Immigration et prospérité

Posté le juillet 31, 2004, 12:00
6 mins

La pensée unique prétend que l’immigration va sauver nos retraites et notre économie. Mais les mêmes « bien-pensants » veulent continuer à aider les banlieues (peuplées surtout d’immigrés et de leurs enfants) en dépensant des milliards de nos impôts. Le sauvetage de notre avenir commence bien ! À moins qu’il ne s’agisse d’un « investissement » initial du même genre que les déficits keynésiens que la France accumule depuis trente ans, en vain, pour combattre le chômage. Et pourtant, les États-Unis et la France d’après-guerre ont montré qu’immigration et prospérité peuvent aller main dans la main.
La différence aujourd’hui, c’est que toutes nos mesures « sociales » s’attaquent aux effets plutôt qu’aux causes des problèmes de notre société. Le « mantra » de la laïcité française est qu’il faut prendre aux employés, aux entrepreneurs, aux cadres pour donner aux pauvres, aux chômeurs et aux immigrés, tous ces exclus de la France. Payez et dormez tranquille ! Récite-moi un code des impôts et paie ton IR, ton ISF, ta TIPP… pour absoudre tes péchés !
Même ceux, de droite, qui critiquent ces mesures d’assistanat social ne peuvent s’empêcher de les trouver généreuses alors qu’elles sont perverses, dégradantes et injustes. Au lieu d’aider les nécessiteux à s’en sortir, elles les enfoncent en tuant leur esprit d’entreprise, car il est plus simple de recevoir des allocations que de vendre ses services. Ces gens perdent leur dignité et leur fierté d’hommes et femmes libres en acceptant l’argent de
l’État. Ils deviennent alors les esclaves perroquets de la pensée (unique) de leur maître. Et injustes, car ces fonds ne proviennent pas de la charité volontaire, mais de l’impôt obligatoire et confiscatoire.
Les banlieues connaissent effectivement de nombreux problèmes d’insécurité, de chômage, de salubrité… Les Français de souche quittent progressivement ces cités qui se transforment ainsi en « ghettos » en proie aux islamistes. Dans une note plus optimiste, on ne constate pas de départs d’immigrés vers leur pays d’origine ! C’est que la situation y est quand même meilleure que là-bas. Où est donc notre devoir d’assistance quand ces personnes vivent mieux chez nous qu’à Alger ou Abidjan ?
Ronald Reagan avait compris ce qui causait le chômage des jeunes noirs Américains : un Smic trop élevé. Il l’a baissé pour permettre aux jeunes, aux exclus sans qualification de trouver un boulot rémunéré au niveau de leur valeur ajoutée. En France, la hausse continue du Smic est la cause principale de l’exclusion. Avec un Smic divisé par deux ou trois et l’arrêt de l’assistanat aux exclus capables de travailler, ceux qui le désirent trouveront du travail et s’intégreront dans la société par leurs efforts.
Il est dans notre intérêt de mettre cette population au travail, pas de la soudoyer. La baisse du coût du travail peu qualifié aidera à combattre l’inflation qui pointe son nez et profitera surtout au secteur des services. En effet, les grandes entreprises industrielles, elles, ont déjà soit automatisé soit délocalisé leur production. Rénovation de logements, ouverture plus longue des magasins, aides soignantes pour nos aïeux, restauration… la liste des services actuellement trop chers est bien longue. Ce sont donc les PME, les consommateurs et les épargnants qui profiteront de cette manne de travail bon marché.
Toutes les précédentes vagues d’immigration se sont intégrées par le travail. Baisser fortement ou supprimer le Smic, c’est rendre aux exclus français et immigrés la liberté de travailler. C’est la seule solution au problème de l’exclusion. Certes, tous ne choisiront pas le travail. Certains immigrés repartiront. Tant mieux. Ceux qui choisiront l’illégalité seront facilement démasqués : ils n’auront ni travail ni ressources financières. La police et la justice devront alors agir pour les conduire là où ils le choisiront : la prison ou leur pays natal.
L’immigration peut être un plus à la fois pour la France, les Français et les immigrés désireux de travailler. Mais sachant que le nombre d’étrangers désireux de venir est bien supérieur au nombre de « places » disponibles, il faudra tout de même limiter ce flux. Dans l’idéal, les étrangers n’auront pas le droit de travailler plus de deux ou trois années en France. Ainsi, le retour dans leur pays en sera facilité, et un plus grand nombre d’étrangers pourra bénéficier de cette opportunité.

27 réponses à l'article : Immigration et prospérité

  1. Malcolmx062

    16/11/2004

    pourkoi vs parlé ts avc des mo compliké?

    Répondre
  2. T.Larger

    05/08/2004

    Mr coutant si je vous ai blessé personnellement, je m’en excuse, il ne s’agit pas d’une attaque personnelle, mais de la critique du système qui conduit une partie des gens à vivre sur le dos de l’autre partie. Si vous avez la conscience tranquille du travail bien fait, très bien. Personnellement je suis dans le privé et à mon compte, et je fais tout ce que je peux pour etre bénéficiaire effectivement, mais il semble bien que vous pensez etre dans le service public pour ne pas etre bénéficiaire; vous etes donc déficitaire, et sur qui comptez vous pour la paye, sur l’argent prélevé chez les privés qui font du bénéfice. Essayez donc de mettre en place dans le privé les mêmes avantages que dans le public; et si les deux public et privé deviennent déficitaires, qui payera? Moi ce sont les gens qui me font payer les charges avec controles à la cle que j’aimerais voir me foutre la paix Allez, sans rancune, je pense que le service public n’échappera pas à une remise en ordre, mais ceux qui y ont gardé l’habitude de travailler éfficacement et dont vous faites partie n’ont rien à craindre.

