La France médaille d’or de l’impôt

La France médaille d’or de l’impôt

Nicolas Sarkozy avait dit : « Je ne serai pas le président qui augmente les impôts ! » En effet, le maximum tolérable est déjà largement atteint et face à la concurrence mondiale, ce serait un suicide. Le patrimoine des Français est taxé par une accumulation, une surenchère fiscale, la doctrine d’Etat  rêvant de taxer tout ce qui bouge et de prélever sur le reste.

65 milliards d’euros sont prélevés sur le patrimoine des Français, soit 3,4 % du PIB %, un chiffre largement au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, qui ne dépasse pas 1,9 %. Nous sommes également les champions du monde pour la fiscalité des entreprises, ce qui explique les délocalisations et notre taux de chômage.

Les impôts locaux, taxes foncières, taxes d’habitation représentent plus d’un mois de revenus moyens pour les ménages ! Le mille-feuilles administratif, au coût exorbitant, ruine la France et les Français. Pourtant il n’y a pas de réforme sérieuse en vue, nos élus défendant leurs fromages avec une énergie, un courage farouche…

Après les « riches » propriétaires et les « riches » patrons, viennent les salariés, que le fisc « ratiboise » des deux tiers du fruit de leur labeur, par le biais des cotisations patronales, salariales, plus la part des impôts et taxes affectées du budget de l’Etat : pour financer notre protection sociale à la dérive, les prélèvements fiscaux et sociaux représentent en effet 71, 3 % du salaire moyen ! Ce qui porte atteinte au pouvoir d’achat des travailleurs, qui n’en touchent que 28,7 %. En réalité les contribuables français financent leur assistanat, minoré par des frais de distribution qui varient de 5 % à 35 %, suivant les nombreux et coûteux organismes qui redistribuent notre argent.

Conclusion : Pour la droite comme pour la gauche (dominée par un parti socialiste qui a toujours été le parti de l’impôt), il n’existe pas de marge de manœuvre face à la crise. Et l’on continue à dépenser par et pour la fonction publique! Le pire reste donc à venir et il n’y a pas de quoi être rassurés pour l’avenir.

Partager cette publication

Comments (7)

  • pi31416 Répondre

    Jaurès demande: Maintenant il faut que vous m’expliquiez ce que l’héritage a à voir avec la réussite ou le mérite.

    A vos ordres mon colonel.

    Il a à voir avec la réussite ou le mérite de celui dont on hérite.

    C’est scandaleux. On ne devrait pas avoir le droit de se mêler de ce qui arrive à son bien après sa mort. Déjà qu’on soit autorisé à en disposer à son gré de son vivant me paraît d’un laxisme que je n’hésite pas à qualifier de nauséabond.

    Le remède serait pourtant simple.

    1. Héritages taxés à 100%. Question réglée.
    2. Revenus imposés à 100%. Institution du CA (Carnet d’Abondance). Le carnet d’abondance est un carnet de coupons à découper à présenter au magasin d’Etat de votre domicile, en échange desquels vous seront fournis gratuitement tout le nécessaire et le superflu figurant au carnet d’abondance aux dates prescrites sur chaque coupon.

    Ce système rend inutile l’argent (qui est le père de tous les vices).

    Plus d’argent, plus de banques, sources de tous nos maux.

    On nagera dans l’euphorie, le bonheur et l’abondance.

    22/06/2011 à 10 h 50 min
  • Jaures Répondre

    Fort bien, Martin, je vous félicite de votre réussite pécuniaire. Je suis persuadé que vous pouvez aisément trouver un pays où les salariés disposent de moins de droits et de moins d’avantages sociaux, ce qui concourt à votre fortune.
    On voit que le principe des vases communicants s’applique également en économie: un peu moins pour les autres,cela fait beaucoup plus pour moi !
    Comme vous dîtes, il n’y a pas de sots métiers. Ni de mauvais principes.

    22/06/2011 à 10 h 32 min
  • Martin Répondre

    Ma réussite n’a rien à voir avec l’héritage. J’ai heureusement quitté la France voilà près de vingt ans car ma qualité d’entrepreneur à la tête d’une entreprise saine faisait de moi un contribuable plumé. J’ai réussi à refaire le même travail loin de la France et j’emploie sur place du personnel. Je crée des richesses et des emplois convaincu que la France n’en a pas besoin puisqu’elle dégoûte ceux se défoncent pour s’en sortir. Quand à l’héritage, ma mère était femme de ménage. Il n’y a pas de sots métiers.

    21/06/2011 à 20 h 14 min
  • sas Répondre

    TROP D IMPOT TUE L IMPOT…

    Plus on en invente et impose….plus l assiette s élargie et s allourdie…moins on en recolte CQFD

    car de moins en moins ne peuvent payer…

    Pour gouverner les hommes et servir le ciel, rien n’est comparable à la modération.
    La modération doit être le premier soin de l’homme.
    Quand elle est devenue son premier soin, on peut dire qu’il accumule abondamment la vertu.
    Quand il accumule abondamment la vertu, il n’y a rien dont il ne triomphe.
    Quand il n’y a rien dont il ne triomphe, personne ne connaît ses limites.
    Quand personne ne connaît ses limites, il peut posséder le royaume.
    Celui qui possède la mère du royaume peut subsister longtemps.
    C’est ce qu’on appelle avoir des racines profondes et une tige solide.
    Voilà l’art de vivre longuement et de jouir d’une existence durable.

     

    21/06/2011 à 14 h 22 min
  • Jaures Répondre

    "La crise a ceci de salutaire : en obligeant les démagogues irresponsables de prendre le virage de la saine gestion (même si c’est à nous, comme d’hab, de payer la note)." écrit Florin.

    Pour vous donc, payer la note est synonyme de "saine gestion" ? Mais quels excès pensez-vous donc avoir commis pour que, plaidant coupable, vous vous sentiez obligé de passer à la caisse ?

    " En France, la réussite est sanctionnée, hautement punissable par cet impôt qui tombe comme un couperet lorsqu’arrive la retraite." écrit Martin.

    Parlez pour vous, mon cher ! 566 000 sur 15,5 millions de foyers fiscaux payent l’ISF.
    Ce qui fait basculer un foyer vers l’ISF ? Dans 80% des cas: l’Héritage !

    Maintenant il faut que vous m’expliquiez ce que l’héritage a à voir avec la réussite ou le mérite.

    21/06/2011 à 10 h 08 min
  • Martin Répondre

    Pas le moindre doute, l’ISF ? le Monde entier nous l’envie ! En France, la réussite est sanctionnée, hautement punissable par cet impôt qui tombe comme un couperet lorsqu’arrive la retraite. Moralité : que les jeunes qui veulent travailler dur, qui veulent s’investir aillent créer des richesses et des emplois ailleurs ! La France doit rester une terre d’asile pour les plus démunis, accueillir et aider les plus pauvres. En France plus de 55 % de la population ne paient pas d’impôts. C’est l’exception bien française dont nous sommes si fiers. Bientôt plus personne ne paiera d’impôts car nous seront tous dans la misère. Le pays est déjà ruiné et croule sous une montagne de dettes. Nous avons pour cela les meilleurs responsables politiques au Monde. Avec ces gens là et leur bon sens c’est le bonheur assuré !

    20/06/2011 à 20 h 52 min
  • Florin Répondre

    La crise a ceci de salutaire : en obligeant les démagogues irresponsables de prendre le virage de la saine gestion (même si c’est à nous, comme d’hab, de payer la note).

    20/06/2011 à 15 h 43 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: