La reprise se précise, mais le chômage augmente

La reprise se précise, mais le chômage augmente

Indiscutablement, et à juste titre, le chômage apparaît comme le principal souci de Nicolas Sarkozy. Que nous réserve 2010 sur ce point ?
Les Américains, les Chinois, les Indiens ou les Australiens se remettent à consommer depuis quelques mois. Ils mettent moins d’argent de côté. Le chômage augmente encore dans tous ces pays, c’est évident, mais il augmente de moins en moins rapidement.

De plus, l’inflation par augmentation de la demande commence à apparaître. C’est un excellent signe de reprise de la consommation. Fin octobre, cette inflation a par exemple poussé Australiens et Norvégiens à relever leurs taux courts. Les Américains tardent à le faire : ils ont intérêt à conserver une certaine inflation, car ils ont de lourdes dettes à rembourser, rédigées en dollars.

Cette reprise de la consommation à l’étranger montre que globalement la crise déclenchée par les mauvaises mesures économiques américaines en mai 2007 touche à sa fin. Bravo !

En Europe, en 2009, la demande est restée faible du fait du chômage, les prix n’ont pas augmenté, ils ont au contraire baissé en 2009 ! La Banque centrale européenne (la BCE) n’a pas eu besoin d’augmenter ses taux courts.

Mais la reprise commence à toucher l’Europe et la France. Plusieurs signent l’indiquent. Le PIB cesse de régresser et commence au contraire à progresser en fin d’année. Une inflation par augmentation de la demande apparaît, ce qui montre une augmentation de la consommation. Le chômage progresse chaque mois un peu moins rapidement. Depuis 3 mois, les Européens économisent moins et consomment plus.

Globalement, les gouvernements de tous les pays du monde ont finalement opposé à la crise les mesures les mieux adaptées. Ils ont d’abord, et surtout, évité de revenir au nationalisme économique en fermant les frontières avec des droits de douane, malgré de fortes tentations. Ils ont sorti les banques du marasme. Ils ont aussi stimulé la consommation dans les secteurs les plus touchés. En France, la prime à la casse pour les vieilles voitures a été un succès.

La France a jusqu’à maintenant mieux résisté à la crise que les autres pays d’Europe, du fait que bien plus de la moitié de nos revenus passent par les mains de l’État. Nous disposons ainsi tous de la médecine presque « gratuite », de retraites assurées à partir de 60 ans, de revenus en cas de chômage ou de la sécurité de l’emploi dans toute la fonction publique. Tous ces secteurs échappent pratiquement à la crise. Ils ont continué à dépenser.

Mais la France risque de mal sortir de la crise. Au lieu d’imiter les Allemands ou les Irlandais, donc de supprimer ou de diminuer les impôts, les taxes, les charges ou les contraintes économiques payées par les entreprises, les gouvernements français les augmentent régulièrement.
Les économistes français sont persuadés que les entreprises « peuvent payer ». Or, avec l’ouverture du marché national aux produits étrangers, avec la monnaie unique, c’est totalement faux. Les agriculteurs français, qui payent bien plus de taxes que les agriculteurs allemands, sont éliminés. Les salariés français d’une entreprise qui délocalise pour cesser de faire des pertes en France sont éliminés.
Le consommateur français qui achète une chemise chinoise, du miel brésilien ou une Toyota japonaise a un comportement parfaitement logique. Ces produits sont moins coûteux à qualité égale.

Par contre, les gouvernements français qui augmentent les charges pesant sur les entreprises installées en France en laissant ouvertes les frontières aux produits étrangers sont totalement irrationnels. Ils croient au Père Noël et au père Janvier réunis. Les syndicats ou les partis politiques qui réclament actuellement des augmentations de salaires aggravent le mal. Il faut supprimer la taxe professionnelle. Il ne faut pas être seuls à adopter la taxe carbone !

Partager cette publication

(16) Commentaires

  • françois Répondre

     Je vois que vous éludez la remarque sur les dépenses des régions et départements. Pour ce qui est de ménages, il me semble qu’il existe une loi limitant l’endettement. Mais ce que font les particulers avec LEUR argent les regarde. Il n’en est pas de même avec ce que font les élus DU MIEN. Toujours cette manie de sauter d’un sujet à l’autre et surtout de justifier une erreur parce que d’autres font la même!

    13/01/2010 à 13 h 13 min
  • Jaures Répondre

    Etes-vous sur, François que les consommateurs empruntent et remboursent afin de se retrouver à endettement zéro ? Bien entendu, ce n’est pas le cas et l’endettement des ménages augmente également très fortement.

    Les villes n’ont pas le droit de voter un budget en déséquilibre (sauf la situation de déficit structurel), c’est pourquoi leur situation financière est meilleure que celle de l’Etat. Les villes doivent également faire des économies pour emprunter à meilleur taux (c’est ce qu’on appelle l’épargne nette).

