La dette publique et le désastre monétaire

La dette publique et le désastre monétaire

Le remboursement de la dette nationale donne souvent lieu à des commentaires irréalistes. La plupart du temps, le problème est mal posé.

Généralement, la dette d’État n’est jamais remboursée : son remboursement à échéance aux prêteurs initiaux est tout simplement ré-emprunté dans les conditions du moment. C’est pourquoi la charge de la dette est présentée à juste raison en termes de charge des intérêts.

Si le principal lui-même est modéré par rapport au PIB et au budget de l’État, on peut imaginer son remboursement effectif partiel en y consacrant une part des recettes, pour réduire progressivement la charge ultérieure. Mais, le plus souvent, si le principal est faible, les intérêts sont supportables et on se soucie peu de rembourser.

Si le principal est élevé, voire très élevé comme c’est le cas en ce moment, son remboursement progressif devient à la fois indispensable et impossible, car la charge des intérêts est telle que les ressources budgétaires manquent pour rembourser… Il est même probable qu’on devra continuer à emprunter davantage encore, seulement pour payer les intérêts.

C’est pourquoi l’avenir de nos finances, surtout celles de nos enfants, est catastrophique car, d’une part, nous serons con­damnés à payer, à dette égale, des intérêts de plus en plus élevés (les emprunts de « remplacement » seront certainement souscrits à des taux supérieurs à ceux actuels, très bas) ; mais, d’autre part, nous serons de plus en plus incapables de procéder au moindre remboursement !
Pour redresser cette situation catastrophique, il y a deux leviers : la réduction drastique des budgets publics, national et territoriaux, et l’augmentation rapide du PIB, c’est-à-dire la croissance.

Pour la réduction des budgets publics, nous savons à quoi nous en tenir : aucun gouvernement n’est capable de l’imposer même en période de croissance. Inutile donc de rêver.

Reste une croissance prochaine et rapide : irréaliste dans la position actuelle des prix français à l’exportation, qui ne sont plus compétitifs et interdisent d’envisager raisonnablement un rééquilibrage de la balance extérieure. Cela est dû au taux de hausse des prix, structurellement plus élevé chez nous que chez nos concurrents européens.

Les causes en sont, d’une part, les lois sociales (SMIC, 35 heures, indemnisations du chômage, protection sociale sans discernement), parfois justifiées à l’origine, mais devenues hors de nos moyens ; d’autre part, le retard considérable d’investissement, conséquence des baisses de ventes, et qui entraîne une baisse relative de la productivité. Nous avançons comme la Grèce, mais moins vite
Tous ces phénomènes sont bien connus et naturels, et se corrigent habituellement par les évolutions de taux de change.
Malheureusement, l’euro nous en empêche.

Ne nous le cachons pas : il n’y a alors pas de solution. Il est certainement réconfortant pour Messieurs Trichet, Barroso, et leurs compères, qui nous ont conduits dans cette impasse, de trouver encore des adeptes à ce soi-disant système monétaire merveilleux.

En réalité, ce système inepte s’est révélé néfaste dans tous les domaines : hausse continue et irrépressible des prix réels et du chômage, baisse des parts de marché à l’exportation comme à l’intérieur, désindustrialisation massive et récurrente, vieillissement des industries locales, disparition lente des savoir-faire, érosion continue des rentrées budgétaires…
C’est en fait un cercle vicieux dont on ne sait plus sortir.

On cherche en vain sous quelle forme se manifeste la « bénédiction pour l’Europe » et la perspective d’éviction du dollar.
L’instauration de ce dont les Américains disent que « ce n’est pas une monnaie, mais une expérience » a été faite sur de tels slogans, sans démonstration.

Maintenant, la démonstration est là ; elle coûte déjà des milliards. Elle en coûtera encore davantage à nos enfants, et certains pays de la zone euro vont tomber sous tutelle du FMI, sort réservé jusqu’ici aux pays du Tiers-monde.
Grand succès en vérité !

Comme le communisme, criminel et écrasé, l’euro trouve encore des défenseurs…
Il faut dire que, en général, dans les deux cas, il s’agit de gens qui n’ont pas souffert des conséquences de leurs erreurs.
Les mensonges ont la vie dure…

Jean-Pierre Delmau

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Guy Répondre

    Loi Rothschild 1973, puis article 104 du traité de Maastricht, enfin, article 123 du traité de Lisbonne.

    28/12/2010 à 14 h 51 min
  • ozone Répondre

    Comment ça l’euro n’à rien a voir?

    C’est une hérésie économique,ça masque les differences de compétitivité des différentes nations,comme cela a été le cas en Thaylande (1997) et en Argentine (2001),ce sont des considerations politiques qui ont veillé a sa creation.

    L’Allemagne en est le grand bénéficiere,ses exportations a l’intérieur de la zone sont montés a 45% au benéfice de la disparition des problémes de change,de plus,les "avantages" tants vantés de la monnaie unique sont son principal poison.

    Pour que l’euro puisse marcher il aurait fallu que l’UE joue de la puissance de son marché intérieur,comme le font les chinois ;pour éviter la désindustrialisation massive qui se produit,entrainant dans son sillage des déficits en avalanche.

    C’est tout le contraire qui s’est produit et maintenant ce sont les chinois qui vont se payer l’Europe,belle revanche des "55 jours".

    24/12/2010 à 21 h 57 min
  • pi31416 Répondre

    Depuis 1914 les politiques économiques françaises se sont faites à coup de dévaluations répétées, donc, pour parler net, on a battu monnaie de singe. Depuis son entrée dans la zone euro, plus de monnaie de singe, mais la Semeuse n’en continue pas moins à semer à tout vent, clientélisme oblige, en disant aux fourmis ses voisines «prêtez-moi, prêtez-moi, je vous rembourserai à la Saint-Glinglin si Dieu me prête vie».

    L’euro lui-même n’a rien à voir là-dedans.

    24/12/2010 à 5 h 20 min
  • ozone Répondre

    Va manquer des poteaux.

     

    Voilà ce qui arrive lorsque des "élites" orgueuilleuses et suffisantes décident de ne plus écouter les peuples,souvenons nous du résultat du référendum de Mastrich,0’5% d’écart (?),ni parler de celui de 2005 ou ils se sont simplement assis dessus,nous n’avons méme pas étés reconsultés comme les irlandais,nous ne sommes que des m….. a leurs yeux,et maintenant ils veulent "modifier" leur foutu traité en prenant surtout garde qu’il n’y ai pas de référendums nul part,a ce niveau d’infamie seul Dieu peut savoir ce qu’ils préparent pour nos pauvres nations.

    22/12/2010 à 21 h 12 min
  • Daniel Répondre

    C’est tellement vrai que personne n’a rien à redire.  Et ceux qui ont la parole sont ceux qui ont profité et profitent encore de ce vol. Dans le meilleur des cas, ils sont penaud;  dans le pire, tel jojo, ils en redemandent et trouvent de nouveaux mensonges pour excuser ce crime organisé.  

    22/12/2010 à 20 h 12 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: