La surprise de Robinson Crusoé

Posté le janvier 28, 2006, 12:00
6 mins

J’écrivais dernièrement que pour bien mesurer la malfaisance du collectivisme, il fallait ramener les processus sociaux à la taille humaine et les imaginer en des rapports de personne à personne. En voici un exemple, dans une nouvelle version de la fameuse histoire de Robinson Crusoë, créée en 1719 par Daniel Defoë.

Le naufragé Robinson vient d’échouer sur une île déserte et il lui faut s’organiser pour survivre, avec pour tous moyens quelques outils arrachés à l’épave. Il se met donc au travail, construit sa hutte, cherche des plantes comestibles, recueille les graines pour créer un potager, fabrique un arc pour chasser et une ligne pour pêcher… Au bout de quelques semaines de dur labeur, il est parvenu à se faire un mode de vie relativement satisfaisant. Un beau matin, voici qu’un second naufragé s’échoue sur le rivage. Robinson l’accueille à bras ouverts. Ne sachant son nom, il le nomme Vendredi, puisque c’est un vendredi qu’il l’a trouvé sur la plage. Le soir tombe et Vendredi, épuisé, s’endort appuyé à un palmier, tandis que Robinson entre dans sa cahute. À partir de là, je prends la liberté de modifier quelque peu la suite du récit…

Le lendemain matin, Robinson est réveillé par le bruit de vigoureux coups de marteau. Il sourit et se dit : « Ah ! Vendredi s’est déjà mis au travail, sans doute pour construire sa propre hutte. » Puis, n’entendant plus rien, il sort de sa cabane. Il comprend alors ce que signifiaient les coups de marteau qui l’avaient réveillé. Vendredi a cloué une planchette sur un bâton et a tracé en grosses lettres sur la pancarte qu’il brandit résolument : J’EXIGE UN EMPLOI !

Or, qui peut lui fournir cet emploi, si ce n’est Robinson, seul autre habitant de l’île ? S’il obtempère, il va devoir se creuser les méninges, suer sang et eau afin de créer une mini-entreprise susceptible d’employer Vendredi, qui ne se soucie pas de savoir où Robinson trouvera des clients. Ce qui revient à dire que Vendredi porte atteinte à la liberté de Robinson.

Et c’est bien ce qui se passe dans la société moderne, de manière collectivisée, donc anonyme. Car enfin, à qui s’adressent ces citoyens au chômage qui exigent des emplois, sinon à d’autres citoyens qui devraient se mettre en quatre pour leur en fournir ? Mais qui va les désigner ? Et pourquoi ceux-là plutôt que d’autres ? Si un artisan courageux et audacieux crée son échoppe et prend sur ses loisirs et son sommeil pour la développer, de quel droit un chômeur pourrait-il exiger de lui qu’il l’emploie ? Personne ne peut exiger qu’il le fasse tant qu’il ne le juge pas possible. Ou ce serait nier ses propres droits au nom d’un prétendu « droit au travail » qui ne peut pas exister, ou qui ne peut exister que sous une dictature communiste détruisant toute liberté pour « organiser l’emploi », ce qui mène fatalement à la ruine du pays.

Il ressort de ce constat que le chômage endémique est le résultat pur et simple du collectivisme larvé des sociétés faussement libérales, qui écrasent d’impôts et de charges les entreprises afin de créer des emplois fictifs, parasitaires et non productifs, alors que la liberté et la prospérité des firmes est la seule source réelle de travail. Plus l’État veut créer des emplois et plus il en tarit la source naturelle. La seule chose utile que puisse faire un gouvernement en cette matière, c’est de libérer les entreprises et d’offrir à leurs créateurs potentiels les plus grandes facilités pour qu’ils puissent mener à bien leurs projets. Tout le reste n’est que démagogie, poudre aux yeux et miroir aux alouettes.

Le créateur d’entreprise est le citoyen le plus important de la nation. Il surpasse tous les autres en utilité. On devrait l’entourer de prévenances car toute la société repose sur lui. J’ai eu l’honneur et la chance d’en connaître personnellement quelques-uns : Henri et Jean Boiron, créateurs des Laboratoires Boiron, Émile Véron, fondateur des petites voitures Majorette, et mes amis Paul Ménard, autodidacte qui créa une PME de 120 personnes, et Loïc Le Ribault, fondateur d’un célèbre laboratoire privé de police scientifique (sans compter mes éditeurs Guy Trédaniel et Alain Dumait). Ce sont apparemment des hommes comme les autres, mais ils ont une passion au fond du cœur : la passion d’entreprendre. Et ce sont eux qui créent la civilisation.

35 réponses à l'article : La surprise de Robinson Crusoé

  1. Anonyme

    11 décembre 2007

    Début du libéralisme
    Robinson fait travailler Vendredi.
    Jusque là rien d’anormal, mais l’inverse aurait été impardonnable.
    Ils produisent des petits gâteaux à la noix de coco.
    Vendredi arrive à en produire 10 par jour, il reçoit un salaire lui permettant d’en acheter 3 (3 repas).
    Le seul autre client est Robinson.
    Robinson arrive à dresser un singe pour faire tourner la machine
    Résultat il ne paye plus Vendredi, et se prive ainsi de son seul acheteur.
    Vendredi est condamné à mourir de faim.
    Le singe mange des bananes… et sodomise Crusoe.
    C’est la fin du libéralisme.