    Le problème de l’endettement n’est pas sa durée mais la part du budget nécessaire au remboursement.

    Je ne dis pas que TOUTES les villes sont bien gérées mais vous incite, si ce n’est pas le cas de la vôtre, à présenter votre propre liste aux prochaines élections. Si vous ne le faîtes pas, c’est que, finalement, vous vous accomodez très bien de l’équipe en place chez vous.

    13/01/2010 à 10 h 28 min
  • françois Répondre

     La différence, Jaures entre une collectivité locale et moi, c’est que quand je m’endette pour acheter une maison, je me débrouille pour rembourser en faisant des économies. Les collectivités s’endettent tous les ans un peu plus en valeur absolue, ce qui ne les empêche pas d’augmenter leurs impôts…ELLES NE REDUISENT JAMAIS LEURS DEPENSES.

     " Quel mal à s’endetter"? Aucun si c’est temporaire et que l’on rembourse. Même si c’est pour de l’investissement, on ne peut dépenser impunément plus qu’on ne gagne. Et on ne peut piocher sans fin dans la poche des gens de l’argent qui ne vous appartient pas.

      " Maîtriser les dépenses de fonctionnement". Vous parlez d’or ( mais il faut AUSSI maîtriser les dépenses d’investissement). Vous désavouez donc vos camarades de gauche à la tête des régions dont les dépenses de fonctionnement ( et particulièrement de "com") ont explosé en étant multipliées par 2 ou 3 pour les plus "économes" ?

      " Présentez vous aux élections si vous n’êtes pas content"! Vous nous annoncez froidement que les collectivités locales sont bien gérées, on vous apporte des éléments pour vous montrer que vous avez tort dans votre admiration béate et partiale et c’est votre réponse? Un peu facile Docteur… 

     

    12/01/2010 à 10 h 55 min
  • Jaures Répondre

    Ah, Florin ! Vous êtes bien un Gaulois: toujours prêt à raler et à se plaindre, mais dés qu’il s’agit de réfléchir et de s’engager…

    12/01/2010 à 9 h 02 min
  • Florin Répondre

    @Jaurès : bien gentil à vous de me conseiller de me présenter aux municipales !!! Je bosse moi, je n’ai pas le temps, et la retraite n’est pas pour demain. Qui paie mes factures sinon ? Les vraies – car je ne prends pas les fausses …

    Ah, si jamais je gagnais au Loto (encore faudrait-il que j’y joue …) je pourrais tout à fait, et avec le plus grand plaisir, payer de belles affiches et les faire coller en ville …

    Je pense à une photo de deux jeunes, à poil dans le désert, avec le texte suivant : "ils ont voté quoi, tes parents ? " PS; et les tiens ?" "RPR, UDF, UMP …" "cherche pas, c’est pour ça qu’on est à poil au milieu de nulle part !".

    Comment dites-vous que cela s’appelle-t-il ??? Démocr … pas de gros mots ici, SVP !

    11/01/2010 à 0 h 12 min
  • jaures Répondre

    Ami François, une ville endetté à 50% de son budget annuel n’est pas forcément une ville mal gérée. Si les dépenses ont servi à rénover les écoles, à construire un gymnase ou une médiathèque, à rénover les chaussées ou à aménager des espaces verts, quel mal à s’endetter ?  Si vous avez acheté votre maison ou votre appartement, je pense que vous vous êtes endetté bien plus que cela en proportion.
    Ce qu’il faut, c’est maîtriser les dépenses de fonctionnement. C’est surtout cela qui vous indiquera si votre ville est bien ou mal gérée.
    Si vous estimez que l’équipe municipale a failli, qu’attendez vous pour mener une liste aux prochaines élections municipales ? Pourquoi priver vos concitoyens de vos compétences ?
    Les villes n’ont pas besoin de génies mais de personnes dévouées et responsables.

    Cher Florin, les niches fiscales se montent, non pas à 7, mais à 73 milliards d’euros (rapport d’information de l’assemblée nationale du 5/06/2008) !
    Si vous ajoutez le paquet fiscal (15 milliards) et  la TVA restauration, c’est au bas mot 90 milliards de disponible. Soit l’équivalent de 3 "grands emprunts ".
    Par ailleurs, je vous dirai comme à François: si vous estimez trop payer d’impôts locaux, faite la liste des services que vous souhaitez supprimer pour faire des économies et présentez-vous devant les électeurs pour faire valider vos choix. Cela s’appelle la démocratie.

    10/01/2010 à 21 h 32 min
  • sas Répondre

    A clement…..