    Répondre
  3. COUTANT

    05/08/2004

    Suite à la réponsa faite par T.Larger, qui il est e manque pas de pertinence et tend à démonter qu’il faut supprimer les services publics et favoriser l’immigration, même dans la fonction publique, c’est un opinion qui peut se défendre, je pense qu’un certain BARON en serait content. Pour ce qui du travail que j’effectue du moins, consistait à l’entretien du réseau électrique du RER, le travail sur les voies en horaire posté 3 X 8 ou permanent de nuit, avec roulement de repos pour assurer 7 jours sur 7 fériés compris, n’est pas vraiment un travail de planqué, tous les agents de la fonction publique ne sont pas forçément planqués dans un bureau, jusqu’à cette décision je faisais ce travail sans me plaindre, j’en avais accepté les termes, j’ai travaillé dans le bâtiment avant la RATP, je n’ai jamais eu l’impression que mon travail à la RATP était moins pénible, je travaille simplement dans un esprit différent. EN restant de le secteur privé, je n’aurai travaillé uniquement que pour me faire de l’argent et rien d’autre, dans le secteur public de nombreux agents travaillent avec la notion de maintenir un service public, même avec les contraintes que nous avons accepté, il est clair que à qualification , conditions de travail et responsabilités comparables dans le secteur privé nous aurions de meilleurs salaires, personnellement, je recherche un salaire qui me donne les moyen de vivre décement, et il est tout à fait normal, que des compensations soient données pour les caractères de pénébilités.Ce qui serait équitable, c’est les travailleurs du secteur privé puissent obtenir les mêmes compensations, mais pour beaucoup il est plus simple de critiquer tirer vers le bas que de tenter d’obtenir les équivalences de traitement, s’il ne m’avait été proposé de partir plus tôt en retraite, dans les condition que j’ai décrit, je n’aurai pas accepté les conditions travail. Maintenant pour des raison de santé sur décision de la médecine du travail, je travaille sur des taches moins contraignantes, et le poste que j’occupe pour ma reconversion est en rapport avec mon expérience et ma qualification, j’avais également possibilité d’accéder à une retraite anticipée (réforme), mais j’ai fait mon choix Pour ce qui des conditions des financements, il serait utile d’intégrer tous les critères, y compris le prix réel du transport largement subventionné par le contribuable, les travaux maintenus artificiellement pour créer artificiellement des emplois dans les entreprises sous-traitantes . Dans mes courriers, je n’insulte et je n’abaisse personne, et je n’ai jamais traité personne de crétin.A la lecture des monbreux écrits dans d’autres forums, j’en viens à la conclusion, qu’il faudrait peut-être privatiser tout ça une bonne fois pour toute les services publics,et qu’on nous foute la paix, il est évident que ça reviendrai surement moins cher aux contribuables, mais en qualité d’usagers, il ne faudra pas venir se plaindre, il serait économiquement irréaliste de maintenir les mêmes prestations, et les même tarifs, le role d’un entrepeneur est faire des bénéfices et rien d’autre, et les actionnaires eux sont là pour récupérer des dividendes, c’est justement pour cette raison qu’ils sont actionnaires. J’ai n’ai pas vraiment envie de voir le système américain s’installer en FRANCE, il est vrai qu’il y a pire, mais semble que ce soit une demande assez générale personnellement, je pourrai largement vivre grace à ce système, mon travail, mes connaissances et mes qualifications me procuraient largement de quoi m’enrichir puisque il semblerait que ce soit la seule morale respectable. pour ce qui est des grèves la dernière grêve que j’ai fait remonte à l’hiver 86/87, et je n’en ferai pas d’autre, maintenant la notion de service minimum à trouvé sa réponse et ses limites, pour ceux qui ont encore le courage de voter, il suffit de demander au gouvernement de prendre ses responsabilités, il possible de faire appel à la réquisition, purement et simplement interdire le droit de grêve dans la fonction publique, ce pas moi qui est nommé pour ces responsabilités, pour ce qui est gens qui se sentent proches du système soviètique, je les subi quotidiennement de par mes opinions politiques, je ne suis pas fait d’amis dans cette mafia, et je suis surement plus ennuyé que les usagers qui ont quelques grêves à supporter, mais doit ignore que dans certains endroits des agents font grêve sous la contrainte, et les directions monnayent leur paix sociale par les tableaux d’avancements. Pour la RATP, maintenant ce sera surement mieux, dans la mesure où, il n’y plus de conditions de nationalité pour accéder, les dirigeants pourront embaucher une main d’oeuvre moins honoéreuse et mieux adaptée et plus courageuse, je ne comprend toujours pas pourquoi que dans un secteur autant privélègié, il y ait des difficulté de recrutement, surtout dans les services de maintenance. Pour cet iman de LYON, je vois pas où est le problème, je ne voudrai pas être soucopnné de racisme, en trouvant cette situation anormale, en fait 16 enfants c’est bien pour la démographie, et en plus il est bénévole, heureusement qu’il nest pas fonctionnaire, il pourrait se faire insulter, mais, lui a trouvé des avocats leur le défendre, il probablement moins bête que moi, je n’ai pas droit aux aides même judiciaires, j’ai le droit de tout payer même et surtout des impots, mais nous sommes dans un pays de droit la preuve à LYON, il y a des gens qui ont accès au droit. Avec l’argent économisé sur les gens qui ont le double privilège d’être français, fonctionnaire l’état pourra versé un peu plus à des iman bénévoles ou autres.

