notre niveau de vie « pantalon » va ainsi baisser de près de 50 %.
Or, aujourd’hui, plus de la moitié de ce que nous consommons en France a une origine étrangère. Même le lait produit en Allemagne est vendu moins cher en France que le lait produit dans notre pays. Le pot de miel brésilien est vendu 3,12 euros au supermarché, alors que le pot de miel de qualité équivalente produit en France est vendu 12 euros. Ne parlons pas des voitures japonaises, indiennes, ou même allemandes.

En pratique, les prix de ce que nous consommons augmenteraient. Les prix de notre consommation courante (nourriture, vêtements, transport, télévision ou téléphone portable) augmenteraient de plus de 25 %. Nous achèterions donc beaucoup moins. Notre niveau de vie baisserait d’autant et un chômage massif accompagnerait cet appauvrissement.

Mais certains croient qu’il suffirait, dans un deuxième temps, d’associer ce retour au nationalisme économique à une augmentation des dépenses de l’État sans augmentation des impôts. C’est la fameuse « relance keynésienne ». Ils oublient un tout petit détail. Quand la demande devient supérieure à l’offre, le prix de tout ce qui est vendu en France augmente. À l’inflation issue de l’augmentation des droits de douane s’adjoindra l’inflation due à l’augmentation des prix issue de la « relance ».

Il faudrait alors, dans un troisième temps, lutter contre toutes ces inflations en rendant le crédit plus coûteux. Les entreprises auraient moins d’argent pour investir, donc pour innover et produire à moindre coût. Les particuliers achèteraient moins de maisons ou de voitures. On augmenterait encore le chômage.

En 2010, dans une économie mondialisée comme la nôtre, le retour des droits de douane serait une effroyable régression économique. Elle provoquerait une diminution de notre pouvoir d’achat en augmentant le chômage. Des troubles sociaux de plus en plus graves en seraient la conséquence.

Il faut, par contre, cesser d’imposer les entreprises installées en France et de faire peser sur elles des contraintes économiques augmentant leurs coûts de production.

Il faut aussi n’utiliser que des impôts comme la TVA, impôts qui taxent de façon équivalente les produits fabriqués en France ou à l’étranger.
Finalement, les lois déterminant les comportements économi­ques sont simples. Mais il faut les connaître !

Partager cette publication

(22) Commentaires

  • Florin Répondre

    Mancney : "J’ai écrit " idées" et non pas films… Ok, on peut faire la liste des découvertes scientifiques, inventions techniques, etc..  des trente dernieres années, si vous voulez."

    Vous partez des films … pour arriver aux idées … et vous continuez sur autoroute du délire, avec les découvertes scientifiques … Bon, si ça peut vous faire plaisir, je reconnais par écrit que :

    les US comptent davantage d’habitants que la France –
    la superficie des US est supérieure à celle de la France –
    l’essence, les bagnoles, la bouffe low-cost sont moins chères aux US qu’en France –
    la burqa jouit de plus de liberté aux US qu’en France

    Bon, en même temps, quand je me vois je me désole, quand je me compare, je me console :

    il y a autant de chômeurs aux US qu’en France (en %) – mais ils jouent sans filet …
    Il y a autant de malades aux US qu’en France (en %) – mais tous n’ont pas la Sécu … ni autre chose s’y rapprochant …

    et surtout, lorsque je revois les années écoulées depuis l’élection du camarade Hussain à la maison ex-blanche … je me dis que j’ai vachement de chance de vivre en France … tout en venant l’hiver pour me dorer la pilule en Floride. Au taux actuel du $, c’est donné !

    A bientôt sur la plage, Mancney !

    19/12/2010 à 17 h 52 min
  • IOSA Répondre

    [email protected]….

    La France est elle capable de subvenir seule aux besoins des Français ?

    Lorsque l’on perd son autonomie à pourvoir aux besoins vitaux de ses congénères, c’est comme avoir une belle bagnole flambante neuve toute chromée bardée de hifi et avoir son frigo vide et pas un rond pour mettre du carburant dans le réservoir……d’où le besoin d’emprunter tout en sachant que l’on a pas la capacité de rembourser.

    C’est ce que l’on nomme partout dans le monde " Se tirer une balle dans le pied".

