La chute du Krach 40 et le beau bilan de la bourse

Posté le juin 10, 2011, 12:00
9 mins

J’ai joué en bourse comme beaucoup de jeunes de ma génération, au moment des privatisations d’Edouard Balladur. A l’époque, tout cela avait pour nous l’attrait de la nouveauté ; nous fûmes frappés par le krach d’octobre 1987 ; mais cela ne découragea personne ; quand on aime, on ne compte pas, surtout comme on aime trop le capitalisme, les dérégulations et tout le reste. Nous préférons un système qui promet la richesse à un système qui la crée (le travail et l’épargne, disait mon maître Guizot) : n’est-ce pas cela, l’utopie ? N’est-ce pas cela, ce néo-libéralisme qui a tué le libéralisme ?

On a créé l’euro et imposé les dérégulations, on a imposé la mondialisation et la puissance chinoise pour satisfaire les administrations et les marchés, c’est-à-dire (soyons concrets, pour une fois) quelques milliers de personnes devant leurs claviers d’ordinateurs, et quelques universitaires apostats (voir le très bon « Inside job », qui narre l’apostasie de la caste universitaire américaine en la matière) qui ont imposé toutes les dérégulations de nos sociétés qui se sont avérées, au moins pour nous, un fiasco total. Car tout le monde sait que 99% des gens vivent plus mal que leurs parents ou même leurs grands-parents. Certes le vieillissement non calculé de nos sociétés y est pour quelque chose, mais la retraite par capitalisation ne devait-elle pas tout arranger ?

Je me souviens de cette première cotation de l’euro en janvier 2002, alors que la bourse prenait 5%… Mais depuis, que s’est-il passé ? Le CAC est gentiment passé de 7 000 à moins de 4 000, en attendant moins, et en ayant essuyé des troubles non moins terribles au moment de l’affaire Enron ou du krach de 2008 que les États, les contribuables donc, ont été invités à éponger. Mais en dix ans, une partie du CAC40 a été vendue aux étrangers, ou liquidée, ou remplacée, ou affaiblie. Même la « succès story » de Bernard Arnault, vantée par la presse économique qui lui appartient, est à relativiser : car si lui pèse quarante milliards de dollars, on ne peut pas dire qu’il ait fait la fortune de son petit porteur. Cotée à 117 euros l’action, LVMH valait déjà 90 euros en 2000… Elle a moins monté que mon livret A ! Et l’an dernier elle a profité des rumeurs, comme on dit, de l’acquisition pas très claire de la société Hermès.

Sur 25 ans, le CAC a baissé

Par contre, j’en ai vu des effondrements ! J’ai vu l’effondrement de la belle valeur Alcatel, qui a ruiné une génération de petits porteurs (on me dira que c’est bien fait pour eux ; je sais, mais alors dans ce cas…), passant de 97 à 2 euros, larmoyante depuis, société sans usines, sans capital, sans rien sur elle… Renault vaut moins aussi qu’il y a douze ans, alors que le rachat de Nissan était passé par là, et que l’on attendait monts et merveilles du cars’ csar, comme la revue Fortune avait baptisé le désormais oublié Carlos Ghosn.

Au moment de la crise de 2007, alors que le CAC valait 30% de moins qu’en 2000, j’ai entendu le bon vieux Jean-Pierre Gaillard nous expliquer que les crises étaient inévitables, mais que sur le moyen terme la bourse était toujours gagnante. Ah bon ? Mais sur vingt-cinq ans, le CAC a baissé, ou son équivalent. Il valait déjà plus de 2 000 en 1990, le CAC, avant que Bush père, avec sa première guerre en Irak, ne lui torde le cou. Le CAC valait donc plus en 1990 qu’aujourd’hui, compte tenu de l’inflation et du reste, et il a rapporté moins que n’importe quelle assurance-vie ou, bien sûr, que l’immobilier.

D’autre sentaient la venue des vaches maigres. Warren Buffet rappelait en 2000, dans Forbesmagazine, que la bourse n’avait pas monté entre 1965 et 1978 (le Dow était demeuré à 800), alors qu’elle avait octuplé entre 1979 et 1999. Le tout, alors que l’on avait vaporisé l’appareil de production américain ; et que la croissance du PNB avait été de toute manière inférieure à celle qu’elle avait été durant les années 60 et 70… mais cela ne me console pas, et ne répond pas à la question que je pose : pourquoi nous avons décidé de détruire ainsi de la valeur ? Tout se passe comme dans le conte d’Andersen Les habits neufs du grand-duc. On a déshabillé le roi en lui promettant un merveilleux habit, et on a ruiné le trésor. Le social-libéralisme de l’époque aura accompli un tel miracle (*), sans doute parce qu’il obéissait à une gnose plus qu’au bon sens.