    Répondre
  4. T.Larger

    04/08/2004

    cher M. Coutant, c’est vrai qu’on se défoule un peu sur les services publics, mais le reste du temps c’est le service public qui se défoule sur nous à coups de grêves paralysantes, alors vous comprenez pour une fois qu’on nous laisse la parole. En parlant de se défouler, on aimerait voir les gens des services public se fouler un peu, histoire d’etre plus solidaires des gens du privé qui financent vos retraites (ou appelez cela comme vous voudrez), car ce n’est pas le fait de prendre vos retraites avant les autres qui est le plus choquant, c’est le fait que les autres crétins du privé qui se défoulent soient obligés de cotiser plus, et plus longtemps pour vous payer vos privilèges que vous etes incapables d’autofinancer.Gagner sa vie sur le travail d’autrui (comme le ferait un vulgaire patron du privé ) ça s’appelle un privilège. j’arrète là la lithanie sur les avantages du public, car on pourrait en remplir des pages; allez donc sur le site de l’IFRAP, ils font ça très bien, et ça m’évitera de m’enerver( retraite absenteisme, système de sécurité sociale, primes diverses, etc, etc).Si en France on arrêtait un peu de se plaindre pour travailler, on aurait déjà moins le temps de critiquer les états unis pour leur réussite économique. D’ailleurs voilà bien le paradoxe des agents de notre système public qui utilisent des méthodes dignes de feu l’union soviétique et voudraient etre payés comme des amèricains. Quand aux allocations pour les immigrés, le fameux imam que M. Villepin a expulsé et qui est revenu touche si mes informations sont bonnes environ 60.000 francs par mois, c’est vrai qu’il a 16 petits musulmans à nourrir et 2 femmes, mais à ce prix là on peut etre imam bénévole et faire la prière 5 fois par jour.

    Répondre
  5. hommlibre

    04/08/2004

    « ….Les bien-pensants (gaullistes, centristes, socialistes, gauchistes et cocos) prétendent que l’immigration va sauver nos retraites …. » Notre système de sécurité sociale (retraite, maladie etc….) repose sur le principe de la SOLIDARITE entre les générations ! Or cette solidarité n’existe plus aujourd’hui car la France est devenue une mosaïque de « groupes humains » vivant dans la haine. Cela est dù à l’immigration sauvage, surtout d’origine africo-maghrébine, et aussi à l’idéologie « mondialiste » qui veut réduire à néant tout ce qui est nationaliste, pour des raisons économiques ou politiques. Donc notre système de sécurité social est voué à la disparition à plus ou moins long terme. Il est illusoire d’imaginer que les jeunes immigrés travailleront demain pour payer des retraites à de vieux français, pour lesquels ils n’éprouvent que du MEPRIS et HAINE ! Seuls les fous et les salauds CHIRAC, JOSPIN, intellectuels véreux, patrons et syndicalistes débiles, s’illusionnent et croient que demain nos retraites seront payées par les immigrés d’aujopurd’hui.

    Répondre
  6. Caliméro

    04/08/2004

    bonjour, OK T.Larger, c’est plus un probléme de religion et c’est pour cela que les immigrations précédentes n’ont pas posé de soucis. Mais malgré tout certain cumulent…..religion complétement fermée aux lois civiles et culture trés ancienne, tres marquée et quasi incompatible avec la culture Européenne….