    AH oui !!! Reste bien la technologie que l’on vend et que les chinois copie parfaitement, voir même en l’améliorant……(d’ailleurs les pays de l’Est s’y mettent aussi).

    Et celà est et était prévisible depuis des lustres, mais bon…. les cotés pervers sont passés à la trappe pour le plus grand profit des décideurs ( qui eux ne paient pas le revers de médaille et que de toute façon le yen ou le dollard n’a pas d’odeur dans leurs comptes en banque).

    Quant à être à côté de la plaque, il me semble bien plus logique d’investir en France sur le secteur agroalimentaire et de pouvoir nourrir mes concitoyens que de jouer en bourse ou au casino.

    Imaginez le scénario France versus Chine…….. On fait quoi ?

    ON CREVE DE FAIM ! ( Napoléon a connu celà en Russie, même avec sa grande armée, il a du s’incliner devant la famine).

    Et encore une chose….Pour "relancer" l’économie du pays France, il conviendrait d’abord de stopper les dépenses totalement inutiles de l’Etat et non pas de créer de nouveaux impôts et taxes pour faire des extravagances basées sur une utopique relance économique (42 ans de cotisations, retour des retraités au travail etc) car on a plus rien à vendre……même à bas prix !

    IOSA

    18/12/2010 à 21 h 48 min
  • WatsonCorsica Répondre

    Iosa :

    Leçon d’Economie pour tous…..1-Ne rien acheter en dehors du pays.2-Produire le nécessaire vital pour demeurer autonome.3-Vendre le surplus aux autres pays.4-Monsieur Tremeau n’ a pas encore compris la méthode chinoise.

    Le donneur de leçon a simplement oublié un détail : le marché chinois est égal à lui seul au marché de l’Europ + USA et Japon, Amérique du Sud… et autre…. facile dans ce cas de fermer ses frontières si l’on n’est pas pressés…

    C’est ça comprendre l’économie : la capacité à anticiper les effets pervers – pas donné à tout le monde surtout pour les donneurs de leçon qui prescrivent des mesures simples, rapides, efficaces… et complètement à côté de la plaque !

    18/12/2010 à 14 h 40 min
  • Anonyme Répondre

    Florin : " Et moi, je "guess" qu’il y a infiniment plus de films français adaptés par Hollywood que l’inverse …"

    –      J’ai écrit " idées" et non pas films… Ok, on peut faire la liste des découvertes scientifiques, inventions techniques, etc..  des trente dernieres années, si vous voulez. Les Nobels, aussi.
    Depuis la fin du Genéral, il n’y a plus rien, en France; vous n’avez pas remarqué?

    Mancney

    18/12/2010 à 12 h 15 min
  • françois Répondre

      Christian, ce que vous dites de la différence qui ira directement dans la poche des patrons ou actionnaires en vous appuyant sur la baisse de TVA dans la restauration est à mon avis un procès d’intentions.
       -Avec la baisse de TVA, on a donné 3 axes de répercussion à la restauration: Une baisse de l’addition, une augmentation des salaires, des embauches. Il ne faut pas s’étonner que la baisse de TVA saupoudrée sur ces 3 domaines n’ait donné que des améliorations peu perceptibles dans chacun d’eux.
       – Il faut faire avec la nature humaine qui est de rechercher toujours plus le bénéfice. Les entrepreneurs et actionnaires savent déjà qu’ils en feront beaucoup plus en répercutant les baisses de charges qui leur apporteront de nouveaux clients plutôt qu’en les gardant pour eux en leur faisant perdre tous les jours des parts de marché. Une seule exception: les situations de monopole mais cela n’existe plus guère…
     Je crois donc que la baisse de charges SERA répercutée, non par altruisme mais parce que ceux qui le feront y trouveront largement leur intérêt.
      – Enfin, la comparaison n’est pas raisonnable car un restaurant ne peut s’implanter à l’étranger en servant ses clients en France, ce qui est par contre le cas de la plupart des industries…