    Répondre
  2. sas

    10 février 2006

    Je saute du coq à l’âne…j’ai suivie l’audience du jge burgot et du procureur lesigne…..al’écoute de ses dires et pour bien connaître comment fonctionnent les tribunaux de france et particulièrement des parquets et parquet généraux….et vue comment le juge burgot est manifestement lâché…. QU A T IL DEBUSQUE DANS CETTE AFFAIRE SORDIDE ET COMMUNE DE PEDOPHILE….50 parsonnes mise en examen et(ou) temoins assistés….des condamnations fermes….des détails qui ne doivent rien au hasard…et des faux témoignages à gogo y compris des “acquittés”….le juge burgot n’aurait-il pas approché de vrais réseaux internationnaux,mis en danger des poncifs locaux,voir des “initiés”…le parquet ne l’aurait-il pas “brûlé” pour le discréditer???? La chancellerie qui impose au juge le secret professionnel juste avant l audition des parlementaires???des parlementaires triés sur le volet pas moins de 10 juge et avocat?? sans compter un ex garde des sots…et fenech mis en examen en 1997….un juge qui se pointe avec 2 avocats devant une commission d’enquête censée juste l’entendre??? de quoi c’est il approché le juge burgot??? sas le lucide…

    Répondre
  3. sas

    6 février 2006

    A mancney…sas ignore le vol…et donc accepte tes excuses et contrissions publiques pour la calomnie dont tu t’ais fait l’auteur… sas tu ne voleras point.

    Répondre
  4. Mancney

    6 février 2006

    Merci Grandpas. Effectivement, l’article de Pierre Barrucand est revenu dans les archives, sans ses commentaires; or, les autres articles archivés ont toujours leurs commentaires attachés. Voila. Best, Mancney.

    Répondre
  5. grandpas

    5 février 2006

    L’article en question est disponible quant on le demande au webmaster mais sans les commentaires. Ce n’est Sans Abonnement Soudard qui nous l’a volé. Cordialement.

    Répondre
  6. Mancney

    3 février 2006

    Oui, Aude, asinus asinum fricat. Best, Mancney

    Répondre
  7. Mancney

    2 février 2006

    Quelqu’un a piqué l’article de Pierre Barrucand du 15 Janvier, “La colonisation n’etait pas l’esclavage.” S.A.S. je sais que c’est toi. Rends nous l’article please. Tks. Mancney

    Répondre
  8. phil

    2 février 2006

    savez vous que parmi nos rois de france il y avait de grands mahometans qui s’ignoraient ? tels Henri IV qui fit l’hadith de Nantes et le grandissime Lois XIV qui l’abrogea avec l’hadith de Fontainebleau… un mansukh du plus bel effet qui priva la France de son elite financiere (entr’autres) en 1685… et oui … meme chirakh notre grand chambellan qui pratique la taquia avec une verve intarissable ….notre supermenteur nous a raconté qu’il etait de droite pendant 25 ans avant de montrer son vrai visage en copiant sans vergogne les idees du PS… les quels ne savent plus comment montrer à la plebe qu’elle a toujours des idées…

    Répondre
  9. sas

    2 février 2006

    a martel…les grands patrons cumulent 2 tares congénitales…le gène de la haute finance internationnale (les méchants) et le formatage de nos nos “petites” grandes écoles….résultat, nos grands patrons ne sont pas “intéressés” par le monde du travail de l’hexagone….leur moteur ? les combines OPA boursières et consorts,les livres de comptes,les marchés pipés ou réservés dit publics, les statistiques,les conseils d’administration,leurs situations financières propres et les prachutes dorés,la jet set et les clubs mondains…leur table réservée chez maxim’s. Supermenteur fait de la politique sans ouailles…(français)nos superpatrons font de l’économie sans”travail” sas

    Répondre
  10. Aude

    2 février 2006

    Les grands esprits se rencontrent à priori !!!

    Répondre
  11. charles martel

    2 février 2006

    aphorisme du jour les énarques de gaughe haissent les petits patrons les énarques de droite les méprisent vous n entendrez jamais “un grand patron ” d un groupe multinational se plaindre ( tributaire des marchés de l état + conseillers fiscaux pointus a disposition a meme de parer a l etat fiscal )

    Répondre
  12. Mancney

    2 février 2006

    In the year 2005, the Lord came unto Noah, who was now living in the United States, and said, “Once again, the earth has become wicked and over populated and I see the end of all flesh before me. Build another Ark and save two of every living thing along with a few good humans.” He gave Noah the blueprints, saying, “You have six months to build the Ark before I will start the unending rain for 40 days and 40 nights”. Six months later, the Lord looked down and saw Noah weeping in his yard…… but no ark. “Noah,” He roared, “I’m about to start the rain! Where is the Ark?” “Forgive me, Lord,” begged Noah. “But things have changed. I needed a building permit. I’ve been arguing with the inspector about the need for a sprinkler system. My neighbors claim that I’ve violated the neighborhood zoning laws by building the Ark in my yard and exceeding the height limitations. We had to go to the Development Appeal Board for a decision. Then the Department of Transportation demanded a bond be posted for the future costs of moving power lines and other overhead obstructions, to clear the passage for the Ark’s move to the sea. I argued that the sea would be coming to us, but they would hear nothing of it. Getting the wood was another problem. There’s a ban on cutting local trees in order to save the spotted owl. I tried to convince the environmentalists that I needed the wood to save the owls. But no go! When I started gathering the animals, I got sued by an animal rights group. They insisted that I was confining wild animals against their will. As well, they argued the accommodation was too restrictive and it was cruel and inhumane to put so many animals in a confined space. Then the EPA ruled that I couldn’t build the Ark until they’d conducted an environmental impact study on your proposed flood. I’m still trying to resolve a complaint with the Human Rights Commission on how many minorities I’m supposed to hire for my building crew. Also, the trades unions say I can’t use my sons. They insist I have to hire only Union workers with Ark building experience. To make matters worse, the IRS seized all my assets, claiming I’m trying to leave the country illegally with endangered species. So, forgive me, Lord, but it would take at least ten years for me to finish this Ark.” Suddenly the skies cleared, the sun began to shine, and a rainbow stretched across the sky. Noah looked up in wonder and asked, “You mean, You’re not going to destroy the world?”. “No,” said the Lord. “The government beat me to it.”

    Répondre
  13. Aude

    1 février 2006

    Jean, les pyramides n’ont absolument pas été construites pas des esclaves. Quant aux hébreux, ils n’étaient pas non plus esclaves. La preuve dans la Bible même. Yahvé a dit à Moise de marquer la porte de tous les hébreux pour les différencier des egyptiens pour la fameuse 10ème plaie d’Egypt. S’ils étaient réelement esclaves,ils n’auraient pas vécu PARMI les egyptiens et donc ça n’aurait servi à rien de marquer les foyers… Sinon, tout ça me fait penser à une histoire drole que j’ai lu il n’y a pas très longtemps : Au début de l’année 2005, Dieu revisita Noé qui n’habitait pas très loin de la mer et lui dit «Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée, et je dois agir. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant, ainsi que quelques bons humains. Tu as six mois pour cela avant que je n’envoie la pluie pendant 40 jours et 40 nuits ». La semaine dernière, Dieu regarda en bas et vit Noé balayant sa cour….mais aucune arche « Noé » gronda-t-il, je vais bientôt envoyer la pluie, où est l’arche ? « Pardonne-moi mon Dieu» implora Noé, « mais les temps ont changé depuis la dernière fois. J’avais besoin d’un permis de construire pour commencer l’arche. J’ai dû me battre plusieurs mois avec l’inspecteur au sujet du système d’alarme pour l’incendie. Pendant ce temps, mes voisins se sont réunis en association parce que je violais les règles du lotissement en construisant une arche dans ma cour et que j’allais obstruer la vue. On a dû aller devant le conciliateur pour avoir un accord. Ensuite, l’Urbanisme a déposé un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour permettre à l’arche d’arriver jusqu’à la mer. J’ai eu beau leur dire que c’est la mer qui viendrait à l’arche, ils n’ont pas voulu me croire. Obtenir du bois en quantité suffisante fut un autre problème. Les associations pour la protection de l’environnement se sont liguées pour m’empêcher la coupe des arbres, sous prétexte qu’on allait détruire l’habitat de plusieurs espèces animales,et ainsi les mettre en danger. J’ai tenté d’expliquer qu’au contraire tout ce bois servirait à sauver ces espèces, rien n’y a fait. Quand j’ai commencé à rassembler les couples de différentes espèces animales la SPA, le WWF et Brigitte Bardot me sont tombés sur le dos sous prétexte que j’enfermais des animaux sauvages contre leur gré dans des pièces trop petites pour eux, qu’en agissant ainsi, je faisais acte de cruauté envers les animaux. Ensuite, l’agence gouvernementale pour le développement durable a voulu lancer une étude sur l’impact pour l’environnement de ce fameux déluge. Dans le même temps, je me débattais avec l’Administration sur l’emploi de travailleurs bénévoles dans la construction de l’arche. Je les avais embauchés car les syndicats m’avaient interdit d’employer mes propres fils, disant que je ne devais faire appel qu’à des travailleurs hautement qualifiés dans la construction d’arche et, si possible, syndiqués. Pour arranger les choses, le fisc a saisi tous mes avoirs, prétendant que je tentais de fuir le pays illégalement,suivi en cela, par les douanes qui ont ajouté que je voulais faire passer les frontières à des espèces reconnues comme dangereuses Aussi, pardonne-moi, mon Dieu, mais je ne sais même pas si 10 ans auraient suffit pour faire avancerla construction de cette arche ». Aussitôt, les nuages se dissipèrent et un magnifique arc-en-ciel apparut. Noé leva la tête et dit: « Tu ne vas pas détruire le monde? » « Pas la peine» répondit Dieu, l’administration Française s’en charge »