     

    …..c’est pathologique…y a qu à voir la situation de la Grèce ou l espagne…..c’est plus près et en faillite aussi…..

    …..et bonne nouvelle c’estles cons d européens cooptés de force qui vont casuqer pour les mAffia etrangères…..

    haaaaa SHUMANN qu elle brillante idée que tu as là pour les goyims de ce continent….

     

    sas

    10/01/2010 à 17 h 07 min
  • Anonyme Répondre

    @ Jaures l’étroit

    Si Delanoë a était réélu tout simplement car à ma connaissance, les socialistes parisiens pensaient obtenir le grand chelem ce qui ne fut pas le cas, ils faillirent même perdre le 12 éme et se ramassèrent lamentablement dans le XV éme où pourtant Dona Hidalgo fait tout son possible pour mettre des bâtons dans les roues des candidats de droite.

    Circulation fluide, c’est un gag car depuis l’installation du tram, les embouteillages sont plus nombreux, je ne parle pas des vélib’s dont les emplacements privent les habitants du quartier de places de parking, les parisiens prennent le plus souvent le métro mais de tout vous en moquez tant que vôtre icône est en place.

    De plus Maire de Paris est un tremplin extraordinaire pour un éventuel candidat à la Présidence de ce pays, croyez vous que l’anacoluthe de Neuilly serait heureux d’avoir un adversaire de sa couleur politique, je ne pense pas donc la gauche peu dormir sur ses lauriers tant que l’ agité sera présidentiable.

    10/01/2010 à 13 h 09 min
  • Clément Répondre

    Cher Trumeau,

    Quelle constance dans l’optimisme! Alors aucun des spécialistes qui prépare au deuxième crash ne vous émeut? Ni le directeur du MIT, ni Evans prichard, ni Meredith, ni le patron de Zero hedge, ni personne enfin…

    Et vous prenez Sarkosy au sérieux sur ce sujet (Je réserve ma réponse pour les autres domaines)? Que sait-il en matière économique? Et avec çà ni la tremblote de l’Ukraine, ni la faillite de l’Islande, ni celle de Dubai, ni celle de Japan Airlines (En attendant celle de Japan tout court – 130 % d’endettement par rapport au PIB) ni les fausses statistiques de la Chine, ni le chômage qui monte qui monte…

    Tant d’incurie et toujours une tribune, cela met les "4 vérités" proche des "Trois mensonges"

    Bonne année quand même

    09/01/2010 à 20 h 10 min
  • Florin Répondre

    @Jaurès : "les collectivités territoriales affichent un déficit de…0,5%! "

    Je serais prêt à applaudir … si j’arrivais à oublier ma feuille d’impôts, explosive au chapitre "taxes locales". Ben ouais, lorsque vous augmentez les recettes de 20% tous les ans, il est facile de ne pas faire de déficits …

    Pour ce qui est des choix politiques : je ne m’attendais pas de votre part à une critique du système Delanoë (je ne crois plus au Père Noël …). Toutefois, dans un pays où l’on manque de pognon pour rénover collèges, lycées et universités (souvenons-nous de cette école dont les fenêtres tombaient de leur cadre pour attérrir dans la cour … images poignantes aux infos de 20h), on trouve TOUJOURS le pognon pour les ronds-points … dont le but n’est pas toujours de "fluidifier", mais plutôt de ralentir (ce qui est le cas lorsque le rond-point est situé hors agglomération, et surtout hors de tout croisement de routes …).

    On marche à coté de nos pompes, faut l’avouer. Je ne parle même plus des rues dont la seule surface lisse et dépourvue de nids de poule est le dos d’âne du ralentisseur … Tout cela se passe à Paris, en banlieue, en province.

    Que des bobos parigots ont élu et réélu votre camarade ne prouve qu’une chose : la renaissance nationale sera longue et douleureuse.

    Juste pour vous rappeler un chiffre, les mêmes bobos, déconnectés du monde réel, avaient voté massivement OUI en 2005, alors que le "pays réel" avait voté massivement NON.  Dans le 16ème arrondissement, où habitent les profiteurs de la sauvagerie libérale dictée depuis Bruxelles, le OUI a enregistré son record absolu, à plus de 80 % … Qui se ressemble se rassemble, rien de bien nouveau sur Terre.

    Quant à vos propositions, suppression des niches fiscales, du bouclier fiscal, ce sont des mesurettes dérisoires (justes ou pas, c’est un autre débat) : 7 milliards de niches, 3 milliards d’ISF, contre 100 milliards par an gaspilllés à aider les boîtes à "financer" les 35 heures … Dont une bonne partie arrive dans les poches de la grande distribution, grande utilisatrice devant l’Eternel de contrats aidés, smicards et sous-smicards, payés à 50% sur les fonds publics.