    18/12/2010 à 10 h 43 min
  • Briscard Répondre
    Je suis toujours effaré de voir les partisans du libre échange et du mondialisme avancer des arguments du 19ième siècle (F. Bastiat) pour se justifier, occultant le fait fondamental qu’il ne s’agit plus de concurrence entre pays occidentaux aux économies comparables, mais concurrence avec des pays où le coût salarial est au moins 20 fois moindre !
    Cette article énonce une multitude de contres vérités flagrantes, je n’en relève que certaines :
    « Relire l’histoire de la crise de 1929. Roosevelt, alors au pouvoir aux USA, a en effet rétabli les droits de douane pour sauver les entreprises américaines devenues non compétitives. Les autres pays ont riposté et les échanges entre les pays ont pratiquement cessé. Le chômage s’est installé partout dans le monde, en Allemagne tout particulièrement. Et, pour finir, Hitler a été élu démocratiquement. » Non, la principale cause de la crise en Allemagne dans les années 1920-1930 et de l’arrivée de Hitler est le traité de Versailles. Et la vraie cause de la crise de 29 est la bulle financière et boursière avec le DJ multiplié par 4 en quelques années.
    «Mais rétablir des droits de douane est économiquement très dangereux. C’est en effet augmenter le prix de tout ce que nous importons. Nous allons payer le pantalon 12 euros au lieu de 7, et notre niveau de vie « pantalon » va ainsi baisser de près de 50 %. »
    Non, votre exemple est mal choisi, le prix pour le consommateur des produits d’habillement n’a absolument pas baissé (sauf quelques produits de très bas de gamme, souvent toxiques) , la délocalisation est au seul bénéfice des multinationales ; le consommateur payant le même prix qu’avant et supportant d’une manière ou d’une autre le chômage qui en résulte (lui-même au chômage ou devant supporter les charges de la protection sociale).
    « En pratique, les prix de ce que nous consommons augmenteraient. Les prix de notre consommation courante (nourriture, vêtements, transport, télévision ou téléphone portable) augmenteraient de plus de 25 %. Nous achèterions donc beaucoup moins. Notre niveau de vie baisserait d’autant et un chômage massif accompagnerait cet appauvrissement. »
    Non, les prix ‘consommateurs’ n’augmenteraient pas ou peu sauf peut être pour les TV ; la forte baisse étant due aux progrès techniques (ordinateurs) ; le chômage est du aux délocalisations et aux importations, c’est être autiste de le nier.
    Enfin, il bien noter que cette politique suicidaire des mondialistes détruit non seulement nos emplois, notre industrie, mais plus grave encore, notre savoir faire et nous ne pourrons bientôt même plus redémarrer notre industrie quand les mondialistes seront mis à la lanterne.
    18/12/2010 à 2 h 53 min
  • Anonyme Répondre

    Mancney :"Quand on n’est pas bon, on pique les idées des autres, I guess…"

    Et moi, je "guess" qu’il y a infiniment plus de films français adaptés par Hollywood que l’inverse …

    allez, on donne des titres ??? paraît-il que même les chti’ seront copiés …

    17/12/2010 à 23 h 49 min
  • IOSA Répondre

    Leçon d’Economie pour tous…..

    1-Ne rien acheter en dehors du pays.

    2-Produire le nécessaire vital pour demeurer autonome.

    3-Vendre le surplus aux autres pays.

    4-Monsieur Tremeau n’ a pas encore compris la méthode chinoise.

    IOSA

    17/12/2010 à 22 h 49 min
  • WatsonCorsica Répondre

    ……prendre des leçons d économie a 2 balles justement…..par un corse…. …..c est certainement aussi pertinent que de faire faire un séminaire sur les végétaux……a une meute de loups…OU DES COURS DE CUISINES VEGETARIENE A UN OGRE….

    C’est justement là où t’as rien compris mon pauvre SAS ! le principe ultime de l’économie est d’en faire le moins possible pour en avoir le plus possible !

    Et voilà que le Corse t’en bouche un coin !

    élémentaire…

    17/12/2010 à 12 h 30 min
  • Christian Répondre

    Bonsoir,

    @François, ce n’est pas facile de répondre en quelques mots.

    Je voulais dire. Maintenant que les taxes, TVA ou autres, sont là depuis des années, si vous les diminuez, le différentiel ira directement dans la poche des entrepreneurs ou des actionnaires.
    Comme pour la restauration.
    Maintenant je suis d’accord, toutes "nouvelles taxes" créent de l’inflation.
    Mais il faut le dire au gouvernement. Qui, lorsqu’il crée une taxe, nous dit "droit dans ses rangers" (ceux de la gendarmerie mobile) que les impôts n’augmentent pas.  :o(

    Maintenant, pour répondre à @watson en même temps.
    On ne fait rien pour l’importation. D’accord!
    Pour redémarrer, on relance la compétitivité de l’économie en divisant d’entré, les salaires par 10. En supprimant les deux tiers des fonctionnaires, la sécu et autres aides agricoles (en Corse par exemple…), les subventions pour l’ insertions, la culture, les aides sociales la cmu et autres rsa ….etc…….
    Et vos enfants n’iront pas en facultés, mais iront câbler des téléviseurs onze heures par jour…….

    Voilà pour être plus performant que la Chine, l’Inde et d’autres, on peux aussi rétablir l’esclavage!
    Ou essayer la douane…  :o/
    A vous de choisir.

    Bonne soirée.
    Christian

    PS: Pour la diminution des salaires, c’est déjà bien parti, avec comme excuse la crise. Les salaires Français se rapproche de plus en plus des salaires Roumains…..

    16/12/2010 à 23 h 25 min
  • ozone Répondre

    Je croyais que depuis quelques années le regard sur l’économie chinoise était devenu plus circonspect;

    Notre probléme est bien plus complexe qu’une simple taxe de douane,en fait,la cupidité de nos industriels permit de gagner des années de R et D aux chinois,Airbus va en devenir l’embléme,voila une entreprise construite a partir des fonds de nos états,nos impots,une recherche innovante et qui a demandé d’importants éfforts financiers pour se hisser au niveau des géants américains,et voilà que cela va étre bradé a de futurs concurrents,les chinois ont bien fait leurs comptes,ce qu’ils vont payer pour les quelques avions qu’ils vont acheter n’est rien comparé au bénéf qu’ils pourront tirer avec les apports du transfert téchnologique qu’ils ont éxigé,
    C’est avec une vision a long térme que l’on peut éviter ces gachis,mais cela il ne faut pas le demander a nos industriels apatrides qui ne pensent qu’a faire fructifier leurs "stock options" au plus vite,c’est avec une négligence criminelle que la Chine fut admise dans l’OMC,le racisme intrinséque de nos élites les à portés a croire que d’autres éthnies que la race blanche seraient incapables d’assimiler nos téchniques,pourtant le Japon avait déja montré que ce postulat était faux.
    La conséquence va se révéler dramatique pour nous,et pas seulement sur le plan économique,les chinois démontrent que le systéme de production le plus éfficace c’est la dictature,et cela ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd,
    Continuez de faire des comptes d’apothicaires et a cracher sur nos populations,vous serez aux premieres loges quand l’évidence deviendra incontournable.

    16/12/2010 à 21 h 38 min
  • SAS Répondre

    arf,arf,arf…..

    ……prendre des leçons d économie a 2 balles justement…..par un corse….

    …..c est certainement aussi pertinent que de faire faire un séminaire sur les végétaux……a une meute de loups…OU DES COURS DE CUISINES VEGETARIENE A UN OGRE….

    …..quand on en sera aux notions de "rendement" on te redonnera la parole watson….!!!! juste histoire d enfoncer le clou…

     

    ELEMENTAIRE MON CHER…..élémentaire

    SAS

    16/12/2010 à 18 h 57 min
  • Anonyme Répondre

    FLORIN : Dans le film "La haine", un gars tombe du toit de sa tour HLM, en disant à chaque étage, "jusqu’ici, tout va bien !". "

    –      The Magnificent Seven (Les Sept Mercenaires), Yul Brynner et Steve McQueen, en 1960 :
    Vin : Reminds me of that fellow back home that fell off a ten story building.
    Chris : What about him?
    Vin : Well, as he was falling, people on each floor kept hearing him say, "So far, so good." Tch… So far, so good!
    Quand on n’est pas bon, on pique les idées des autres, I guess…

    Mancney

    16/12/2010 à 18 h 18 min
  • WatsonCorsica Répondre

    C’est là qu’on voit qu’au FN on n’a jamais rien compris à l’économie

    1 – Les droits de douane existent toujours avec la chine

    2- même avec des droits de douanes à 200 % les chinois continueront à inonder le marché européen

    3 – sans compter que des droits de douane à 200 % impliqueront qu’une télé coutera 1000 euros ! car il y a longtemps que les européens ne fabriquent plus de produits de conso courants

    4-  le premier pays que la future classe moyenne chinoise veut visiter est la France, calculez le manque à gagner si les Chinois ne possèdent plus les marchés actuels

    5 – depuis 40 ans le niveau de vie des Français a triplé, alors il faut arrêter de toujours raconter des conneries en matière d’économie, regarder le nombre de télé, de portables, d’autos, d’ordi, le frigo plein, le lave vaisselle, il y a 40 ans vous ne possédiez qu’une radio avec un son pourri.

