La pseudo-attractivité économique de la France

La pseudo-attractivité économique de la France

Cocorico, la France est restée le premier pays d’investissement d’entreprises étrangères!

Et notre président tient à le faire savoir haut et fort: c’est grâce à sa politique et les chiffres bruts lui donnent raison.

Notre pays a attiré en 2020, selon le cabinet EY, 985 projets contre 975 pour le Royaume-Uni et «seulement» 930 pour nos voisins allemands. Dont acte.

Mais, comme souvent, le «diable se trouve dans les détails» et cela mérite une analyse plus approfondie de ces chiffres:

– Avec 985 projets, c’est tout de même une baisse de 18% par rapport à l’année dernière contre 12 % en Angleterre et seulement 4% en Allemagne.

– Les investissements liés à la production industrielle ont à eux seuls reculé de 38%. C’est dire si les incantations de notre ministre des Finances Bruno Le Maire pour un retour des productions industrielles sur notre sol a du «plomb dans l’aile».

– Un autre critère à considérer, c’est le nombre total d’emplois créés par ces investissements et là, nous ne sommes pas bons du tout : Royaume-Uni 59 500, Espagne 47 800, Allemagne 44 600 et France en 4e place avec seulement 33500!

– Dans le même registre, la valeur totale de ces investissements où nous sommes devancés par l’Allemagne (36 Mds$), la Suède (26 Mds$), le Royaume-Uni (20 Mds$). La France, elle, se situe à 18 Mds$.

Quels sont les atouts que ces investisseurs sont venus chercher en France?

Tout d’abord, sa situation géographique qui en fait un point d’entrée idéal pour répondre au marché européen.

Mais, surtout, un savoir-faire en recherche et développement, qui explique le peu d’emplois créés, et une stratégie de soutien avec des mesures fiscales d’aide à l’innovation – avec, en premier, le «crédit impôt recherche», très (voire trop) généreux, qui leur permet de faire financer la recherche par l’impôt des Français, mais sans contrepartie d’emplois de production – où, là, nous ne sommes pas bien placés du tout.

C’est la démonstration que, même lorsque des chiffres nous sont favorables, la France a un gros handicap avec l’environnement fiscal et normatif imposé à ses entreprises, industrielles principalement.

En effet, les entreprises françaises sont en moyenne 23 % moins rentables que celles des autres pays de l’Union européenne!

Toutes les gesticulations et les auto-satisfecits de nos dirigeants ne sont que de la «poudre aux yeux», tant qu’ils n’auront pas compris que, dans un monde concurrentiel, nos entreprises ne seront performantes que si elles ne portent pas ce « sac à dos » fiscal qui les plombe et les relègue en deuxième division.

Il faut que ce soit le principal débat lors de la campagne présidentielle de 2022!

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    hier Emmanuel Macron s’ en est remis à la clémence divine ; cela devrait en satisfaire un assez grand nombre sur le blog des  » 4 Vérités « 

    12/07/2021 à 14 h 03 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    très bonne analyse économique comme à l’ habitude de Mr Goudron ; curieusement aucun commentaire

    07/07/2021 à 19 h 17 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: