La guerre n’est pas finie

Posté le novembre 30, 2003, 12:00
6 mins

Plus d’un an après avoir publié un livre fondateur remarquable, « L’esprit des nations », Laurent Murawiec nous propose un nouvel ouvrage, vif, acerbe, et très riche sur un pays dont on parle trop peu : l’Arabie Saoudite. L’ouvrage s’appelle « La guerre d’après » pour une simple raison : la guerre contre le terrorisme n’est pas finie. Elle ne fait que commencer. Elle ne s’achèvera que quand son centre irradiant sera mis hors d’état de nuire. Ce centre, montre Murawiec, est à Riyad.

L’Arabie Saoudite est inquiétante. Après avoir créé son empire dans le sang et par l’épée, le clan des al-Saoud a constitué « le seul business familial, à avoir un siège aux Nations Unies ». Depuis ce business familial, il a organisé sur le mode de la razzia une « prise en otage de l’économie mondiale » qui lui a permis de rançonner l’Occident. Le butin, plus de 2000 milliards de dollars en moins de vingt-cinq ans, aurait pu permettre de constituer un pays moderne, doté d’industries. Les choix furent différents. L’argent, montre Murawiec, a été très largement gaspillé dans les dépenses somptuaires de la famille régnante : « ils se sont construits des palais par centaines, ont fait en Occident une orgie de consommation : luxe, alimentaire, sexuel, alcools compris ». Il a aussi servi à acheter des diplomates (payés pour leur travail de lobbying), des hommes politiques, des journalistes, des universitaires, et des industriels du pétrole. Il a servi enfin à disséminer sur la planète le dogme dont les Saoud se sont fait les gardiens depuis plus de deux siècles, le wahhabisme, un islam radical, sectaire, fermé et guerrier.

Sa dissémination prend la forme de la construction de mosquées, du financement de mouvements islamistes tels ceux qui pullulent aujourd’hui en France, du terrorisme islamiste le plus violent et le plus meurtrier. Pour décrire la nébuleuse qui coordonne l’ensemble, Murawiek parle d’« islamintern », et fait le parallèle avec le Komintern soviétique. L’islamintern saoudien a des branches, telles Al Qaïda, qui est loin d’avoir rompu avec son pays d’origine. Il a des filiales : les frères musulmans, organisation née en Égypte, et repliée au pays des Saoud dans les années cinquante, après la répression nassérienne. « En dépit des divergences politiques et dogmatiques, le régime leur ouvrit les bras ». Il s’appuie sur des organisations transnationales : la Ligue Islamique mondiale, l’Organisation de la conférence islamique, l’organisation mondiale de la jeunesse islamique. De surcroit, « les ambassades saoudiennes ont toutes un attaché aux affaires islamiques dont le rôle combine celui du commissaire politique, de l’agent secret et du missionnaire ». Les Saoud sont aussi derrière le FIS et le GIA en Algérie, derrière le Hamas et le Djihad islamique au Proche-Orient. La radicalisation de l’islam pakistanais est elle-même d’origine saoudienne. Les liens de la famille Saoud avec Hitler pendant la guerre de 1940 ne sont plus à démontrer. « Hitler et Ibn Saoud trouvèrent un terrain d’entente : leur haine partagée des juifs ». Il existe depuis, chez les Saoud, ce que Murawiec appelle un « antisémitisme d’État ».

Tous ces éléments mis bout à bout montrent que tant que l’Arabie Saoudite pourra nuire, aucun des problèmes découlant de l’islamisation et du terrorisme, ne sera réglé. Si cela n’a pas été dit plus tôt, c’est en raison de l’immensité du pouvoir corrupteur des Saoud. Pourquoi rien n’a été entrepris contre les Saoud jusqu’à voici peu ? Pour les mêmes raisons. Mais aussi parce que les Saoud ont mis la main sur les plus importantes réserves de pétrole de la planète et que le reste du monde a laissé faire. Agir en Arabie Saoudite pouvait déboucher sur un cataclysme économique mondial.