    6 – plus les marchés sont importants, plus les produits sont performants, fiables et bons marché.

    Dire qu’il faut rétablir les droits de douane est aussi stupide que dire qu’il faut prendre l’argent là où il se trouve ( aux riches ) pour le donner aux pauvres. c’est le type même de raisonnement clair, net, précis, rationnel… et complètement à côté de la plaque ! cf Mélanchon

    C’est de la démago à deux balles pour ignorants qui ne sont jamais sortis de leur trou et dont le cerveau n’arrive pas à intégrer la notion d’effet pervers. Effets pervers de mesures résolument simples à appliquer mais qui créent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent. Idéal pour séduire les petits cerveaux car c’est facile à comprendre : c’est le côté ringard du FN, qui le rapprroche du PCF, j’espère qu’ils évolueront…

     

     

    16/12/2010 à 18 h 09 min
  • françois Répondre

      Christian, quand vous dites: " quand à la diminution des taxes sur les entreprises, la TVA sur la restauration a été un test grandeur nature" vous n’avez manifestement pas lu M. Trémeau quand il dit: " Il faut n’utiliser que les impôts comme la TVA qui taxent de façon équilibrée les produits fabriqués en France ou à l’étranger". Vous êtes apparement d’accord avec lui sur ce point sans le savoir.
      Pour le reste, il ne faut pas avoir fait Polytechnique pour comprendre que les taxes sur les entreprises se retrouvent forcément sur le prix du produit vendu par icelle, que ce soit chez nous ou à l’étranger. Et que vis à vis des entreprises étrangères qui ne payent pas ces taxes où elles sont implantées, elles ont un handicap. Je ne comprend pas que ce point puisse souffrir la moindre contestation objective…
     

    16/12/2010 à 13 h 54 min
  • El Magnífico Répondre

    « Les droits de douanes permettent de nous protéger… »

    Voici déjà plus de 160 ans, déjà, que l’économiste français Frédéric Bastiat (qui est une référence dans les pays anglo-saxons, mais reste à peine connu et reconnu en France…), a tordu le cou à ce sophisme…

    Voici donc pourquoi le protectionnisme n’est pas la solution :

    http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html#restriction

    16/12/2010 à 11 h 19 min
  • Anonyme Répondre

    En dernier ressort toutes les solutions convergent vers le même point : le travail productif.

    Tout se résume à trouver comment une communauté nationale peut rendre la plus productive possible chacune des 24 heures vécues par chaque personne en état de travailler.

    Les Chinois savent le faire beaucoup mieux que nous. Il s’agit d’un know-how économico-social qui est une technologie particulière comme une autre, un savoir-faire qui n’a rien de simple à comprendre ni de trivial. L’observation crue des faits oblige à reconnaître que la France a un très gros retard dans ce domaine qui pourtant conditionne tous les autres.

    Quelles que soient les excuses ou accusations de tricherie qu’on formule, il n’y a pas le moindre doute : la machine économico-sociale chinoise marche beaucoup mieux que la machine française qui fait appel à des notions idéologiques périmées et obsolètes. Nous avons une machine à vapeur poussive, ils ont un turboréacteur dernier cri.

    Il est évident que ce retard social objectif de la France sur la Chine va progressivement se reporter sur tout et que la différence entre la France et la Chine, en niveau technologique, scientifique et probablement presque tout le reste, va se creuser toujours plus à notre détriment.

     Le fond à toucher sera peut-être quand le niveau de pauvreté français sera perçu localement comme tellement insupportable (débuts de famine chronique, décès climatiques massifs, guerre civile ou d’agression extérieure, etc…) que tous les verrous réglementaires et socialisants ultra-sclérosants sauteront d’eux-mêmes, à chaud.