    Répondre
  7. coutant

    04/08/2004

    J’ai lu avec intérêt certains courriers. Je pensais qu’i s’agissait d’un débat relatif à l’immigration, mais j’ai lu encore un défoulement contre les agent services publics. Je travaille justement à la RATP, j’ai un régime de retraite qui me permet de pouvoir accéder au droit à une pension à 50 ans, ce n’est pas un privilèges c’est une compensation pour les travaux pénibles. Ce n’est pas tous le personnel qui bénéficie de ces dispositions. Si le public veut avoir un réseau qui fonctionne 24 sur 24 toute l’année, jour férié compris, il faut le personnel pour en assurer le fonctionnement et la maintenance, personnel qui doit-être qualifié et compétent. Toutefois il est à préciser que je n’aurait pas la retraite à taux plein, en calculant au plus juste, il apparaît que les retraites du privé et du public sont en fait plus ou moins équivalentes, les détracteurs de ces régimes oublient sciement que les différence de salaires et par voie de conséquences des retraites sont liées aux différences de niveau de qualification. Je travaille avec un METIER et un qualification professionnelle reconnue, je n’ai pas à accepter d’être payer comme un manoeuvre sans qualification, que ce soit dans le privé ou dans le public. J’ai commencer à travailler à 14 ans comme apprenti électricien, depuis 34 ans d’exercice, j’ai suivi différentes formations pour la plupart sur mon temps personnel, dont 10 ans de cours du soir au CNAM. Je suis dans un catégorie socio-professionnelle qui est exclue du système d’aides et d’allocations sociales, mais je ne suis pas exclu de la fiscalité. Si la RATP, ne n’avait pas proposé le regime qui me permet une pension, pas un retraite, après le départ, je reste réquisionnable, en compensation de travaux penibles, j’aurai pris un autre emploi, les trains et les métro peuvent rouler sans moi. Pour en revenir au sujet de l’immigration,sujet sur lequel, il faut déjà modérer nos opinions, premier sujet de discorde, nous ne pouvons pas nous exprimer librement dans notre propre pays, ce n’est pas la peine de déposer des gerbes de fleurs devant les monuments aux morts, pour honorer le sacrifice de ceux qui ont payer de leur vie, notre idépendance, et le droit d’être francais. personnellement, je ne suis aucunement redevable, aux ressortissants des ancienne colonies, ils ont voulu leur indépendance, ils l’ont eu. Si des immigrés viennent, ce ne n’est que pour des raisons économiques, et le patronnat à bien compris qu’en favorisant la venus de travailleurs issus de pays moins develloppés, il pouvait payer le travail moins cher, au bout de quelques années, les salaires du travail ont été fortement dévalués, et le système allocataire fait le reste. Les gens venant d’autres pays n’ont pas la même notion, et la même culture concernant le prix du travail, qui est l’héritage des luttes sociales de puis plus siècle, et ce bien avant la création des syndicats officiels, le premier fondé en 1898. Cette absence de notion volontairement ou non à conduit à casser le prix de la main d’oeuvre. En réalite l’immigration n’a jamais été un problème majeur en FRANCE, ce phénomène existe depuis des siècles, les immigrés venaient, mais s’intégraient en respectant les lois et les règles des pays d’acceuil, maintenant depuis environ une quarantaine d’années, nous sommes confrontés à une immigration toute différente, où des personnes ne pas veulent respecter la terre d’acceuil, et imposer leur mode de vie, leurs moeurs et leur religion. Pour les salaires, maintenant, avec le suytème pervers des allocations, des travailleurs immigrés et même français acceptent de très bas salaires du fait que le système d’allocations compense l’insuffisance, et ils ne se batterons plus pour améliorer leur salaire et les conditions de travail, ils iront voir l’assistante sociale pour tendre la main, évidement ils préfèrent jalouser ceux qui auront un meilleur salaire que de prendre leurs responsabilités, et leur enfants une fois adultes, ne connaissent pas d’autre système que l’assitanat institutionnel, et le salaire tiré vers le bas. Les prix peuvent augmenter, il suffit d’augmenter les allocations pour obtenir la paix social, il y a plusieurs siècles on disait « du pain et des jeux », et maintenant ont dire du « foot et des alloc ». Pour les pourfendeurs d’agents du public, je peux les rassurer, du moins pour la RATP, cette entreprise à supprimer les conditions de nationalité pour rentrer dans un service public, maintenant les immigrés être embauchés. De plus les accès aux emplois dans l’administration ne seront plus subordonnés à des conditions de formations ou de qualifications, il sera possible d’entrer sans aucune qualification ou minimum d’instruction. Comme il yn y aura que des bas salaire, et surtout pas de « privilèges », mais en contre partie, il ne faudra pas espèrer avoir des services publics fiables, les détracteurs sauront vraiment ce que sont les dysfonctionnements des services publics. Pour le problème de l’immigration et des étrangers, comme je l’ai écrit plus, des lois m’interdissent d’exprimer mon opinion sur les risques et les dangers d’une occupation. Il est même étonnant que les anciens combattants des guerres de 1914, de 1939, de l’INDOCHINE, et de l’ALGERIE n’est pas été poursuivis pour racisme. Les association qui ont pour font de commerce d’exploiter le racisme, voir à le fabriquer pour mieux l’exploiter, n’y ont peut être pas encore pensé, ou alors ils peut-être assez de pigeons pour remplir leurs caisses.

    Répondre
  8. T.Larger

    04/08/2004

    à caliméro et immigré, ce n’est pas un problème de race, c’est un probléme de religion: tant qu’on admettra que s’exprime ouvertement une religion d’exclusion,de violence et de haine comme l’islam, on aura des problémes, à moins qu’il ne se soumette à la république, mais demandez celà à un musulman convaincu c’est lui proposer le blasphème et l’association (on ne peut etre soumis qu’à dieu ). Voilà le problème avec ce type d’immigration; on peut ajouter que le travail ne semble pas avoir été une valeur exaltée par mahomet. Maintenant si M. immigré préférait se présenter comme un français comme les autres, respectueux de certaines valeurs occidentales judéo chrétiennes dont le travail, il n’y aurait aucun malentendu. On commence à etre un peu tendu car certains profitent de l’hospitalité (valeur chrétienne) de la France pour piller, tuer, voire préparer des attentats

    Répondre
  9. Liza

    03/08/2004

    Merci beaucoup à Observateur et à Stéphane. Je comprends mieux le point de vue développé par Stéphane dans son article. Pardonnez-moi de poser des questions naïves – je ne suis pas inculte mais tout à fait littéraire et je ne comprends pas grand chose à l’économie – mais comment vivront les gens auxquels on aura retiré les aides sociales et qui seront payés deux ou trois fois moins qu’ils ne le sont maintenant. Je pense à un cas précis, celui de mon fils. Il a un boulot d’étudiant à temps partiel (pas facile) payé au Smic. Sa vie c’est boulot, université, dodo. Je l’aide comme je le peux, mais que lui arrivera-t-il si on baisse le Smic? Je suis bien d’accord avec les idées exprimées dans l’article, mais quand on a des cas précis devant soi, la vérité semble tout autre. Il faudra que le prix des loyers et le prix des aliments baisse aussi ;-))