Même si elle n’agit encore que de façon limitée, l’administration Bush a commencé à agir. Le véritable enjeu de la guerre d’Irak, c’est l’Arabie Saoudite. Moins dépendre du pétrole saoudien, c’est être plus à même d’exercer des pressions sur les Saoud. Les comptes et les transactions financières sont de plus en plus étroitement surveillés. Murawiec pense qu’il faudra, assez vite, aller plus loin, « désaoudiser l’Arabie », faire gérer les « lieux saints » par un « collège musulman international » permettant de recréer un « esprit de tolérance intra-musulmane ». Il faudrait aussi, dit-il, pratiquer une « occupation préventive des champs pétrolifères » permettant que l’argent du pétrole d’Arabie ne serve plus à des activités criminelles.

6 réponses à l'article : La guerre n’est pas finie

  1. sansnom

    06/12/2006

    bonjour ,je suis vraiment déçue qu’ un espace où l’ on peut dire ce que l’ on pense ne soit investit que par des propos racistes et haineux .
    Ceci dit il faudrait regarder de plus pres toutes les pratiques religieuse qui avancent à pas feutrés en revendiquant les droits du coeur ,de l’ humanisme ,et de la tolérance ,mais sivous grattez un peu vous verrez qu’ ils se tiennent par la barbichette.

    Répondre
  2. Satantango

    12/08/2006

    Votre torchon est une illustration de votre racisme (c’est une vérité première que les empires autres que celui de l’Arabie s’est accompli à coups de fleurs et de bienfaisances, y compris celui d’Hitler….Tout le monde sait ça). Ce Laurent Maruwiek est la femme du Gandhiste Richard Perle, alias faux et néocon (conseiller des présidents US), et membre de la Maffia Reagano-Bushienne (de Franck Carlucci (Directeur de la CIA, Président de Halliburton (voleur notoire du pétrole Irakien), directeur du Jerusalem Post, membre actif du lobby juif aux USA à Donald Rumsfeld en passant par Wolfowitz, Condo Rice, etc, etc. Les précités l’ont « expulsé » de leur clan à cause de ses écrits racistes sur l’Arabie Séoudite, c’est dire… Il était lui-même conseiller de votre Président français… Avant de juger celle que vous ne connaissez que par ouïe dire, regardez d’un peu plus près les malfaisances de la votre depuis des siècles (y compris les massacres)

    Répondre
  3. CARROUSET thierry

    20/04/2004

    De toute évidence, le wahabisme a remplacé le communisme, des tonnes de pétro-dollars se déversent actuellement sur nos hommes politiques, nos fonctionnaires, et sur nos nos médias (radio, télévision, presse etc…) d’ou des idéologies hallucinogènes et pétrolifères. La bombe du peuple (bombe atomique) a été remplacée par une autre bombe encore plus menaçante qui est la bombe immigrationniste.

    Répondre
  4. Lola

    03/12/2003

    Bonsoir. Si Laurent Murawiec dit vrai, pourquoi alors n’avoir pas utilisé l’Irak pour créer une dissidence parmi les pays musulmans, en obtenant de Saddam une démocratisation du régime Baas contre un soutien économique. N’oublions pas que l’Irak était jusqu’à la guerre une république laïque, dont les universités et les emplois étaient ouverts aux femmes. Or, à l’heure actuelle, on peut se demander si on ne va pas vers une « afghanisation » de l’Irak, avec la mise en place d’un gouvernement dont l’autorité ne dépasserait pas les frontières de Bagdad. Si c’est le cas, les wahhabites n’auront qu’à se baisser pour cueillir des adeptes!

    Répondre
  5. La Vérité

    01/12/2003

    L’Arabie Saoudite a-t-elle investie en France ? A quand « La Guerre d’Après — spécial France », avec la liste des politiques achetés avec l’argent du pétrole ? La Vérité

    Répondre
  6. leon leon

    30/11/2003

    Je crois plutôt que c’est la tête de chaque musulman qu’il faut investir . La liberté de penser , de choisir , cela s’apprend ! A nous de les aider intellectuellement à choisir leur vie . Après ils feront leur révolution , auront leur exigences vis à vis du pouvoir , c’est à dire ils voudront la démocratie , l’éducation , la liberté pour les femmes etc . Par contre nous n’avons pas à faire leur révolution comme en Irak . Nous ne devons pas oublier que l’Europe et les Etats-Unis n’ont plus de chair à canon , nous ne nous reproduisons plus ! La bête immonde de ce millénaire c’est l’islamisme qui impose sa dictature et une prison dans un tissu pour les femmes .

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)