    Répondre
  14. jacques

    1 février 2006

    Pour Bourbaki: ” le premier job, et sans doute le dernier, de notre naufragé aurait été d’édifier un pancarte sur laquelle il aurait écrit “Cette île m’appartient”, puis aurait déchargé son fusil sur le malheureux Vendredi avant qu’il n’ait pu toucher terre” En réalité, le capitaliste Robinson aurait d’abord évalué le risque que Venndredi représentait pour sa propre sécurité: était-il naufragé d’un vaisseau pirate visible de l’horizon, était-il armé, menaçant, etc Si le danger n’était pas là il aurait alors évalué le pour et le contre de la présence de Vendredi. Et c’est là qu’intervient la loi “naturelle” sur laquelle se fonde le capitalisme. L’être humain est un animal *naturellement social* (ce forum le prouve!) qui vit beaucoup mieux en société que livré à ses propres moyens tout seul dans la forêt. Et cette pour cette raison, le fait que ce soit avantageux pour lui, que Robinson l’aurait laissé vivant mais en revanche aurait tué un cougar naufragé. Ensuite Robinson aurait eu à faire un effort d’éducation pour convaincre Vendredi d’une coopération entre les deux basés sur l’avantage mutuel. Dépendant de la personailité de Vendredi cela aura été un travail facile ou éminemment difficile. Du résultat aura dépendu la quantité des bénéfices mutuels à espérer pour les deux. Tout seul Robinson aurait été incapable d’assurer la propriété unique de son île, même par la force brute, et aurait sûrement convenu par entente d’une séparation de l’île entre les deux. Dans la vie tout est complexe et affaire de probabilité et Robinson aura eu à faire les mêmes décisions que des millions d’individus et entrepneurs libres prennent tous les jours Ceci dit, je crois que la France a pris une pente très glissante, non seulement parce que l’état providence appauvrit toujours à long terme, mais plus encore parce qu’il détruit l’énergie de travail et de création des jeunes. Je rencontre parfois des français à Montréal ou ailleurs. Quand ils arrivent ils sont quasi universellement pessimistes et avec peu d’entousiasme pour le futur. Le verre d’eau aux trois quarts pleins, il ne le voit pas un quart vide, mais complètement vide. C’est tragique de voir cela chez des jeunes qui sont dans la vingtaine et qui ont l’avenir devant eux au même moment ou le progrès technologique à venir promets d’être absolument spectaculaire. Juste à y penser aux possibilités futures me met de bonne humeur. Pierre Lance a parfaitement raison. J’ajoute que l’existence du chomage en France est une absurdité en soi: 1) une partie des jeunes ne travaillent pas parce qu’ils ne veulent pas travailler aux conditions offertes (existence d’un patron à obéir, obligation de se lever de bonne heure le matin, le tout pour un peu mieux que l’assurance-chomage) alors que l’alternative leur apparait meilleur (assurance-chomage + liberté totale + travail un peu + assurance-chomage rétablie + liberté totale, etc). Les coûts à long terme sur leur personnalité et leur potentiel future de les payer à rien faire (ou de leur donner des emplois bidons) est énorme. La meilleur façon de tuer l’âme de quelqu’un est de le payer à ne rien faire ou lui offrir des emplois bidons qui n’offre de bénéfices à personne. 2) les entreprises ne veulent pas engagés car le prix d’un emploi non qualifié en France est trop élevé par rapport à celui d’un autre pays (délocalisation des grandes entreprises) et que le prix d’un emploi n’est pas suffisamment rentable pour le petit entrepreneur car les tracas et risques impliqués ne compensent pas le petit surcroît de profit taxé à un haut taux marginal (délocalisation de la petite entreprise française vers Montréal pour le plus grand bonheur des canadiens)

    Répondre
  15. grandpas

    31 janvier 2006

    Pour adolphos, les pyramides ont été construites pas les extra-terrestres,les hébreux c’était juste pour le film “Moïse”. Pour Mancney et monsieur J C Lahitte, Vos compliments me vont droit au coeur.Toujours à votre disposition pour des Contes de l’amére loi. Pour Mancney, Trés gentil de mettre dans la catégorie des poétes,certaines personnes me connaissant en feraient une attaque d’apoplexie.