    Répondre
  10. Caliméro

    03/08/2004

    A immigré; bonjour, je pense que vous etes un peu a côté de la plaque….ce que vous pouvez lire ici et là contre une immigration débridée , improductive et coûteuse n’a rien a voir avec l’immigration de ceux qui veulent s’en sortir, qui s’accrochent pour y arriver et qui y arrivent…. Il y a certainement des beurs ( c’est vous qui le dites mais il n’y a pas qu’eux…) qui réussissent dans leur vie professionnelle et qui vivent sans probléme de voisinage.Seulement ce ne sont pas ceux là qui font le plus de bruit……et à mon avis tant qu’existeront des assiociations qui chercheront à positionner les immigrés en victimes (et vous noterez bien qu’on ne parle toujours ou trop souvent que d’immigrés du Maghreb ou d’Afrique noire…)les choses ne s’arrangeront pas. Personne n’est tenu de force au pied de l’echelle sociale , c’est a chacun de faire l’effort d’y monter.Certain le font , d’autres jouent la carte du racisme ou de la discrimination pour valoriser leur incompétance et leur feinéantise…c’est plus facile et ca marche…On va embaucher des fonctionnaires sans concours…croyez vous monsieur immigré que cela va valoriser les beurs qui auront ces emplois.?Comment réagissez vous,VOUS, qui avez travaillé pour vous en sortir (ce que je suppose à travers votre écrit) ?Je n’ai entendu personne s’élever contre cette mesure. Et je suis désolé de vous le dire mais c’est à vous, les immigrés qui en étes sortis à la force du poignet,contre tous les préjugés de vous élever contre ces mesures qui vous rabaissent tous au même niveau;..les bons et les salopards.Pourquoi les patrons font-ils de la discrimination à l’embauche (encore une fois contre les mêmes catégories de personnes). Nul ne naît raciste ou xénophobe (du moins j’ai la faiblesse de le croire..).Pourquoi on selectionne à l’entrée des boites de nuit? Il existe des évidences que l’on ne peut nier. Et quand on ne les regarde pas en face elles produisent de trés mauvais effets sur le reste de la population. C’est a vous, les immigrés de bonne foi de faire le ménage, ou tout au moins de dénoncer les abus. Ne vous laisser pas englober dans les généralités. Ne vous laissez pas manipuler par des associations qui tirent profit de vos difficultés. C’est quand même fort que la France ait accueilli des dizaines de nationalités differentes européennes, asiatiques…et que seules les populations du Maghreb ou d’Afrique posent de tels problémes.Il faut arrêter de faire de la démagogie. Si xénophobie ou racisme il y a envers une partie d’immigration dans un pays habitué à intégrer des immigrés depuis deux cents ans c’est peut etre que c’est cette partie d’immigation qui est en cause. je vous salue.

    Répondre
  11. stephane

    03/08/2004

    Que de commentaires de qualité! Notamment celui d’Observateur! Bravo. A Immigré, je voudrais dire que ceux qui touchent les prestations de l’Etat sans travailler ne sont même pas au bas de l’echelle, ils sont à coté. Gagner le SMIC, c’est avoir le premier pied sur l’échelle. Il n’y a pas de cadeaux à attendre du monde du travail. Les patrons ne font pas de fleurs aux immigrés et aux exclus. Par contre, si vous avez des compétences qui leur font gagner plus d’argent que vous ne leur coutez, vous aurez la possibilité de grimper cette échelle. Si vous trouvez ça injuste, raciste… vous avez 2 solutions: prendre un billet d’avion et voir si c’est tellement mieux au pays ou bien vous mettre à votre compte et devenir patron de votre petite entreprise. C’est ce que beaucoup font dans la restauration ou le commerce… Ca aussi c’est le libéralisme! Rosanov demande qu’est-ce qui arrete la baisse des salaires si on supprime le SMIC? C’est la loi de l’offre et de la demande. Plus le prix du travail baisse, plus il y a des entreprises et des particuliers (travaux domestiques, garde de bébé…) intéressés à embaucher. La demande de travail grandit. Le prix s’arrête de baisser lorsque la demande de travail est égale à l’offre. Pour avoir une idée de combien ca represente, demandez autour de vous combien coute le travail non qualifié au noir. Quant à votre critique des emplois inutiles et (trop) bien payé à la Banque de France, j’y souscris totalement. L’Etat surpaie car il est en situation de monopole. Ce genre d’emplois existe aussi dans le privé. Mais c’est plus rare, car la concurrence pousse les entreprises a s’organiser pour faire travailler tout le monde utilement, sans quoi elles perderaient leurs clients.

    Répondre
  12. T.Larger

    02/08/2004

    pour M. immigré, moi non plus je ne rentre habituellement pas dans ce débat, mais c’est surement un résultat du colonialisme ces 70 % de résidants en prison issus de l’immigration, ce type qui a assassiné ce fils de colonialiste dont le prénom était Romain (roumi…); pour aller jusqu’au bout M. immigré, laissez nous donc entre colonialistes et rentrez chez vous, avec le génie que tous vos compatriotes ont en commun, la france sera foutue et votre pays d’origine décollera tellement vite qu’à coté la chine passera pour un fer à repasser. M. rosanov, le choix est simple, soit on a la méthode française qui d’un coté garanti le smic à ceux qui travaillent avec 10 millions de chomeurs plus les RMIstes, soit on supprime le smic, et effectivement on a des gens qui travaillent pour moins, ce qui est je le reconnais une situation difficile, en attendant, le jour ou il y a un emploi à prendre, celui qui a l’habitude de travailler sera à pied d’oeuvre plus vite. La différence entre le France et les pays qui pratiquent cela c’est la différence entre 10/15% de chomeurs et le plein emploi. Quand à l’ouvrier maçon qui trime pour pas grand chose, quand il a acquis de l’expérience, il se met à son compte, et s’il travaille bien il aura des revenus très confortables. Le problème c’est qu’un travail qui paye bien mais qui ne fatigue pas, ça ne peut pas durer longtemps, on en est tous là, du moins dans le privé

