La démagogie communiste n’est pas morte !

Posté le janvier 20, 2020, 3:11
3 mins

Le monopole des transports parisiens nous éclate à la figure.

Le régime libéral n’a pas joué son rôle normal.

Voyons les chiffres :
– conducteur français de TGV Paris-Francfort : salaire 4 500 à 6 000 € (avec les primes), 25 heures par semaine, retraite à 50 ans, plus les avantages sur les transports.
– le même conducteur sur la même ligne, mais allemand, gagne 1500 à 2 500 €, pour 41 heures par semaine et une retraite à 67 ans.

L’occasion était trop belle pour les syndicats communistes de défendre les travailleurs et gagner des voix aux prochaines élections et aussi améliorer le nombre de cotisants, alors que leur fameux journal était, lui aussi, en faillite.

L’Ifrap comparait récemment l’absentéisme dans les secteurs privé et public : dans le public, il est en moyenne de 27,7 jours par an, contre 15 jours dans le privé.

Pour les congés et RTT, ce sont 43 jours dans le public et 23 jours dans le privé.

Et voilà un président qui voudrait simplement l’égalité des retraites !

Il est vrai que cette réforme n’a pas été expliquée.

Notre président n’habite pas à Versailles, mais à l’Élysée – la dorure y est quand même omniprésente. Citoyens, dormez tranquilles, tout va très bien, Madame la marquise !

D’après les médias, 43 à 50 % des Français soutiendraient les grévistes. Bien sûr, les télévisions d’information en continu invitent continuellement des gauchistes de tout poil pour qu’ils développent leur philosophie : encore de bonnes occasions pour gagner des voix aux prochaines élections.

Cette démagogie est aussi le fait de Mélenchon avec sa manif avec les musulmans.

Ou du camarade Patrice Bessac, à Montreuil, qui invite les Maliens à bras ouvert : 12 foyers dans la commune quasi gratuits, studio à 139 € moins les APL !

Et le camarade nous dit que « l’immigration, c’est la richesse de la France » et aussi qu’on peut « travailler moins et gagner plus ».

En revanche, il ne nous dit pas combien d’argent les Maliens envoient au pays. Mais, avec quelques régularisations, cela ferait aussi de bonnes voix aux élections.

Les arguments du gouvernement qui nous parle du déficit des retraites et aussi d’une dette de 2 300 milliards de l’État, c’est du « pipeau ». Un gouvernement communiste saurait les régler : il suffit de faire payer les riches, ils le répètent continuellement, c’est tout simple !

Il suffit de copier le régime communiste de 1917 (les Russes, eux, n’y sont plus car ils ont compris que ça ne marchait pas, comme les Chinois) mais nos bons Français communistes rêvent encore et toujours de revenir en 1917 chez nous.

Une réponse à l'article : La démagogie communiste n’est pas morte !

  1. quinctius cincinnatus

    21/01/2020

    le titre : les utopies d’ une certaine droite non plus !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)