Ajoutons que nous sommes à la veille deux autres miracles : la chute de l’euro et celle du dollar, qui verront les pyromanes se déguiser non en rois nus, mais en pompiers cette fois. A moins que l’électeur français ou américain ne réagisse en 2012. C’est parti pour, des deux côtés de l’Atlantique.

Nicolas Bonnal

(*) Voir Mal à droite, Ed. Michel de Maule.EUR 9,50

À commander auprès de notre service abonnements : 9,50 euros (+ 5,50 e de port) 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 OU
ACHETER SUR AMAZON

17 réponses à l'article : La chute du Krach 40 et le beau bilan de la bourse

  1. Jerome

    29/09/2011

    L’auteur de cet article ne fait pas la difference entre prix de l’action et valeur de l’entreprise. Il ne prend pas en compte les dividendes, les warrants et les stock options. Il pense que que si le prix de l’action baisse, l’actionnaire s’apauvrit…Alors que c’est le cash flow qui enrichit le porteur.

     

    Certains commentateurs vont meme jusqu’a dire que la bourse est une arnaque pyramidale….

     

    C’est vraiment dramatique de voir autant d’ignorance.

    Répondre
  2. Anonyme

    15/06/2011

    ozone : "La France ne prend pas de risques ? Et l’immigration incontrolée c’est quoi.."

    –       C’est du suicide, et c’est tres different.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  3. ozone

    14/06/2011

    La France ne prend pas de risques ?

    Et l’immigration incontrolée c’est quoi…

    Répondre
  4. Anonyme

    14/06/2011

    Ozone : " Si le second fait trois ou quatre operations du genre il va passer les prochaines années a méttre des ciérges a tous les saints."

    –     Mettre des cierges, je ne sais pas si c’est efficace pour les actions (sauf celles de la cie fabriquant les cierges), mais ça aide les curés et ca ne fait pas de mal. Par contre, pour la gestion d’un portefeuille, il faut evidemment du travail et de la reflexion. Les gens sérieux ne "jouent" pas en Bourse, ils étudient et ils investissent. Beaucoup de recherches, beaucoup d’hypotheses, et il faut également accepter la notion de risque, comprendre que la vie sur notre chere planete comporte du risque et implique du risque.

    C’est justement parce qu’ils se planquent – ou qu’ils menent un faux combat innoffensif contre une religion, au lieu de s’en prendre aux hommes – et qu’ils refusent le risque que les Franchouilles coulent la France…. Pas de risque? Alors, c’est la défaite et la mort, car l’autre, en face, il en prend (des risques, that is) et il gagne, et c’est l’histoire de France que nous écrivons en ce moment. On peut etre fier de nous…. 

    Best,

    Mancney

    Répondre
  5. ozone

    13/06/2011

    Mancney

    Si le second fait trois ou quatre operations du genre il va passer les prochaines années a méttre des ciérges a tous les saints.

    Et s’il se produit une augmentation de capital entre temps sur les sociétés qui le concerne il ne lui reste qu’a faire des confétis.

    Répondre
  6. Anonyme

    13/06/2011

    isocrate : " Avoir méprisé avec une telle morgue les "petits porteurs" a été une   erreur stratégique colossale de ce  gouvernement;  il  va la payer cher et comptant."
    –       Bravo! Ca y est! Maintenant, c’est au Gouvernement de nous faire gagner en Bourse! What next? Satisfaire nos femmes?
    C’est sur qu’en pensant cela, il vaut mieux voter a Gauche!
    L’esclavage, sous une forme différente et plus subtile, et
    dans le sens de liberté "limitée", est toujours en vigueur en Occident! 

    Best,

    Mancney

    Répondre
  7. François

    13/06/2011

      Merci, Ozone pour cette leçon de bourse pour les nuls! Sans vous, je serais encore bien ignorant des lois élémentaires du marché…
      Expliquez moi plutôt pourquoi, d’après les tenants du socialisme absolu, ce sont toujours les mêmes qui "s’enrichissent en bourse en ne faisant rien" ( les méchants) et d’autres sont systématiquement perdants ( les gentils).
      Deux solutions:
       – Tous les incapables sont chez les gentils et tous les compétents sont chez les méchants.
       – Ce que les gens de gôche racontent sur la bourse n’est qu’un tissus de mensonge. Ou plutôt les demi vérités sont soigneusement sélectionnées pour faire coller l’histoire à l’idéologie.

      Inutile de vous dire que statistiquement la première possibilité est hautement improbable.