    Là aussi, on marche sur la tête . Tant mieux, on économise sur les godasses et les chaussettes.

    09/01/2010 à 16 h 10 min
  • sas Répondre

    heureusement qu il y a en france ds jaures…c’est une chance pour la france….

     

    A Marseille, un salarié du port roué de coups pour avoir refusé d’adhérer à la CGT

    09/01/2010 à 15 h 43 min
  • françois Répondre

     Alors ça, c’est un cours d’économie et de gestion! " Les collectivités territoriales affichent un déficit de 0,5%".

      1- Je ne sais pas ce que vous considérez comme "déficit" mais la dette cumulée par ici est de plus de 50% du budget annuel.

      2- Les socialistes ont effectivement une arme imparable pour " limiter" les déficits: On augmente les dépenses et on augmente les impôts. C’est ainsi qu’une dette qui augmente en valeur absolue peut diminuer en valeur relative. Rien que pour vous, car ces calculs simplistes ne sont pas dignes de " l’expert" que vous êtes: Impôts de l’année x: 1000. dépenses de l’année x: 1200. Déficit 200= 20%. Année x+1, augmentation d’impôts de 100 et du déficit de 10: Impôts de l’année x+1: 1100. Dépenses de l’année x+1: 1210; Déficit 210= 19%. Génial crie la foule en délire! quel gestionnaire! 

      3- Dites nous, grand argentier et Docteur Es économie, de combien ont augmenté les différents impôts locaux ces dernières années? De combien a été l’inflation sur la même période? Vous m’excuserez de ne pas crier au génie de ces gestionnaires qui ne savent que piquer toujours davantage dans nos poches sans chercher à limiter leur dépenses!

         En langue qui n’est pas de bois, cela ne s’appelle pas de la gestion mais du RACKET! 

    09/01/2010 à 10 h 16 min
  • jaures Répondre

    Cher Florin, les collectivités territoriales affichent un déficit de…0,5%.

    Comparez à celui de l’Etat et demandez-vous qui doit faire des efforts de gestion.

    Le fait de favoriser les transports publics ou les parkings est un choix politique. Delanoé a été réélu sans problèmes, c’est donc que cette politique engagée depuis 9 ans satisfait la majorité des parisiens.

    Pour les rond-points, peut-être certains sont-ils incongrus mais la plupart ont permis en supprimant des feux, de fluidifier la circulation. Mais sans doute étaient-ce les mêmes qui ralait devant les feux qui aujourd’hui fulminent contre les rond-points.

    Pour les élections, j’en attend le résultat avant de rigoler. Chat échaudé…

    08/01/2010 à 17 h 49 min
  • Florin Répondre

    @Jaurès : il y a aussi une AUTRE solution : forcer les administrations (locales notamment) de MIEUX dépenser NOTRE pognon. Quand je pense aux ronds-points, gardés par les vaches et payés 2 millions-pièce (alors que ce sont juste des monticules de terre avec une bordure autour), quand je pense à Delanoë qui défonce les rues de Paris (et nos poches) pour supprimer 2-3 places de parking et emm… le monde – je me dis que notre pays est riche, mais que toute richesse est in fine limitée …

    Attendons tranquillement la faillite totale, on verra après comment s’en sortir …

    Quant à donner aux entreprises en spoliant les individus, là aussi il faut mettre le holà.

    Il nous reste les élections dans deux mois … et devinez, qui va faire le plein de voix ??? On va bien rigoler !

    07/01/2010 à 23 h 32 min
  • Jaures Répondre

    Juste une question, M Tremeau (mais je sais que, comme les autres éditorialistes de cette revue, seuls sur le rocher avec la Verité Absolu dans chaque main, vous ne répondrez pas) Dans quel article, en 2007, avez-vous critiqué les "mauvaises mesures économiques américaines de mai 2007 " ?

    Par ailleurs, la reprise est une chimère. L’économie est dopée par un endettement abyssal des états et des ménages. Soit on traite à la dure: (austérité, coupe dans les dépenses sociales, hausse des impôts), soit on gère pendant dix ans (traitement social du chômage, croissance molle, gèle des salaires ).

    Soit on prend un tournant socialiste: annulation du bouclier fiscal, suppression des niches fiscales, renégociation des compensations de charges des entreprises, investissement des sommes dégagées dans l’enseignement, la formation, la recherche, création d’un pôle bancaire public destiné aux PME,…

    07/01/2010 à 19 h 51 min
  • Lambda Répondre

    Je crains que certains ne continuent à rêver tout éveillés…..
    Il est possibles que des réveils pénibles soient à prévoir, avec grosses "gueules de bois"…
    Enfin, pourquoi ne pas continuer à danser, puisque le pire est passé ?…

    Lambda

    07/01/2010 à 12 h 28 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: