La comédie du prélèvement à la source

Posté le septembre 18, 2018, 5:15
2 mins

Alors que la forte proportion des paiements mensualisés prouve l’ex­istence d’un consensus pour gérer une trésorerie familiale, faite de mouvements réguliers plutôt que d’à-coups, pendant la séquence de « cafouillage » sur la mise en place de la retenue à la source, les médias ont axé leur analyse exclusivement sur la crainte d’un choc psychologique devant une brusque baisse de pouvoir d’achat début 2019, soit juste avant les élections européennes !

Habituellement féconds en scoops, nos « journalistes » n’ont, pour aucun d’entre eux, évoqué le point réellement anxiogène : la perte, par le contribuable, du contrôle des mécanismes de perception de son impôt, car, en cas d’erreur, l’entreprise lui dira : « Voyez avec le Service des impôts » et les Impôts : « Le nécessaire a été fait auprès de votre entreprise » – de telle sorte qu’en attendant que la concertation s’organise entre les deux, l’argent perçu en trop restera bloqué dans les caisses de l’État.

Quant aux crédits d’impôts, au­cun de ces mêmes « journalistes » ayant interrogé Gérald Darmanin, ne lui a demandé si le montant global à rembourser fin 2019 avait été estimé ni quelles précautions avaient été prises pour que le contribuable n’attende pas l’argent aussi longtemps que celui des assurances après une catastrophe.

La séquence de fausse hésitation quant à la mise en place de la retenue à la source semble donc, une fois de plus, une comédie destinée à créer l’illusion d’un exécutif ayant « du courage politique » en brandissant un faux risque, alors que les vraies bavures n’apparaîtront qu’une fois les élections passées.

3 réponses à l'article : La comédie du prélèvement à la source

  1. HansImSchnoggeLoch

    18/09/2018

    Des bavures il y en aura certainement beaucoup.

    Si on analyse les risques, l’aléa se situera presque toujours du côté du contribuable.
    Si on lui prélève de trop il ne sera remboursé que plus tard et il n’est même pas sûr de tout récupérer.
    Si on ne lui prélève pas assez il sera redressé avec une une possibilité d’être pénalisé pour retard.

    Bravo à toutes celles et tous ceux qui ont voté pour ce gouvernement de cloches.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19/09/2018

      curieusement cela marche très bien dans les pays démocratiques mais … luthériens !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        19/09/2018

        Vous semblez oublier que ces pays pratiquent l’imposition individuelle alors que la France pratique l’imposition par foyer fiscal.
        Il y a une une différence notable entre ces deux concepts et le premier est plus facile à être adapté à un prélèvement à la source.

        PS: le luthérianisme n’a rien à voir dans ces concepts, ne mélangez pas Dieu et César.
        SVP omettez vos point multiples dans les phrases, cela n’apporte strictement rien à vos allégations.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)