La « justice sociale », un mirage dévastateur

Posté le août 20, 2012, 12:00
6 mins

La gauche française de 2012 n’a pas renoncé à son mirage dévastateur : la justice sociale. (Le changement dans la justice ?) de François Hollande.

La justice sociale est devenue l’argument le plus utilisé et le plus efficace dans la discussion politique. C’est la référence obligatoire. Il suffit de lire le programme de n’importe quel parti. Une grande partie de ce que l’on fait au nom de cette « justice sociale » est nom seulement injuste, mais hautement antisocial au sens véritable du mot. Cela se ramène à la protection des intérêts installés. Le gouvernement est pris dans un tourbillon de sollicitations. Mue par la volonté d’assurer l’égalité, cette doctrine égalitaire préconise la multiplication d’exceptions et de traitements préférentiels pour protéger tel ou tel groupe de personnes, au motif que les membres économiquement les plus favorisés d’une société sont tenus par un devoir de solidarité envers ceux qui le sont le moins.

Outre qu’elle soumet les citoyens au bon vouloir des dirigeants, la mise en œuvre de ces politiques rectificatives s’opère de manière imprévisible et arbitraire, générant automatiquement des injustices structurelles dont le clientéliste est l’une des conséquences. L’intérêt de certains groupes l’emporte sur l’intérêt général de tous. Voila pourquoi la justice « sociale » est anti-sociale. Elle détruit la société.

L’hostilité à l’encontre de la grande richesse, qui présente comme « scandaleux » que certains soient riches tandis que d’autres sont « pauvres », n’a rien à voir avec la justice. La majorité des gens qui ont construit de grandes fortunes ont plus efficacement servi leurs semblables en créant de nombreux emplois.


Le caractère uniquement punitif de l’imposition

L’exemple le plus caricatural, c’est la tranche de l’IR à 75% C’est un marqueur parfait de cette idéologie, car non seulement elle ne rapportera quasiment rien à l’État, mais son caractère contre-productif est assuré, pour la même raison que celui de l’ISF. Mais il n’est qu’à lire sur la Toile les messages divers qui peuvent se résumer par « bon débarras », lorsqu’on évoque le départ de France des capitaux (productifs) et de leurs titulaires, pour se rendre compte du caractère uniquement punitif de l’imposition. Peu importe que 10% des ménages français payent déjà 67% des impôts, ce n’est pas assez parce que la richesse n’est pas suffisamment punie.

Aujourd’hui, l’idée socialiste en France se confond largement avec l’État-providence, avec l’assistance comme moyen. Elle se ramène à la visée d’une aliénation totale des individus grâce à une protection sociale aussi poussée que possible : l’assistanat « compassionnel » du berceau à la tombe, avec en plus une sphère publique de 6,9 millions de salariés représentant 26 % de la population active française (un actif sur quatre) dépendant du secteur public, pour leurs traitements comme pour leurs retraites !

Mais cela suppose des moyens! Avec 54 % à 56 % de dépenses publiques, les marges de manœuvre sont très faibles, pour la gauche comme pour la droite. Dans une classe politique dominée par la démagogie, l’impôt est devenu une fin en soi !

L’impôt doit au contraire rester un instrument au service de trois objectifs : la couverture ( raisonnable ) des dépenses publiques et le dynamisme de l’activité et de l’emploi. Cela n’a rien à voir avec la « justice sociale ».

Article précédent

Ayrault à rebours

7 réponses à l'article : La « justice sociale », un mirage dévastateur

  1. Anonyme

    27/08/2012

    @ Homère

    " dehors les socialos et vite " … peut être ,mais ce dont on est absolument certain c’est que c’est  bien Sarkozy et sa bande ( son gang ) qui les y a amenés …  et je ne vois pas l’agité du cervelet les y en chasser

    Répondre
  2. F

    22/08/2012

      Homère, je tente un pastiche?
         – Ce qui compte, ce n’est pas combien on paye, mais de combien il y a besoin.
         – Ce qui compte ce n’est pas pourquoi on paye, mais qui paye.
         – Ce qui compte c’est que quand on peut payer, on paye.
         – Ce qui compte, ce n’est pas de travailler, mais d’avoir une activité en rapport avec ses capacités.
          – Ce qui compte, ce n’est pas la fraude mais les besoins.
          – Mieux vaut payer à mauvais escient que ne pas payer à bon,ou pire, ne pas payer du tout.
          – Et puis, rassurez vous, cher Homère, en payant vous rejoignez le camp radieux des nécessiteux qui pourront dire, la tête haute: Comme je n’ai plus d’argent, je suis respectable…