    Répondre
  13. Rosanov

    02/08/2004

    Je suis en accord avec certains points de votre discours comme la manne sociale distribuée démagogiquement aux immigrés, ou les méfaits d’une immigration non basée sur le travail. Par contre je m’insurge totalement contre votre argument majeur : la suppression du salaire minimum. Il est vrai que pour certains emplois très peu qualifiés, très peu productifs on pourrait à la rigueur l’admettre. Mais globalement ça me parait une argumentation d’école sans portée concrète. En premier ce que je ne comprends pas c’est à partir de quel seuil on va considérer que l’emploi est rentable. Par exemple si un routier n’est plus payé 1500 euros mais 500 après déréglementation, est-ce qu’il n’est pas encore bien trop payé si le salarié de l’entreprise concurrente ne gagne que 100 euros ? En l’absence de réglementation, qu’est-ce qui arrêterait votre logique ? Et puis ce qui m’horripile dans votre façon de voir c’est que vous faites un amalgame entre emplois peu payés et emplois peu productifs. Or c’est très souvent le contraire et en plus ces emplois sont souvent dangereux, inconfortables ou insalubres. Allez donc demander à un routier ou à un maçon ce qu’il pense de votre discours. Ou bien prenez sa place pendant un mois et revenez SVP corriger votre copie qu’un Enarque de droite aurait pu signer. Enfin et surtout vous oubliez totalement les innombrables emplois inutiles ou improductifs, qui souvent sont payés à prix d’or pour ou une sinécure totalement indûe type certaines succursales de la Banque de France. Vous oubliez que ces mêmes emplois sont payés parfois 10 ou 50 fois plus que le SMIC. Mais justement comme ils sont si bien payés vous avez tendance à penser qu’ils sont occupés par une tête qualifiée : un comble !

    Répondre
  14. stephane

    02/08/2004

    Pour Lizza: Le RMI fait parti des transferts sociaux et je propose donc dans mon article de le supprimer avec la multitude d’aides inefficaces existantes. L’interet de baisser le SMIC est multiple: – en rendant le travail peu qualifié moins cher, plus d’entreprises embaucheront et l’on resorbera le chomage, – beaucoup de services deviendront moins chers et les consommateurs (vous et moi) en beneficieront, – l’ecart de revenu entre les gens qualifiés et non s’agrandit. Cela incite les gens a se former et a acquerir plus de competences. Baisser drastiquement le SMIC, c’est pour le supprimer. La vraie solution de liberte est que le salaire soit negocié entre employé et employeur pour qu’il reflete les conditions economiques réelles, et non des sommes arbitraires et idéologiques. Offre et demande. Dans ces conditions, personne n’accepterait de gagner pour moins d’argent que ce dont il a besoin pour vivre

    Répondre
  15. T.Larger

    02/08/2004

    donner de l’argent aux parresseux c’est comme donner de l’alcool à un ivrogne…

    Répondre
  16. immigré

    02/08/2004

    Bonjour, Habituellement, je ne rentre pas dans ce débat mais là c’est un peu « gros »! la bonne vielle recette qui marche partout. Elle a surtout un avantage démagogique, simple à comprendre, elle remporte l’adhésion des simplistes. Un lecteur disait: « Si le gouvernement fait exactement l’inverse c’est qu ‘il doit bien y avoir quelque part des interêts (certainement privés) », on peut dire également que le tenants de cette idéologie (droite libre) ont aussi des interêts à baisser le Smic! vous voyez la limite de votre argument? Concernant les immigrés, il est normal que la classe dominante continue à vouloir les voir en bas de l’echelle sociale. L’accès progressif à une classe moyenne et la dynamique créatrice qui existe chez la jeunesse issue de l’immigration ne peut que faire « flipper » les colonialistes qui prefère les ouvriers qui respectent leur patron et ne réclament jamais rien comme au temps de la colonisation. La gauche, quant à elle, les prefère assistés et reconnaissant, bons soldats pour le collage d’affiche et pour la préparation du couscous, ou alors il faut être passé par la machine à blanchir les beurs(SOS R….) pour être digne! Bref à chacun son Boutih! Vous devez savoir, qu’aujourd’hui, la maturité economique et politique chez les beurs commence, ils n’ont pas besoin ni de malek boutih ni de l’extremiste berberiste de kaci, de la déphasée de Méliane ou de n’importe quel imam ingnorant (il rend plus service aux fachos)! l’avenir vous le montrera. Continuez dans vos certitudes … Merci

    Répondre
  17. Observateur

    02/08/2004

    « J’avoue ne pas bien comprendre l’intérêt de baisser le Smic……. Merci de m’expliquer ;-)) » Le mieux serait même de supprimer le SMIC. Pourquoi ? Parce que le prix véritable du SMIC, doit en fait inclure les charges sociales et patronales qui en font un salaire minimum pour travailler trop élevé : 1800 euros/mois. Ainsi, plutôt que de parler de salaire minimum, il vaut mieux parler de coût minimum d’un salarié. Ce n’est pas de la responsabilité de l’Etat de définir un salaire minimum, ni d’imposer des charges sociales et patronales pour financer le système ubuesque de la sécurité Nationale qui, en plus de ruiner les français, ne fonctionne plus d’ailleurs, mais au marché (demandeurs d’emplois et employeurs) de définir le salaire, suivant les contraintes de l’offre et la demande. L’intervention de l’état n’aboutit qu’à créer du chômage : chômeurs estimés à plus de 6 millions (dont 4 millions dans les catégories 1 à 8 de l’ANPE). Quelles sont les conséquences néfastes du SMIC ? – Il empêche les français au chômage, non qualifiés ou peu qualifiés, qui souhaitent travailler de retrouver un travail et les maintient dans un système d’assistanat généralisé (RMI, allocations diverses…) et/ou dans un état de délinquance. – Il empêche la création ou de développement d’entreprises nouvelles, qui ont d’énormes difficultés à embaucher des salariés, compte tenu du coût très élevé du salaire minimum. – A cause du nombre très important de chômeurs qui en est la conséquence (peu d’offres, beaucoup de demandes d’emploi), il entraîne des déséquilibres, sur le marché de l’emploi, qui empêchent les salariés qualifiés et très qualifiés d’être payés plus, comme ils le méritent. – Puisque le SMIC augmente beaucoup plus que l’inflation, de plus en plus de salariés sont rattrapés par le SMIC, si bien que cela entraîne, de plus en plus, une uniformisation du niveau du salaire, quelque soit la qualification ou la motivation du salarié, comme dans un système communiste. Finalement en imposant le SMIC, l’état n’a abouti qu’à créer du chômage et appauvrir tout le monde : les chômeurs qui ne peuvent retrouver du travail, les salariés qui ne peuvent être augmentés.

    Répondre
  18. Caliméro

    02/08/2004

    bonjour, plutôt d’accord avec Liza. Pas suffisemment de contôles ou trop de complaisance avec les demandeurs d’aides.Ces personnes qui ne sont certainement pas la minorité, sont des pompes a fric.Il faut resserer tous les boulons, imposer une contre partie en échange des aides généreusement distribuées.Tout au moins une volonté de participer a la vie du pays et non de profiter des acquis sur le dos de ceux qui alimentent les caisses.Je vis dans une cité de Seine Saint Denis et je vois trop de gens sans travail, sans ressources officielles toucher des milliers d’euros d’aides et pourtant avoir des voitures coûteuses et partir en vacances deux mois.Des livrets de familles comportants 14 ou 18 gosses….Toucher des APL alors que le logement ne correspond pas à la situation familliale. faire venir des parents ou fréres ou autres se faire soigner avec une carte vitale qui « tourne » de l’un a l’autre.Il ne faut pas remettre les droits en cause mais contôler serieusement tout ça….

    Répondre
  19. Liza

    02/08/2004

    Il faut certainement baisser ou supprimer certaines aides accordées systématiquement aux gens qui arrivent en France (ex d’abus: un Roumain qui vivait depuis plusieurs années dans « ma cité » dans le sud de la France et qui se livre ici à toutes sortes de trafics, est allé chercher deux ou trois enfants dans son pays – des enfants qui seraient les siens mais qui vu leur âge ont dû être conçus en son absence ;-). Ces enfants ont été acceptés comme étant ses enfants par la caisse d’allocations familiales et autres structures chargées de distribuer de l’argent. L’individu avoue l’avoir fait pour toucher plus d’argent). Mais le Smic, ce ne sont pas que les étrangers qui en bénéficient!!! De jeunes Français diplômés doivent s’en contenter au début de leur carrière. Je me suis demandé si M. Erler ne voulait pas parler de baisser le RMI. Ce qui me paraitrait plus logique, les bénéficiaires du RMI ne travaillant pas, ou travaillant au noir, et ne souhaitant pas prendre un emploi qui leur « fait perdre leur liberté » pour une bouchée de pain de plus. J’avoue ne pas bien comprendre l’intérêt de baisser le Smic……. Merci de m’expliquer ;-))

    Répondre
  20. Pierre LAROQUE

    01/08/2004

    Non seulement l’immigration ne sauvera pas nos retraites mais c’est précisément le contraire qui nous attend : le coût gigantesque des immigrés (sécurité, police, justice, aide sociales, délinquance, drogue, criminalité, prostitution, rackets et trafics en tout genre) va mettre fin au welfare state à la française (services publics à bas coût, retraite pour tous, instruction gratuite, sécurité sociale, prestations familiales, aides au logement, etc.)apporté par les 30 glorieuses.

    Répondre
  21. Alex

    01/08/2004

    Parce qu’en France tout va bien au niveau immigration, c’est ça oui? Les immigrés ne posent aucun problème en France? L’immigration est tout-à-fait contrôlée, n’est-ce pas? Infrastrucures délabrées peut-être. Mais en attendant en France la RATP comme la SNCF et comme toutes les entreprises publiques vivent sous perfusion de l’Etat. Ok on a un beau métro et après? Est-ce que ça vaut les milliards qu’on y injecte en pure perte, surtout pour payer les privilèges de ses agents?

    Répondre
  22. T.Larger

    01/08/2004

    qu’est ce qui vous dit qu’avec un libéralisme à la française on aurait un métro à la londonnienne? Faut il donner la retraite aux cheminots à 50 ans et autres privilèges pour avoir un réseau ferré soit disant plus fiable (cf enquètes iFrap). En réalité les anglais n’ont pas encore fini de digerer les manques d’investissements publics d’avant le thatcherisme. Ce que je peux remarquer sans problème c’est que de plus en plus d’anglais achètent des résidences sur toute la façade atlantique, et ils n’ont visiblement plus les problèmes de pouvoir d’achat qu’ils avaient avant la remise en ordre; ça serait plutot nous qui maintenant aurions de sérieux problèmes de trésorerie… Enfin peut etre vivez vous dans un milieu suffisament protégé pour trouver le système actuel confortable M. Christophoros. de plus, à la lumière de ce qui se passe actuellement en France j’éviterais de plastronner en matière d’antiracisme et de contrôle des mosquées.( il est toujours plus facile de voir la poutre…) dernière comparaison, les pauvres anglais travaillent et savent que c’est par le travail qu’ils peuvent s’en sortir, tandis que les notres sont oisifs, et tout le monde sait qu’oisiveté…

    Répondre
  23. R. Ed.

