José Bové n’est pas un démocrate !

Posté le novembre 22, 2003, 12:00
6 mins

Pendant trois jours s’est tenue en banlieue parisienne la grande messe des antimondialistes.

Il faut de toute évidence revenir au terme d’antimondialiste, pour désigner les amis de M. Bové, car, une fois de plus, rien de sérieux n’a été proposé pour trouver une « autre mondialisation », un « altermondialisme ». Arracher les OGM étudiées par les chercheurs français en se sacrant le Sauveur de la France n’est pas un programme politique. C’est au contraire la meilleure façon d’offrir aux multinationales américaines un monopole juteux. Fermer les centrales nucléaires comme on commence à le faire en Allemagne, c’est déverser automatiquement un peu plus de gaz carbonique dans l’atmosphère.

Les partis politiques français sont fascinés par José Bové. Avoir avec soi un tel entraîneur, c’est avoir la certitude de remporter les prochaines élections. La droite n’a pas osé envoyer quelques-uns des siens à sa grande messe : ils se seraient fait virer. Mais elle a utilisé nos impôts pour financer royalement la réunion et personne n’ a refusé les millions d’euros offerts par la droite… Par contre, tous les partis de gauche ont envoyé des représentants. Ils ont été tolérés et seuls quelques socialistes semblent ne pas avoir plu à tout le monde. Tous les démocrates français flattent actuellement, assez bassement, cet entraîneur génial.

José Bové ne veut pas encore s’engager dans la politique, pour deux raisons essentielles.

Il sait d’abord que sans programme économique et social sérieux, on a peu de chance de prendre démocratiquement le pouvoir. En dehors de la taxe Tobin ou de l’interdiction des recherches sur les OGM, José Bové ne propose rien de concret. On ne devient pas majoritaire avec du vent.

Il sait ensuite que son élection à la tête d’un parti l’obligerait, d’une façon ou d’une autre, à jouer le jeu démocratique. En dehors du monde politique, on peut refuser l’Organisation Mondiale du Commerce et dire qu’il y a une alternative à la mondialisation, celle qui vient directement du peuple. Intégré au monde politique, et devenu représentant du peuple, on est bien obligé de créer une structure qui fera ce qu’essaie de faire l’OMC.

La rapide évolution technologique transforme à une vitesse de plus en plus grande la vie de chacun d’entre nous. Le fils ne fait plus toute sa vie le métier du père. José Bové, en arrachant symboliquement les OGM ou en cassant un Mac Do, nous montre que cette évolution doit être stoppée. Il refuse les OGM, bien que ceux-ci aient sorti les Indes de la famine. Il refuse le Mac Do, bien que des millions de jeunes l’apprécient. Il refuse l’atome, bien que sans énergie atomique des milliards d’humains continueront à rester sans eau potable. Il utilise avec un art extraordinaire toutes nos peurs viscérales : peur du changement avec les restructurations économiques, peur de la mal bouffe en mangeant des OGM, peur de la leucémie en subissant les radiations atomiques, peur de la pollution qui va stopper le développement durable.

Ce meneur rêve pour nous d’une société figée et veut nous l’imposer par la force.

José Bové est un homme de pouvoir, c’est évident. Mais José Bové n’est pas un démocrate, c’est tout aussi évident. Il se moque éperdument des lois républicaines et il n’hésite pas à utiliser la violence pour imposer ses propres lois. Il crée actuellement en France, avec une intelligence remarquable, un dangereux contre-pouvoir non démocratique.

Son aventure me rappelle l’aventure d’un autre homme remarquable. Elle est arrivée dans l’Allemagne des années trente, déboussolée par la défaite et ayant peur de son avenir. Un homme s’est alors dégagé du peuple allemand. Il utilisait la violence pour prendre le pouvoir. Il n’a pas promis à l’Allemagne un développement durable, mais seulement la paix pour mille ans. Quand ce grand homme a pris le pouvoir, presque démocratiquement, les gouvernements démocratiques de l’époque, dont la France, ont pris une courageuse décision. Ils ont demandé à leurs peuples de ne plus l’appeler uniquement « Hitler », mais « Monsieur Hitler », ce qui était plus respectueux…

4 réponses à l'article : José Bové n’est pas un démocrate !

  1. patviro

    28/11/2003

    excellent article dont je partage la pensee joseph Bove est un pseudo paysan qui voyage gratos et se fait subventionner par la droite il est moins C qu il en a l air!!

    Répondre
  2. Razafimanantsoa

    25/11/2003

    Fait-il tant d’adeptes le laisse penser les apparences? La presse de gauche et d’extrème n’essaie-t-elle pas, comme à l’accoutumée, de crier plus fort que les autres pour favoriser l’émergence d’un des siens, bruyant mais minauritaire?

    Répondre
  3. kaufmann

    24/11/2003

    Beaucoup de personnes se laissent prendre à ce piège que représente Joseph (son vrai prénom) BOVE, sur le bien fondé de ses propos … Cet un révolutionnaire d’extrême gauche, qui cherche à s’imposer vu la déconfiture de la gauche traditionnelle, il a l’appui de certains médias gauchistes commelui. IL N’Y A RIEN DE BON A ATTENDRE DE CET ENERGUMENE §

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)