       Bon, oui, je sais, cela ne vaut pas l’original…
       

    Répondre
  3. F

    21/08/2012

      Florin, pour compléter ce que vous dites:

        Pourquoi créer des conditions fiscales particulières et favorables pour l’embauche de "djeunes" à Amiens? Parce qu’ils ont brûlé des voitures? Cassé des bâtiments publics? Tiré sur les forces de l’ordre? Pillé les magasins?
        Pourquoi les Auvergnats ( et beaucoup d’autres) ne bénéficieraient ils pas des mêmes conditions? Parce qu’ils ont respecté la loi?
        Quel est le deuxième mot de la devise de la République, déjà?
                                     Ah! oui! Discriminationpositive…

    Répondre
  4. HOMERE

    21/08/2012

    La justice sociale ? c’est maintenant ….disait Normal 1er empereur des va nus pieds et pourfendeur de l’inégalité.

    Exemple à méditer sur l’état de notre pays en déliquescence :

    Le père de Mohamed Merah (l’enfoiré de Toulouse) après avoir fait 4 ans de prison pour trafic de stupéfiant,c’était déclaré à la Préfecture en ces termes : musulman,2 femmes,16 enfants….tous nés en France,dont français.Ce fumier,après avoir déposé plainte contre la France,présente la situation suivante :

    Lui et sa femme (la légitime) :

    Alloc Familliales = 978.08€

    Alloc jeunes enfants = 323.32€

    Alloc logement = 300€

    RMI pour le couple = 626.82€ + 8 enfants 1337.20€ = 1964.02€

    Alloc rentrée scolaire 4 enfants 85.87€

    TOTAL = 3641.29€

    Sa concubine :

    Alloc parent isolé = 707.19€ avec 1 enfant + 176.80€ /enfant supplémentaire soit x7 176.80€ au total 1944.74€

    Alloc familliale = 978.08€

    Alloc pour jeunes enfants (2 enfants de moins de 3 ans) 161.66€x2 = 323.32€

    Comme parent isolé,alloc logement = 300€

    RMI = 417.88€ + 167.15€/enfant = 1755.08€

    Alloc rentrée scolaire = 85.87€

    TOTAL MADAME N° 2 = 5387.14€

    Soit au total pour ces enfoirés qui ne payent pas d’impots, ni de cantine scolaire,ni de logement (ils sont inexpulsables),ni de vacances……

    9038.43 € et tout celà sans rien branler ……..

    Un peu plus et il avait droit à l’ISF…….

    Voilà ce que nous sommes devenus…….

    Peut être le champion des droits sociaux,j’ai nommé JAURES pourrait il nous donner son sentiment….nous les sous chiens cochons de payeurs et riches occidentaux….dehors les socialos…..et vite !!!

     

    Répondre
  5. Florin

    20/08/2012

    Le périmètre de la "justice sociale" dépasse de très loin la sphère monétaire.

    Chacun ses injustices !!!!

    A revenu égal, pourquoi un journaleux devrait-il payer moins d’impôts que les autres citoyens ??? (Giscard ne s’est pas foulé, j’ai lu son oukase de 1973, il tient sur une demi-page A4).

    A compétence égale, pourquoi devrait-on écarter le CV d’un homme blanc ? (dixit la mégère de Mimit, Anne Lauvergeon – entre temps écartée de son poste, comme quoi, il y a une justice sur Terre).

    Et pourquoi, aux US, une entreprise doit embaucher un quota de "minorités visibles" ???
    Où est la liberté d’entreprendre, si je dois embaucher tous les bras cassés de passage ??? Comment faire, lorsque, dans la même équipe, certains ont mérité leur place, et d’autres ont juste eu la bonne couleur de peau ???

    Comment se fait-il que personne n’ose demander à obama son acte de naissance et ses relevés de notes à l’école ??? Nous aussi, nous avons des sans-papiers, mais ils ne sont pas à l’elysée  …

    bah, la liste est infinie. OUI, il y a sur Terre un besoin VISCERAL de justice sociale, de justice tout court.

    Répondre
  6. Shadok

    20/08/2012

     » La fraternité n’a pas ici-bas de pire ennemi que l’égalité  » disait Gustave Thibon, un grand sage et philosophe ardéchois qu’il serait urgent et salutaire de découvrir ou redécouvrir par ces temps troublés. Gustave Thibon ajoutais  » La société devient enfer dès qu’on veut en faire un paradis  » Sans autre commentaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)