    Répondre
  8. Anonyme

    13/06/2011

    Ozone : " Tout simplement parce qu’a la bourse tout le monde ne peut pas gagner,si vous vendez une action au plus haut il faut que quelqun accépte de l’acheter a ce prix,sinon le titre baisse dés qu’il n’y à plus de demande."
    –      Ca, ce serait exact en temps figé. En temps variable ( comme le temps qui passe et rapasse…), le premier a gagné en vendant le lundi et le deuxieme a encore gagné en revendant le mardi… ou le mois d’apres, ou l’année suivante, car chaque jours qui passe crée de la richesse. Et Francois a bien raison d’écrire :
    Francois :" Un certain nombre de gens passent leur temps à regarder dans l’assiette du voisin en l’enviant mais quand on leur propose de faire pareil, ils hurlent qu’on les assassine! Allez comprendre…"
    –     Juste pour voir, sur le forum, j’avais donné un tuyau – que je pensais speculatif – le mois dernier sur l’action (lithium) LEXG, qui etait alors a $2,12. Avant de redescendre aujourd’hui autour de $1,50, le cours a atteint plus de $11 Dollars. Pas mal, n’est-ce-pas? Pour ma part, j’ai revendu autour de $7,00, et engrangé ainsi un bon profit; mais qui des donneurs de conseils avisés ont fait la meme chose?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  9. isocrate

    13/06/2011

    Hé oui, Ozone! il y a de bons placements et de mauvais placements boursiers ( y compris sous forme d’assurance vie, mais il faudrait être bien fou pour   "miser"  sa retraite en actions !), comme il y a du "bon"  immobilier et de l’immobilier qui ne vaut plus rien (invendable)  parceque  "l’environnement" (euphémisme) a changé en 10 ans, même si la FNAIM vous fait croire que  le mètre carré  (en moyenne) a doublé au cours de cette période. Quant aux taxations Sarkozy, je suis bien d’accord avec vous, et c’est pourquoi "nous" allons voter cette fois (qui n’est pas coutume)  pour le centre  gauche.
    Avoir méprisé avec une telle morgue les "petits porteurs" a été une   erreur stratégique colossale de ce  gouvernement;  il  va la payer cher et comptant.
    Plus je relis l’article de Bonnal, plus je constate qu’il est totalement désinformant.  Sa diatribe sur LVMH, un phare de la cote,   par exemple,  frise carrément le ridicule.

    Répondre
  10. ozone

    12/06/2011

    François

    " La bourse enrichi les " méchants Kapitalistes" qui y jouent mais ruinerait systématiquement les fonds de pension qui feraient la même chose?"

    Mais alors pourquoi dans cette crise les mémes se sont enrichis et la plupart des retraités ont perdu une bonne part de leurs placements et sont revenus au travail pour ne pas crever alors qu’une gestion similaire aurait du les enrichir?

    Tout simplement parce qu’a la bourse tout le monde ne peut pas gagner,si vous vendez une action au plus haut il faut que quelqun accépte de l’acheter a ce prix,sinon le titre baisse dés qu’il n’y à plus de demande.

    Il est a remarquer que les dérnieres taxations sarkozystes des plus values visent le bas de l’échelle,aprés avoir beaucoup parler de "l’actionnariat populaire" ils décident de le faire disparaitre.

    Ce que n’avait méme pas fait la gauche

    Répondre
  11. François

    12/06/2011

      Il y a des réactions amusantes. La bourse ruine, paraît il mais en taxant les revenus mobiliers, certains nous promettent que l’argent affluera dans les caisses de l’état.
      Les actionnaires se gavent, paraît il mais quand le gouvernement propose d’imposer une prime au bénéfice des salariés dont l’entreprise distribue des dividendes, il paraît, d’après les syndicats et les gens de gôche, que ceux qui en bénéficieront seront rarissime car peu d’entreprises seraient concernées; Ah bon?  On peut donc en déduire que les entreprises qui " gavent leurs actionnaires" sont  peu nombreuses alors?
      La bourse enrichi les " méchants Kapitalistes" qui y jouent mais ruinerait systématiquement les fonds de pension qui feraient la même chose?
      C’est tout de même rigolo: Un certain nombre de gens passent leur temps à regarder dans l’assiette du voisin en l’enviant mais quand on leur propose de faire pareil, ils hurlent qu’on les assassine! Allez comprendre…