    Répondre
  16. Mancney

    31 janvier 2006

    Encore une fois, je n’avais pas remarqué que l’histoire de Robinson Crusoé etait avant tout une histoire d’esclavage. Merci de m’avoir ouvert les yeux…et donc, je vais de ce pas me denuder le dos et me flanquer des grands coups de chat a neuf queues par dessus l’epaule pour avoir fait … je sais pas quoi, mais pour expier en tout cas. Ou alors, je me dis que l’esclavage a existé depuis le debut du Monde, dans probablement toute la planete, qu’il etait essentiellement un systeme economique, avec pour but de la production, qu’il n’a pas ete inventé pour humilier les hommes mais pour les faire produire, selon les accords collectifs d’entreprise de l’Epoque, et que, apres la bataille, ce n’etait peut etre pas si bete de faire bosser son prisonnier, plutot que de le tuer. Je me dis aussi que si Spartacus et sa bande ont reussi a flanquer la trouille a Rome (imaginez cela aujourd’hui), c’est qu’ils ne devaient pas etre si faibles et si demunis que ce que l’on nous dit, les esclaves. Egalement, je crois que quand la “connaissance” s’est repandue sur le Monde et que les Lumieres nous ont atteint, les Occidentaux, pas les autres, l’ont aboli (l’esclavage, of course, pas la connaissance, tks) l’ont aboli car il ne correspondait plus a leurs idées du moment. Ca parait correcte, non? Des exces furent commis dans le traitement des esclaves, comme des exces existent aujourd’hui dans le trés democratique monde du travail; ils y a eu et il y a toujours des psychopathes; il y en aura demain aussi, avec ou sans esclaves. Les chatiments corporels etaient appliqués a une époque ou les mecs se provoquaient en duel a tour de bras, pour un geste, pour un mot. Ces époques etaient plus “dures”. les Hommes etaient bien plus forts et resistants physiquement. Certains traitements présentes comme discutables aujourd’hui, ne l’étaient absolument pas a l’epoque. Vous vous voyez traiter nos délinquants de la sorte? Une auto brulée, 10 ans de galeres! En tout cas, si les proprietaires de plantation voulait des résultats, ils n’avaient pas interet a demolir leur main d’oeuvre qu’ils avaient sans doute payé bien plus cher que l’embauche d’une secretaire aujourd’hui. Je me dis aussi que, vu l’étendue du phenomene, en surface et en temps, on devrait probablement avoir tous au moins une paire d’ancetre esclaves bien planqués dans une des branches de notre arbre généalogique. Big deal. Moi, ca ne me gene pas. Enfin, l’esclavage ayant ete pratiqué ou subi pendant des millenaires, par des milliards d’hommes, de toutes les couleurs et de toutes les cultures, je ne me sens vraiment pas le droit d’insulter ces hommes aujourd’hui, de les traiter tous de tarés, de renier mon sang et mes héritages. Ca ferait quand meme beaucoup de choses a reprocher a beaucoup de gens. Qui devrais-je donc etre pour les juger de la sorte, en dehors de leur temps et cultures, et en profitant allegrement de ce qu’ils m’ont laissé? Devrais-je etre si complexe, si mal dans ma peau, pour répudier la vie qu’ils ont eu dans le seul but de re-hausser la mienne, pour me prétendre bien mieux qu’eux car ils me font de l’ombre, pour leur donner des lecons posthumes? Devrais-je tenter de détruire leur réalisations parceque les miennes ne sont que médiocres ou inexistantes? Autrement dit, dois je ecrire : “Je suis mauvais aujourd’hui, mais vous etiez hier, bien plus mauvais que moi.” ? Je crains fort que certains grands problemes de Societes, ne soient en fait que de petits problemes d’individus frustrés. Tant pis pour eux; moi, je ne marche pas, je ne suis pas coupable de l’histoire. Je remercie mes ancetres, et les votres, d’avoir construit cette planete avant moi, et je prie mes descendants de nous juger demain, un peu moins séverement et un peu moins betement que certains jugent aujourd’hui. Best, Mancney

    Répondre
  17. Jean-Claude Lahitte

    31 janvier 2006

    Merci Grandpas, je fais grand … cas de votre fabliau. Il me rappelle une fable de La Fontaine que je conseille de lire, ou de relire. Elle est encore plus directe. Son titre : “LA LICE ET SA COMPAGNE” (Livre Second, Fable VII). Je la diffuse régulièrement sur le Net. Hélas, ce n’est plus une fable … Cordialement, Jean-Claude Lahitte

    Répondre
  18. Mancney

    31 janvier 2006

    Grandpas, deux mots: Bravo et Merci. Mancney.

    Répondre
  19. TL

    31 janvier 2006

    l’esclavage existe toujours, rendez vous au soudan!

    Répondre
  20. Jean

    31 janvier 2006

    “l’esclavage n’existait pas dans l’Egypte antique”. C’est vrai, excusez moi, j’avais oublié que les Hébreux beneficiaient des 35 h, de la 5ème semaine et de 4 demi-journées syndicales.

    Répondre
  21. Mancney

    31 janvier 2006

    Pierre Lance a bien raison : Of course les aides et assistances de qqs sortes que ce soit viennent toutes de la poche du voisin, enfin de notre poche. Comment oublier ces gens hurlant dans la rue : “On veut des sous, l’Etat peut payer”, en se foutant completement de savoir qu’en l’occurence, c’est le voisin qui paie? Ce decalage entre les finances de l’Etat et le porte-monaie du Citoyen Francais est surprenant. La premiere chose que l’on enseigne a un futur Pilote de Chasse aux USA, c’est que son avion coute tant de millions de dollars et qu’il n’est pas a lui, mais qu’il appartient au Contribuable Americain. Ok, Grandpas, j’ai pigé…Ils existent des Lapins sybarites qui fument des Cohibas et qui boivent du Old Grand Dad. Et tout ca en ecoutant Tobby Keith chanter “Courteousy of the Red, White and Blue”. Ceux la sont mes copains, pas de doute. Laurent. Ok, bien pris: Minimum de lois Etatiques et legislation au sein de l’Entreprise. Fine with me. Mais quand meme qqs “planchers” ou qqs “limites” non marxiste et de bon sens, non? Juste pour eviter que qqs exités de la Productivite ne trichent, abusent, fassent capoter le systeme et fournissent ainsi un pretexte aux etatistes de revenir en force et en Marx. Bon, de toute facon, ne revons pas, c’est pas demain la veille. Tks pour les mots de Madame Thatcher. Jean : Pas mal!! Allez, ne vous bilez pas, l’esclavage existe toujours, il est juste devenu cerebral. Certains sont esclaves de leur propres idées, et c’est autrement redoutable. La Liberté convient elle a tout le monde? Best, Mancney

