La réussite des pneus Michelin

Posté le avril 22, 2014, 11:45
5 mins

Le 18 avril, François Hollande est allé à Clermont-Ferrrand visiter l’usine Michelin.

C’est en 1889 qu’André et Édouard Michelin décidèrent de créer à Clermont-Ferrand une usine fabriquant des pneus.

Petit à petit, Michelin a grandi, et continue encore à se développer rapidement.

Aujourd’hui, l’entreprise em­ploie en France plus de 25 000 salariés, répartis dans 17 usines. Il existe à Ladoux, près de Cler­mont, un centre de recherche regroupant plus de 2 500 diplômés de très haut niveau.

Michelin a, par ailleurs, créé les cartes et les guides Michelin.

Au fil des ans, la société est devenue une multinationale. Elle a créé des usines dans 18 pays étrangers, où elle emploie plus de 100 000 salariés.

Michelin est le deuxième producteur mondial de pneus, après le japonais Bridgestone et devant l’américain Goodyear, avec 14 % du marché mondial.

Et l’entreprise innove depuis sa création. Elle a inventé le pneu démontable, le pneu permettant de continuer à rouler à plat, le pneu ferroviaire, etc. Douze nouveaux modèles de pneu sont actuellement à l’étude à Cler­mont. La société vient de créer un pneu qui offre moins de résistance à l’avancement, ce qui con­somme moins de carburant. Elle met au point un pneu capable de se réparer tout seul, quand il est crevé par un clou.

Ce 18 avril, François Hollande a donc visité l’usine Michelin de Clermont. Il a été accueilli par un beau « Bibendum » tout blanc et bien plus grand que lui, qui lui a tendu la main. Il a été obligé de la serrer…

L’histoire de Bibendum est amusante. En 1894, un stand Mi­chelin est présent à l’exposition universelle et coloniale de Lyon. Des gros pneus de voiture tout noirs sont empilés sur plus de 2 mètres de haut à l’entrée du stand.

En voyant cette pile, Édouard Michelin aurait dit à son frère André : « Regarde, avec des bras, cela ferait un bonhomme. » Quelque temps plus tard, un dessinateur qui avait entendu la réflexion, présenta aux frères Michelin un projet d’affiche, où le corps d’un grand bonhomme tout blanc est formé par un empilement de grands pneus. Et ses bras sont formés d’empilements de petits pneus. Le bras droit est levé en l’air et présente une coupe remplie de vin. En haut de l’affiche, était écrit en latin : « Nunc est bibendum » (Maintenant, il faut boire), tandis qu’en dessous était écrit, en français : « à votre santé, le pneu Michelin boit l’obstacle. »

Les frères Michelin retinrent l’affiche et construisirent un grand « bonhomme Michelin » qui marqua l’entrée du stand Miche­lin au salon de l’automobile de Paris. Ainsi commença la carrière du célèbre Bibendum.

De son côté, la carte Michelin est une carte routière destinée aux automobilistes qui roulent sur les routes de France. Elle a d’abord été créée en 1905 pour la région parisienne, avec une échelle au cent millième.

En 1910, est mise en vente la carte de la France au deux cent millième.

Michelin a ensuite mis au point des cartes de nombreux pays européens. Depuis peu, on peut consulter les cartes Michelin sur internet.

François Hollande et Bibendum se sont donc serré la main le 18 avril. Puis, notre Président a visité l’usine.

On lui a, pour finir, présenté une Citroën équipée de « pneus antidérapage » Michelin. Notre président n’a pas hésité à la conduire sur un circuit d’essai de l’usine, circuit copieusement arrosé d’eau. Il a ainsi testé l’efficacité de ce nouveau pneu et montré qu’il savait aussi glisser dans les tournants et redresser une voiture qui dérapait…

Ainsi, une entreprise provinciale française caracole, depuis plus d’un siècle, à la tête des fabricants de pneus. Et, aujourd’hui, l’innovation technologique de l’entreprise s’accélère.

Des millions d’Indiens ou de Chinois deviennent suffisamment riches pour s’offrir des voitures équipées de pneus Mi­chelin. Car ces pneus sont fabriqués dans des usines installées en Chine ou aux Indes…

Bravo Michelin ! n

Une réponse à l'article : La réussite des pneus Michelin

  1. quinctius cincinnatus

    23/04/2014

    si vous vouliez  » réussir  » chez Michelin, il fallait d’abord être ….  » catho  » … et dans ce vivier d’eau bénite on choisissait ensuite le meilleur … un peu comme un homard !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)