    01/08/2004

    Et l’état de délabrement des instances policières et judicières en France? Les frontières? Du gruyère!(c’est l’emmental qui a les trous et le gruyère qui les porte) Environ 3 millions de clandestins, 800 zones à « problèmes », ce qui représente grosso modo 2 millions de personnes auxquelles ne s’appliquent plus les règles de la République.Et la « Kolossale » dette de l’Etat français? Et les 1200 mosquées « officielles » en France ? Miss Tatcher a permis la remise en place des boulots très peu qualifiés et très mal payés ,naturellement! Le même salaire pour un balayeur et pour un docteur cela ne marche pas: voir l’effondrement du paradis socialiste (là, c’est tout absolument tout qui est délabré, même leurs sous-marins nucléaires sont de véritables poubelles).Le ministre de l’intérieur ,accompagné de ses solides gardes du corps obligé de s’enfuir devant quelques petits caïds de banlieues, en direct à la télévision en plus, vous n’êtes pas un tout petit peu gêné ? Avant de donner des leçons aux autres ,il faudrait d’abord mettre de l’ordre chez soi .(La paille et la poutre,fable bien connue et toujours d’actualité)Vive les communistes, eux connaissent la méthode pour résorber la surpopulation (100 millions de morts pour leur propre bonheur en quelques années)Laissons nous envahir par les Musulmans et nous n’aurons plus besoin de métros, de routes ,de voitures ,de télé etc…Ce sera la bougie, le bourricot et pour la sécu le retour au « medecine man » ou au sorcier!Et le cerveau plus haut que la tête cinq fois par jour.

    Répondre
  24. Bryan.Travis

    01/08/2004

    Bravo pour l`article. Vous parlez surtout des bienfaits de baisser le SMIC et d`arreter l`assistanat, pour mettre en route l`integration des immigrés. J`ajouterais que, en plus d`un boulot, une partie des immigrés voudraient voir que leur integration ne s`arete pas la. Il faut faire refonctionner l`ascenseur social sur la fondation sure du merite; la merite par des resultats, et pas celles des diplomes ou concours etatiques qu`on a passé il y a cinq ou quinze ans. Pour assure cela, il faut permettre aux organisations de virer facilement. Cela leur limiteraient les risques associé a l`embauche, et leur permettrerait de deloger ou du moins faire crediblement pression sur les surpayés qui calcifient les organisations francaises de tous les types; privés, gouvernementaux, d`economie mixte, syndicats, et education. Aujourdhui, face aux organisations calcifiés et le haut niveau de chomage qui decoule du socialisme, les immigrés basanés ou d`ethnicités pas-comme-il-faut savent que l`ascenseur social est deja et toujours plein, au moins pour eux. Bref ce n`est pas suffisant de leur ouvrir la voie aux emplois les moins biens payés, il faut qu`ils puissent monter a tous les etages par leur efforts et le qualité de leur resultats. Cheers, Bryan Travis

    Répondre
  25. Caliméro

    01/08/2004

    Se sont des solutions de bon sens. Si le gouvernement fait exactement l’inverse c’est qu ‘il doit bien y avoir quelque part des interêts (certainement privés),qui nous échappent.Sinon pourquoi laisserions nous entrer des étrangers par centaines de milliers avec déjà 5 millions de personnes sans emplois. Serait – il anti démocratique de ne laisser venir chez nous que les gens ayant un contrat de travail ? Comme cela se fait dans certains pays (Canada).L’immigation doit être positive. Des ouvriers non qualifiés sans éducation scolaire nous en avons déjà plein.Commençons par donner du boulot ceux qui chez nous sont au chômage et si des secteurs manquent de main d’oeuvre usons de l’immigration sélective. Aprés tout ces gens viennent essentiellement des anciennes colonies qui ont demandé leur indépendance, quelque fois par la force.Fort bien. Que nous ayons une dette morale envers les premiére génerations, je veux bien.Mais maintenant il est temps que ces pays prennent leur destin en main.Nous n’avons aucune responsabilité envers des pays comme la Côte d’ivoire qui pourraient être prospéres et qui s’éffondrent pour des querelle éthniques. Nous ne sommes plus concernés par la corruption qui régne en Algérie alors que ce pays dispose de ressources gaziéres et pétroliféres qui lui permettraient d’assumer son avenir. Notre code de la Nationalité engendre des perversions.Il suffit d’être sur le territoire en toute illégalité, de mettre un enfant au monde et toute la famille devient Française. Même Arafat a envoyé son épouse accoucher en France…. La régle doit être que pour recevoir, il faut donner, d’une maniére ou d’une autre, mais pas recevoir sans rien faire. Quand a nous faire croire que l’immigration va sauver nos retraite c’est un peu fort. Pour la plupart ce n’est pas avec leurs qualifications qu’ils vont cotiser beaucoup, par contre au niveau des aides sociales ils vont toucher beaucoup….mais la il n’y a pas de cotisations.

    Répondre
  26. Christophoros

    01/08/2004

    Succès la GB ? Et l’état de délabrement des infrastructures ( prenez le métro à Londres vous ferez la différence avec le métro parisien ) et l’immigration incontrôlée ( vous avez entendu parler des récentes émeutes à caractère racial et de la mosquée de Finsbury Park ? ). Vous en avez d’autres comme cela ?

    Répondre
  27. R. Ed.

    31/07/2004

    Cela porte un nom, ce système:c’est le tatchérisme,appliqué avec résultat en Grande Bretagne il y a quelques années !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)