    Répondre
  22. Adolphos

    31 janvier 2006

    “Grâce à l’esclavage les égyptiens ont érigé les pyramides.” Il n’y avait pas d’esclavage en Egypte antique. Soyons bien clair. Le chomage est certes une préocupation pour les Français. Mais ce n’est pas la premiére, non, du tout. Le principale, c’est l’Egalité. L’Idée qu’un patron puisse gagner 1 millions d’euros par mois les rends fous furieux, comme si c’était de l’argent leur appartenant. La simple perspective qu’un autre français ait quelque chose de plus qu’eux, voila ce qui obséde les français moyen. C’est à dire, sous les sobriqués de justice social, de solidarité et de partage, la jalousie pur et simple. A partir de cette haine, tout le reste du systéme de pensée en découle, et l’organisation de la société idéale dont ils rêvent. Evidement, la mise ne oeuvre de cette magnifique Utopie haineuse ne peut pas fonctionner, car personne ne veut travailler pour se faire plumer. D’ou emmigration des Rihes et des patrons (Arcelor, Hollandais, tiens, tiens..) et un chomage de masse en France. Comme ca, l’Egalité dans le chômage et la pauvreté sont à porté de vu. Par contre pour refaire venir des entreprises, des Riches, il va falloir se lever tôt : ce n’est pas un hasard si le monde entier se moque de nous..

    Répondre
  23. grandpas

    30 janvier 2006

    Pour Mancney et TL et les autres, petite fable D’Argent et de Sable Dans un autre monde,un autre temps,un autre univers. Dans une verte vallée vivaient “Hainault” et “Gohelle” un gentil couple de lapin. Travaillant trés dur dans leur petite entreprise. Ils ne pouvaient s’occuper de leurs nombreux enfants. Sur les conseils d’un liévre ami “Bouche dorée” échevin de son état. Ils firent venir de l’autre coté de l’étang,une gentille sourikat nommée “Sablinette”. Elle s’occupa un moment des doux lapineaux. Souvent elle était triste et pleurait beaucoup. “Hainault” et “Gohelle” lui en demandérent la raison. “Je suis si seule sans ma famille trés proche” Ecoutant leur coeur et toujours sur les conseils de “Bouche dorée” devenu Margrave des marches de l’étang. Ils demandérent un rapprochement des familles,loi nouvelle crée par leur ami “Bouche dorée”. Ainsi un beau jour,arriverent:”Sabladorh” son époux ses enfants,parents et moult cousins. Plusieurs lunes passées,”Hainault” et”Gohelle” tout à leur dur labeur,ne virent pas leur vallée changer surtout la population environante.Ils étaient devenus minoritaires en leur domaine. On leur interdit la distillation du jus de carotte afin de pas choquer les sourikats et leur croyance. Ils firent part à “Bouche dorée” devenu Roi,leur mécontentement,ils s’entirent ceci: “Travaillez,taisez vous! vous devriez être honteux,aprés avoir exploités ces pauvres sourikats comme vos ancêtres esclavagistes,l’avaient avant vous. Repentez vous ou partez rejoindre ces traitres partis avant vous de l’autre coté du lac”. Les lapins argentés et leurs enfants prirent une grande tortue d’eau et demanderent l’asile aux pays des grands lacs. Quelques cycles lunaires plus tard,un arriére petit fils d'”Hainault” et de “Gahelle”,nommé “Rabbytos” vint en pélerinage dans la vallée de leur ancêtres. De vert,il n’y avait que le “sinople” des oriflammes sourikats flottant au dessus des donjons. Le reste n’était que poussiére. “Rabbytos” ne prit aucune photo,il ne voulait pas voir son arriére grand mére mourir de pleurs. Pour la morale,je vous laisse conclure. Bien à vous Héraldique: Sinople:émail vert en hommage au port de Sinop dont les arbres verdoyants frappérent les croisés.

    Répondre
  24. Jean-Claude Lahitte

    30 janvier 2006

    En écho aux propos de Pierre Lance, j’ajouterai ceci : – récemment, en recevant le président de la Commission européenne Barroso, les députés français se sont faits vertement remettre à leur place, particulièrement les “collectivistes” du genre Buffet (il fallait voir ses mimiques !), par cet ancien trotskyste qui leur a rappelé que c’était les chefs d’entreprise qui créaient des emplois. Et non les députés qui ne cesent de voter des lois liberticides (pas seulement les “35 heures”)qui entravent le développement des entreprises, découragent leur création. Pas davantage l’Etat qui charge de plus en plus lourdement les entreprises sous le poids des charges, des impôts et de la paperasserie. Sous le fallacieux prétexte répété sasiété par tous les partis de gauche, une partie de la fausse droite (qui a tété à la mamelle de l’Education prétendue nationale le credo marxiste sans même sans rendre compte), et repris en choeur par les médias et le bon peuple, que les patrons s’en mettent plein des poches. Et qu’ils peuvent donc payer ! et toujours davantage. Jusqu’à ce qu’ils en crèvent. Ce qui s’appelle tuer la poule aux oeufs d’or … – l’histoire de “Vendredi” me fait penser à ces cohortes d’immigrants qui viennent chez nous non pas pour trouver un travail (dans un pays où je chômage avoisine les 10%, c’est une gageure) mais pour profiter de tous les avantages sociaux et autres auxquels la bêtise, que dis-je la lâcheté de nos politiciens de tous bords leur ontdonné droit. Des immigrants qui ont le culot de se plaindre qu’on n’en fait pas assez pour eux (les éternels “porteurs de valise” le leur répètent à sasiété), brûlent, pillent, etc. en rappelant tout ce que leurs ancêtres ont fait pour la France(1)sans penser pour autant à regagner le pays d’origine de ces mêmes ancêtres. Alors que, fort opportunément, Mme Nezha Chekrouni, ministre maricaine chargé de la “communauté nationale résidant à l’étranger” vient de demander instamment aux quelques 3,09 millions de Marocains, dont 500mille pour la seule Belgique (cf. une dépêche de l’Agence espagnole EFE) vivanyt à l’étranger de rentrer au pays : “le plus grand potentiel de notre pays… réside dans son capital humain”, déclare-t-elle, ajoutant : “Les émigrants constituent une perte pour notre pays”. Ce qui ne veut pas dire qu’elle considère qu’ils soient une richesse pour notre pays. Il est vrai que “la” ministre négocie principalement avec l’Union européenne, une aide qui permettrait de réaliser “les changements nécessaires pour inciter les émigrants à revenir au pays”. Combien de “Vendredis” marocains répondront-ils à cet appel ? Et combien, après être retournés au pays (après des compensations financières) n’auront plus qu’une idée en tête : revenir dans le pays qui les traitait si mal ? – à peu près en même temps, l’écrivain marocain (prix Goncourt) Tahar ben Jelloul qui doit sa renommée (et tout l’argent qui va avec !) se plaignait l’autre matin sur RTL (dans l’émission de Marc-O. Fogiel) que désormais la plupart des élites maricaines n’avaient plus qu’une idée en tête : émigrer. Tant que la France sera peuplée de “gogos” qui continueront à penser que les chefs d’entreprise, c’est fait pour “payer” sans avoir à tenir compte de la “productivité” de leus salariés, et que la France est là pour accueillir toute la “misère du monde”, ne serait-ce que pour effacer la “honte” de la colonisation, et/ou de l’esclavage, ou pour payer à ne rien faire les descendants de ceux qui étaient venus chez nous pour travailler (comme tous les immogrés irlandais, bretons, basques, etc.)ou qui, s’étant engagés ont combattu aux côtés de nos propres oparents ou grand’parents, je crains qu’il y ait de plus en plus de “vendredis” en France. Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) à les entendre, tous ont eu au moins un parent qui est venu reconstuire la France ou s’est fait tuer pour elle, quand ce n’est pas les deux. Tout comme d’autres (des indigènes, ceux-là !) ont qui un résistant, qui un déporté dans leur proche parentèle ! De même, pour en revenir aux émigrés, c’est fou ce que les caméras nous montrent de “bac + 5” (au minimum) dont les “patrons indigènes “(ces salauds de racistes !) refusent les talents. Des sur-diplômés qui n’ont pas l’idée d’aller tenter leur chance de l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, comme le font, chaque année, de bons petits gars bien de chez nous. Et je regrette que, l’autre soir, Philippe de Villiers, interpellé par certain porteur de carte d’identité qui menaçait de partir à … Dubaï n’est pas eu le réflexe de lui dire “CHICHE !”. Quand on sait comment les Emirats traitent leur immigrés…

    Répondre
  25. Jean

    30 janvier 2006

    Bourbaki a tord, si il massacre Vendredi, il sera obligé de travailler. Dans le roman, les premières paroles que Robinson adresse à Vendredi sont “Toi Vendredi. Moi maître”. P.Lance a raison et je vais plus loin: rétablissons l’esclavage. N’est-il pas l’ordre le plus naturel, celui sur lequel se sont baties les plus vigoureuses civilisations? Athènes, Rome, … Grâce à l’esclavage les égyptiens ont érigé les pyramides. Nous, les chalandonettes.

    Répondre
  26. sas

    30 janvier 2006

    Question publique d’un benêt…l’artisan est l’héritier naturel du “maçon, plombier,menuisier”…les francs maçons eux sont les héritiers naturels des “batisseurs de cathédrales”(plombier,menuisier,tailleur bde pierre ,etc,etc) Si ce n’est la démonstration d’une très haute trahison entre “frères”(des uns par les autres)…comment expliquer ques instances commerciales et judiciaires s’acharnent à ce point sur les premiers par la grâce arbitraire des seconds… C’est bien la preuves que les “frangins” ne sont plus des batisseurs depuis des lustres…mais des prédateurs ,ayant utilisés leurs positions naturel à la droite de l’eglise de France…pour organiser ce coup d’Etat de 1789 à leur plus grand profit en utilisant les même shéma dominant de l’ancien clergé….N OUBLIONS PAS QUE LA MACONNERIE EST LE FIL ILLEGITIME DES SCHISMES DE L EGLISE; SAS 1+1=?