    Répondre
  12. isocrate

    12/06/2011

    Diagnostic: vous ne savez pas jouer en bourse,  ou vous êtes mal conseillé, M. Bonnal, c’est pas plus compliqué que ça.
    Sur 20 ans, un investisseur lambda un peu attentif sort la tête haute de deux crises majeures et  fait   mieux que n’importe quel placement immobilier sans en avoir aucun des  inconvénients (capital immobilisé, frais  et  problèmes de copropriété,  travaux,  mises aux normes, impôts fonciers, absence de liquidité, frais d’agence et notariés, conservation des hypothèques, sans parler des frais de prêts si besoin est, ni des problèmes  et des coûts  induits du locatif dit de "rapport", mais le plus souvent  de "pertes").
    Je vous rappelle aussi que l’immobilier n’a, contrairement à une idée reçue  bien franchouillarde,  rien d’un placement sûr (cf. le  krach immobilier de la fin des années 1990) .
    Un seul conseil: louez  votre résidence principale, et comme disait  justement Guizot , "enrichissez vous" … à la bourse.

    Répondre
  13. christian

    11/06/2011

    Bonjour,

    Bonne constatation.

    Pourquoi, croyez -vous, qu’ils ont incité les petits épargnants à jouer en bourse, sinon pour les plumer.
    C’est gens là, savent gagner un maximum d’argent.
    Et vous pouvez être certain, que si l’arrivé des petits porteurs leurs avait fait courir le risque d’en gagner moins, jamais ils n’auraient autorisés qu’ils rentrent sur les marchés.
    Pas fous!  ;o)

    Bonne journée
    Christian

    Répondre
  14. ozone

    10/06/2011

    La bourse fonctionne selon le principe de l’escroquerie pyramidale,il faut a la base apporter de l’argent pour que quelques uns au sommet puissent se remplir les fouilles,ceci devient évident quand un "investisseur" notoire achéte un lot d’actions et s’arrange pour le faire savoir,cela attire tout ceux qui se disent qu’il à des informations alors c’est le moment d’y aller,la suite est bien connue,le titre flambe et "l’investisseur" vend discrétement,les derniers arrivés sont baisés quand le fleuve revient dans son lit.

    Cela peut étre assimilé a de la manipulation de titre le plus légalement du monde.

    C’est la raison d’étre des fonds de pensions,alimenter la pyramide a sa base,cela à favorisé la spéculation folle des années 80 et 90,

    La concurrence entre les groupes industriels devrait plutot étre nommée guerre économique,le but étant de ne pas se faire bouffer par achat de leurs actions par un adversaire,donc il est vital d’étre le plus "gros" possible et que les titres de la societé en question soient au plus haut,a partir de là tout peut partir de travers,pour fournir le dividende le plus important se produisent rachat de capital propre pour étre détruit au lieu de réinvestir,délocalisations,stagnation des salaires etc,de plus,dans le cas des banques c’est le déchainement des prix des services,dans une guerre il faut des munitions.

    C’est l’arrivée massive d’argent qui induit toutes ces dérives,sans parler des instrument financiers a térme qui coupe la bourse de l’economie réelle.

    Je ne veut pas dire que la bourse est inutile,certainement pas,mais il faut méttre tout un tas de petits génies trop créatifs au pain sec,sinon tout cela va continuer dans cette institution transformée en casino

    Répondre
  15. sas

    10/06/2011

    Bravo mr bonal…..vous vennez enfin de comprendre qu au bonneteaux …..pour que certains initiés s enfornent plein les poches……ils doit y avoir des gogos qui se retrouve forcément en slip…

    et dans ce jeu de cons…..ou il n y a massivement que des perdants…..tel l arnaqueurs il y a toujours les mouton pours allécher les gros loups…..qui eux a leur tour se font de suiste chopper par des tyranauspéculateur……qui au finnal engloutissent tout et tout le monde et la moindre tunne….

     

    rien de nouveau…faut juste porter plainte aux gendarme de la bourse…la COB ou les autres singes…pour vous donner bonne conscience a votre naivitée et votre imprévoyance…

     

    ARF ARFARF

    sas

    Répondre
  16. vozuti

    10/06/2011

    les progrès technologiques  augmentent la productivité et la production mais cela ne suffit pas pour les orgiaques insatiables qui tiennent le pouvoir.    ils ont donc remis au gout du jour la vielle recette de l’esclavage:     par l’immigration massive puis par le transfert massif de la production en chine.                      les pays occidentaux sont vidés de leurs richesses et remplis d’envahisseurs pour satisfaire l’avidité sans limite de quelques gloutons bavant sur les liasses de billets.

    Répondre
  17. Jaures

    10/06/2011

    Curieux tout de même: la bourse stagne, voire baisse, les petits porteurs se ruinent et pourtant, les traders accumulent les bonus et les banques les profits !

    Quand je pense que certains voudraient voir nos retraites dépendre de ce jeu de dupes sordide.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)