    La bonne solution serait évidemment de procéder massivement dès aujourd’hui à un transfert de technologie chinois, mais il est rendu impossible par la chape de plomb imposée par un fonctionnariat pléthorique, vorace et stérile, qui n’en veut pas, et promeut le chômage par le simple fait de son existence. La masse d’inutiles surpayés vis-à-vis de leur rendement  économique est beaucoup trop grande pour ne pas rendre inopérants et non rentables tous les efforts de ceux qui travaillent, à cause des impôts payés (particuliers, entreprises etc.) pour compenser  les heures perdues par tous les autres à ne rien faire d’utile (ou trop peu), tout en continuant à respirer et à manger.

    Droits de douane ou pas, il est de toutes façons impossible de lutter contre quelqu’un qui travaille et avance, pendant qu’on parlotte, tire au flanc, chôme, bricole, philosophe, milite, monte au créneau, boit, fume, sniffe, écoute France-intox, lit le Monde et le Figaro, nourrit les immigrés qui tournent en rond, fait des paperasses pour toutes sortes de demandes administratives, divorce, part en voyage, s’hospitalise, soigne le chat et le poisson rouge, perd son temps, etc…

    16/12/2010 à 1 h 27 min
  • Christian Répondre

    Bonsoir,

    Donc, on va dans le mur, mais surtout on ne change rien!!! Le principal est de bien voir le mur.

    Les droits de douanes ne sont peut-être pas la panacée, mais ne rien faire c’est le suicide collectif !!!

    Quand à la diminution des taxes sur les entreprises. La TVA sur la restauration a été un test grandeur nature.
    Les restaurateurs ont changés de 4×4, mais les clients n’ont rien vu.
    Gageons  qu’il en sera de même pour le reste des entreprises.

    Entre la catastrophe certaine et les droits de douanes, je choisi la douane, on verra bien…

    De toutes façons vous réagissez comme le gouvernement, vendons a ceux qui peuvent encore acheter des choses à bas prix pour leur faire croire que leur niveau de vie ne baisse pas.
    L’état joue avec ça pour son indice des prix depuis des année, le lecteur de DVD a un prix en baisse et contre balance le prix des fruits que l’on achète tous les jours. Bilan plus de 5% d’inflation par an pour moins 1% un avoué.
    Subprime? vous avez dit subprime?…..    (Orthographe incertaine)

    La solution un grand coup de balai. Virez ces incapables. Essayons autre chose. Votons FN !!!!….
    De toutes façons cela ne pourra pas être pire qu’aujourd’hui et l’avenir qu’il nous construisent.

    Bonne soirée.
    Christian

     
     

    16/12/2010 à 0 h 14 min
  • Florin Répondre

    pour Trémeau, tout va bien !!! Il suffit d’ouvrir les portes et de baisser les impôts … si possible à zéro !!!

    Après, soi-disant, on aura le paradis sur Terre …

    Quel manque criant de bon sens économique !!! 

    Dans le film "La haine", un gars tombe du toit de sa tour HLM, en disant à chaque étage, "jusqu’ici, tout va bien !". En plus, la chute lui donne une belle sensation d’impondérabilité, de liberté de mouvement … Il lui arrive même d’oublier que le trottoir l’attend dans quelques secondes, et qu’il ira s’y fracasser …

    Les avantages des frontières ouvertes ne sont que TEMPORAIRES :  oui, certes, le patron qui vire son smicard français pour s’en payer un autre, Chinois en Chine, gagne. Mais est-ce durable ??? NON ! car le chômeur français, lui, ne sera plus son client … en effet, pour acheter il faut avoir un revenu !

    Idem, le salarié trouve MOMENTANEMENT un avantage à acheter de la marchandise chinoise à bas prix, mais … EST-CE DURABLE ??? Dans le cas le plus heureux imaginable, ce salarié gardera son emploi (fonctionnaire …)  mais cela, dans un océan de chômage croissant, qui entraînera des hausses perpétuelles d’impôts et taxes de toute sorte – alors, son pognon ira directement à l’Etat, au lieu d’aller dans l’économie productive.

    De toute façon, ce système court à sa perte. Faut s’appeler Trémeau pour ne pas voir la réalité en face.