    Répondre
  27. Mancney

    30 janvier 2006

    Occas24, je suis vraiment géné de lire que vous couliez sous les charges. Et pourtant vous avez donné du travail a deux personnes et ca compte et la Société devrait vous remercier pour cela. Ce qui vous arrive n’est pas normal et c’est lamentable. Vous avez toute ma sympathie, je sais, ce n’est pas grand chose, mais c’est sincere. La France court a sa perte. Depuis longtemps, Elle attaque, lasse et détruit ses forces vives. Beaucoup de Francais émigrent vers les US et ce n’est qu’un début. Combien faudra t il d’articles de Pierre Lance ou d’autres auteurs pour ouvrir les yeux des politiques? Je me demande si l’Avenir de la France n’est pas a l’Etranger. Je ne sais pas. Bon courage Occas24, Mancney.

    Répondre
  28. Bourbaki

    29 janvier 2006

    Puisque Pierre Lance se livre maintenant à la caricature grossière et même ridicule, cette histoire de Robinson Crusoé, je vais la refaire façon libérale et très courte : le premier job, et sans doute le dernier, de notre naufragé aurait été d’édifier un pancarte sur laquelle il aurait écrit “Cette île m’appartient”, puis aurait déchargé son fusil sur le malheureux Vendredi avant qu’il n’ait pu toucher terre.

    Répondre
  29. Laurent

    29 janvier 2006

    “Plus l’État veut créer des emplois et plus il en tarit la source naturelle” En effet, M. Lance, comme disait Thatcher : “La meilleure politique de l’emploi, c’est de ne pas en avoir”. Mancney : pour ce qui est des lois “appropriees” censees nous proteger des “abus”, pas besoin de lois pour cela. Les entreprises sont un noeud de contrats, il suffit donc de s’assurer que les contrats soient respectes. Les lois pour nous proteger de “l’exploitation” sont des emanations d’une grille d’analyse marxiste, toujours tres presente chez nous malgre la chute du Mur.

    Répondre
  30. grandpas

    29 janvier 2006

    Merci à TL d’apprécier mes petits lapins,en ce moment je suis en train d’écrire une petite histoire sur les problemes de mon ami Garenne avec sa baby-sister prénomméé “Sbalinette” pour Sir Mancney.Pour les cigares,personnellement j’apprécie les “cohibas” et pour le bourbon”Old grand dad”. Pour terminer,mon pot le lapin est artisan(distillation de jus de carotte),imaginez les tracasseries administratives mais à coté de cecque lui prépare sa douce gardienne de marmaille. Bien à vous.

    Répondre
  31. occas24

    29 janvier 2006

    Comme je l’ai déjà signalé dans un autre débat,Je travaillais seul,je vivais largement,j’ai maintenant 2 employés,je suis coulé par les charges.Je n’ai que des regrets.Ca rejoint bien ce que disent SAS et MANCNEY

    Répondre
  32. Mancney

    29 janvier 2006

    SAS “PRO” Artisan, ca s’arrose! Kudos, Ton Altesse. Vive le Small Business, qui represente les cellules actives de la Societe. Les Etats doivent foutre la paix a ceux qui veulent travailler, et simplement s’assurer, par des lois appropriees, repeat, appropriees, que les choses se passent “normalement” , sans abus. Merci Pierre Lance. Best, Mancney

    Répondre
  33. sas

    29 janvier 2006

    “…Les chefs d’entreprises sont les acteurs les plus important de notre sociétée…” Alors ,simple question: comment se fait-il que le statut d’artisan(plus gros employeur de france)est le plus précaire et le plus risqué de notre corps social ???? je répond:l’artisanat par définition ne draine pas de grosses strustures et des masses d’argent facile…il y a du labeur = donc ca n’interresse pas les “initiés”…par contre il y a des richesses patrimoniale à capter facilement , et c’est pour cette raison précise que les chambres des métiers et les tribunaux de commerce fonctionnent comme ils font,trustées ,elles, par la “maçonnerie prédateuse”…et que parmis les faillis de france le plus grand nombres sont ces petites structures… car ils sont les seuls a êtres responsables sur “leurs biens personnel”… sas ex artisan…qui a vu

    Répondre
  34. TL

    29 janvier 2006

    j’attends avec impatience M. Grandpas et ses petits lapins…

    Répondre
  35. grepon le texan

    29 janvier 2006

    Bravo a Pierre Lance. Une bonne dosage de verites. Franchement liberale pour la deuxieme semaine d’affile. Apropos des “facilites” a offir aux entrepreneurs: Parmi les facilites d’importance que l’entrepreneur, que toute entreprise, a besoin actuellement, c’est le pouvoir de virer facilement, a peu de couts. Ainsi il peut prendre le risque d’embaucher quand il voit des opportunites a poursuivre, et a bien moindre couts et peines, vue que la punition pour un erreur de recruitement serait automatiquement bien moins atroce qu’aujourdhui. Quand le chomage baisserait suffisamment -ce qui ne manquerait pas d’arriver- on pourrait imaginer plus d’entreprises de toutes les tailles prennant le risque d’embaucher en quantite des “jeunes” des banlieus, ainsi leur ouvrant la seule voie d’integration efficace. Sans cela, sans une liberation radicale du marche du travail, la France de 2030 sera vraiment une triste ombre de ce qu’elle a ete.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)