    15/12/2010 à 22 h 38 min
  • ozone Répondre

    "Les pauvres des pays riches enrichissent les riches des pays pauvres"

    Ce que n’osent pas dire Trémeau et tous les partisans de ce systéme c’est que la seule solution est de baisser nos salaires au niveau de ceux des ouvriers de ces pays.

    Les services et toutes ces histoires de brigands avec lesquelles ils masquent le désastre partent aussi avec l’explosion des télécoms et les industries qui délocalisent

    De plus,la durée de vie des produits est plus courte a cause d’une qualité moindre,7 plus 7 égal 14 quand méme

    Sans compter qu’avec les transferts massifs de téchnologies ils vont produire et vendre a notre place,autant d’emplois qualifiers qui vont disparaitre chez nous,

    Il faut aussi ajouter les couts de la perte du "savoir faire" que cela produit.

    Et que l’on ne racconte pas des histoires du genre "ils seront plus riches et nous allons vendre dans leur marché intérieur".

    Ils gardent ce secteur pour eux,comme le découvrent de plus en plus les groupes de chez nous qui ont étés obligés de s’associer a des operateurs locaux genre sangsues,une fois assimilés les méthodes de production c’est le grand coup de pied au cul.

    "Ils nous vendrons la corde " etc,etc

    15/12/2010 à 21 h 00 min
  • Anonyme Répondre

    *** La dogmatique libérale *** « En 2010, dans une économie mondialisée comme la nôtre, le retour des droits de douane serait une effroyable régression économique. Elle provoquerait une diminution de notre pouvoir d’achat en augmentant le chômage. Des troubles sociaux de plus en plus graves en seraient la conséquence. » Objection 1 : le protectionnisme n’est pas la solution, mais l’absence de protections non plus. Vous militeriez pour des dévaluations compétitives en alternative aux droits de douane ou en complément aux droits de douane on pourrait en discuter. Mais se contenter de croire au cercle vertueux du libre échangisme est désastreux. Combien faudra-t-il de décennies pour que le salaire moyen du chinois converge avec celui du Français? Objection 2: le pouvoir d’achat de l’ouvrière que l’on vire en France pour acheter moins cher en Chine disparait totalement. On paie effectivement moins cher le pantalon, mais l’ouvrière au chômage pèse sur les coûts collectifs en terme d’allocations de chômage. Nos 4 ou 5 millions de chômeurs coûtent combien ? Nous achetons moins cher mais nous sommes moins nombreux à acheter. Objection 3: les droits de douane sont susceptibles de représailles quand il y a équilibre des échanges mais si un pays nous achète beaucoup moins qu’il nous vend comme la Chine, ses possibilités de représailles douanières sont beaucoup plus limitées. Objection 4 : les droits de douane peuvent être ciblés sur des marchés soumis à des dumping sociaux. On ne voit pas pourquoi nous ne taxerions pas tout ce qui est fabriqué avec des enfants en bas âges, avec des horaires de négriers ou pire avec le Lao Gai, les camps de concentration chinois.Le libéralisme se moque de la morale et prétend tout laisser passer au mépris du progrès social dans les pays émergents. Objection 5 : les multinationales raisonnent comme vous aux mépris des intérêts nationaux, jusqu’au jour où la masse des chômeurs des pays développés sera telle que le système s’effondrera. Il n’est pas possible de laisser les pays développés avec des balances commerciales systématiquement déficitaires pour des raisons de coûts de main d’oeuvre dérisoires dans les pays émergents. Ces déficits monstrueux sont logiquement à réduire par des dévaluations compétitives et des protections tarifères et douanières nécessaires également à lutter contre les contrefaçons. Lisez Maurice Allais, Prix Nobel d’Economie. Troubadour

    15/12/2010 à 18 h 04 min
  • OLIVIER Répondre

    Vaut-il mieux garder son emploi et acheter son pantalon ou son miel quelques euros de plus en rétablissant les droits de douane ?
    Ou bien payer tout cela moins cher en perdant son emploi délocalisé et en se raccrochant à la solidarité nationale?
    Telle est la question.
    Cela dépend de qui parle; un ancien député-médecin hospitalier retraité de la nation ou un ouvrier spécialisé…

    15/12/2010 à 15 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *